1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street rebondit nettement après trois séances de pertes

La Bourse US a nettement rebondi ce jeudi après trois séances de pertes et une frayeur de courte durée sur la future normalisation de la politique monétaire de la Fed. Les marchés européens avaient eux aussi terminé la séance en hausse, après avoir subi une importante vague de prises de bénéfices.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street rebondit, le Nasdaq prend 1,8%

    La Bourse de New York a nettement rebondi ce jeudi après trois séances de pertes et une frayeur de courte durée sur la future normalisation de la politique monétaire de la Fed. Le Dow Jones a progressé de 0,56% à 34.084,15 points. Le Nasdaq a grimpé de 1,77% 13.535,74 points. Le S&P 500 a gagné 1,06% à 4.159,12 points. La veille, après la parution des minutes d'une réunion de la Banque centrale américaine (Fed) selon lesquelles certains membres du Comité se demandent s'il ne serait pas temps d'envisager une normalisation monétaire, les indices avaient terminé dans le rouge pour la 3e séance d'affilée.

    Alors que la Banque centrale maintient des taux proches de zéro et achète 120 milliards de dollars d'actifs par mois pour soutenir l'activité, certains de ses responsables ont lancé le débat sur la nécessité de bientôt envisager de réduire ces injections de liquidités si l'économie américaine continue de s'améliorer à ce rythme. Tous les secteurs du S&P 500 était dans le vert, sauf celui de l'énergie en léger repli dans le sillage du recul des cours du brut. Les indices étaient solidement tirés par les technologies de l'information (+1,87%), la communication (+1,68%) et l'immobilier (+1,34%).

    Les nouvelles macro-économiques étaient mitigées avec des demandes hebdomadaires d'allocations chômage en repli à 444.000, mieux que prévu, contre 478.000 au cours de la première semaine de mai. Mais l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie (nord-est des Etats-Unis) a fortement ralenti en mai après un plus haut atteint en avril, affectée notamment par les difficultés d'approvisionnement pour certains composants, selon l'indice de l'antenne locale de la Banque centrale américaine (Fed). L'indice a perdu 19 points pour s'établir à 31,5 points en mai contre 50,2 points en mars. C'est inférieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 42 points.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 0,55% à 34.084,15 points.

    Le Nasdaq a gagné 1,77% à 13.535,74 points.

    Le S&P 500 a avancé de 1,06% à 4.159,12 points.

  • Le pétrole sous la pression de l'offre iranienne, des stocks américains et d'une demande fragilisée

    Les prix du pétrole ont enregistré une nouvelle baisse ce jeudi, les investisseurs s'interrogeant sur un possible retour sur le marché des barils iraniens, sur la hausse des stocks américains de brut et sur le ralentissement de la demande asiatique.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 65,11 dollars à Londres, en recul de 2,33% ou 1,55 dollar par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril de WTI pour le mois de juin, dont c'était le dernier jour de cotation, a perdu 2,07% ou 1,31 dollar à 62,05 dollars. La veille, les deux contrats de référence avaient déjà abandonné environ 3%.

  • Snapchat dit compter 500 millions d'utilisateurs mensuels

    Lentement mais sûrement, le réseau social Snapchat continue sa croissance: il a annoncé ce jeudi avoir atteint les 500 millions d'utilisateurs mensuels, notamment grâce à une adoption massive de l'application en Inde pendant la pandémie. L'inventeur des "stories" éphémères, très populaires chez les ados et jeunes adultes, a vu le nombre d'utilisateurs quotidiens en Inde bondir de 100% sur un an lors des cinq derniers trimestres, a précisé Evan Spiegel, le patron du groupe américain, lors de sa conférence annuelle pour présenter ses nouveautés.

    Environ 40% des usagers de Snapchat se trouvent désormais en-dehors de l'Amérique du Nord et de l'Europe, mais ces régions restent cruciales pour l'appli. "Aux Etats-Unis, en France, au Royaume-Uni, en Australie et aux Pays-Bas, Snapchat est devenu une partie indispensable de la vie des gens. L'appli a été adoptée par 90% des 13-24 ans et 75% des 13-34 ans", a détaillé Evan Spiegel. L'audience de l'entreprise entrée en Bourse en 2017 reste loin de celle du géant du secteur, Facebook: quelque 3,45 milliards de personnes se servent d'au moins une de ses quatre plateformes (Facebook, Instagram, Messenger, WhatsApp) tous les mois.

    Mais Snapchat séduit de plus en plus d'annonceurs avec ses filtres et outils de "réalité augmentée", qui permettent aux consommateurs d'"essayer" des vêtements ou des accessoires depuis leur salon, en simulation via leur smartphone. Le réseau social a vanté les mérites jeudi de nouveaux produits et innovations utiles pour les créateurs de contenus et aussi pour les marques. les chaînes de distribution et restaurants vont ainsi pouvoir faire de la publicité directement dans l'outil de cartographie. "L'année dernière? nous avons augmenté nos paiements à nos créateurs et partenaires de plus de 100%", a affirmé Evan Spiegel.

  • Oatly boit du petit lait pour son entrée à Wall Street

    Le fabricant suédois de lait d'avoine Oatly voyait son action décoller de plus de 25% à l'occasion de son entrée à la Bourse de New York jeudi.  

    Le titre de l'entreprise, qui s'échange sous le symbole OTLY sur le Nasdaq, valait 21,41 dollars vers 16H25 GMT, bien plus que le prix d'introduction de 17 dollars fixé mercredi soir.  

    Le cours de la mi-séance conférait à l'entreprise une valorisation d'environ 12,7 milliards de dollars. 

  • Cofinimmo investit 30 millions d'euros dans l'immobilier de santé aux Pays-Bas

    La société immobilière réglementée Cofinimmo a acquis un terrain sur le campus de soins Monnikenberg à Hilversum, aux Pays-Bas, sur lequel une clinique de soins sera construite. Le budget d'investissement pour l'achat du terrain et les travaux s'élève à environ 30 millions d'euros.

    Le bâtiment est déjà pré-loué à long terme (20 ans) à Tergooi, qui en sera l'opérateur. Les loyers seront perçus à partir de la livraison des travaux et seront indexés suivant l'indice néerlandais à la consommation. Le rendement locatif brut sera d'environ 5%.

  • Le bitcoin rebondit après son plongeon

    Le bitcoin, la plus prisée des crypto-monnaies, rebondissait ce jeudi au lendemain d'un plongeon jusqu'à 30.016 dollars, un plus bas depuis fin janvier. En hausse de 8,75% à 41.691 dollars, jeudi, le très volatil bitcoin reste cependant en baisse de près de 30% depuis le début de la semaine précédente et en chute de près de 40% par rapport à son plus haut historique atteint mi-avril à 64.870 dollars.

    "Reste à voir si la reprise se maintiendra", a commenté Fawad Razaqzada, analyste de Thinkmarkets. "Les cryptomonnaies resteront probablement volatiles pendant un certain temps, les spéculateurs évaluant l'impact de l'interdiction en Chine et de la volte-face de Tesla", a-t-il ajouté, citant les deux principaux facteurs qui ont fait dévisser la cryptomonnaie mercredi.

  • Au menu ce vendredi

    La semaine se termine sur un agenda peu chargé avec les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle du cabinet Markit. Côté entreprises, quelques rares entreprises doivent encore publier leurs chiffres trimestriels. 

  • Rebond en Europe et à Wall Street

    Les Bourses européennes ont fini en hausse jeudi alors que Wall Street évoluait elle aussi dans le vert malgré les incertitudes sur l'inflation et la politique monétaire des banques centrales.

    À Bruxelles, le Bel 20 a pris 0,64% avec Melexis en tête des hausses. À Paris, le CAC 40 a gagné 1,29%. Le Footsie britannique a pris 1% et le Dax allemand 1,7%. L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 1,6%, le FTSEurofirst 300 de 1,24% et le Stoxx 600 de 1,27%.

    À l'heure de la clôture européenne, les principaux indices de Wall Street étaient en hausse, les valeurs technologiques en tête. Le Dow Jones gagnait 0,55%, le S&P-500 0,9% et le Nasdaq à 1,3%.  

  • Bois Sauvage ne touchera pas au prix de reprise de Recticel

    Le prix auquel le holding Bois Sauvage a vendu sa participation de 27% dans Recticel au groupe autrichien Greiner est fixé et n'augmentera pas, quel que soit le prix offert ultérieurement par Greiner pour prendre le  contrôle du spécialiste flamand de l'isolation.

    C'est ce qu'indique en substance Bois Sauvage dans un communiqué de presse publié après-bourse et dans lequel il confirme ses intentions de vote pour l'assemblée générale de Recticel du 25 mai. 

    Le holding explique qu'il "votera en faveur de l’ensemble des points figurant à l’ordre du jour de ces assemblées générales, à l’exception du point 1.3 de l’ordre du jour de l’assemblée générale extraordinaire".

    Le point 1.3 de l’ordre du jour de l’assemblée générale extraordinaire de Recticel vise, selon Bois Sauvage, à "créer un nouveau capital autorisé égal à 20% du montant actuel du capital souscrit dans le but de réaliser et/ou de financer des acquisitions stratégiques par le Groupe Recticel", ce qui pourrait constituer une mesure de nature à contrer toute offre ou contre-offre dont les autres actionnaires de Recticel pourraient bénéficier, souligne Bois Sauvage. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,64% 
    CAC 40: +1,29% 
    AEX : +1,49% 
    DAX: +1,36% 
    FTSE 100: +0,76% 
    STOXX 600 Europe: +1,13% 

    Résultats provisoires 

  • Le S&P 500 en forme

    L'indice élargi de la Bourse de New York avance de plus de 1% à mi-séance. 

     

  • Une nouvelle fonction dans l'app Robinhood

    L'application de trading Robinhood a lancé une fonction "IPO Access". Celle-ci offre la possibilité aux investisseurs particuliers de prendre des positions dans des sociétés au prix d'émission, autrement dit avant que la société ne devienne publique.  

    Application de trading et courtier

  • Morgan Stanley remet de l'ordre dans ses affaires

    Le patron de La banque d'affaires américaine Morgan Stanley a procédé à divers changements au sein de la direction, alimentant les spéculations sur la succession de l'actuel CEO James Gorman, à la tête de l'entreprise depuis 2010.

    Ted Pick, qui gère actuellement la division offrant des services de banque d'affaires aux clients institutionnels, et Andy Saperstein, qui chapeaute les activités de gestion de fortune, ont été mis en avant en étant nommés co-présidents et en se voyant confier des tâches supplémentaires. L'actuel directeur financier, Jonathan Pruzan, âgé de 52 ans, devient directeur des opérations. Il sera remplacé par Sharon Yeshaya, 41 ans, actuellement en charge des relations avec les investisseurs.

    Ce remaniement à la tête de la banque d'affaires intervient deux jours après une autre série de changements à la tête de JPMorgan Chase, dirigé par Jamie Dimon depuis 2006. Dimon, âgé de 65 ans, a notamment nommé Jennifer Piepszak et Marianne Lake, deux femmes susceptibles de lui succéder, à la tête de la banque de détail. 

  • Grosse gamelle pour Ralph Lauren et Kohl's

    Ralph Lauren chute de 6% et Kohl's chute de 6% et Kohl's de 10,81%, leurs objectifs de chiffre d'affaires annuel s'avérant bien en dessous des attentes du marché malgré une révision à la hausse en ce qui concerne le groupe de grands magasins.

  • Les chiffres du chômage permettent à New York de rebondir

    Les grands indices américains ont démarré la séance dans la bonne direction, tentant non sans mal de tourner la page à trois séances consécutives teintées de rouge après un chiffre encourageant montrant des inscriptions au chômage au plus bas depuis le début de la pandémie. 

    Dix minutes après les premiers échanges, le Dow Jones (+0,03%) gardait légèrement la tête hors de l'eau, mais il était ralenti par Cisco Systems (-3,08%). L'équipementier de réseaux est en proie à des problèmes de chaîne d'approvisionnement qui risque de durer jusqu'à la fin de l'année. 

    La montée était plus franche pour le S&P 500 (+0,40%) et le Nasdaq Composite (+0,78%).  

    En Europe, le Bel 20, soutenu par ses trois holdings, avance de 0,34% et le Stoxx 600 Europe reprend 0,74%. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,14% 
    S&P 500: +0,33% 
    Nasdaq Composite: +0,59% 

  • Podcast Tracker | Épisode 4/5 - Le boom de l'investissement durable

    Dans ce quatrième épisode de notre podcast Tracker, nous nous attardons sur la montée en puissance de l'investissement durable et sur la composition des fonds axés sur cette thématique. 

    Tracker - Investissements durables

  • USA: forte baisse de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie

    L'activité manufacturière dans la région de Philadelphie (nord-est des Etats-Unis) a fortement baissé en mai, affectée par les difficultés d'approvisionnement de certains composants, selon l'indice de l'antenne locale de la Banque centrale américaine (Fed). L'indice a perdu 19 points, à 31,5 points en mai contre 50,2 points en mars. C'est inférieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 42 points.

  • USA: les inscriptions au chômage continuent de reculer

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont encore diminué aux Etats-Unis lors de la semaine au 15 mai, à 444.000 contre 478.000 (révisé) la semaine précédente, revenant ainsi à leur plus bas niveau depuis la mi-mars 2020, a annoncé le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne un recul à 450.000 après les 473.000 inscriptions annoncées initialement pour la semaine au 8 mai.

    • La moyenne mobile sur quatre semaines s'établit en baisse à 504.750 contre 535.250 (révisé) la semaine précédente. 
    • Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a en revanche augmenté, à 3,751 millions lors de la semaine au 8 mai (dernière semaine pour laquelle ces chiffres sont disponibles) contre 3,64 millions la semaine précédente.

  • BASF crée une co-entreprise avec le chinois Shanshan

    Le groupe industriel allemand BASF  a annoncé la création d'une coentreprise avec le chinois Shanshan, pour produire en Chine des composants de batteries pour voitures électriques. Les deux entreprises "ont décidé de créer une joint venture, majoritairement détenue par BASF (BASF : 51% ; Shanshan : 49%), a annoncé l'Allemand dans un communiqué.

    Cette nouvelle structure produira des "matériaux actifs" et des "matériaux précurseurs" de cathode, un élément essentiel dans la composition des batteries électriques. Ces composants produits en Chine, serviront essentiellement à fournir le marché mondial des batteries pour véhicules électriques. Le chinois Shanshan est en effet l'un des principaux fournisseurs d'éléments de batteries dans son pays.

  • Wall Street devrait ouvrir dans le rouge

    Une quatrième séance de baisse est attendue à Wall Street, où la préoccupation première des investisseurs reste la possibilité d'une inflexion dans la politique de rachats de titres de la Réserve fédérale.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en léger repli pour le Nasdaq et le S&P-500 et en baisse de 0,4% pour le Dow Jones.

  • Deutsche Bank met l'accélérateur sur la finance verte

    La première banque allemande Deutsche Bank   a annoncé vouloir financer et investir au total 200 milliards d'euros dans des projets durables d'ici la fin de 2023, deux ans plus tôt qu'annoncé auparavant. "Nous devons le plus rapidement possible passer de l'ambition à l'action", déclare Christian Sewing, PDG de la banque, dans un communiqué publié le jour d'une rencontre avec des investisseurs consacrée notamment à ses priorités sur la finance durable.

    L'établissement a publié des objectifs en matière de finance verte détaillés par division d'ici 2023: 86 milliards d'euros iront à la banque de détail, contre 30 milliards d'euros pour la banque des entreprises et 105 milliards d'euros pour la banque d'investissement. Il est prévu que la moitié du personnel en contact avec la clientèle sera formée d'ici la fin de l'année à la "taxonomie" verte, répondant à la liste européenne des investissements respectueux de l'environnement.

  • UPDATE | Le briefing actions belges

    Unifiedpost dévisse | EVS et d'AvH saluées | Target réduit sur AB InBev | Recticel recule (+Briefing)

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * CISCO SYSTEMS - L'équipementier de réseaux a averti mercredi que les problèmes de chaîne d'approvisionnement allaient persister jusqu'à la fin de l'année et dit anticiper un bénéfice pour le trimestre en cours inférieur aux attentes du marché. Dans les échanges en avant-Bourse, le titre perd environ 6%.

    * Les valeurs liées aux CRYPTOMONNAIES remontent en avant-Bourse avec le rebond du cours du bitcoin autour de 40.000 dollars. COINBASE GLOBAL, RIOT BLOCKCHAIN et MARATHON DIGITAL HOLDINGS prennent entre 1% et 2%.

    * RALPH LAUREN a présenté jeudi une prévision de chiffre d'affaires annuel inférieure au consensus des estimations d'analystes, expliquant anticiper la fermeture prolongée de magasins en Europe et au Japon. Le titre perdait 3% dans les échanges en avant-Bourse.

    * MICROSOFT a annoncé mercredi qu'il abandonnerait l'an prochain le logiciel de navigation Internet Explorer afin de privilégier Edge, un navigateur basé sur la même technologie que Chrome, le produit vedette de Google.

    * FORD MOTOR et le groupe sud-coréen SK Innovation devraient annoncer ce jeudi le lancement d'une coentreprise dans les batteries aux États-Unis destinée à accélérer le déploiement de véhicules électriques du constructeur automobile, ont déclaré à Reuters deux personnes proches du dossier.

    * PFIZER-BIONTECH - La Commission européenne a confirmé jeudi la signature d'un troisième contrat avec les deux laboratoires pour 1,8 milliard de doses supplémentaires de leur vaccin contre le COVID-19.

    * KOHL'S - Le groupe de grands magasins a revu à la hausse jeudi ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice pour l'exercice en cours.

  • Une saison des résultats majoritairement meilleure que prévu

    Un nombre record d'entreprises européennes a affiché des résultats meilleurs que prévu au premier trimestre. 67% des entreprises européennes ont déclaré un bénéfice par action plus élevé que prévu, selon les calculs de Bank of America.

    67%
    Une saison des résultats meilleure que prévu
    67% des entreprises européennes ont déclaré un bénéfice par action plus élevé que prévu.

    Près de 90% des sociétés cotées en bourse ont publié leurs chiffres pour les trois premiers mois de l'année. Le consensus table en moyenne sur un bond de 92% du bénéfice par action contre -4% au quatrième trimestre 2020. Les entreprises restent optimistes, même si le nombre de références à la hausse de l'inflation a fortement augmenté lors des conférences téléphoniques.

  • EVS enfin sur la voie de la reprise?

  • L'UE impose une amende pour entente sur le marché obligataire

    La Commission européenne a annoncé avoir infligé des amendes d'un montant total de 371 millions d'euros à sept banques pour avoir enfreint les règles de la concurrence sur les marchés des emprunts d'État. Les établissements sanctionnés sont Bank of America, Natixis, Nomura, RBS (aujourd'hui NatWest), UBS, UniCredit et WestLB (aujourd'hui Portigon), précise l'exécutif européen dans un communiqué.

  • Les cryptomonnaies tentent de se reprendre

    Le bitcoin et l'ether restent sous pression après une séance meurtrière mercredi qui a laissé une grande partie de la communauté des crypto-monnaies sous le choc.

    Le bitcoin se négociait, vers 11h45, sous la barre symbolique de 40.000 dollars. Il a toutefois réussi à repasser à plusieurs reprises ce cap au cours des dernières heures. La veille, il était redescendu jusqu'à 30.066 dollars. 

    De son côté, l'éther, deuxième cryptomonnaie la plus populaire derrière le bitcoin, est passé en 7 jours de 4.000 dollars à 2.092 dollars au plus fort de sa chute de ce mercredi. Ce jeudi, il évolue autour des 2.680 dollars en fin de matinée.

  • L'euro remonte un peu face au dollar

    L'euro   progresse légèrement face au dollar après une séance de remontée du billet vert à la faveur de la publication du compte rendu de la Banque centrale américaine (Fed).

    Le Comité monétaire de la Fed (FOMC) avait décidé, lors de sa dernière réunion fin avril, de ne pas modifier sa politique très accommodante, privilégiant le soutien à la croissance post-covid, quitte à devoir tolérer une hausse de l'inflation.

    Mais selon les minutes publiées mercredi, certains membres du Comité commencent à se demander s'il ne serait pas temps d'envisager une normalisation de la politique monétaire. "Le FOMC a parlé de commencer à parler de normalisation", ironise Derek Halpenny, analyste chez MUFG, qui estime que l'extrême prudence adoptée par la Fed prouve que sa politique ne va pas changer dans l'immédiat.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes progressent en début de séance, Wall Street ayant fini au-dessus de ses plus bas à la faveur d'un rebond des cryptomonnaies, mais elles n'effacent qu'une partie du terrain cédé mercredi, les inquiétudes liées aux politiques monétaires étant loin d'être dissipées.

    → À Bruxelles, le Bel 20 lâche 0,01%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 gagne 0,64%, le FTSE 100 prend 0,28% et à Francfort, le Dax avance de 0,54%. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,62%, le FTSEurofirst 300 de 0,56% et le Stoxx 600 de 0,56%.

    Le sentiment de marché reste dominé par les interrogations sur l'évolution de la stratégie de la Réserve fédérale américaine. Le compte rendu de la réunion d'avril de la Fed montre, en effet, qu'une partie de ses dirigeants jugent opportun d'engager, dans les prochains mois, les débats sur l'opportunité d'"ajuster" le rythme des achats d'obligations si la reprise économique se confirme. "La Fed ouvre une petite porte sur l'éventuelle réduction de ses achats d'actifs", résume Sebastian Paris Horvitz, stratège de LBPAM. "Jamais jusqu'ici on ne s'était autant approché du début d'une éventuelle discussion sur la nécessité de réduire la stimulation monétaire."

    Le compte rendu de la Fed favorise une nouvelle poussée des rendements obligataires européens: celui du Bund allemand à 10 ans remonte à -0,103 et celui de l'OAT française de même échéance à 0,293%. Le 10 ans américain, à 1,6591%, reflue néanmoins d'un peu plus de deux points de base après en avoir pris plus de quatre mercredi.

  • "Les investisseurs semblent pris dans un no man's land d'indécision"

    "Les investisseurs semblent pris dans un no man's land d'indécision entre l'optimisme de la réouverture économique et l'inquiétude de voir les banques centrales agir trop tard pour faire face à une poussée inflationniste."
    Michael Hewson
    Analyste chez CMC Markets UK

  • Le suédois Oatly valorisé à 10 milliards de dollars

    Le leader mondial du lait d'avoine, le suédois Oatly, a indiqué avoir fixé le prix de son introduction en Bourse à 17 dollars le titre, ce qui lui confère une valorisation d'environ 10 milliards de dollars. L'entreprise basée à Malmö a retenu le haut d'une fourchette de prix proposée début mai malgré les conditions turbulentes à la Bourse de New York, où les principaux indices ont terminé dans le rouge depuis le début de la semaine.

    Quelque 84,38 millions de titres sont émis à l'occasion de cette opération, ce qui permet de lever 1,43 milliard de dollars auprès de nouveaux investisseurs. Ils commenceront à s'échanger ce jeudi sur le Nasdaq sous le symbole "OTLY".

  • Selon Recticel, l'offre de Greiner ne prend pas en compte une meilleure prévision pour 2021

    Selon Recticel  , l'OPA de l'Autrichien Greiner ne prend pas en compte l'amélioration des prévisions pour l'exercice 2021. "Le projet de prospectus ne prend pas en compte nos prévisions révisées pour l'ensemble de l'année 2021, comme indiqué dans notre [dernière] mise à jour", indique-t-il dans un bref communiqué. Pour mémoire, le groupe s'attend désormais à un bénéfice brut ajusté (ebitda) compris entre 123 et 133 millions d'euros.

    La société a appris que Greiner avait soumis un projet de prospectus à la FSMA. "Ce projet de prospectus a été déposé avant toute discussion avec Recticel et avant la rencontre entre Greiner et les représentants de notre conseil d'administration annoncée pour le lundi 24 mai 2021 à Bruxelles."

  • Voici le briefing actions belges

    Les résultats d'EVS et d'AvH salués | Target réduit sur AB InBev | Recticel recule (+Briefing)

  • Bouygues renoue avec un bénéfice net au T1

    Le groupe de BTP et de télécoms Bouygues   a renoué avec un bénéfice net au premier trimestre grâce à la reprise de ses activités dans la construction qui avaient souffert, l'an dernier, des mesures de restrictions sanitaires imposées face à l'épidémie de coronavirus. Le résultat net part du groupe ressort à 21 millions d'euros sur la période, contre une perte nette de 204 millions d'euros un an plus tôt. Lire le communiqué

    Bouygues espère toujours qu'en 2021, son chiffre d'affaires et ses résultats seront "bien supérieurs" à ceux de 2020, sans atteindre toutefois le niveau de 2019. Le résultat opérationnel courant devrait revenir à un niveau équivalent ou légèrement supérieur à celui de 2019 en 2022, estime le groupe. Pour 2021, Bouygues a toutefois relevé sa prévision de progression de l’ebitda après loyer pour Bouygues Telecom, attendue à +7%, contre +5% auparavant.

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,57%

    AEX +0,48%

    BEL 20 -0,03%

  • STMicroelectronics songe à racheter Nordic Semiconductor

    STMicroelectronics   réfléchit à faire une offre sur son concurrent Nordic Semiconductor, rapporte le quotidien financier MF (Milano Finanza). Selon lui, les discussions ont déjà commencé et une offre pourrait être officialisée sous peu.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes devraient tenter un rebond à l'ouverture en dépit des inquiétudes croissantes sur un possible resserrement prochain des politiques monétaires des grandes banques centrales, alimentées par la publication des "minutes" de la dernière réunion de la Réserve fédérale (Fed).

    → Les contrats à terme signalent une hausse de 0,66% pour le CAC 40 parisien , de 0,54% pour le Dax à Francfort, de 0,88% pour le FTSE à Londres et de 0,56% pour l'EuroStoxx 50.

  • "Les investisseurs intègrent progressivement un possible tapering aux USA"

    "Les investisseurs commencent à digérer le fait qu'une normalisation monétaire de l'institution monétaire américaine pourrait arriver plus tôt que prévu."
    John Plassard
    Responsable de l'investissement chez Mirabaud

  • EasyJet creuse sa perte nette

    La compagnie aérienne britannique EasyJet  a annoncé avoir creusé sa perte nette au premier semestre de son exercice 2020-2021 en raison d'un trafic laminé par la pandémie, et s'est montrée très prudente pour le printemps avant une reprise espérée à l'été. La perte a atteint 549 millions de livres pour le semestre achevé fin mars, contre 324 millions un an plus tôt, selon un communiqué.

    Compte tenu des restrictions encore en cours, EasyJet s'attend à ne pas dépasser 15% de ses capacités d'avril à juin. Lire le communiqué

    ©Bloomberg

  • CFE confirme ses prévisions annuelles

    CFE  a réalisé un chiffre d'affaires de 742,1 millions d'euros entre janvier et mars 2021. Ce qui représente une baisse de 2,5% par rapport au premier trimestre 2020. En cause, le constructeur de dragues et de parcs éoliens DEME a vu son chiffre d'affaires chuter de 10% avec une baisse d'activité dans la division Offshore. Les principaux projets de parcs éoliens sont encore en phase de démarrage.

    Sur l'ensemble de l'année, CFE s'attend à une nette croissance de DEME par rapport à 2020.

    Le carnet de commandes du groupe a augmenté de 3,7% au cours des trois premiers mois, à 6,3 milliards d'euros. Cependant, plusieurs contrats importants ne figurent pas encore dans le carnet de commandes au 31 mars. Lire le communiqué

  • Accor va sponsoriser un Spac dédié aux activités connexes au métier hôtelier

    Accor   a annoncé, dans un communiqué, son intention de sponsoriser un corporate Spac (Special Purpose Acquisition Company), dédié "aux activités connexes à son cœur de métier hôtelier". Ce Spac, baptisé Accor Acquisition Company (AAC), sera coté sur Euronext Paris et visera à lever environ 300 millions d'euros, note le groupe hôtelier en précisant que son investissement initial dans cette nouvelle entité sera "non significatif".

    Les activités ciblées par AAC sont la restauration, le flex office, le bien-être, le divertissement et l'événementiel, ainsi que les technologies liées à l'hôtellerie.

  • Redressement en vue pour AvH en 2021

    L'embellie se confirme du côté d'AvH  . Le net redressement des résultats, amorcé au second semestre 2020 déjà, se poursuit "désormais clairement", a fait savoir le holding ce jeudi à l'occasion de la publication de ses résultats pour le premier trimestre.

    Et pour cause, la "forte croissance" des actifs confiés chez Delen Private Bank et à la Banque J.Van Breda & Cº – pour atteindre un niveau record -jette les bases d’une nouvelle progression de leurs résultats en 2021, quand le "bon niveau d’activité" dans le pôle Marine Engineering & Contracting (DEME, CFE  ) devrait également entraîner une contribution accrue aux bénéfices. Même du côté de Leasinvest, un bénéfice net de 7,7 millions d’euros a été enregistré, par rapport à une perte nette de 50,2 millions d’euros pour les trois premiers mois de l’année précédente.

    Résultat, et sauf développements imprévus, le conseil d’administration s’attend à "une croissance significative" du bénéfice net du groupe en 2021.

  • Dividende stable à la Gimv

    La société d’investissement flamande Gimv a réalisé une "performance robuste" lors de son exercice décalé 2020-2021. 

    Le total des investissements a été supérieur à son objectif annuel de 200 millions d'euros, pour s’élever à 211,1 millions. De son côté, le produit total des désinvestissements atteint 265,5 millions d’euros avec un multiple d'investissement réalisé de 3,1x le montant investi.

    Le résultat du portefeuille affiche un rendement de 27% à 274,8 millions d’euros. Le résultat net (part du groupe), de son côté, atteint 205,7 millions d’euros ou 7,9 euros par action.

    Le dividende reste toutefois stable conforme à la politique la Gimv à 2,5 euros brut. Les actionnaires auront le choix de se faire payer en espèces ou en actions.

  • Prévisions en mode optimiste pour EVS

    EVS s'attend à une maîtrise de la pandémie au 3e trimestre. Portés également par la tenue des principaux événements sportifs d'été, les revenus de l'entreprise sont attendus entre 110 millions d'euros et 120 millions d'euros. Les analystes de Bloomberg tablent eux que 118 millions d'euros. EVS avait clôturé son exercice 2020 sur des revenus à hauteur de 88 millions.

    Les dépenses opérationnelles restent sous contrôle. Néanmoins, EVS s'attend à des coûts légèrement supérieurs à ceux de 2020, principalement dus à l'acquisition de MediaInfra (Axon) réalisée en mai 2020.

    Au 31 mars, l'entreprise affichait un revenu de 54 millions d'euros (+46,3%). Notons, par ailleurs, que les actionnaires ont validé en assemblée générale la distribution d'un dividende de 0,5 euro par action au titre de 2020.

  • "Activités commerciales fortes" chez IBA

    Dans une déclaration intermédiaire contentant très peu de chiffres, IBA fait le point sur ses activités du premier trimestre. Le groupe spécialisé dans la protonthérapie signale que son bilan reste solide avec une trésorerie nette de 72,6 millions d’euros. Il a constaté des fortes activités commerciales au cours de ce premier trimestre malgré la continuité de l’impact du Covid-19 causant des retards d’installations en protonthérapie et dans sa division "Autres Accélérateurs". IBA souligne également qu’il poursuit son focus sur une croissance et une profitabilité durables.

    Je suis ravi de constater la poursuite de la résilience d’IBA au cours de ce premier trimestre 2021 avec une dynamique en croissance en protonthérapie aux États-Unis, de nouveaux succès en Asie ainsi qu’une forte perfomance dans nos activités Dosimétrie et Autres Accélérateurs.
    Olivier Legrain
    CEO d'IBA

    Au chapitre des perspectives, IBA affirme qu’il demeure dans l’incapacité de fournir une guidance fiable pour le moment, mais a l’intention de fournir des projections plus détaillées dès que possible.

    Il précise toutefois que le bilan solide et la stabilité des revenus des "Services" lui procurent une assise forte pour être performant en 2021 et au-delà.

  • Des membres de la Fed enclins à un débat sur la politique monétaire

    Un "nombre" de dirigeants de la Réserve fédérale américaine (Fed) est apparu enclin à engager des discussions sur des changements au niveau de la politique monétaire de la banque centrale, du fait du rétablissement rapide de l'économie, montre le compte rendu de la réunion d'avril publié mercredi soir.

    "Un nombre de participants a suggéré que si l'économie continue d'afficher des progrès rapides vers les objectifs (du FOMC), il pourrait être approprié de commencer à discuter d'un projet pour ajuster le rythme des achats d'actifs à un moment donné lors des réunions à venir", est-il écrit dans les "minutes" de la Fed. Il s'agit, à ce jour, de la référence la plus marquée indiquant un possible changement des mesures déployées par la Fed pour compenser l'impact de la crise sanitaire, même si des données publiées depuis pourraient déjà avoir fait évoluer le contexte.

    Pour mémoire, le rebond des créations d'emplois aux États-Unis a subi un coup de frein net et inattendu en avril, selon les statistiques officielles parues plus tôt ce mois-ci, soulignant que l'objectif de plein emploi de la Fed était encore loin.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 20 mai 2021!

    La Bourse de New York a fini en baisse mercredi après la publication du compte rendu de la réunion d'avril de la Réserve fédérale (Fed) montrant que des participants sont convenus que l'économie était loin des objectifs de la banque centrale, certains envisageant de discuter d'une réduction du programme d'achats d'actifs.

    L'indice Dow Jones a cédé 0,48%, ou 164,62 points, à 33.896,04 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 12,15 points, soit 0,29%, à 4.115,68 points. Le Nasdaq Composite a reculé, de son côté, de 3,90 points (0,03%), à 13.299,74 points.

    La tendance est hésitante ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 gagne 0,33% à Tokyo, tandis que le Hang Seng perd 0,74% et l'indice composite de la Bourse de Shanghai lâche 0,29%.

    ©Arne Dedert/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés