1. Les marchés
  2. Live blog

Wall Street se reprend

La Bourse de New York termine dans le vert ce mardi, au lendemain d'une séance chahutée. Dans la foulée, les places européennes ont réduit leurs pertes. Le Stoxx 600 a fini en baisse de 0,49% à 369,07 points.
  • A suivre mercredi

    Notre live se termine ici, voici les principaux événements à l'agenda ce mercredi 4 avril: 

    → ECONOMIE / FINANCE

    Chine
    • Indice PMI IHS Markit services / mars

    Etats-Unis
    • 14h15 Enquête ADP sur l'emploi privé / mars
    • 16h Indice ISM services / mars
    • 16h Commandes à l'industrie / février

    Japon
    • Indice PMI IHS Markit services / mars

    Zone euro
    • 11h Inflation (estimation flash) / mars
    • 11h Taux de chômage / fév.

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Ablynx: offre de reprise à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 4 mai.

    France
    • Touax : résultats annuels 2017 (après Bourse)
    • 20e édition du Salon Laval Virtual dédié à la Réalité Virtuelle et à la Réalité Augmentée (jusqu'au 8)
    • Audience devant le tribunal de commerce pour examiner la liquidation judiciaire du volailler Doux - (8h30)
    • 4e édition du salon SIdO, consacré à l'Internet des Objets - Cité internationale (6e) - (09h)

    Italie
    • Deuxième symposium international sur l'Agroécologie

  • New York reprend de la hauteur

    Les Bourses américaines ont terminé dans le vert ce mardi, au lendemain d’une journée chahutée, effaçant ainsi une partie des lourdes pertes de la veille. Ce rebond profite essentiellement aux techs, très volatiles ces derniers temps. 

    Le Dow Jones a avancé de 1,65% à 24.0033,36 points, le S&P 500 a pris 1,26% à 2.614,45 points et le Nasdaq a gagné 1,04% à 6.941,28 points.

    Tesla a rebondi mardi (+5,96% à 267,53 dollars), alors que sa valeur boursière a fondu d’un quart en trois semaines, après la publication de ses chiffres de production au premier trimestre. Le constructeur de voitures électriques assure être en mesure de doubler la production hebdomadaire de sa Model 3 d’ici fin juin.

    Spotify, qui a fait son entrée à Wall Street, a terminé sa première journée à 149,10 dollars. Le leader de la musique en streaming est ainsi valorisé à 29,5 milliards de dollars, un montant bien plus important que celui prévu par les analystes.

    Facebook a gagné 0,46% à 156,11 dollars malgré que Bofa Merril Lynch ait retiré le titre de sa liste des valeurs américaines préférées.

    Les Bourses américaines ont terminé dans le vert ce mardi, au lendemain d’une journée chahutée, effaçant ainsi une partie des lourdes pertes de la veille. Ce rebond profite essentiellement aux techs, très volatiles ces derniers temps. 
    Le Dow Jones a avancé de 1,65% à 24.0033,36 points, le S&P 500 a pris 1,26% à 2.614,45 points et le Nasdaq a gagné 1,04% à 6.941,28 points.
    Tesla a rebondi mardi (+5,96% à 267,53 dollars), alors que sa valeur boursière a fondu d’un quart en trois semaines, après la publication de ses chiffres de production au premier trimestre. Le constructeur de voitures électriques assure être en mesure de doubler la production hebdomadaire de sa Model 3 d’ici fin juin.
    Spotify, qui a fait son entrée à Wall Street, a terminé sa première journée à 149,10 dollars. Le leader de la musique en streaming est ainsi valorisé à 29,5 milliards de dollars, un montant bien plus important que celui prévu par les analystes.
    Facebook a gagné 0,46% à 156,11 dollars malgré que Bofa Merril Lynch ait retiré le titre de sa liste des valeurs américaines préférées.
  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones +1,63% à 24.030,64 points
    • S&P 500 +1,26% à 2.614,42 points
    • Nasdaq +1,04% à 6.941,28 points
  • Le pétrole termine en hausse

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse à New York ce mardi sur le marché du Nymex, après un fort recul la veille. Ils ont été soutenus par le rebond des marchés américains.

    Le contrat mai sur le brut léger américain (WTI) a gagné 50 cents (+0,79% à 63,51 dollars le bari). 

    A la clôture du Nymex, le Brent prenait 40 cents, soit 0,59% à 68,04 dollars.

  • Bpost à nouveau lanterne rouge du Bel 20

    En dépit de la hausse du marché américain des actions à l’heure des clôtures en Europe, c’est en baisse que le Bel 20 démarre la semaine. Il a cédé 0,52% à 3.836,90 points.

    Des 20 actions qui composent cet indice, 5 ont réussi à progresser. Meilleure performance, Engie a pris 0,81% à 13,66 euros. Ce titre est suivi d’Ontex qui s’est amélioré de 0,37% à 21,80 euros.

    Le titre de lanterne rouge revient une nouvelle fois à bpost qui abandonne 3,27% à 17,76 euros. Recul aussi d’Aperam (-3,14% à 37,61 euros).

    Pour le reste, on retiendra la baisse de 0,75% à 112 euros de l’action Solvay, pour laquelle  Deutsche Bank maintient sa recomandation "à vendre". "Nous prévoyons que le bénéfice brut d'exploitation (EBITDA) du 1er trimestre sera en baisse de 1% par rapport à celui de la période correspondante de 2016", explique Virginie Boucher, l’analyste de la banque allemande qui vient de publier une note sur le chimiste belge. Elle craint, entre autres, que les taux de change pèsent sur les résultats et pense que le cours actuel ne reflète pas adéquatement les risques du cycle commercial pour le carbonate de soude et l'incertitude chez Cytec, le fournisseur de composites légers pour le secteur de l'aviation.


    En dehors du Bel 20, Retail Estates a cédé 0,97% à 71,80 euros. Suite à ses récentes acquisitions,  cette société immobilière réglementée (SIR) envisage de procéder à une une augmentation de capital par apport en nature de cinq immeubles commerciaux et la possibilité d'une autre augmentation de capital pour financer sa croissance. Degroof Petercam relève son objectif de cours de 83,5 euros à 84 euros en raison d'estimations plus élevées.

    Bonne tenue aussi de Fagron (+5,6% à 13,3 euros) après l’annonce du rachat d'Humco aux Etats-Unis

    Van de Velde a cédé 1,05% à 37,6 euros. KBC Securities qui suggère de "conserver" ce titre, a néanmoins abaissé son objectif de cours de 44 euros à 38 euros.

    Enfin, Quest for Growth a plongé de 17,6% à  7,68  euros. Le titre doit cette performance au détachement du dividende de 1,54 euro par action ordinaire. L’actionnaire peut opter pour un versement en espèces ou en actions nouvelles.

    En Europe, le Stoxx 600 a cédé 0,49% à 369,07 points.

    Sur les marchés des changes, l'euro était en légère baisse à 1,2263 dollar

  • Chères les valeurs technologiques à Wall Street? Jugez-en.

    Apple se traite à 14,7 fois les bénéfices attendus par les analystes suivis par Bloomberg cette année.

    Ce ratio est de:

    - 13,7 pour Intel

    - 21,5 pour Facebook

    - 24   pour Google

    - 47,1 pour Twitter

    - 163 pour Amazon. (Il est de 300 sur la base des bénéfices réalisés en 2017).

     

    Pour l'ensemble des actions du S&P 500, il s'élève en moyenne à 16,1, toujours sur la base des résultats attendus pour 2018..

  • L'US POst Office, le "Garçon de Courses d'Amazon"

    En hausse à l'ouverture de Wall Street mardi, l'action Amazon est passée dans le rouge après une heure d'échanges en réaction à un message de Donald Trump renouvelant ses attaques contre le géant du commerce électronique.

    Le titre perd 0,2% à 1.369,65 dollars, alors qu'il gagnait plus de 2% trois quarts d'heure plus tôt.

    "J'ai raison sur le fait qu'Amazon coûte d'énormes sommes d'argent au United States Post Office, qui est son Garçon de Courses", a déclaré le président américain dans un message publié sur Twitter.

  • Tesla remonte, Facebook se replie

    Une heure après le début des transactions à la Bourse de New York, l'indice Dow Jones affichait un gain de 0,47% à 23.758 points. Le S&P 500 limitait son avance à 0,1% à 2.584,8 points.

    Sur la Bourse du Nasdaq, le Composite cédait 0,3% à 6.845,55 points. Dans cet indice, Tesla remontait de 1,9% à 257,31 USD. Mais Facebook recédait 2,29% à 151,83 USD. Baisse aussi d'Amazon (-0,9% à 1.359,79 USD) et d'Alphabet (-0,9% à 997,41 USD)

    En Europe, le Stoxx 600 cédait 0,51% à 368,99 points.

  • Wall Street se reprend

     

     - Dow Jones   : +0,69% à 23.808 points

     - S&P 500      : +0,60% à 2.597,4 points

     - Nasdaq Gén.: +0,61% à 6.912,9 points

  • Greenyard reprend totalement Fresh Direct

    Le géant des fruits et légumes Greenyard reprend totalement le vendeur de gros Fresh Direct, ex-Ben Fresh, indique-t-il mardi. En s'adjugeant les 49% de parts du leader du marché, Ben De Pelsmaeker devient l'unique actionnaire de Fresh Direct.

  • Wall Street donnée en hausse, l'Europe boursière réduit ses pertes

    La Bourse de New York s'oriente vers une ouverture positive, au lendemain d'un net recul, entre tensions commerciales, dégringolade du secteur technologique et tweets de Donald Trump.

    Une heure avant l'ouverture de la séance, le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, évoluait en hausse de 0,65%, à l'instar de l'indice élargi S&P 500 (0,70%), tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, prenait 0,95%.

    En Europe, les indices actions réduisaient leurs pertes aidés par la tendance haussière de la Bourse de New York. Amsterdam affichait un repli de 0,12%, Paris de 0,27% et Francfort de 0,57%.

    Le Bel20 rétrogradait par contre 0,70%, lesté par Solvay. Deutsche Bank a maintenu sa recommandation de vendre la valeur.

  • "L'année de transition" plombe Agfa-Gevaert

    Abstraction faite du détachement de coupon chez Quest for Growth, Agfa-Gevaert est maintenant l'une des plus fortes baisses de la Bourse de Bruxelles avec un repli de 5,34%. Le groupe d'imagerie a repris sa baisse après un court rebond à la fin de la semaine dernière suite à la chute libre encaissée par l'action après la publication des chiffres annuels.

    Ces chiffres annuels ne sont certainement pas encourageants, avec une nouvelle baisse du chiffre d'affaires et - associée à des matières premières plus chères - une forte baisse des bénéfices. En outre, le PDG Christian Reinaudo a averti que 2018 serait une "année de transition", avec une pression continue sur les marges bénéficiaires.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les valeurs à suivre à Wall Street

    * CBS VIACOM - CBS s'apprête à soumettre une offre intégralement en actions sur Viacom, qui donnerait à ce dernier une valorisation inférieure à sa capitalisation boursière actuelle, a-t-on appris lundi de sources proches du dossier. L'action Viacom a perdu 2,5% dans les transactions après la clôture à Wall Street.

    * ALLERGAN - Le laboratoire réfléchit à diverses possibilités, y compris une vente, concernant sa division de santé féminine, rapporte Bloomberg, selon laquelle une cession pourrait valoriser cette activité plus de cinq milliards de dollars (4,06 milliards d'euros).

    * SPOTIFY - Le New York Stock Exchange (NYSE) a établi lundi un cours de référence de 132 dollars pour l'action Spotify. Les transactions sur le groupe suédois de musique en ligne débutent ce mardi. Spotify n'est pas passé par une procédure d'introduction en Bourse (IPO) classique, optant pour une cotation directe sans offre publique de vente de titres.

    * TWENTY-FIRST CENTURY FOX a annoncé mardi qu'il pourrait vendred ou isoler juridiquement Sky News afin de répondre aux inquiétudes de l'autorité de la concurrence britannique concernant la préservation de l'indépendance de sa chaîne d'informations si elle est contrôlée par Rupert Murdoch à l'issue du projet de rachat de Sky par Fox.

    * Les groupes d'assurance santé comme HUMANA, UNITEDHEALTH, AETNA et WELLCARE HEALTH PLANS pourraient réagir à l'annonce lundi soir d'une augmentation de 3,4% en moyenne des versement de l'Etat fédéral aux assureurs gérant des contrats de type Medicare Advantage, qui concernent plus de 20 millions de personnes de 65 ans et plus. Cette hausse est supérieure à celle de 1,84% proposée en février.

    * INTEL - Au lendemain de la chute de près de 6% du titre, Morgan Stanley a réaffirmé sa recommandation à "pondération en ligne" et son objectif de cours à 43 dollars, jugeant que le risque d'un abandon par Apple des processeurs Intel pour ses Mac était limité.

    * FACEBOOK - BofA Merrill Lynch a retiré le titre de sa liste de valeurs américaines préférées.

    * NVIDIA prend 1,3% en avant-Bourse. BofA Merrill Lynch a rajouté le titre à sa liste de valeurs américaines préférées.

    * NETFLIX serait proche d'un accord avec Luc Besson et les autres actionnaires d'EuropaCorp pour reprendre ce studio français, une opération qui pourrait être annoncée dans quelques semaines, selon Les Echos.

    * GROUPES ALIMENTAIRES - Les acteurs américains du secteur sont sous-valorisés, estime Jefferies, qui nomme LAMB WESTON, PINNACLE FOODS, KRAFT HEINZ, MCCORMICK et HORMEL FOODS comme ses cinq valeurs préférées.

    * CELGENE - Le groupe biopharmaceutique a annoncé mardi la démission avec effet immédiat de son directeur général adjoint Scott Smith, sans en préciser la raison. Il dit cependant que ce départ s'inscrit dans le cadre des changements au sein de sa direction orientés vers le "succès à long terme". Le directeur général, Mark Alles, va reprendre les responsabilités de Scott Smith.

    * ALTICE USA - Macquarie entame son suivi avec une recommandation à "surperformance" et un objectif de cours de 23,50 dollars.

  • GBL se renforce dans GEA qui traverse une crise de confiance

    La société d’investissement GBL a accru sa participation dans le groupe allemand GEA . Elle est passée de 4,33% fin 2017 et a franchi le seuil de déclaration de 5% pour atteindre 5,13% via la société Oliver Capital.

    Spécialisée dans la technologie pour la transformation des aliments et pour de nombreux autres secteurs de la transformation, GEA traverse une mauvaise passe.

  • 132 USD
    IPO de Spotify
    Le New York Stock Exchange (NYSE) a établi lundi un cours de référence de 132 dollars pour l'action Spotify. Les transactions sur le service suédois d'écoute de musique en ligne débutent ce mardi. Spotify n'est pas passé par une procédure d'introduction en Bourse (IPO) classique, optant pour une cotation directe sans offre publique de vente de titres.

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    Le trimestre démarre mal, les techs et les tensions commerciales plombent l'ambiance

    1. Les indices actions européens ont démarré le deuxième trimestre sur une note négative, dans un contexte de marché toujours dominé par les tensions commerciales et les inquiétudes entourant les valeurs technologiques.

    2. Aux alentours de 12h15, Francfort cède 1,11%, Amsterdam 0,63%, Paris 0,60% et Londres 0,43%. A Bruxelles, l'indice Bel20 lâche 0,98%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrograde de 0,75%.

    3. Tous les secteurs sont dans le rouge, avec en tête les valeurs industrielles (-1,49%) et les valeurs technologiques (-1,40%).

    4. Les contrats à terme sur Wall Street laissent entrevoir une ouverture en légère hausse de la Bourse de New York.

    5. Quelques valeurs se démarquent:

    • Sodexo continu à souffrir (-4,74%) de l'abaissement des ses prévisions financières annuelles, annoncé jeudi dernier et qui avait déjà occasionné ce jour-là un plongeon de 15,69% du titre. Natixis a en outre abaissé mardi sa recommandation sur le titre à "neutre".
    • Europacorp s'envole de 35%. Netflix serait proche d'un accord avec Luc Besson et les autres actionnaires d'EuropaCorp pour reprendre ce studio français, une opération qui pourrait être annoncée dans quelques semaines, selon Les Echos.
    • Fagron réduit ses gains à 2,69% après avoir gagné jusqu'à 3% en début de séance en réaction à l'annonce de l'acquisition aux Etats-Unis d'Humco, un de ses concurrents.
    • Quest for Growth dégringole de 18% à 7,42% mais le titre est coté ex-dividende.
    • Van de Velde plie de 2,50%. KBC Securities réduit son target sur la valeur à 38 euros.
    • Exmar qui a publié ses résultats avant le long week-end de Pâques gagne 2,3%.

  • L'accord Mediaset/Sky salué par les investisseurs

    Mediaset grimpe de près de 6% en Bourse de Milan en réaction à l'accord de partage de contenu avec la filiale italienne du groupe de télévision britannique Sky , qui ouvre aussi la voie à l'éventuelle cession d'une partie de l'activité de TV payante du télédiffuseur italien à Sky.

    L'accord permettra à Mediaset de diffuser certaines chaînes de sa filiale de télévision payante Premium sur la plate-forme satellitaire de Sky, qui pourra en échange offrir ses propres services sur la plate-forme numérique de Premium.

    Il prévoit également une option de cession à Sky Italia en fin d'année du contrôle sur une société où seraient placés les actifs techniques, opérationnels et de maintenance de Premium.

    "Tout en augmentant la rentabilité, cet accord met fin à l'incertitude autour de l'avenir de Premium, qui a été une cause importante de volatilité du cours de l'action par le passé", écrivent les analystes de Berenberg dans une note de recherche.

  • Degroof Petercam vise un peu plus haut pour Retail Estates

    La semaine dernière la société immobilière réglementée Retail Estates a annoncé une série d'acquisitions aux Pays-Bas et en Belgique, une augmentation de capital par apport en nature de cinq immeubles commerciaux et la possibilité d'une autre augmentation de capital pour financer sa croissance.

    Les acquisitions annoncés ont toutefois été conclue sous la condition suspensive de l'obtention du financement par Retail Estates. Compte tenu du taux d'endettement, qui s'élèvait à 58,8 % fin décembre, ce financement ne peut se faire qu'au moyen d'un arbitrage au sein du portefeuille et/ou d'une augmentation de capital. Dans ce contexte, un désinvestissement éventuel par la vente du parc commercial de Zwolle (Pays-Bas) est à l'étude, a précisé la SIR.

    Pour Degroof Petercam, les acquisitions réalisées sont "de belles opérations illustrant la capacité de l'entreprise à générer de nouvelles transactions tant en Belgique qu'au Pays-Bas. Une cession réussie de Zwolle rendrait une augmentation de capital moins urgente, voir même évitable. En outre, cela se traduirait par un bénéfice par action plus élevé dans les années à venir. Cependant, le niveau d'endettement resterait dangereusement proche de 60% et par conséquent, nous croyons que, à moins que de nouvelles contributions importantes en nature n'émergent, le résultat le plus probable demeure une offre secondaire de titre après l'été. En raison d'estimations plus élevées, notre objectif de cours est relevé de 1,5 euro à 84 euros. Avec une recommandation maintenue à accumuler."

  • Deutsche Bank maintient sa recommandation sur Solvay

    Dans un aperçu des résultats du premier trimestre, Deutsche Bank maintient son conseil pour Solvay à "vendre".

    "Nous prévoyons que le bénéfice brut d'exploitation (EBITDA) au premier trimestre baissera de 1% sur un an", explique Virginie Boucher, analyste. Elle craint, entre autres, que les taux de change pèsent sur les résultats. Elle croit également que le cours actuel ne reflète pas adéquatement les risques du cycle commercial pour le carbonate de soude et l'incertitude chez Cytec - le fournisseur de composites légers pour le secteur de l'aviation.

    C'est pourquoi la recommandation de vendre est maintenue.

  • Combien vaut Spotify ?

    Nous recevrons une réponse cet après-midi lorsque la cotation du leader mondial suédois de la musique en streaming débutera à Wall Street.

    Cela se passe de manière inhabituelle: il n'y a pas de prix de souscription et pas d'augmentation de capital. Et Spotify offre en parallèle de la cotation directe une "plateforme" pour les employés qui veulent céder leurs titres.

    Cela promet d'être une séance volatile pour l'action car les valorisations de Spotify ont varié de 6 à ... 23 milliards de dollars au gré des phases successives de financement.

  • La croissance ralentit en zone euro

    La croissance manufacturière a ralenti en mars pour le troisième mois d'affilée mais la production est restée malgré tout soutenue et l'expansion économique demeure générale à l'intérieur de la zone euro.

    L'indice PMI IHS Markit des directeurs d'achats ressort à 56,6 en mars en version définitive, au plus bas de huit mois, contre 58,6 en février. Il confirme l'estimation flash et reste bien au-dessus de la barre des 50 qui délimite croissance et contraction de l'activité.

     

    "Il ne faut pas être trop préoccupé par la baisse du PMI car une certaine modération du rythme de croissance était inévitable, après le bond du début d'année."
    Chris Williamson
    Economiste en chef d'IHS Markit

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Les marchés entament le trimestre du mauvais pied

    Les marchés actions européens démarrent le mois d'avril sous pression, débutant le deuxième trimestre du mauvais pied, dans le sillage de Wall Street la veille.

    Aux alentours de 10h, Francfort perd 0,86%, Bruxelles 0,78%, Londres 0,55%, Amsterdam 0,50% et Paris 0,44%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 lâche 0,64%.

    Les marchés européens n'arrivent "pas à faire abstraction de la nouvelle baisse de Wall Street", mais "dans le fond, il n'y a pas d'éléments nouveaux qui viennent expliquer la baisse des indices américains", ont souligné les analystes de Aurel BGC.

    Via des tweets, "Donald Trump a tapé une fois de plus sur Amazon.com, ce qui a entretenu la défiance à l'égard des technologiques, d'autant que le second acte de la guerre commerciale larvée entre Washington et Pékin, focalisé sur les technologies, est attendu cette semaine", ont-ils complété.

    Quelques valeurs se distinguent:

    • Sodexo continu à souffrir (-4,74%) de l'abaissement des ses prévisions financières annuelles, annoncé jeudi dernier et qui avait déjà occasionné ce jour-là un plongeon de 15,69% du titre. Natixis a en outre abaissé mardi sa recommandation sur le titre à "neutre".
    • Europacorp s'envole de 35%. Netflix serait proche d'un accord avec Luc Besson et les autres actionnaires d'EuropaCorp pour reprendre ce studio français, une opération qui pourrait être annoncée dans quelques semaines, selon Les Echos.
    • A Bruxelles, Fagron réduit ses gains à 0,79% après avoir gagné jusqu'à 3% en début de séance en réaction à l'annonce de l'acquisition aux Etats-Unis d'Humco, un de ses concurrents. Quest for Growth dégringole de 20,39% à 7,42% mais le titre est coté ex-dividende.

  • KBCS vise plus bas pour Van de Velde

    KBC Securities réduit son objectif de cours sur Van de Velde à 38 euros contre 44. La recommandation reste à "conserver".

  • BOURSE - EUROPACORP S'ENVOLE DE PRÈS DE 39% APRÈS DES INFORMATIONS DE PRESSE ÉVOQUANT UN ACCORD PROCHAIN AVEC NETFLIX SUR UN RACHAT

  • BOURSE-MEDIASET PREND 6% À L'OUVERTURE APRÈS L'ANNONCE D'UN ACCORD AVEC SKY ITALIA ET UN RELÈVEMENT DE RECOMMANDATION PAR BERENBERG

  • Fagron en tête du marché bruxellois

    Fagron gagne 3% à 13,04 euros en début de séance, les investisseurs saluent l'achat d'Humco réalisé ce week-end aux Etats-Unis

  • Quest for Growth dégringole, pas de panique!

    Quest for Growth dégringole de 19,53% à 7,50 euros dans les premiers échanges. Le titre est coté ex-dividende optionnel de 1,54 euro par action ordinaire (net: 1,52 euro par action ordinaire).

  • Berenberg maintient son conseil d'achat sur Barco

    Berenberg a récemment organisé une série de road shows aux États-Unis - Boston, New York et Chicago - avec le PDG de Barco , Jan De Witte. À la fin de cet événement d'une durée de trois jours,le broker maintient sa recommandation d'achat avec un objectif de cours de 130 euros.

  • Baisse inattendue des ventes de détail

    Les ventes au détail ont baissé en février, contrairement aux attentes, d'un mois sur l'autre, comme en janvier, et leur croissance sur un an est bien inférieure aux attentes, a annoncé mardi l'Office fédéral de la statistique.

    Cela semble montrer que la consommation des ménages est restée terne depuis le début d'année. Elle n'avait déjà pas du tout contribué à la croissance de la première économie européenne au quatrième trimestre 2017.

    La statistique, notoirement instable et souvent sujette à révision, fait ressortir un recul mensuel de 0,7% réel en
    février, après une baisse identique en janvier (non révisée). Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une hausse de 0,6%.

    En variation annuelle, les ventes au détail ont augmenté de 1,3%, en deçà du consensus qui donnait une hausse de 2,2%, après une progression de 2,3% en janvier.

  • | Opening Bell |

    Bruxelles: -0,81%
    Amsterdam: -0,81%
    Francfort: -0,82%
    Paris: -0,46%
    DJ Stoxx 600: -0,62%

  • "Les principaux indices américains ont fini en forte baisse hier soir sous le poids des valeurs technologiques et des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. C'est le plus mauvais départ d'un deuxième trimestre depuis la crise de 29."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Tokyo dans le sillage de Wall Street

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse après le fort repli de Wall Street, pénalisée par un regain d'inquiétude sur les tensions commerciales entre les Etats-unis et certains de ses partenaires.

    L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a perdu 0,45% (-96,29 points) à 21.292,29 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a reculé de 0,29% (-4,98 points) à 1.703,80 points.

    Sur le volet des changes, le yen, valeur refuge, a repris du terrain face à la monnaie américaine: le dollar valait 105,97 yens, contre 106,28 yens lundi au moment de la clôture. L'euro valait 130,39 yens, contre 130,05 yens.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Vers un début de trimestre en baisse, doutes sur les techs et tensions commerciales

    1. Après un début d'année chahuté, les principales Bourses européennes devraient entamer le deuxième trimestre sur une nouvelle note baissière, dans le sillage de la chute de Wall Street lundi avec les valeurs technologiques.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 1,06% à l'ouverture après le long week-end pascal. Le Dax à Francfort reculerait de 0,95% et le FTSE à Londres cèderait 0,51%.

    3. Les marchés européens sont restés fermés vendredi et lundi mais Wall Street, fermée aussi vendredi, a repris dès lundi pour accuser une nouvelle séance de net repli. L'indice Dow Jones a perdu 1,9%, le Standard & Poor's 500 a lâché 2,23% et le Nasdaq Composite a abandonné 2,74%.

    4. Les deux grands facteurs à l'origine des difficultés de Wall Street depuis plusieurs semaines n'ont pas disparu avec le changement de trimestre: les géants de la technologie perdent de leur superbe et rien ne semble enrayer l'escalade entre Américains et Chinois sur le terrain commercial.

    5. L'ambassadeur de Chine aux Etats-Unis a déclaré mardi que si Washington imposait de nouveaux droits de douane sur les marchandises chinoises, Pékin prendrait des contre-mesures d'intensité comparable.

    6. Au cours du week-end, Donald Trump a par ailleurs renouvelé ses attaques contre Amazon, qu'il accuse de bénéficier de tarifs trop avantageux de la part des services postaux américains et de ne pas payer assez d'impôts. Le titre du géant du commerce en ligne a chuté lundi de 5,2%.

    7. Les indices américains suggèrent un rebond ce mardi à Wall Street, ce qui pourraient limiter les pertes en Europe ce matin.

    8. Les cambistes seront aussi attentifs à la publication, vendredi, du rapport mensuel sur l'emploi américain et à sa composante sur l'évolution du salaire horaire moyen.

    9. Les investisseurs surveilleront mardi les indices PMI manufacturiers définitifs en Europe, dont celui de la zone euro (10h) qui devrait être
    confirmé à 56,6.

  • Exmar: pas de fumée blanche pour le Caribbean

    Rappelons qu'Exmar a publié juste avant le week-end de Pâques ses chiffres au 31 décembre. La société de fourniture de gaz naturel a clôturé 2017 avec un bénéfice net, grâce notamment à une série de plus-values réalisées sur la vente de la compagnie d'assurance Belgibo et la cession de trois méthaniers rentables et disposant de leur propre usine de gazéification à son partenaire américain Excelerate.

    Plus important encore, il n'y a toujours pas de fumée blanche pour le Caribbean: la plate-forme capable de liquéfier le gaz naturel en mer, pour l'instant nexploitée et sans locataire, actuellement bloquée dans le chantier naval chinois de Wison.

    Exmar a par ailleurs annoncé qu'il ne verserait pas de dividende cette année.

  • Une acquisition pour Fagron aux Etats-Unis

    Fagron n'est pas resté inactif pendant le week-end de Pâques: le fournisseur de composants pour le secteur médical va débourser 47,5 millions de dollars (38,6 millions d'euros) en liquide pour Humco, un développeur de produits de marque pour 45.000 pharmacies américaines. Au prix payé peut s'ajouter un maximum de 22,5 millions de dollars en guise de participation aux bénéfices.

  • Spotify, roi du streaming, fait ses premiers pas en Bourse

    Le suédois Spotify, numéro un mondial de la musique en streaming, fait ses premiers pas en Bourse mardi à New York, au moment où --hasard du calendrier-- les valeurs technologiques connaissent une passe difficile sur les marchés.

    Malgré 71 millions d'abonnés payants et le boom de l'écoute musicale en ligne, le groupe qui a révolutionné ce marché n'a jamais engrangé le moindre bénéfice. Mais il jouit d'une confortable avance sur ses concurrents, Apple Music, numéro deux avec moitié moins d'abonnés, ou encore Google Music, Tidal, Deezer ou Amazon.

    Spotify sera coté sous le symbole "SPOT".

  • Bonjour!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo. Ne bougez plus, vous êtes au bon endroit pour assister, aux premières loges, à cette séance de Bourse du mardi 3 avril.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés