1. Les marchés
  2. Live blog

Wall Street s'éloigne de ses records

Les marchés américains ont clôturé dans le rouge, à l'inverse de la légère hausse constatée ce lundi dans la plupart des Bourses européennes. Chez nous, Engie a profité des spéculations sur la vente de son activité GNL. Orange Belgium a publié de "solides" résultats.
  • Fin du live

    Merci de nous avoir suivis et retrouvez-nous ce mardi pour une nouvelle journée en direct des marchés.

  • Techs et industrielles ont pesé sur Wall Street

    Wall Street a terminé en baisse lundi, alourdie par les pertes de General Electric et des valeurs technologiques, sans que les traders ne soient trop inquiets car la "saison" des résultats donne pour l'instant satisfaction.

    > Le conglomérat industriel General Electric  a reculé de 6,34% en raison des déclassements de recommandations ou de cours opérés par une nuée de courtiers au motif qu'il pourrait pratiquer une réduction de son dividende. Morgan Stanley, passé de "pondération neutre" à sous-pondérer", pense pourtant que réduire le dividende serait sans doute censé, afin de réaliser un meilleur cash-flow en 2018. Deutsche Bank et JPMorgan sont "vendeurs" sur l'action, tandis qu'UBS est revenu à "neutre" en raison d'un troisième trimestre jugé décevant et du risque d'une baisse du dividende. En revanche, BofA Merrill Lynch est passé de "neutre" à "acheter", estimant que GE dispose de bonnes opportunités de réduire ses coûts sous la houlette du nouveau PDG John Flannery.

    > Les valeurs "FAANG" - Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Alphabet - ont perdu entre 1% et 2% - Apple excepté qui finit étale - plombant le Nasdaq.

    > Hasbro a fait savoir que la saison des fêtes de fin d'année serait moins bonne en raison de la faillite de son principal client, la chaîne de magasins de jouets Toys'R'Us. L'action a perdu 8,6% à 89,75 dollars.

  • Wall Street termine dans le rouge

    Les marchés américains, à l'orée d'une semaine particulièrement chargée en résultats d'entreprises, ont terminé dans le rouge. Il faut dire que les bulletins trimestriels présentés ce lundi avant-Bourse n'étaient guère encourageants, d'autant plus que les valeurs technologiques et celles du secteur industriels ont perdu des plumes.

    > L'indice Dow Jones a perdu 54,67 points (0,23%) à 23.273,96 points.

    > Le S&P-500, plus large, a cédé 10,23 points (0,4%) à 2.564,98 points.

    Ces deux indices avaient terminé les 5 séances de la semaine dernière à des niveaux jamais atteints.

    > Le Nasdaq Composite a laissé 42,23 points (0,64%) à 6.586,83 points. 

  • Le pétrole termine en légère hausse à New York

    Le pétrole coté à New York a été influencé par la poursuite des troubles politiques en Irak et la baisse du nombre de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis.

    > Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a gagné 6 cents pour clôturer à 51,90 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

  • Ca se bouscule pour accueillir Amazon

    Le géant américain de l'e-commerce, qui cherche une ville pour installer un second siège, a reçu 238 propositions venant de localités situées dans toute l'Amérique du Nord, preuve de l'appétit que suscite l'appel d'offres d'Amazon  .

  • La décision sur la présidence de la Fed "très très proche" selon Trump

    Le président américain a a eu des entretiens avec cinq postulants, y compris la présidente sortante Janet Yellen, dont
    le mandat expire début février. Les autres candidats sont Jerome Powell et Kevin Warsh, actuel et ancien gouverneur à la Fed, l'économiste de l'Université de Stanford John Taylor et Gary Cohn, principal conseiller économique à la Maison blanche.

    Donald Trump fera probablement connaître son choix avant le début d'une tournée asiatique le 3 novembre.

  • À l'agenda demain

    Côté macroéconomie, les investisseurs s'intéresseront à plusieurs indices PMI flash, publiés au Japon, Allemagne, France et Royaume-Uni. L'actualité des entreprises sera par contre plus chargée avec la publication de nombreux résultats trimestriels. Parmi les gros groupes européens, on attend ceux de RandstadBASF, Anglo American, Fiat Chrysler Automobiles et Novartis

    À Wall Street, ce sera autour de CaterpillarGeneral MotorsLockheed MartinMcDonald's3M et United Technologies de publier leurs chiffres en avant-Bourse.

    Chez nous, on notera le détachement de coupon pour Melexis, qui sera coté ex-dividende intermédiaire de 1,30 euro brut.

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont clôturé en petite hausse ce lundi, l'impact de la tension persistante autour de la Catalogne restant limité aux marchés espagnols. "Depuis le début de la crise, les marchés sont plutôt insensibles à l'Espagne et au risque politique que cela représente", a souligné Andrea Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

    La récente faiblesse de l’euro  a également soutenu la tendance européenne.

    Le Cac 40 a progressé de 0,27%, le Dax allemand de 0,09% et le Footsie britannique de 0,02%. L’Ibex 35, l’indice phare de la Bourse de Madrid, a par contre reculé de 0,60%.

    Prises de bénéfices pour Orange Belgium

    Après avoir hésité à l’ouverture, le Bel 20 a piqué du nez pendant la première partie de la séance. L’indice bruxellois est toutefois reparti à la hausse dans l’après-midi pour clôturer sur une progression de 0,17% à 4.089,84 points.

    Le titre Engie a terminé en tête avec un bond de 2,09% à 14,62 euros. Selon la Lettre de l'Expansion, le groupe énergétique français serait en discussion avec Total pour lui céder son portefeuille d'activités de dans le gaz naturel liquéfié (GNL). Les deux groupes pourraient parvenir à un accord "dans les prochaines semaines". Le directeur général adjoint d’Engie, Didier Holleaux, a confirmé à l’agence Reuters que le groupe est à la recherche d'un partenaire afin d'améliorer sa rentabilité dans un marché en surcapacité. "La logique, c'est que pour que le GNL soit rentable, il faut être aussi gros que possible (...) donc nous cherchons un partenaire", a-t-il expliqué. Lien vers l'article

    Umicore (+0,35% à 37,80 euros) a annoncé vendredi soir la cession de son activité dans les revêtements de grande dimension à son partenaire de joint venture, la société mère du groupe chinois Vital. Estimés à 14 millions d’euros, les coûts de l’opération et de la fermeture d’un site aux États-Unis seront comptabilisés en tant qu’éléments non récurrents au second semestre 2017.

    Lanterne rouge, Ontex a trébuché de 3,14% à 29,12 euros. L’action a ainsi clôturé dans le rouge pour la troisième séance consécutive. Dans une note publiée vendredi, Degroof Petercam a abaissé sa recommandation à "conserver", contre "accumuler" auparavant. L’analyste Fernand de Boer craint que la génération de free cash flow soit sous pression et que 2017 soit "la deuxième année consécutive où Ontex sousperforme ses objectifs à moyen terme".

    Orange Belgium (-0,84% à 19,45 euros) a dévoilé ses résultats trimestriels, annonçant notamment un chiffre d’affaires de 316,4 millions d'euros (+1,7%) pour le troisième trimestre. Les analystes tablaient en moyenne sur 309,3 millions d’euros. Le groupe a par ailleurs confirmé ses prévisions annuelles. "Orange Belgium a publié des chiffres solides en raison de l'augmentation de l'utilisation des data", a noté Degroof Petercam.

  • Lotus Bakeries touché par la crise du fipronil

    Lotus Bakeries  a essuyé l'une des plus fortes baisses à la Bourse de Bruxelles ce lundi, touchant son plus bas de l'année. Les fabricants de biscuits, de spaghettis et de mayonnaise ressentent maintenant les effets de la crise du fipronil. Le prix des œufs pour l'industrie est deux fois plus élevé que la normale.

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 +0,27%

    AEX +0,24%

    BEL 20 +0,17%

    DAX +0,09%

    FTSE-100 (Londres) +0,02%

  • Hasbro impacté au T4 par la faillite de Toys'R'Us, le titre chute

    Le fabricant de jouets Hasbro  a averti que la saison des fêtes de fin d'année serait moins bonne en raison de la faillite de son principal client Toys'R'Us. Le dépôt de bilan inattendu de Toys'R'US, conséquence de l'offensive d'Amazon.com dans la vente en ligne de jouets, a laissé Hasbro exposé à quelque 60 millions de dollars (51 millions d'euros) d'impayés.

    Le numéro deux américain du jouet, qui écoulait environ 9% de ses stocks via Toys'R'Us, a précisé que les déboires de son client avaient déjà pesé sur ses comptes du troisième trimestre même s'il a fait mieux qu'attendu avec une hausse de 3% de son bénéfice net et une progression de 7% de son chiffre d'affaires.

  • Perquisitions chez Daimler et VW

    Les autorités européennes de la concurrence ont élargi leur enquête sur des soupçons de cartel entre constructeurs automobiles allemands, des perquisitions ayant cette fois visé Daimler  et Volkswagen  .

    La Commission européenne a annoncé en juillet qu'elle soupçonnait ces constructeurs de s'être entendus pendant des décennies sur le prix des technologies des moteurs diesel entre autres. Daimler a revendiqué la semaine dernière le statut de "lanceur d'alerte" dans l'espoir d'éviter une amende.

  • Les yeux des investisseurs sont "bien évidemment braqués sur la réunion de la banque centrale européenne de jeudi qui pourrait confirmer (entre autre) le regain de vigueur du dollar face à l'euro"
    experts de Mirabaud Securities Genève

  • Wall Street en hausse après le succès d'Abe au Japon

    La Bourse de New York a ouvert en hausse ce lundi, poursuivant son ascension au lendemain de la victoire électorale du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, gage de continuité économique et monétaire.

    Les marchés actions américains ont ainsi débuté à des niveaux records une semaine qui sera animée par de très nombreuses publications de résultats et peut-être par l'annonce du choix de Donald Trump pour la présidence de la Réserve fédérale. Côté résultats, c'est notamment au tour de Kimberly-Clark  ou Halliburton  ce lundi. Plus tard dans la semaine, sont prévus, entre autres, les chiffres trimestriels de General Motors, Boeing, Ford, Alphabet, Microsoft ou encore Exxon Mobil.

    De quoi occuper les investisseurs en l'absence d'indicateur majeur, du moins jusqu'à vendredi et la première estimation du PIB américain au troisième trimestre.

  • Aramco confirme une introduction en Bourse en 2018

    ©REUTERS

    Le géant pétrolier saoudien Aramco a confirmé son projet d'introduction en Bourse au deuxième semestre de 2018, mais des analystes doutent de la faisabilité de cette gigantesque opération et évoquent d'autres solutions.

    Présentée comme la plus grosse introduction en Bourse du monde, la vente de 5% d'Aramco constitue la pierre angulaire d'un ambitieux plan de réforme initié par le prince héritier Mohammed ben Salmane pour réduire la dépendance de l'économie saoudienne au pétrole. Elle devrait générer d'importants revenus --jusqu'à 100 milliards de dollars (85 milliards d'euros)-- pour le royaume.

    Mais des analystes estiment qu'une vente directe permettrait à l'Arabie saoudite de lever immédiatement de l'argent frais et de disposer d'une plus grande marge de manoeuvre.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street a ouvert en légère hausse: le Dow Jones grimpe de 0,03%, le S&P 500 de 0,08% et Nasdaq de 0,19%

  • Le pétrole ouvre en hausse à New York à 51,95 dollars le baril

    Le prix du baril de pétrole coté à New York monte à l'ouverture, influencé par des statistiques sur le forage de pétrole aux Etats-Unis et la poursuite des troubles politiques dans le nord de l'Irak.

    Vers 15h, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, prenait 11 cents et s'échangeait à 51,95 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA a confirmé dimanche qu'il discutait avec les autorités municipales de Shanghai pour construire une usine dans la région et ajouté s'attendre à ce qu'un accord soit trouvé d'ici la fin de l'année. Le titre gagne 1,9% dans les transactions en avant-Bourse.

    * GENERAL ELECTRIC - Morgan Stanley a abaissé sa recommandation à "sous-pondérer" contre "pondération en ligne". Il s'agit du troisième intermédiaire à dégrader son opinion sur le titre du conglomérat sur un total de 17 analystes après les résultats nettement inférieurs aux attentes publiés vendredi. Les analystes de la banque américaine s'inquiètent d'une éventuelle annonce de baisse du dividende lors de la journée investisseurs en novembre. Le titre recule de 0,5% en avant-Bourse.

    * STATE STREET a fait état lundi d'une hausse de 24% de son bénéfice au troisième trimestre, due entre autres à l'amélioration des marges dans ses activités de crédit avec la remontée des taux. Le titre abandonne 1,1% en avant-Bourse.

    * HASBRO - Le fabricant de jouets a averti lundi que la saison des fêtes de fin d'année serait moins bonne en raison de la faillite de Toys'R'Us, son principal client, tout en publiant des résultats du troisième trimestre meilleurs que prévu grâce à une demande soutenue pour ses jouets My Little Pony et Transformers.

    * HALLIBURTON a enregistré au troisième trimestre un bénéfice supérieur aux attentes, le groupe de services pétroliers ayant profité de la hausse de l'activité en Amérique du Nord, son principal marché. Le titre, qui a chuté de 19% depuis le début de l'année, est indiqué en hausse de plus de 2% dans les transactions avant l'ouverture à Wall Street.

    * T-MOBILE US a fait état lundi de résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce à la progression de sa base d'abonnés et il a rehaussé la fourchette basse de sa prévision de nouveaux abonnés mensuels pour l'année fiscale.

    * CISCO SYSTEMS a annoncé lundi le rachat du spécialiste américain des logiciels de télécommunications BROADSOFT pour 1,9 milliard de dollars en numéraire. La cotation de l'action BroadSoft avait été auparavant suspendue dans l'attente d'un communiqué. Le titre s'envolait de 16,9% en avant-Bourse avant la suspension.

    * AT&T a annoncé lundi avoir repoussé d'"une courte période" la date butoir pour finaliser son projet d'acquisition de Time Warner, le temps d'obtenir les ultimes autorisations réglementaires nécessaires.

    * PRAXAIR - Le spécialiste allemand des gaz industriels Linde a ramené de 75% à 60% le seuil d'acceptation fixé en vue de la fusion à 80 milliards de dollars (68 milliards d'euros) avec son concurrent américain.

    * FIAT CHRYSLER - Le titre du constructeur automobile coté à New York recule de 1,6% dans les transactions en avant-Bourse. Le groupe automobile est visé par une mise en examen pour tromperie aggravée et obstacle à l'enquête dans l'affaire du "dieselgate", selon un document obtenu par Reuters.

    * DBV TECHNOLOGIES - Le titre chute de plus de 40% dans les transactions en avant-Bourse après l'annonce par la société de biopharmacie de résultats décevants pour son étude de phase III PEPITES sur le Viaskin Peanut, son traitement phare de l'allergie à l'arachide. Son concurrent AIMMUNE THERAPEUTICS, qui développe un traitement oral contre l'allergie à l'arachide, grimpe pour sa part de 45,9%.

    * AGENUS - Le titre s'envole de 18,9% à 5,15 dollars en avant-Bourse, après l'annonce par le britannique GlaxoSmithKline du feu vert de la FDA à son vaccin contre le zona, qui contient un composant développé par Agenus.

    * GLOBAL BLOOD THERAPEUTICS - L'action de la société de biotechnologies chute de 9,4% à 28,50 dollars dans les échanges avant-Bourse après l'annonce de l'arrêt d'une étude clinique sur sa molécule GBT440 pour le traitement de la fibrose pulmonaire interstitielle diffuse en raison de résultatsdéfavorables.

    * SIERRA ONCOLOGY - Jefferies a relevé sa recommandation à "achat" contre "conserver".

    * ILLUMINA - Deutsche Bank a relevé sa recommandation à "achat" contre "conserver".

  • Le point sur les marchés européens

    1. Les principales Bourses dans le vert, malgré le recul de Madrid. Amsterdam et Paris gagnent de l'ordre de 0,3%, Londres 0,2%. Francfort est stable. Bruxelles est à l'équilibre. L'Ibex 35 lâche 0,50%.

    2. Le repli de l'euro face au dollar et la victoire et la victoire de la coalition du Premier ministre Shinzo Abe aux élections législatives soutiennent la tendance.

    3. Les grands banques espagnoles baissent, ce qui pèse sur l'ensemble du compartiment, plus forte baisse sectorielle en Europe avec un repli de 0,49%.

    4. La réunion de la BCE et le choix de Trump pour la Fed domineront la semaine.

    5. Les multiples publications de résultats se poursuivent.

  • DBV Technologies dégringole, son concurrent Aimmune Therapeutics en profite

    Aimmune Therapeutics, qui développe un traitement oral contre l'allergie à l'arachide, s'envole de plus de 46,14% à 37,50 dollars dans les échanges d'avant Bourse.

    La biotech profite des déboires de DBV Technologies qui chute de plus de 43%, après avoir annoncé des résultats décevants pour son étude de phase III PEPITES sur le Viaskin Peanut, son traitement phare contre l'allergie à l'arachide.

    L'avis des analystes:

    • Les analystes de Morgan Stanley estiment que le Viaskin Peanut peut encore être approuvé par la FDA, mais s'inquiètent des incertitudes entourant la décision finale de l'autorité de santé. Ils soulignent également l'affaiblissement de la position concurrentielle de DBV par rapport à l'immunothérapie orale, ce qui les conduit à revoir en baisse leur estimation de chiffre d'affaires pour le traitement. Meur conseil sur le titre DBV Technologies passe à "pondération en ligne" contre "surpondérer".

    • Du coté de Barclays, les analystes restent à "surpondérer" sur la valeur. Ils jugent que le profil du Viaskin Peanut, qui allie innocuité et bénéfice clinique, devrait permettre d'obtenir l'approbation de la FDA.

    • Les analystes de Jefferies revoient pour leur part leur objectif de cours à 37 dollars contre 51 dollars, en raison de la plus faible probabilité de réussite de Viaskin Peanut, qu'ils abaissent à 60% contre 75%.

  • BTIG vise plus haut pour TiGenix

    Le broker BTIG relève son objectif de cours sur l'ADR TiGenix à 34 dollars contre 29 jusqu'ici. Le conseil reste d'acheter la valeur.

    Un ADR Tigenix à Wall Street représente 20 actions cotées à Bruxelles.

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    1. Les indices actions européens s'enhardissent à la hausse en fin de matinée, même si les investisseurs restent prudents dans l'attente d'éclaircissements sur la crise en Catalogne, et avant une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) dans la semaine.

    2. Aux alentours de 12h, Paris gagne 0,64%, Francfort 0,55%, Amsterdam 0,36% et Londres 0,12%. Bruxelles monte de 0,29%. Contre la tendance, l'indice Ibex 35 de la Bourse madrilène perd 0,14%.

    3. Le compartiment bancaire est lanterne rouge sectoriel en Europe avec un repli de 0,6%, dans le sillage des repls de BBVA (-1,8%) et Santander (-0,93%).

    4. Sur le front des valeurs, la biotech DBV Technologies chute de plus de 41%, après avoir annoncé des résultats décevants pour son étude sur le Viaskin Peanut, son traitement phare contre l'allergie à l'arachide.

    5. Le spécialiste de l'ingénierie pétrolière TechnipFMC (+1,2%) profite d'un relèvement de sa recommandation à "conserver" contre "réduire" auparavant par Kepler Cheuvreux.

    6. Les traders gardent par ailleurs un oeil sur les résultats d'entreprises, notamment ceux de Securitas (+3,30%), Philips (+0,7%)...

    7. Le britannique GKN grimpe de 3,36% en réaction à des informations de presse faisant état d'une réflexion en cours au sein du groupe britannique  d'ingénierie en vue d'une scission de ses activités.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (12h30->13h30)

  • L'euro baisse en attendant la BCE

    L'euro baisse un peu face au dollar, souffrant d'incertitudes sur la politique monétaire en zone euro où une décision de la Banque centrale européenne (BCE) est attendue cette semaine, et d'inquiétudes liées à la Catalogne.

    Vers 11h, l'euro valait 1,1747 dollar contre 1,1784 dollar vendredi soir.

     

    "L'euro va être le principal point d'intérêt cette semaine car la BCE semble prête à réduire son programme de rachats d'actifs (...) et les investisseurs ont hâte de découvrir enfin l'ampleur de cette diminution. En effet, les analystes s'attendent à ce que la BCE réduise son programme de rachats d'actifs à hauteur de 20 à 40 milliards d'euros par mois et le niveau où la BCE placera le curseur dans cette fourchette servira de catalyseur pour l'euro à moyen terme."
    Konstantinos Anthis
    Analyste chez ADS Securities

  • Avis de broker sur UCB

    Credit Suisse est assez positif sur les résultats trimestriels qu'UCB a publié vendredi. Surtout, le chiffre d'affaires a été un peu plus élevé qu'attendu, principalement grâce aux ventes du Keppra, qui a profité d'un accord non récurrent avec des grossistes américains.

    Au niveau du pipe-line d'UCB, le focus reste sur le Romosozumab, un traitement potentiel contre l’ostéoporose, alors qu'une étude "Arch" a mis à jour un signal de sécurité négatif au niveau des risques cardiovasculaires, signale l'analyste J. Walton. UCB reste optimiste sur le traitement, mais il faudra beaucoup de temps avant d'en entendre parler: l'approbation n'est pas attendue avant fin 2018, début 2019.

    Le Credit Suisse relève de 1,6% sa prévision de chiffre d'affaires pour 2017 mais maintient son objectif "neutre" et son objectif de 68 euros. La valorisation est intéressante ajoute l'analyste: UCB note 14 fois le ratio cours/bénéfice pour 2018, soit une décote de 36% par rapport aux membres du secteur.

  • Le britannique GKN prend plus de 3%, envisage une scission

    GKN a bondi de 5% dans les premiers échanges à la Bourse de Londres en réaction à des informations de presse faisant état d'une réflexion en cours au sein du groupe britannique d'ingénierie en vue d'une scission de ses activités.

    GKN envisage de se scinder en deux entités cotées, l'une regroupant ses activités aéronautiques et l'autre sa division d'équipements automobiles, a rapporté dimanche le Sunday Times, sans citer ses sources.

    L'action a toutefois cédé une partie de ses gains depuis lors pour afficher un gain de 3% .

    Le courtier Liberum a par ailleurs relevé sa recommandation sur le titre à "conserver", contre "vendre".

    Le groupe, qui fournit des équipements pour les avions d'Airbus et de Boeing et pour les véhicules de nombreux constructeurs automobiles comme Volkswagen, a émis le 13 octobre un avertissement sur ses résultats annuels en raison notamment des difficultés de ses activités aéronautiques, ce qui avait fait plonger l'action d'environ 10%.

  • DBV Technologies dans la tourmente

    Aux valeurs en Europe, DBV Technologies , dont la cotation était réservée à la baisse à Paris, a repris sur une chute de plus de 40%.

    L'entreprise biopharmaceutique a annoncé vendredi soir l'échec d'un essai clinique important sur le Viaskin Peanut, son traitement expérimental contre l'allergie à l'arachide. Le titre coté aux Etats-Unis a déjà plongé de 60% vendredi dans les transactions après-Bourse.

  • La cotation des titres PCB peut reprendre

    À 11 h 30, la cotation des titres du grossiste en produits pharmaceutiques pourra reprendre, après un mois de suspension.

    PCB a fait savoir vendredi soir qu'une solution avait été trouvée pour le prix auquel les nouvelles actions de PCB seraient émises, dans le cadre de l'apport de Belmedis (aujourd'hui McKesson Belgium) à PCB.

    La société a également annoncé que, après la fin de l'opération, l'actionnaire de référence OCP détiendra 95,64% de PCB et émettra dès lors une offre publique d'achat pour toutes les actions restantes. Cela se fera à un prix entre 7 et 9 euros par action.

    L'action PCB devrait donc fortement progresser, même si cela peut se dérouler sur plusieurs séances, la variation maximale par séance étant de 10%.

    Le dernier cours formé de PCB était de 5,60 euros.

    OCP est une filiale du groupe allemand Celesio, qui s'appelle désormais McKesson Europe.

  • Prudence des marchés, recul plus marqué à Madrid

    Les marchés européens évoluent en légère baisse en début de semaine, optant pour la circonspection dans l'attente d'éclaircissements sur la crise en Catalogne, et avant une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) dans la semaine.

    Aux alentours de 9h30, Paris (+0,02%) est à l'équilibre, tout comme Francfort. Londres se tasse de 0,09% et Amsterdam de 0,07%.

    A Bruxelles, l'indice BEl20 rétrograde de 0,22%, lesté par ses valeurs financières. KBC perd 0,7%, ING 0,57% et Ageas 0,65%.

    A Madrid, la tendance est franchement négative, avec un indice Ibex 35 qui rétrograde de 0,60%.

    "La politique va probablement continuer de donner le la, alors que la crise en Catalogne a fait un pas en arrière."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

    La semaine qui s'ouvre est décisive pour la Catalogne, Madrid ayant annoncé vouloir reprendre le contrôle de la région qui menace de faire sécession.

    Samedi, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy a déclaré qu'il allait demander au Sénat la mise en oeuvre de l'article 155 de la Constitution, pour l'autoriser à prendre le contrôle de l'exécutif catalan, de la police régionale, et mettre sous tutelle le Parlement catalan, des mesures que le Sénat devrait voter en séance plénière vendredi.

    Dans ces conditions, le président indépendantiste de la Catalogne "Carles Puigdemont n'a plus beaucoup d'options à sa disposition: il peut proclamer l'indépendance de la République catalane et donc entrer en rébellion directe, ou convoquer immédiatement des élections régionales afin de désactiver l'article 155. Les députés catalans doivent se réunir aujourd'hui", notent les analystes du courtier Aurel BGC.

  • ©Doc

  • TiGenix : +5,06% à 1,07 euros dans les premiers échanges, après la décision de la FDA (voir post de 8h33).

  • | Opening Bell |

    Bruxelles: +0,01%
    Amsterdam: +0,08%
    Francfort: -0,02%
    Paris: +0,09%
    DJ Stoxx 600: +0,16%
    Madrid: -0,20%

  • La Bourse de Madrid attendue en baisse

    Les contats à terme sur les principaux indices européens s'inscrivent tous en hausse, de l'ordre de 0,10%, à moins de dix minutes de l'ouverture. Contre la tendance, Madrid est attendue en baisse de 0,11%.

  • Orange Belgium proche du but avec "Love"

    Orange Belgium s'approche de son objectif annuel de 100.000 clients fixes pour son offre convergente "Love", selon les résultats trimestriels publiés ce matin par le groupe.

    Au cours des neuf premiers mois de l’année, Orange Belgium a dégagé un chiffre d’affaires de 933,7 millions d’euros, soit une croissance de 1,5% en un an. Malgré la baisse de l’Ebitda ajusté au troisième trimestre 2017, principalement due à la baisse des revenus MVNO (opérateur de réseau mobile virtuel), l’Ebitda ajusté a progressé de 1,3 % pour atteindre 240,3 millions d’euros, contre 237,1 millions d’euros un an auparavant. Le groupe a, par ailleurs, généré un cash-flow opérationnel de 137,4 millions d’euros au cours des neuf premiers mois de 2017.

    Orange Belgium confirme ses prévisions pour l’exercice 2017 à savoir une hausse de son chiffre d’affaires total des services, un Ebitda ajusté situé entre 290 et 310 millions d’euros et un niveau d’investissement, hors investissements liés à l’essor de la base clients Orange Internet + TV, stable par rapport à 2016.

    -> Lire notre article

  • Engie négocie la vente de son GNL à Total

    Engie a ouvert des discussions avec Total pour lui céder son portefeuille d'activités de gaz naturel liquéfié (GNL), rapporte la Lettre de l'Expansion lundi.

    Les deux groupes pourraient parvenir à un accord "dans les prochaines semaines", indique la lettre d'information sans plus de précision.

    Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Engie comme chez Total pour commenter cette information.

  • Un grand pas pour TiGenix aux USA

    Une bonne nouvelle pour la biotech Tigenix . Son produit, le Cx601, qui vise le traitement de patient atteints de la maladie de Crohn et souffrant de fistules péri-anales a reçu de la FDA, les autorités sanitaires américaines, l’appellation de médicament orphelin.

    La FDA accorde ce statut aux produits innovants destinés au traitement de maladies qui touchent moins de 200.000 personnes aux États-Unis.

    Cette appellation présente d'importants avantages, dont sept ans d'exploitation commerciale en exclusivité après l'obtention de l'autorisation de commercialisation, des crédits d'impôts pour les coûts de recherche clinique, l'accès à des subventions pour des produits orphelins ou l'exonération de certains tarifs administratifs.

    -> Lire notre article

  • Le Nikkei bondit de 1,1% après le scrutin législatif

    La Bourse de Tokyo a fini en nette hausse lundi après la large victoire de la coalition conservatrice du Premier ministre Shinzo Abe aux élections législatives anticipées de dimanche.

    L'indice Nikkei a gagné 239,01 points, soit une progression de 1,11%, à 21.696,65 points, signant un record de clôture pour la quinzième séance consécutive. Le Topix, plus large, a pris 14,61 points (+0,84%) à 1.745,25 points.

    Selon les dernières projections, Shinzo Abe a gagné son pari de conserver sa majorité des deux tiers à la chambre basse du Parlement, ce qui lui garantit d'obtenir un nouveau mandat de cinq ans en septembre prochain s'il décide de le briguer.

    La victoire du Premier ministre japonais alimente les anticipations du maintien d'une politique monétaire ultra accommodante de la Banque du Japon, ce qui est bien vu par les marchés.

     

  • Avis de broker sur Ontex

    La Banque Degroof réduit son conseil sur Ontex à "conserver" contre "accumuler". L'objectif de cours est réduit à 32 euros contre 33.

  • Umicore cède son activité dans les revêtements de grande dimension

    Umicore cède son activité Cibles de pulvérisation ITO (oxyde d'étain-indium) destinées aux revêtements de grande dimension à son partenaire de Joint Venture, First Rare Materials, la société mère du Groupe Vital, un des principaux producteurs chinois de produits à base de métaux secondaires.

    Dans le cadre de cette opération, First Rare Materials devient unique propriétaire d'Umicore Vital Thin Film Technologies, la joint venture chinoise dans laquelle Umicore détenait une participation de 60%, contre 40% pour First Rare Materials.

    Le marché des écrans de grande dimension s'étant massivement déplacé vers l’Asie, la fabrication de matériaux ITO se concentrera au sein de l'usine à Qingyuan (Chine) et la production d’ITO d’Umicore à Providence (États-Unis) sera arrêtée à la fin 2017.

    Estimés à 14 millions d’euros, les coûts de l’opération et de la fermeture du site de Providence seront comptabilisés en tant qu’éléments non récurrents au second semestre 2017.

  • "Nous restons stratégiquement optimistes sur les actions japonaises"

    D'après les économistes de Société Générale, cette victoire électorale de Shinzo Abe renforce la probabilité de la nomination d'un gouverneur accommodant pour la Banque centrale du Japon (BoJ) à l'expiration du mandat de Haruhiko Kuroda en avril 2018. Elle devrait aussi favoriser le retour des investisseurs étrangers sur le marché nippon.

     

    "Nous restons stratégiquement optimistes sur les actions japonaises : les profits rebondissent, les valorisations sont peu élevées et les politiques d'assouplissement monétaire et fiscale favorisent les actions."
    Les économistes de Société Générale

     

    Le résultat des élections législatives japonaises, et la perspective du maintien d'une politique économique et fiscale très accommodante, ont fait chuter le yen à un plus bas de trois mois face au dollar.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    1. Les Bourses en Europe sont attendues en ordre dispersé, tiraillées entre d'une part la crise politique en Catalogne et d'autre part les records inscrits à Wall Street et le bond en avant de la Bourse de Tokyo après la victoire électorale du Premier ministre Shinzo Abe.

    2. D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait reculer de 0,12% à l'ouverture, le Dax à Francfort serait stable et le FTSE à Londres perdrait 0,03%.

    3. En Asie, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo grimpe de 1,18% à l'approche de la clôture, à des plus hauts depuis 21 ans, après la victoire
    électorale du Premier ministre Shinzo Abe.

    4. Sur le marché des changes, le billet vert profite des espoirs d'une promulgation prochaine de la réforme fiscale voulue par Donald Trump. L'euro recule de 0,15% face au dollar, autour de 1,1765, pénalisé par les tensions persistantes en Catalogne.

    5. Carles Puigdemont, président de l'exécutif Catalan, a jugé les décisions de Madrid de dissoudre de l'exécutif régional et la mise sous tutelle du parlement de Barcelone inacceptables et a invité le Parlement régional à se réunir pour y répondre. Les députés catalans doivent se rencontrer ce lundi pour prendre une décision.

  • Tokyo en nette hausse après la victoire de Shinzo Abe

    La Bourse de Tokyo est en nette hausse après la large victoire de la coalition conservatrice du Premier ministre Shinzo Abe aux élections législatives anticipées de dimanche.

    Le Nikkei gagne soit 1,03%, à 21.677,95 points, son plus haut niveau depuis 1996.

    Le Topix, plus large, prend pour sa part, soit 0,81%, à 1.744,71.

    Selon les dernières projections, Shinzo Abe a gagné son pari de conserver sa majorité des deux tiers à la chambre basse du Parlement, ce qui lui garantit d'obtenir un nouveau mandat de cinq ans en septembre prochain s'il décide de le briguer.

    Le Premier ministre japonais s'est prononcé pendant la campagne en faveur de la poursuite de la politique monétaire ultra accommodante de la Banque du Japon, ce qui est bien vu par les marchés.

    Le renchérissement du dollar, à un plus haut de trois mois  par rapport au yen grâce à la perspective d'une réforme fiscale aux Etats-Unis d'ici la fin de l'année, soutient aussi le goût du risque des investisseurs.

  • Des avancées dans la réforme fiscale propulsent Wall Street à des records

    La Bourse de New York a clôturé à des records vendredi, portée par des avancées législatives dans la future loi fiscale promise par Donald Trump: le Dow Jones (+0,71%) le Nasdaq (+0,36%) et le S&P 500 (+0,51%) ont terminé à des sommets.

    L'indice vedette Dow Jones Industrial Average a avancé de 165,59 points à 23.328,63 points.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 23,99 points, à 6.629,05 points.

    L'indice élargi S&P 500 a progressé de 13,11 points, à 2.2.575,21 points.

    Sur la semaine écoulée, le Dow Jones a pris 1,95%, franchissant au passage pour la première fois le seuil des 23.000 points, le Nasdaq 0,34% et le S&P 500 0,85%.

    Le Sénat américain a donné jeudi son feu vert pour le lancement de la réforme de la fiscalité adoptant une résolution établissant les grandes lignes du budget 2018. Ce projet de réforme a alimenté la hausse des valeurs financières qui ont représenté la plus forte progression sectorielle au sein de l'indice S&P 500 (+1,16%).

  • Une semaine tournée vers la BCE

    Voici ce qu'il faudra surveiller tout au long de cette semaine boursière:

    La BCE

    Jeudi prochain, la Banque centrale européenne doit dévoiler comment elle compte s'y prendre pour réduire ses achats d'actifs. D'après les dernières informations, les économistes s'attendent à voir l'institution de Francfort annoncer une baisse de ses achats à 30 milliards d'euros par mois, contre 60 milliards actuellement, tout en prolongeant ce programme de six mois. Mais d'autres options sont possibles.

    Il faudra en tout cas être attentif au communiqué que la BCE publiera jeudi à 13h45 car le conseil des gouverneurs a pris l'habitude d'y mentionner davantage que ses décisions sur les taux d'intérêt: les modifications des mesures non conventionnelles et les mentions de type "forward guidance" (engagement pour l'avenir) y figurent désormais en bonne place. Mario Draghi, le président de l'institut monétaire, aura l'occasion d'expliquer plus en détail la décision de la BCE dès 14h30.

    La conjoncture

    Comment va l'économie en zone euro? La confiance des consommateurs (lundi) en donnera un aperçu, comme les indices des directeurs d'achats (PMI) de l'industrie et des services (mardi), avant un coup de projecteur sur le moral des entrepreneurs allemands (indice Ifo) mercredi.

    Les chiffres de la croissance économique américaine seront publiés vendredi. Les économistes anticipent une croissance de 2,5% du PIB en rythme annuel, contre 3,1% au deuxième trimestre.

    Les résultats

    Par ailleurs, la saison des résultats continue, y compris en Bourse de Bruxelles où plusieurs valeurs du Bel 20 sortiront leurs chiffres la semaine prochaine, à savoir Orange Belgium ce lundi, Umicore mardi, AB InBev, Telenet et Galapagos jeudi puis Proximus vendredi.

    Wall Street s'apprête elle aussi à connaître une semaine particulièrement dense sur le front des résultats d'entreprises, avec les publications de nombreux poids lourds de la cote comme Alphabet, Amazon, Microsoft , Boeing ou encore les pétrolières.

  • Good morning!

    Nouvelle semaine, nouveau Market live de L'Echo qui vous permet de suivre minute par minute les grands moments de cette séance de Bourse du 23 octobre 2017.

     

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés