1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street se relève après une semaine chahutée

A Wall Street, après une journée volatile, les principaux indices boursiers ont repris des couleurs. Les marchés européens ne parviennent pas à sortir de la spirale baissière, dans le sillage de Wall Street. Les secteurs des banques et des services financiers ont particulièrement souffert.
  • Fin du live

    Le live sur les marchés s'arrête ici, à la semaine prochaine et bon week-end! 

  • New York termine la semaine sur une note positive

    Les Bourses américaines ont terminé en nette hausse ce vendredi au cours d’une séance volatile, marquant un tournant par rapport au reste de la semaine. Ces fortes hausses donnent ainsi aux investisseurs un lot de consolation après une semaine de fortes fluctuations, qui ont secoué le marché après des mois hausse.

    Le Dow Jones, dans sa plus mauvaise semaine depuis 2016, a avancé de 1,38%, repassant au dessus de 24.000 points ( 24.190,90 points). Le S&P 500 a gagné 1,49% à 2.619,55 points et le Nasdaq a pris 1,44% à 6.874,49 points.Les valeurs technologies et financières figuraient parmi les plus performantes.

    → Sur la semaine, le Dow Jones a perdu 5,21%, et le S&P 500 a également lâché 5,16%.

    Les actions du secteur de l’énergie ont pris du retard, les prix du pétrole ayant chuté.

    Les ventes massives de titres ces derniers jours ont été déclenchées par les inquiétudes suscitées par la hausse de l’inflation.La volatilité est toutefois restée élevée par rapport aux derniers mois.

    Le principal indicateur de volatilité du marché, le VIX ou "indice de la peur", a oscillé autour de 30, soit environ trois fois le niveau moyen de l’année écoulée.

  • Wall Street clôture en hausse

    Dow Jones +1,40% 

    S&P 500 +1,50%

    Nasdaq +1,44%

  • Le pétrole termine en baisse à New York

    Le pétrole new-yorkais a terminé une semaine noire en fort recul vendredi à 59,20 dollars le baril, affecté par la volatilité à Wall Street et par une production américaine à des niveaux historiques.

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars, référence américaine du brut, a cédé 1,95 dollar pour clôturer à 59,20 dollars sur le New York Mercantile Exchange, faisant chuter le cours de 9,55% sur la semaine.

  • Wall Street reprend des couleurs

    La Bourse de New York a accentué ses pertes en cours de séance vendredi, le violent retour de la volatilité sur les marchés depuis le début de la semaine rendant les investisseurs fébriles.

    Alors qu'il avait démarré la séance nettement dans le vert, le Dow Jones, a perdu vers 18h40 jusqu'à 2,1% avant de se ressaisir un peu.  Il s'agit de la plus mauvaise semaine depuis octobre 2008 pour l'indice vedette de Wall Street.

    Toutefois, les indices américains ont repris un peu de couleurs en fin de séance après une mauvaise semaine.

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions sont restés dans une dynamique baissière ce vendredi, plombés notamment par le secteur bancaire.

    Le Dax allemand a reculé de 1,25%, le Footsie britannique de 1,29% et le Cac 40 de 1,41%.Le compartiment bancaire a perdu 1,73% en Europe. Le secteur des services financiers a pour sa part lâché 2,01%, souffrant du net repli d’Amundi. Le titre a chuté de 5,78% à Paris malgré la publication de bons résultats annuels. 

    "Sur les valeurs plus traditionnelles comme les bancaires c'est le contexte général qui joue défavorablement, peu importe les résultats", a expliqué Christopher Dembik, responsable recherche économique à Saxo Banque. "Il y a une vraie fuite vers les valeurs refuge et les bancaires ne jouent pas favorablement" car elles sont "en général les plus réceptives en cas de correction".

    Umicore bondit en tête du Bel 20

    Après avoir évolué en légère baisse durant la matinée, le Bel 20 s’est enfoncé une nouvelle fois dans le rouge. L’indice phare de la Bourse de Bruxelles a ainsi clôturé sur un recul de 0,91% à 3.876,33 points.

    En tête du classement, Umicore a bondi de 7,78% à 44,08 euros après la publication de ses résultats annuels. Le spécialiste de la technologie des matériaux et de la mobilité propre a vu ses chiffres de rentabilité progresser au-delà de ses espérances. Le bénéfice opérationnel récurrent (Rebit) passe ainsi de 351 à 410 millions d'euros, dépassant les prévisions les plus optimistes des analystes. "Umicore a publié de solides résultats pour l'exercice 2017, mais a surtout impressionné par ses plans de croissance accélérée dans Rechargeable Battery Materials. Nous pensons que la société est très bien placée pour jouer un rôle majeur dans la prochaine vague d'électrification des véhicules", a commenté Wim Hoste de KBC Securities. L’analyste a par conséquent relevé sa recommandation à "acheter" contre "accumuler" auparavant. L’objectif de cours passe de 45 à 52 euros.

    Le groupe Umicore a par ailleurs levé quelque 892 millions d’euros via un placement privé. Le groupe GBL (-0,07% à 89,56 euros), actionnaire d’Umicore à hauteur de 17%, a montré son intérêt pour cette opération qui aura duré, en tout, deux heures et demie.

    Le titre Telenet (+1,44% à 59,95 euros) a profité d’une note positive de Degroof Petercam. La banque privée est passée à l’achat sur la valeur à une semaine de la publication des résultats trimestriels de l’opérateur télécom. "2018 devrait être l'année où Telenet récoltera la majeure partie des synergies de l'intégration de Base (environ 80 millions d’euros), souligne l’analyste Stefaan Genoe. Dans l’ensemble, les rendements du free cash flow pourraient grimper de 6,2% en 2018 à 9,2% en 2020, ce qui permettra des retours significatifs aux actionnaires". Il table sur un dividende de 5,50 euros par action pour 2018.

    En paralèlle de la publication de ses résultats, la société immobilière Cofinimmo (+0,77% à 104,50 euros) a annoncé la nomination d’un nouveau patron. Jean-Pierre Hanin remplacera ainsi Jean-Edouard Carbonnnelle, dont le mandat prend fin en mai prochain.

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 -0,91%

    DAX -1,25%

    CAC 40 -1,41%

    AEX -1,48%

  • Le sursaut de Wall Street s'estompe

    Le rebond observé à l'ouverture à la Bourse de New York s'estompe dans un marché encore en proie aux inquiétudes sur le retour de l'inflation et de la volatilité sur les marchés.

    L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average , qui avait démarré la séance en hausse de plus de 1%, est passé dans le rouge.


    "Il est impossible de savoir si cela va se calmer ou pas, si le malade a été complètement purgé", a souligné Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services. Les fortes fluctuations observées sur le marché, comme le soudain emballement des indices en fin de séance lundi ou jeudi, sont à ses yeux "la preuve que beaucoup de mouvements ne sont pas guidés par des décisions d'investissements basées sur des éléments fondamentaux, mais plutôt par des ajustements techniques de positions effectuées par des fonds hyper-actifs depuis le début de la semaine".

  • Michelin choisit en interne son nouveau patron pour 2019

    Le manufacturier français de pneumatiques Michelin   a désigné l'actuel directeur général exécutif du groupe, Florent Menegaux, comme son futur patron, une façon d'assurer une transition en douceur avec Jean-Dominique Senard, conformément à la tradition maison.

    M. Senard, qui fêtera bientôt ses 65 ans, avait déjà fait savoir qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat de président de la gérance de ce fleuron de l'industrie française au delà de 2019. Ce diplômé de HEC, père de trois enfants, chantre du dialogue social, était le premier patron de l'entreprise non issu de la famille fondatrice. C'est également le cas de son successeur, désigné plus d'un an avant sa prise de fonction prévue en mai 2019 et choisi en interne, dans un souci de continuité.

  • L'Oréal se tient prêt au cas où Nestlé voudrait lui vendre sa part

    L'Oréal   s'est dit prêt à racheter la participation de Nestlé dans son capital si le groupe suisse souhaitait la céder, et assuré que sa division grand public, à la peine en 2017, accélérerait le pas en 2018.

    Le PDG de l'Oréal Jean-Paul Agon a réaffirmé que le groupe avait les moyens de racheter les 23,2% de Nestlé mais que la balle était dans le camp du géant suisse de l'agroalimentaire. "Nous avons 1,8 milliard d'euros de cash et notre part dans Sanofi (de 9,15%, NDLR). Il y a également des grandes banques qui nous ont dit qu'elles seraient ravies de nous prêter de l'argent", a-t-il dit lors d'une conférence consacrée aux résultats annuels du groupe.

  • "Comme les marchés européens ont souvent du mal à prendre l'initiative, c'est à se demander si la baisse relativement modérée en Europe dans la matinée (...) n'a pas incité les investisseurs américains à vendre également des actions européennes à partir de midi". Quoi qu'il en soit, "la baisse actuelle des marchés européens est une opportunité car le contexte fondamental reste positif"
    Analystes d'Aurel BCG

  • Pétrole: la Chine va lancer ses contrats à terme

    La Chine lancera en mars ses propres contrats à terme sur le pétrole brut, avec l'ambition de peser davantage sur les cours internationaux en proposant une alternative au Brent et au WTI, contrats en dollars qui servent de référence au marché mondial.

    Si l'autorité chinoise de régulation financière (CSRC) n'offrait aucun détail à ce sujet, ces contrats devraient, selon la presse chinoise, être ouverts aux investisseurs étrangers et libellés en yuans.

    Si des contrats chinois pourraient mieux refléter les réalités de l'offre et de la demande en Asie et devenir un baromètre régional, il paraît incertain qu'ils puissent bousculer, à court terme, le duopole du Brent et du WTI comme références internationales. En revanche, l'initiative pourrait séduire les investisseurs chinois, qui font preuve ces dernières années d'un vif engouement pour les bourses de matières premières du pays, où s'échangent aussi bien de l'acier que du soja ou de l'ail, des marchés objets de spectaculaires emballements spéculatifs.

  • Wall Street rebondit à l'ouverture

    La Bourse de New York rebondit nettement à l'ouverture à la fin d'une semaine chaotique dominée par les inquiétudes sur le retour de l'inflation et de la volatilité sur les marchés: le Dow Jones grimpait de 0,88% et le Nasdaq de 1,27%.

    Wall Street, après un accès de faiblesse en toute fin de séance, avait dégringolé jeudi jusqu'à faire chuter ses indices vedettes de plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street a ouvert en nette hausse ce vendredi: le Dow Jones grimpe de 1,45%, le S&P 500 de 1,39% et le Nasdaq de 1,27%

  • Les contrats à terme sur Wall Street virent au vert

    Les contrats à terme sur Wall Street virent au vert, avec un indice Dow Jones attendu désormais en légère hausse de 0,4% et un indice S&P 500 en progression de 0,6%.

    En Europe, la tendance reste négative. Amsterdam cède 1%, Paris et Bruxelles 0,8% et Francfort 0,63%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrograde de 0,88%.

  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    * QUALCOMM et BROADCOM - Le spécialiste américain de semi-conducteurs Qualcomm a prévenu vendredi qu'il pourrait perdre deux gros clients s'il acceptait l'offre de 121 milliards de dollars (97 milliards d'euros) de Broadcom et dit voir de sérieux obstacles réglementaires à un rapprochement.

    * AMERICAN INTERNATIONAL GROUP - L'assureur américain a annoncé jeudi une perte de 6,7 milliards de dollars (5,47 milliards d'euros) au quatrième trimestre en raison d'une charge liée à la récente réforme fiscale adoptée aux Etats-Unis. Bank of America Merrill Lynch a relevé son conseil sur la valeur, à "acheter" contre "neutre". Le titre prend 1,6% en avant-Bourse.

    * NVIDIA prend 9,5% avant-Bourse. Le groupe a annoncé jeudi un chiffre d'affaires au quatrième trimestre en hausse de 34%, meilleur que prévu, gonflé par la forte demande pour ses puces graphiques utilisées notamment dans les centres de données et les appareils de jeu. Le fabricant de puces graphiques table sur un chiffre d'affaires bien au-dessus des attentes pour le trimestre en cours.

    * CBOE GLOBAL MARKETS a rapporté vendredi que son bénéfice trimestriel avait raté de justesse les prévisions des analystes à cause d'une augmentation des coûts. L'action gagne 4,6% en avant-Bourse.

    * NEWELL BRANDS a annoncé vendredi que des investisseurs activistes souhaitent nommer 10 nouveaux membres au conseil d'administration, qui en compte actuellement neuf. Le titre bondit de 4,7% en avant-Bourse.

    * FEDEX et UNITED PARCEL SERVICE perdent entre 4% et 5% en avant-Bourse alors que le géant du commerce en ligne AMAZON s'apprete à lancer son propre service de livraisons, rapporte vendredi le Wall Street Journal.

    * NEWS CORP - Le propriétaire du Wall Street Journal a annoncé jeudi après la clôture des résultats trimestriels meilleurs que prévu, la croissance de ses services immobiliers en ligne ayant compensé la baisse de son chiffre d'affaires publicitaire. Le titre a terminé en baisse de 2,52% à la Bourse de New York.

    * APPLE - Le spécialiste de composants électroniques taïwanais Foxconn, connu officiellement sous le nom de Hon Hai Precision Industry et un des principaux fournisseurs d'Apple, a fait état vendredi d'une hausse de 16% de son chiffre d'affaires en janvier sur un an, ce qui marque un ralentissement par rapport au bond de 50% des ventes enregistré en décembre.

    * TWITTER - Le titre du réseau social gagne encore 1,6% dans les transactions en avant-Bourse après avoir déjà bondi de 12,15% jeudi lors de la séance régulière en réaction à l'annonce de résultats supérieurs aux attentes de Wall Street.

    * EXPEDIA chute de 19% en avant-Bourse, après avoir annoncé que pour 2018 les frais liés à la vente et au marketing seraient supérieurs à la croissance du chiffre d'affaires. Le site de voyage en ligne a également fait savoir que son bénéfice trimestriel était inférieur aux attentes, notamment en raison de la sous-performance de son comparateur d'hôtels sur internet TRIVAGO.

  • Wall Street se prépare à ouvrir dans le rouge

    La Bourse de New York se préparait à ouvrir dans le rouge pour une séance qui s'annonçait pauvre en annonces d'entreprises ou d'indicateurs, après une semaine chaotique marquée par de fortes baisses des indices.

    Vers 14h, le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne la tendance, reculait de 0,58% tandis que celui de l'indice élargi S&P 500 perdait 0,34%. Le contrat à terme sur le Nasdaq, à dominante technologique, affichait pour sa part une hausse de 0,08%.

    La déroute de Wall Street, qui a entraîné dans son sillage les places de marchés asiatiques et européennes, a été déclenchée la semaine dernière par une montée rapide du taux d'emprunt à dix ans des Etats-Unis, dans la foulée de l'annonce d'une statistique positive sur les salaires.

    Jeudi, c'est un autre indicateur qui a fait redouter une accélération de la normalisation de la politique monétaire: les inscriptions hebdomadaires au chômage ont enregistré une baisse surprise pour descendre à leur deuxième plus bas niveau en 45 ans.

    Les indices vedettes de Wall Street ont cédé plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier.

     

    ©EPA

  • D'où vient le brutal regain de volatilité sur les marchés?

    Comment expliquer le brutal regain de volatilité observé ces derniers jours sur les marchés? Les explications de Jennifer Nille, journaliste à L'Echo.

     

    D'où vient le regain de volatilité sur les marchés?

  • "C'en est fini de la tendance à la hausse"

    "Les indices mesurant la volatilité s'envolent en cette fin de semaine, signe que les inquiétudes des investisseurs s'intensifient. Le marché américain est entré dans une phase de correction, c'en est fini de la tendance à la hausse."
    Hideyuki Ishiguro
    Analyste chez Daiwa Securities à Tokyo

  • "Les actions européennes sont en baisse ce matin mais elles résistent relativement bien si l'on considère l'ampleur des déclins en Asie et aux Etats-Unis, où les investisseurs sont particulièrement nerveux. Les mouvements erratiques qui ont lieu aux Etats-Unis perturbent les investisseurs ici et le sentiment en Europe pourrait changer quand les échanges reprendront à New York."
    David Madden chez CMC Markets

  • Warning: dossier spécial "Correction boursière" ce week-end dans L'Echo

    La fête est-elle finie pour les marchés financiers? Quelle stratégie adopter face au retour de la volatilité? L'Echo répond à ces questions (et bien d'autres) à l'occasion d'un dossier spécial "Correction boursière" ce samedi dans L'Echo.

  • AB InBev, Umicore, Melexis... quelques opportunités à saisir après la correction boursière

    Pour Michel Ernst (CBC Banque), la correction des marchés offre de nombreuses opportunités d'achat à la Bourse de Bruxelles. Et celui-ci de citer notamment AB InBev , Umicore , Melexis et Nyrstar .

    --> Plus d'informations dans notre article

     

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    Le point sur les marchés en milieu de séance

    1. Les Bourses européennes sont orientées à la baisse en milieu de séance vendredi, dans un marché toujours nerveux après le nouveau plongeon des places financières américaines et asiatiques.

    2. Aux alentours de 12h15, Amsterdam perd 0,56%, Paris 0,54%, Francfort 0,40% et Londres 0,26%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrograde de 0,54%.

    3. Wall Street a connu une nouvelle correction violente jeudi. La Bourse de New York a dégringolé jusqu'à faire chuter ses indices vedettes de plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier. Le Dow Jones Industrial Average, qui regroupe 30 grands noms de Wall Street, a perdu 4,15%, soit plus de 1.000 points.

    4. Côté valeurs, les banques, les assurances et les services financiers figurent parmi les principales baisses de la matinée.

    5. Le gestionnaire d'actifs Amundi reculait de 5,22% à 67,84 euros, pâtissant de la correction du marché en dépit d'une forte progression de son bénéfice net en 2017.

    6. L'Oréal progressait de 2,56% à 176,20 euros, fort d'une rentabilité record avec une marge d'exploitation atteignant 18% du chiffre d'affaires en 2017.

    7. A Bruxelles, Umicore se distingue par un gain de plus de 6% dans la foulée de ses résultats annuels et après avoir levé près de 900 millions d'euros hier soir.

    9. Sur le marché des changes, l'euro est stable face au dollar à 1,2243 tandis que sur le marché obligataire le rendement du Bund allemand à 10 ans est orientée en légère baisse à 0,75%.

    9. Les prix du pétrole reculent, creusant leur plus bas depuis plus d'un mois alors que la hausse de la production américaine menace de déséquilibrer le marché. Vers 12h15 à Paris, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 64,33 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 48 cents par rapport à la clôture de jeudi.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (->13h30)

  • Débuts boursiers difficiles pour Dermapharm

    L'action du pharmacien allemand Dermapharm est en net recul pour sa première journée d'échanges vendredi en Bourse de Francfort, donnant le la d'une année qui sera peut-être agitée pour les nouveaux venus de la cote.

    Dermapharm, une société familiale qui fabrique des génériques, des cosmétiques, des produits diététiques et des équipements médicaux, a placé le quart environ de son capital sur le marché.

    L'action perdait 4,5% à 26,75 euros vers 11h10, à comparer à un prix d'IPO de 28 euros.

    Cette introduction en Bourse de 377 millions d'euros, censée préluder à une vague d'IPO en Allemagne cette année, intervient en pleine déconfiture des places boursières mondiales.

  • Hogg Robinson s'envole après une offre d'Amex

    L'action Hogg Robinson s'envole de près de 50% à 116 pence en Bourse de Londres, le spécialiste britannique du voyage d'affaires ayant déclaré qu'il avait reçu une offre d'achat d'une filiale d'American Express et qu'il avait vendu à Visa Fraedom, sa filiale de technologies de paiements.

    La filiale d'American Express a fait savoir qu'elle paierait 120 pence par action au maximum, ce qui valorise Hogg Robinson 393,14 millions de livres (447,08 millions d'euros) au plus, selon des calculs de Reuters.

    Visa a dit qu'il verserait 141,8 millions de livres pour Fraedom.

  • Degroof Petercam à l'achat sur Umicore

    Degroof Petercam relève son conseil sur Umicore à "acheter" contre "conserver". L'objectif de cours reste à 68 euros.

  • Les prévisions d'Amundi ne séduisent pas

    Le gestionnaire d'actifs Amundi poids lourd mondial du secteur, perd près de 6%, l'une des plus fortes baisses du Stoxx 600 après la publication de ses résultats annuels.

    Les analystes de Kepler Cheuvreux saluent des résultats solides mais notent que certains sont déçus par les prévisions prudentes du gérant d'actifs.

    Amundi a indiqué notamment qu'il visait une collecte nette d'au moins 150 milliards d'euros entre 2018 et 2020 dans le cadre de sa nouvelle feuille de route stratégique.

    Le titre souffre aussi de la correction du marché, en dépit d'une forte progression de son bénéfice net en 2017.

    "La volatilité actuelle du marché accroît les perspectives de risque pour les gestionnaires d'actifs", abonde une note de la Société Générale.

    Le bénéfice net d'Amundi est passé à 681 millions contre 568 millions en 2016, dopé par le rachat de Pioneer Investments qui doit lui permettre de dépasser le milliard d'euros de bénéfices en 2020.

  • Acciona gagne 3% à la reprise des échanges

    L'action Acciona, un temps suspendue en Bourse de Madrid, gagnait 3% à 1,98 euro à la reprise des transactions vendredi, la société espagnole d'ingénierie et d'énergies renouvelables ayant dit qu'elle avait
    eu des discussions avec le britannique Contour Global concernant ses actifs dans l'énergie.

    Acciona veut vendre ses centrales thermosolaires à Contour pour 1,5 milliard d'euros, écrit le journal financier El
    Economista ce matin.

    Acciona a réagi à cet article indiquant que les informations relatives à la valorisation et aux conditions étaient incorrectes.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Le point en début de matinée

    1. Les indices actions européens évoluent en ordre dispersé et dans des marges étroites autour de leur point d'équilibre ce vendredi, malgré le nouveau plongeon de Wall Street jeudi qui s'est répercuté en Asie.

    2. Aux alentours de 10h, Amsterdam perd 0,31%, Paris se tasse de 0,07% et Francfort de 0,01%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrograde de 0,14%.

    3. Les indices américains ont connu une nouvelle correction violente jeudi. Wall Street a dégringolé jusqu'à faire chuter ses indices vedettes de plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier. Le Dow Jones Industrial Average, qui regroupe 30 grands noms de Wall Street, a perdu 4,15%, soit plus de 1.000 points.

    4. Les Bourses asiatiques ont également décroché de nouveau vendredi au dernier jour d'une semaine chaotique. Tokyo a chuté de 2,32%, Shanghai de 4,05% tandis que Shenzhen et Hong Kong ont perdu plus de 3%.

    5. Quelques valeurs tirent leur épingle du jeu ce matin, à l'instar d'Umicore qui s'envole de plus de 9% et permet de neutraliser les pertes d'un indice Bel20 qui est proche de l'équilibre (-0,03% à 3.913 points).

    6. L'Oréal progresse de 1,6%, après avoir enregistré une rentabilité record, avec une marge d'exploitation atteignant 18% du chiffre d'affaires en 2017.

    7. A.P Moeller-Maersk décroche de 2,3%, parmi les plus fortes baisses de l'indice DJ Stoxx 600. L'armateur danois a raté le consensus au quatrième trimestre mais le bénéfice a augmenté et les perspectives sont positives, a déclaré le directeur général Soren Skou vendredi.

    8. Le titre Mediobanca gagne près de 2%. La banque d'affaires italienne a enregistré au deuxième trimestre de son exercice 2017/18 une hausse de 18,9% de son bénéfice net, à 175,4 millions d'euros, un résultat supérieur aux attentes. Selon Factset Estimates, les analystes tablaient sur 151 millions d'euros.

    9. Sur le marché des changes, l'euro varie peu face au dollar à 1,2267.

  • La Bourse de Hong Kong plonge de 3,10%

    La Bourse de Hong Kong a plongé de plus de 3% sur la séance de ce vendredi, enregistrant son deuxième décrochage de la semaine après sa chute de mardi, dans le sillage de Wall Street.

    L'indice composite Hang Seng a terminé sur une perte de 943,85 points, soit 3,10% à 29.507,42 points.

  • Du changement pour Befimmo et Umicore chez KBCS

    KBC Securities abaisse son objectif de cours sur Befimmo à 53,50 euros contre 55,50 jusqu'ici. L'avis reste à "conserver".

    Pour Umicore , le broker est désormais à "acheter" contre "accumuler" et un prix cible de 52 euros contre 45.

  • Umicore bondit

    Umicore: +6% dans les premiers échanges, après l'annonce d'une augmentation de capital de 900 millions d'euros

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ouvrent en baisse limitée, dans un marché prudent après les nouvelles fortes baisses enregistrées sur les places financières américaines et asiatiques.

    • Bruxelles: -0,15%
    • Amsterdam: -0,60%
    • Francfort: +0,02%
    • Paris: -0,31%
    • DJ Stoxx 600: -0,33%

  • Lotus Bakeries gâte ses actionnaires

    Lotus Bakeries a vu son chiffre d’affaires progresser de 3,3% à 524,1 millions en 2017 et cela après une année record au cours de laquelle le groupe a franchi le cap du demi-milliard au niveau de ses ventes.

    Le groupe de pâtisseries et biscuits industriels a décidé d'augmenter son dividende de 20% à 19,50 euros par action.

  • Befimmo, Cofinimmo, Umicore... quelques valeurs belges à suivre

    Quelques valeurs belges à tenir à l'oeil puisqu'elles devraient susciter l'intérêt des investisseurs.

    • BEFIMMO - La SIR Befimmo note pour l'exercice 2017 un résultat net en hausse à 136,1 millions d'euros, mais un taux d'occupation en légère baisse à 94,44%. Befimmo prévoit un dividende brut de 3,45 euros par action pour l’exercice 2018, inchangé par rapport à 2016. "Il pourrait à nouveau être payé via un acompte de 2,59 euros bruts par action en décembre 2018 et un solde de 0,86 euros brut par action en mai 2019", prévient l'entreprise. --> Lire notre article

    •,COFINIMMO - La SIR Cofinimmo a un nouveau CEO. L'homme, Jean-Pierre Hanin, a été choisi en externe. Concernant ses résultats d'entreprise, la SIR compte distribuer, en 2019, un dividende similaire à celui qu'elle distribuera cette année, soit 5,50 euros brut par action. --> Lire notre article

    • UMICORE - Malgré les tensions sur les marchés financiers, Umicore a réussi à lever 892 millions d'euros via un placement privé réalisé au prix de 39,80 euros par action. --> Lire notre article

    • VASTNED RETAIL - Vastned Retail Belgium affiche en 2017, en plus d'un taux d'occupation en légère hausse à 99%, une augmentation de 6,2% de la juste valeur de son portefeuille. La SIR va proposer un dividende brut de 2,62 euros par action pour l’exercice 2017, alors qu'il était de 2,45 euros pour l’exercice 2016. --> Lire notre article

  • Baisse en vue en Europe, la correction s'amplifie

    Le point sur les marchés avant l'ouverture

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues dans le rouge vendredi à l'ouverture après la forte baisse de Wall
    Street la veille, qui s'est déjà répercutée sur les marchés asiatiques, conséquence d'une nouvelle poussée des rendements obligataires.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre huit points, soit environ 0,15%, à l'ouverture, le Dax à Francfort 23 points (0,18%) et le FTSE à Londres 40 points (0,55%). Ils amplifieraient ainsi le net recul subi jeudi (-1,98% pour le CAC, -2,62% pour le Dax).

    3. A New York, le Dow Jones a perdu 4,15% jeudi, confirmant son passage en phase de "correction", soit une baisse de plus de 10% par rapport à son dernier plus haut. Le Standard & Poor's 500 a abandonné 3,75%, le Nasdaq 3,9%.

    4. En Asie vendredi, Tokyo a fini en repli de 2,32%, portant son recul sur la semaine à plus de 8%, sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis deux ans.

    5. Mais la baisse est plus forte encore pour les marchés chinois: l'indice SSE Composite de Shanghai perd 4,83% et le CSI 300 des plus grosses capitalisations de Chine continentale recule de 4,97%. A l'impact du repli de Wall Street s'ajoute, pour les investisseurs chinois, la volonté de réduire l'exposition au risque avant le long congé du Nouvel An lunaire.

    6. Le nouvel accès de faiblesse de Wall Street s'est accompagné d'une remontée de la volatilité comme des rendements obligataires: le rendement des obligations du Trésor américain à dix ans a atteint en séance jeudi 2,884%, tout près de son pic de quatre ans touché lundi à 2,885%, avant de revenir autour de 2,835%.

    7. Sur le marché des changes, le fait du jour est le repli sur les valeurs refuges que sont le yen et le franc suisse. La devise japonaise est remontée tout près de son récent plus haut de quatre mois contre le dollar.  L'euro, lui, regagne un peu de terrain à 1,2260 dollar mais affiche une baisse de plus de 1,6% face au billet vert depuis le début de la semaine.

  • Correction boursière à Wall Street

    C'est officiel, les actions américaines sont maintenant dans une phase de correction. L'indice Dow Jones et le S&P 500 ont perdu plus de 10% en-dessous de leur dernier sommet atteint le 26 janvier. Ils ont aussi cédé l'ensemble de leurs gains depuis le début de l'année.

     

  • -8,13%
    Plus forte baisse hebdomadaire depuis un an pour Tokyo
    Sur la semaine, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a perdu 8,13%, sa plus forte baisse hebdomadaire depuis février 2016.

  • Les Bourses asiatiques s'affolent

    Dans le sillage de Wall Street, les bourses asiatiques ont également plongé vendredi à l'ouverture.

    En Chine, l'indice composite de Shanghai a lâché 5,47% dans les premiers échanges, à 3.083,60 points. A la Bourse de Shenzhen, l'indice composite a perdu 3,48% à 1.674,18 points.

    A Hong Kong, l'indice Hang Seng cédait dans le même temps 1.288,22 points, soit 4,23% à 29.163,05 points.

  • Nouveau coup de tabac à Wall Street

    La Bourse de New York, après plusieurs séances tumultueuses, a de nouveau été saisie jeudi par une grande fébrilité, faisant chuter ses indices vedettes de plus de 10% depuis les sommets atteints fin janvier.

    Le Dow Jones Industrial Average, qui regroupe 30 grands noms de Wall Street, a perdu 4,15%, soit plus de 1.000 points. Depuis son record le 26 janvier, il a abandonné 10,35%.

    Le S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises cotées aux Etats-Unis, a de son côté reculé de 3,75%.  Il a aussi dégringolé de 10,16% depuis son dernier record fin janvier.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lui lâché 3,90%.

     

    "Les vendeurs ont clairement pris les manettes, toute l'ébullition qu'on a vu en janvier est désormais effacée. Le marché cherche une direction. Et tant que rien ne change, la tendance est à la baisse."
    Adam Sarhan
    Gérant de portefeuille à 50 Park Investment

  • Tokyo rechute, après le plongeon de Wall Street

    La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse, à l'issue d'une de ses pires semaines depuis deux ans, secouée par les turbulences de Wall Street à l'unisson des autres marchés mondiaux.

    A la clôture, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a lâché 2,32% (-508,24 points) à 21.382,62 points et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau 1,91% (-33,72 points) à 1.731,97 points.

  • Good morning!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

  • A suivre ce vendredi 9 février

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • Revue de la note souveraine allemande par Fitch
    Chine
    • Inflation / janvier
    Danemark
    • A.P. Moeller-Maersk / résultats du T4
    Etats-Unis
    • 16h Stocks et ventes des grossistes / décembre
    Royaume-Uni
    • 10h30 Production industrielle / décembre
    • 10h30 Balance commerciale / décembre

    → ENTREPRISES

    Belgique

    • Dalenys: offre de reprise par Natixis au pris de 9 euros par action. Jusqu'au 23 février.
    • Hamon: possibilité de souscrire à l’augmentation de capital. Un droit de préférence pour six actions nouvelles, au prix de 0,50 euro par action. Jusqu’au 9 février inclus
    • Lotus Bakeries: résultats 2017
    • Xior: résultats 2017

    France
    • Amundi: résultats annuels 2017

    Italie
    • BMPS : résultats annuels 2017

    Japon
    • Olympus: résultats 3T
    • Toray: résultats 3T

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content