1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street rebondit, le Dow prend 1,3%

Wall Street a retrouvé un peu d'optimisme ce jeudi, entraînant les bourses européennes qui ont pour l'essentiel clôturé dans le vert. Applaudissements pour Celyad.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Rebond à Wall Street après trois séances de baisse

    La Bourse de New York est repartie de l'avant ce jeudi après trois séances terminées dans le rouge, ignorant de nouveaux signes d'une accélération du rythme de l'inflation aux Etats-Unis et se réjouissant d'une annonce sur le plan sanitaire. Le Dow Jones, qui avait enregistré la veille sa pire séance depuis janvier, a gagné 1,29% à 34.021,45 points. Le Nasdaq est monté de 0,72% à 13.124,99 points et le S&P 500 a gagné 1,22% à 4.112,50 points.

    Les prix de gros aux Etats-Unis ont connu en avril leur plus forte hausse sur un an depuis novembre 2010, en grimpant de 6,2%, selon l'indice PPI publié par le département du Travail. La veille, l'indice CPI diffusé par le même ministère avait montré une hausse des prix à la consommation de 4,2% sur un an et de 0,6% sur un mois, dépassant les attentes du marché. Sur le front de l'emploi, les inscriptions au chômage ont par ailleurs continué à reculer début mai aux Etats-Unis, grâce à la reprise économique entamée dans le pays, a annoncé le département du Travail. Entre le 2 et le 8 mai, 473.000 nouvelles inscriptions au chômage ont été enregistrées, moins que les 510.000 attendues par les analystes.

    La Bourse new-yorkaise a également accueilli avec enthousiasme la décision des autorités sanitaires américaines de lever l'obligation du port du masque en intérieur pour les Américains vaccinés contre le Covid-19, saluée comme un "grand jour" dans la lutte contre la pandémie par le président Joe Biden.

  • La croissance des abonnés à Disney+ ralentit, le royaume enchanté s'affaisse en Bourse

    La plateforme de streaming Disney+, devenue en une pandémie le moteur du géant de divertissement, comptait plus de 103 millions d'abonnés début avril, mais la croissance moindre de ce chiffre a déçu les investisseurs qui en attendaient 6 millions de plus. Le groupe a en outre indiqué jeudi dans un communiqué que les mesures de restriction et de sécurité liées à la crise sanitaire devraient encore lui coûter 1 milliard de dollars sur son année fiscale 2021.

    Son titre perdait 3% à Wall Street lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse. Entre les parcs d'attraction fermés, les croisières interrompues, les cinémas vidés et l'annulation des événements sportifs, Disney peine à se relever du Covid-19. Au deuxième trimestre de son exercice décalé (janvier-mars), le chiffre d'affaires du groupe californien a perdu 13% sur un an. A 15,6 milliards de dollars, il est inférieur aux attentes du marché.

    Toutes ses activités ont vu leurs revenus baisser, sauf les plateformes de distribution directes au consommateur (Disney+, Hulu et ESPN+), qui ont rapporté 4 milliards de dollars, +59% sur un an. Cette division a aussi réduit ses pertes nettes, de 805 à 290 millions en un an. L'activité "Parcs, expériences et produits dérivés" a réalisé 3,2 milliards de chiffre d'affaires, une chute de 44% sur un an. L'empire du divertissement s'estime néanmoins en bonne voie grâce aux campagnes de vaccination et aux réouvertures progressives des parcs. "Nous sommes contents de voir de plus en plus de signe encourageants de reprise dans tous nos secteurs", a dit Bob Chapek, le patron du groupe cité dans le communiqué. Disney a rouvert ses deux parcs californiens le 30 avril, ce qui augure de meilleurs résultats pour le trimestre en cours.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 1,29% à 34.020,98 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,72% à 13.124,99 points.

    Le S&P 500 a avancé de 1,22% à 4.112,43 points.

  • Le résumé de la séance de ce jeudi

    DÉBRIEFING | Séance à deux visages en Europe: d'abord, les prises de bénéfices et ensuite les achats à bon compte. Burberry a vu rouge après la publication de ses résultats annuels. 

  • Au menu ce vendredi

    AGENDA | La BCE publie le compte-rendu de sa politique monétaire d'avril. Trading update d'argenx et VGP. Aedifica, Bekaert et Sofina ex-dividende. 

  • Séance à 2 visages en Europe, rebond à Wall Street

    Les Bourses européennes ont fini en ordre dispersé jeudi mais nettement au-dessus de leurs plus bas du jour, grâce au rebond amorcé par Wall Street après trois séances consécutives de repli.

    Bruxelles a grappillé 0,33%, notamment grâce à ses deux biotechs, en hausse de plus de 3%. À Paris, le CAC 40 affiche en clôture une hausse de 0,14% alors qu'il perdait plus de 2% en matinée. À Londres, le FTSE 100, pénalisé par la baisse des cours des matières premières, a reculé de 0,59% alors qu'à Francfort, le Dax gagnait 0,33%.

    L'indice EuroStoxx 50 a terminé sur une progression de 0,13% mais le FTSEurofirst 300 a reculé de 0,17% et le Stoxx 600 de 0,14%, contre -1,73% au plus bas.

    Si tous les grands secteurs de la cote européenne évoluaient dans le rouge à mi-séance, le bilan en clôture est plus contrasté: les compartiments des matières premières et de l'énergie cèdent respectivement 2,95% et 1,42% tandis que celui des hautes technologies affiche une progression de 0,42%, favorisée par le début de rebond du Nasdaq américain.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était solidement ancrée en territoire positif: le Dow Jones s'adjugeait 1,22%, le S&P 500 1,13% et le Nasdaq Composite 0,74%.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,33% 
    AEX: -0,08% 
    CAC 40: +0,14% 
    DAX 30: +0,45% 
    FTSE 100: -0,44% 
    STOXX 600 Europe: -0,03% 

    Résultats provisoires 

  • Une rançon de 5 millions de dollars payée par Colonial Pipeline

    Selon l'agence Bloomberg qui cite deux sources proches des tractations, l'exploitant américain d'oléoducs Colonial Pipeline, victime d'une cyberattaque qui a perturbé l'approvisionnement en essence de plusieurs États du pays, a versé la somme de 5 millions de dollars aux hackers qui ont réussi à paralyser son système informatique. 

    Selon les mêmes sources, les pirates informatiques se trouvent en Europe de l'Est et ont demandé à être payés en cryptomonnaie. 

  • Londres seule dans le rouge

    En Europe, les marchés retrouvent la stabilité après avoir reculé nettement dans la matinée de peur de voir la Réserve fédérale (Fed) resserrer sa politique monétaire plus vite que prévu face à l'accélération de l'inflation. Exceptée Londres (-0,69%) qui restait dans le rouge, Bruxelles (+0,31%), Paris (+0,09%), Milan (+0,07%) et Francfort (+0,22%) effaçaient leurs pertes de la matinée.

    "L'humeur du marché reste soutenue par la perspective de la réouverture complète des économies et de la levée des restrictions de voyage, notamment sur le Vieux Continent", avance Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

    Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, dont la hausse s'est amplifiée mercredi après des chiffres d'inflation très supérieurs aux attentes, redescendait un peu à 1,68%. "Les traders vont maintenant attendre les discours d'une série de membres du Comité monétaire de la Banque centrale américaine (FOMC) à la fin de cette semaine pour évaluer si la Fed a toujours la situation sous contrôle", indique Pierre Veyret.

  • Alibaba négligée à Wall Street

    Parmi les valeurs du jour, l'action d'Alibaba cotée à Wall Street reculait de 3,42%. Plombé par une amende record de Pékin pour entrave à la concurrence de 2,75 milliards de dollars, le géant chinois du commerce en ligne a annoncé jeudi une perte trimestrielle de près d'un milliard d'euros. 

    Malgré ses déboires, Alibaba se dit optimiste pour l'année en cours "compte tenu du potentiel du marché" chinois, sur lequel le groupe est incontournable. Alibaba ambitionne de dégager un chiffre d'affaires de plus de 930 milliards de yuans (109,5 milliards d'euros) sur son nouvel exercice annuel (2021-22). 

     

  • Les techs reprennent des couleurs

    La Bourse de New York a ouvert en hausse jeudi, effaçant une partie des pertes subies sur les trois séances précédentes après l'annonce d'une nouvelle baisse des inscriptions au chômage, qui apaise en partie l'inquiétude des investisseurs.

    30 minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 1,04%. Le S&P 500 progresse de 1,10% et le Nasdaq Composite prend 1,31%. Ce dernier a perdu plus de 5% sur les trois séances précédentes et porté à 8,3% son repli par rapport à son record historique du 29 avril, les grandes valeurs technologiques étant les principales victimes du regain d'aversion au risque lié aux récents signes d'accélération de l'inflation.

    Parmi les plus fortes hausses du Dow Jones en début de séance figurent plusieurs poids lourds du secteur technologie, l'un des plus éprouvés par la baisse des derniers jours: Apple gagne 2,04%, Microsoft 1,6%, Salesforce 1,51%.

    En tête de l'indice Boeing (+2,21%) profite du feu vert de l'autorité américain de l'aviation civile, la FAA, aux réparations proposées sur son 737 MAX.

    À l'opposé, les pétrolières souffrent du recul des cours du brut: Chevron cède 0,75% et Exxon Mobil 1,12%. 

  • Le Bel 20 remonte dans le vert

    Après l'ouverture positive des marchés américains, les marchés européens continuaient de remonter vers l'équilibre. À Bruxelles, le Bel 20 est parvenu à changer de direction et gagne à présent 0,10%. Paris aussi a pointé son nez dans le vert à la faveur d'une hausse de 0,01%. 

    Amsterdam (-0,27%) et Francfort (-0,25%) limitent la casse alors que Londres (-1,27%) reste embourbée dans le rouge à cause des valeurs minières et de Burberry

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,12% 
    S&P 500: +0,29% 
    Nasdaq Composite: +0,92%

  • Ageas dans le viseur de Berenberg

    Chez Berenberg, l'objectif de cours d'Ageas passe de 52,80 à 57,20 euros. La recommandation d'achat est confirmée.

    Ageas perd 2,29% à 51,12 euros dans un marché en repli de 0,17%.

  • Le Nasdaq s'apprête à rebondir | L'Europe réduit ses pertes

    Les contrats à terme américains sont globalement positifs, au lendemain d'une séance difficile. Le Nasdaq ouvrirait en hausse de 0,9% et le S&P 500 de 0,33%, tandis que l'indice Dow Jones grappillerait 0,06%.

    Mercredi, l'indice Dow Jones a perdu 1,99%, le Standard & Poor's 500 a cédé 2,14% et le Nasdaq Composite a reculé de 2,67%.

    En Europe, les pertes boursières diminuent pour tourner autour entre 0,15% à Bruxelles et 0,6% à Amsterdam.

  • L'indice des prix à la production progresse plus qu'attendu aux USA

    La hausse des prix à la production aux Etats-Unis s'est accélérée en avril, montrent les statistiques publiées jeudi par le département du Travail.

    L'indice des prix à la production a progressé de 0,6% en avril aux États-Unis, ce qui est plus qu'attendu.

    Les économistes interrogés par FactSet tablaient, en effet, sur une augmentation de 0,3% en avril.

    Sur un an, la hausse ressort à 6,2%, la plus forte progression depuis 2010, contre +5,9% anticipé.

  • Moins d'inscriptions au chômage US que prévu

    Les inscriptions au chômage US pour la semaine arrêtée au 8 mai ont atteint 473.000 unités, un chiffre inférieur aux 490.000 nouvelles demandes prévues par les analystes, selon des données annoncées par le département du Travail.

    Les demandes initiales d'allocations chômage de la semaine au 1er mai ont été révisées en hausse à 507.000 par rapport à une estimation initiale de 498.000.

    Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a lui aussi reculé, à 3,655 millions lors de la semaine au 1er mai, la dernière pour laquelle ces chiffres sont disponibles, contre 3,7 millions la semaine précédente.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Tesla perd 1,5% en avant-bourse après que son directeur général, Elon Musk, a annoncé mercredi que les bitcoins ne seraient plus acceptés pour acheter un véhicule, invoquant des préoccupations environnementales pour justifier ce revirement sur la cryptomonnaie. Le cours du bitcoin est tombé, ce jeudi, au plus bas depuis le 1er mars. Coinbase , Riot Bockchain et Marathon Digital Holdings perdent de 5,5% à 14,7% en avant-bourse.

    * Alibaba a annoncé, ce jeudi, une augmentation plus forte que prévu de son chiffre d'affaires trimestriel, mais le géant chinois du commerce en ligne, dont la maison mère Ant Group est soumise à une intense pression des autorités de régulation locales, accuse une perte nette de 5,48 milliards de yuans (703 millions d'euros), contre un bénéfice un an plus tôt sur la même période. Le titre perd 1,6% en avant-bourse.

    * Les groupes pétroliers sont indiqués en baisse dans les échanges en avant-bourse après l'accès de faiblesse des cours du brut: ExxonMobil cède 1,5% et Chevron 1%.

    * Canada Goose  table pour la première fois sur un chiffre d'affaires annuel supérieur à un milliard de dollars canadiens (682 millions d'euros), la hausse des ventes en ligne et la demande chinoise ayant permis au groupe de prêt-à-porter de publier un bénéfice surprise au quatrième trimestre de son exercice décalé. Le titre coté à Wall Street prend 5% en avant-bourse.

  • Alibaba: près d'un milliard d'euros de perte trimestrielle, après une amende record

    Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba annonce une perte de quelque 974,7 millions d'euros au dernier trimestre de son exercice, plombé par une amende record en Chine pour entrave à la concurrence.

    Fondé par le charismatique milliardaire Jack Ma, Alibaba s'était vu infliger, le mois dernier, une amende de 2,3 milliards d'euros pour abus de position dominante, un montant qui représente 4% de son chiffre d'affaires de 2019.

  • La remontée des rendements obligataires se poursuit

    La remontée soutenue des rendements obligataires américains après les chiffres de l'inflation aux États-Unis continue de se propager aux marchés européens: le rendement du Bund allemand à dix ans est repassé au-dessus de -0,1% pour la première fois depuis mais 2019, en hausse de plus de trois points de base sur la journée.

    Son équivalent français, lui, prend près de quatre points, à 0,289%, un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis près de 14 mois.

    Le dix ans américain, à 1,6949%, affiche désormais près de 15 points de hausse en une semaine.

  • Update | Le point sur la tendance boursière - Les craintes pour l'inflation plombent l'ambiance

    L'accélération de l'inflation aux États-Unis fait grandement pression sur les marchés boursiers qui s'interrogeaient sur le degré de crédibilité du discours rassurant de la banque centrale américaine.

    "Le discours insistant de la Fed selon lequel l'inflation est seulement transitoire a bien une audience, mais si les chiffres ne se calment pas dans les prochains mois, le défi porté à sa crédibilité pourrait tout court-circuiter", estime Tai Hui chez JP Morgan Asset Management.

    L'Europe, qui avait pourtant bien résisté, la veille, à la publication d'une hausse plus forte qu'attendu des prix à la consommation américaine pour avril, partageait les craintes des autres marchés de voir la Réserve fédérale (Fed) resserrer sa politique monétaire plus vite que prévu. Les pertes tournent autour de 1,4%.

    Plus tôt, l'Asie a plongé. À Tokyo, l'indice vedette Nikkei a lâché 2,49%, tombant à son plus bas niveau depuis début janvier. Hong Kong a baissé de 1,8% et Shanghai de 1%.

    Après une déroute à Wall Street mercredi, les contrats à terme signalent, pour l'instant, un nouveau repli avant l'ouverture, après trois séances négatives. Le Dow Jones reculerait de 0,55%, le S&P 500 de 0,30% et le Nasdaq de 0,19%.

    Dans ce contexte de peur d'une inflation éventuellement galopante, les investisseurs surveilleront en début d'après-midi des prix à la production (PPI) pour avril aux États-Unis et les demandes hebdomadaires d'allocations chômage.

  • Celyad dopée au CYAD-211

    Celyad , la société de biotechnologie de Mont-Saint-Guibert développant des thérapies cellulaires pour le traitement du cancer, présentera les premiers résultats de l'essai de phase 1 (nommée Immunicy-1) du candidat médicament CYAD-211, utilisé contre le myélome multiple, lors de la conférence (virtuelle) de la European hematology association (EHA) en juin.

    Les premiers résultats indiquent que le médicament ne montre aucun signe de rejet à la première dose. Surtout, une activité clinique initiale a été observée et même une réponse partielle chez un patient.

    Le PDG Filippo Petti est très satisfait. "Nous sommes encouragés par l'activité clinique observée à une dose aussi faible et par les progrès constants de l'étude à ce jour."

    L'action s'envole de plus de 17%, à 5,40 euros.

  • Danone va restituer aux actionnaires le produit de son désengagement dans Mengniu

    Danone compte redistribuer à ses actionnaires le produit de la cession de sa participation dans le chinois Mengniu. L'opération aura lieu au travers d'un programme de rachat d'actions, a précisé le géant agroalimentaire français.

    Danone, sous la pression des fonds d'investissement sur ses retours aux actionnaires, a annoncé, hier, le lancement de son désengagement dans le groupe laitier chinois dont elle détenait 9,8%.

    "L’opération s’est soldée par un produit de cession brut d’un montant de 15,4 milliards de dollars d’Hong Kong (1,6 milliard d’euros). Le règlement de l’opération aura lieu le 17 mai", lit-on dans un communiqué de l'entreprise.

    En bourse, le titre Danone est stable, à 56,71 euros, alors que le Cac 40 recule de 1,4%.

  • "Profitez de tout accès de faiblesse de l'action D'Ieteren"

    La société holding D'Ieteren dérape de 2,3%, à 85 euros, dans un marché bruxellois en baisse de 1,22%. Le titre est sans doute impacté, dans une certaine mesure, par la publication des résultats du canadien Boyd, un concurrent de Belron, la filiale de vitrage automobile du groupe de la rue du Mail.

    Boyd a publié un chiffre d'affaires trimestriel et des marges faibles, poussant l'action à clôturer en baisse de 5,1%, souligne David Vagman, analyste chez ING.

    Boyd est, avant tout, un réparateur de carrosserie, mais il effectue également des réparations sporadiques de vitres de voiture. C'est l'une des rares entreprises en Amérique du Nord à offrir des services de réparation automobile comme Belron.

    Cependant, l'analyste d'ING David Vagman pense que les problèmes de Boyd sont dans une large mesure spécifiques à l'entreprise et à son secteur (la réparation de carrosseries). Il en tire donc peu de conclusions pour Belron.

    David Vagman reste "optimiste pour l'histoire à long terme de Belron, mais aussi sur le potentiel de reprise à court terme" et il conseille de "tirer avantage de chaque accès de faiblesse de l'action D'Ieteren".

    La recommandation d'achat est maintenue avec un objectif de cours de 134 euros.

  • Les minières, les pétrolières et Burberry

    > Si l'ensemble des compartiments européens sont en baisse, le recul le plus marqué revient à celui des ressources de base, le renchérissement du dollar pénalisant les cours des métaux. Son indice Stoxx lâche 3,43%. Parmi les valeurs du secteur, ArcelorMittal perd 3,4%, BHP 4,3% et Rio Tinto 4,4%.

    > Les valeurs pétrolières sont impactés, quant à elles, par le recul des cours du brut. TechnipFMC , lanterne rouge du CAC, cède 2% et Total 3,2%.

    > Burberry chute de 8% après avoir fait état d'une baisse de 10% de ses ventes annuelles en répercussion de la crise sanitaire.

    > Toujours dans le monde du luxe, l'italien Tod's perd 0,2% après la publication d'un chiffre d'affaires en hausse et l'évocation de possibles coopérations avec LVMH, bien qu'aucune discussion en ce sens ne soit en cours.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes reculent, dans le sillage des marchés asiatiques rattrapés par la rechute de Wall Street mercredi, après l'accélération de l'inflation aux États-Unis.

    Les pertes dépassent 1% un peu partout en Europe, hormis à Bruxelles où l'indice Bel 20 limite son recul à 0,90%.

    L'Euro Stoxx 50 cède 1,43% et le Stoxx 600 1,11%.

    Aucun secteur n'est épargné, du compartiment des soins de santé (-0,40%) aux minières (-2,61%).

    > AvH abandonne 0,8% et Leasinvest cède 1,25%. Leasinvest, dont AvH détient 30%, va unir sa destinée à celle d'Extensa, le développeur immobilier dont l'entièreté des parts est dans le portefeuille du holding. Leasinvest perdra, au passage, son statut de SIR.

    > Melexis est coté sans droit au dividende final de 0,90 euro brut. L'action perd 0,30%.

    > Celyad va présenter les premiers résultats d'un essai de phase 1 avec CYAD-211 au Congrès européen d'hématologie. L'action bondit de 5,66%.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -1,4%
    Bruxelles: -0,78%
    Paris: -1,15%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -1,28%
    DJ Stoxx 600: -1,06%

    KBC : -1,28%

  • Burberry: -10%

    Burberry chute de 10% après ses résultats trimestriels.

    L'enseigne de vêtements et d'accessoires de luxe a pourtant indiqué que la reprise de son activité s'était accélérée depuis le début d'année, ce qui a permis au groupe de luxe britannique de reprendre le versement d'un dividende.

    Les investisseurs jugent toutefois décevantes les ventes au titre de l'exercice achevé fin mars, le groupe de luxe ayant fait les frais de la fermeture des commerces et de la baisse du tourisme dans le contexte de la crise sanitaire.

    Le spécialiste britannique du prêt à porter haut de gamme a fait état d'une chute de 10% de ses ventes, tout en faisant part d'un rebond de 32% de ses ventes à périmètre comparable au quatrième trimestre de son exercice décalé.

  • Volvo Cars envisage une IPO dès cette année

    Volvo Cars envisage une introduction en bourse ces prochains mois, alors que le projet de fusion avec Geely Automobile Holdings, le constructeur chinois appartenant à la société mère, Geely Holding Group, a échoué.

    Le conseil d'administration du constructeur automobile suédois a décidé d'évaluer l'opportunité d'une cotation sur le Nasdaq Stockholm plus tard cette année, selon un communiqué.

    Selon Bloomberg News, le propriétaire Zhejiang Geely Holding Group valorise l'entreprise à environ 20 milliards de dollars.

  • Euronext lève 1,82 milliard d'euros

    Euronext a annoncé mercredi qu'elle a récolté 1,82 milliard d'euros, suite à l'émission de 30,5 millions nouvelles actions à un prix de 59,65 euros.

    L'augmentation de capital avec droits de préférence a été largement sursouscrite, indique l'opérateur boursier, qui précise que le produit net sera utilisé pour refinancer partiellement l'acquisition du Groupe Borsa Italiana pour 4,4 milliards d'euros.

    L'action Euronext a clôturé à 85,15 euros mercredi.

    Le groupe a annoncé, par ailleurs, que le dividende 2020 de 1,47 euro par action sera payé le 19 mai. L'action sera cotée ex-dividende le 17.

  • Berenberg relève son objectif de cours pour KBC

    Berenberg s'en tient à son conseil de "conserver" pour KBC , mais l'objectif de cours passe de 60 euros à 68 euros. Le broker a considérablement augmenté son estimation de bénéfice pour cette année pour KBC à 5,25 euros par action (+14,3%). Les estimations de bénéfices augmentent également pour 2022 et 2023, de respectivement de 4,7 et 4,4%.

    KBC a clôturé mercredi à 67,34 euros.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en repli à l'ouverture, rattrapées par la clôture en baisse de Wall Street après l'annonce d'une accélération de l'inflation aux États-Unis, qui font craindre à certains investisseurs un resserrement prématuré de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

    D'après les premières indications disponibles, l'Euro Stoxx 50 ouvrirait en baisse de 0,9%. Londres reculerait également de 0,9%. Francfort abandonnerait 0,8% et Paris  0,2%.

    L'indice des prix à la consommation américain (CPI) a progressé de 0,8% en avril et affiche, sur un an, une hausse de 4,2%, la plus forte enregistrée depuis 2008.

    Des responsables de la Fed ont rapidement minimisé l'impact de ces chiffres, le vice-président de la banque centrale américaine, Richard Clarida, déclarant que les mesures de relance seraient encore nécessaires à la reprise pendant un certain temps.

    "Il faudrait probablement un très bon rapport sur l'emploi en mai, avec des révisions à la hausse considérables pour les mois de mars et surtout d'avril, pour que la Fed entame une discussion sur le 'tapering' lors de sa réunion de juin", a déclaré Michael S. Hanson, économiste chez J.P. Morgan. "Nous continuons de penser qu'elle commencera à réduire le rythme de ses achats d'actifs au début d'année prochaine", a-t-il ajouté.

  • Leasinvest se marie avec Extensa et renonce à son statut de SIR

    Ackermans & Van Haaren a attendu la clôture des marchés, mercredi soir, pour effectuer une annonce importante: Leasinvest Real Estate (LRE) , dont elle détient 30%, va unir sa destinée à celle d'Extensa, le développeur immobilier dont l'entièreté des parts est dans le portefeuille du holding.

    Dans un message vidéo publié sur le site internet de LRE, Michel Van Geyte, le CEO de la société immobilière, annonce "une décision de combiner les activités stratégiques d'Extensa avec (leur) entreprise".

    Leasinvest se marie avec Extensa

    La conséquence de cette résolution est l'abandon du statut de société immobilière réglementée (SIR), d'une part, et de société d'investissement à capital variable (sicav) au Luxembourg, d'autre part. Riche de 100% des parts d'Extensa, LRE deviendra une société industrielle immobilière rebrandée Leasinvest 2.0 et cotée à Euronext Bruxelles. De la sorte, elle se rapproche du modèle d'acteurs tels qu'Immobel et Atenor.

  • Melexis ex-dividende

    Melexis cote ex-dividende de 0,90 euro brut ce jeudi 13 mai. Le paiement aura lieu le 17 mai.

  • Payer votre Tesla en bitcoin? Oubliez!

    Il ne sera plus possible d'acheter une Tesla en la payant avec des bitcoins, a déclaré Elon Musk mercredi en invoquant des préoccupations environnementales pour expliquer ce revirement de la position de l'entreprise sur la cryptomonnaie.

    Le bitcoin a chuté de plus de 10% après qu'Elon Musk a tweeté sa décision de suspendre son utilisation, moins de deux mois après que Tesla a commencé à accepter la plus grande monnaie numérique du monde pour le paiement.

    D'autres cryptomonnaies, dont l'ethereum, ont également chuté avant de regagner un peu de terrain dans les échanges en Asie.

    L'utilisation du bitcoin pour acheter des véhicules électriques de Tesla avait mis en lumière une dichotomie entre la réputation d'Elon Musk en tant qu'écologiste et l'utilisation de sa popularité et de sa stature en tant que l'une des personnes les plus riches du monde pour soutenir les cryptomonnaies.

    Certains investisseurs de Tesla, ainsi que des écologistes, se montrent de plus en plus critiques à l'égard de la façon dont le bitcoin est "miné" en utilisant de grandes quantités d'électricité générées par des combustibles fossiles.

  • Les bourses chinoises dans le rouge | Les investisseurs restent focalisés sur l'inflation

    Bonjour!

    Wall Street a connu une nouvelle séance tendue hier, avec la publication des chiffres de l'inflation US. La Bourse de New York a fini, en effet, en forte baisse pour la troisième journée d'affilée mercredi après l'annonce d'une accélération de l'inflation aux États-Unis, qui ravive les craintes d'un resserrement de la politique monétaire d'ici la fin de l'année.

    > L'indice Dow Jones a perdu 681,5 points, soit 1,99%, à 33.587,66.
    > Le Standard & Poor's 500, plus large, a cédé 89,06 points (2,14%), à 4.063,04.
    > Le Nasdaq Composite a reculé de 357,75 points (2,67%), à 13.031,68.

    En Asie, les bourses évoluent dans le rouge. L'indice CSI 300 des grandes capitalisations boursières lâche 1%, tout comme Hong Kong. L'indice Nikkei dérape de 2%.

    Alors que la baisse à Wall Street s'est déroulée après la clôture européenne mercredi, il y a peu de raisons de s'attendre à une ouverture dans le vert en Europe ce matin.

    La problématique de l'inflation devrait rester une des préoccupations majeures des investisseurs aujourd'hui, compte tenu des statistiques attendues: les prix à la production aux États-Unis et, d'autre part, les inscriptions hebdomadaires au chômage.

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés