1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street soutenue par une salve de résultats

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé ce vendredi, profitant d'une nouvelle salve de résultats d'entreprises favorables mais ne parvenant pas à reprendre pied à la fin d'une semaine agitée. Les marchés européens ont, eux, clôturé en recul, freinés par l'Italie.
  • Wall Street soutenue par une salve de résultats

    La Bourse de New York a clôturé sans direction vendredi, freinée par le recul des techs mais soulagée par une nouvelle salve de résultats d'entreprises favorables. Le Dow Jones a gagné 0,26% à 25.444,34 points. Le Nasdaq a cédé 0,48% à 7.449,03 points. Le S&P 500 a pris 0,04% à 2.767,63 points. 

     Les marchés ont été aidés par les bons résultats des membres du Dow Procter & Gamble (+8,70%) et American Express (+3,78%), et de ceux de PayPal (+9,42%). Le groupe Dow Dupont, de son côté, a reculé (-1,86%) après avoir inscrit dans ses comptes trimestriels une charge de 4,6 milliards de dollars en raison des dépréciations d'actifs dans sa division agriculture. 

    Source d'instabilité des marchés internationaux, le taux d'emprunt italien à dix ans s'est à nouveau tendu vendredi à un plus haut depuis février 2014. Les taux américain sont également monté de leur côté, le rendement sur la dette à 10 ans évoluant à 3,196%, contre 3,179% jeudi. 

    Du côté des techs, c'est Netflix qui tirait le plus la tête, perdant 4,05% à la clôture. Twitter (-1,54%), Facebook (-0,56%) et Amazon (-0,38%) n'étaient pas à la fête.

     

  • Wall Street termine sans direction

    • Le Dow Jones a gagné 0,27% à 25.447,16 points.
    • Le Nasdaq a cédé 0,48% à 7.449,03 points.
    • Le S&P 500 a pris 0,25% à 2.775,74 points.
  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Le secteur auto a cédé près de 3% en Europe, ce qui en fait la pire performance sectorielle du jour. La hausse des cours pétroliers a pesé sur Lufthansa. L’avertissement de Bouygues a étonné.

    Les marchés boursiers ont achevé la semaine en baisse. Vendredi, les principaux indices européens ont reculé, les investisseurs restant prudents face aux risques liés au Brexit et au budget italien. Seule Londres  a progressé (+ 0,32%). Paris  a cédé 0,63% et Francfort  a perdu 0,31%.

    Parmi les valeurs en vue, Daimler  a perdu 1,95%. Le groupe automobile allemand a lancé vendredi un avertissement sur ses résultats de cette année pour cause d’augmentation de ses coûts, cette dernière résultant des "procédures et mesures gouvernementales" concernant les véhicules diesel. Par conséquent, il prévoit désormais un résultat d’exploitation nettement inférieur à celui de l’année dernière.

    La baisse de l’action Daimler a pesé sur l’ensemble du secteur automobile européen. Renault  a perdu 3,09%. Peugeot  a cédé 2,51%.

    Ce recul du secteur auto a fait des victimes collatérales. Les équipementiers automobiles ont également vu leurs actions se replier nettement vendredi. Michelin  a plongé de 11,28% à Paris, où Valeo  a chuté de 4,33%. À Francfort, Continental  a trébuché de 4,54%.

    Le français Michelin doit publier ses résultats lundi prochain; les investisseurs semblent pessimistes. Quant à l’allemand Continental, il a quant à lui fait l’objet d’un avis défavorable du courtier Kepler Cheuvreux, qui a réduit son objectif de cours de 200 à 180 euros, tout en maintenant, malgré tout, sa recommandation à "acheter".

    Lufthansa  a abandonné 6,02%. Les prix pétroliers sont repartis à la hausse vendredi, le cours du baril de Brent étant revenu à plus de 80,80 dollars peu après l’ouverture de Wall Street, contre 79,29 dollars la veille ne clôture. La montée des prix du brut n’arrange pas les compagnies aériennes qui vont devoir payer leur kérosène plus cher.

    Bouygues  a plongé de 11,86% en Bourse de Paris, après avoir lancé un avertissement sur ses résultats de l’année en cours. Le groupe français prévoit une moindre rentabilité de ses activités de construction. Deux semaines plus tôt, Bouygues s’était pourtant montré confiant au sujet de ces activités lors d’une journée de rencontre avec les investisseurs.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,48% à 3.521,27 points

    AEX: +0,25% à 525,17 points

    Cac 40: -0,63% à 5.084,66 points

    Dax: -0,31% à 11.553,83 points

    FTSE 100: +0,32% à 7.049,80 points

  • Baisse plus prononcée que prévu des ventes de logements anciens aux Etats-Unis

    Les reventes de logements aux Etats-Unis ont diminué plus que prévu en septembre, indique l'Association nationale des agents immobiliers américains (NAR), qui pointe du doigt la hausse des taux d'intérêt et un stock insuffisant de logements à prix abordables.

    Leur nombre est tombé à 5,15 millions (-3,4%) en rythme annualisé et en données des variations saisonnières alors que les analystes tablaient sur 5,30 millions.

    Les ventes de logements anciens, qui représentent en volume environ 80% des transactions immobilières aux Etats-Unis, s'inscrivent globalement à la baisse depuis six mois. Seul le mois d'août avait enregistré une stagnation de ces reventes, à 5,34 millions.

  • Aperam emmène les baisses au sein du Bel 20

    La Bourse de Bruxelles  évolue toujours en territoire négatif ce vendredi.

    Aperam  emmène les baisses en chutant de 3,5% à une demi-heure de la clôture.

    Le spécialiste de l’acier inoxydable fait les frais de l’annonce d’une augmentation de la production d’acier en Chine. D’après les statistiques publiées vendredi, les sidérurgistes chinois ont produit 80,85 tonnes d’acier en septembre, ce qui représente une progression de 7,5% sur un an. La production chinoise quotidienne a ainsi atteint 2,695 millions de tonnes par jour, ce qui efface le précédent record de 2,673 millions de tonnes, enregistré en juin.

    Alors que les Etats-Unis ont décidé d’augmenter leurs taxes à l’importation sur l’acier provenant de Chine, les investisseurs craignent que la production chinoise vienne concurrencer davantage celle des sidérurgistes européens sur le Vieux Continent.

  • Contagion?

    Les investisseurs craignent une contagion de la crise italienne à d'autres pays du sud de la zone euro. Alors que les taux italiens ont atteint des sommets inédits depuis février 2014, on observe aussi des tensions sur les taux de l'Espagne et du Portugal.

    Le taux espagnol à dix ans a atteint, en cours de séance, 1,821%, contre 1,728% jeudi soir. C'est son plus haut niveau depuis le 21 mars 2017.

    Le taux portugais à dix ans s'est quant à lui hissé jusqu'à 2,114% ce vendredi, contre 2,031% la veille. Il s'agit d'un sommet inédit depuis le 30 mai dernier.

    La banque espagnole Banco de Credito Social Cooperativo a différé un emprunt obligataire de 100 millions d'euros en évoquant "une détérioration des conditions de marché".

  • Les équipementiers auto mal en point aussi

    Les valeurs automobiles, en nette baisse (voir post de 15h25), entraînent les équipementiers automobiles dans leur sillage.

    Michelin  plonge de 9% à Paris, où Valeo  chute de plus de 5%. A Francfort, Continental  trébuche de 6%.

    Michelin doit publier ses résultats lundi prochain. Les investisseurs semblent pessimistes.

    Continental a quant à lui fait l'objet d'un avis défavorable du courtier Kepler Cheuvreux, qui a réduit son objectif de cours de 200 à 180 euros, tout en maintenant, malgré tout, sa recommandation à "acheter".

  • Le pétrole monte, Lufthansa chute

    Les prix pétroliers  repartent à la hausse, ce qui affecte les valeurs tu transport aérien. Peu avant 15h, le cours du pétrole Brent de la mer du Nord a atteint 80,43 dollars le baril.

    Cours du baril de pétrole Brent le 19 octobre 2018. ©Bloomberg

    La montée des prix du brut n'arrange pas les compagnies aériennes qui vont devoir payer leur kérosène plus cher. En Bourse de Francfort, Deutsche Lufthansa  en fait les frais.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York a débuté en territoire positif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,16% et le Nasdaq  prend 0,60%.

  • Daimler éternue, tout le secteur auto s'enrhume

    Daimler  a lancé vendredi un avertissement sur ses résultats 2018 en invoquant une augmentation de ses coûts liée aux "procédures et mesures gouvernementales" concernant les véhicules diesel.

    Le constructeur automobile haut de gamme s'attend désormais à un résultat d'exploitation (Ebit) sensiblement en deçà du niveau atteint en 2017.

    Le titre Daimler est tombé à un plus bas de cinq ans après ces annonces et a entraîné dans son sillage d'autres valeurs automobiles européennes, comme Renault  et PSA (Peugeot) .

  • L'accord d'encadrement de la production pétrolière moins respecté en septembre

    Le comité technique chargé de surveiller la mise en oeuvre de l'accord d'encadrement de la production pétrolière passé par l'Opep avec d'autres producteurs extérieurs à l'organisation a déterminé que l'observance dudit accord avait été de 111% en septembre, ont déclaré trois sources proches du dossier. L'accord avait été respecté à hauteur de 129% en août.

    La hausse de la production de l'Arabie saoudite est en fait contrebalancée par la baisse des extractions en Iran, au Venezuela et en Angola. L'Opep a extrait 428.000 bpj de plus en septembre, par rapport à mai, en faisant abstraction du Nigeria, de la Libye et du Congo.

  • Les banques européennes encore impactées par l'Italie

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * PROCTER & GAMBLE prend 3,4% en avant-Bourse après avoir publié vendredi un chiffre d'affaires supérieur aux attentes des analystes, à 16,69 milliards de dollars (14,33 milliards d'euros), contre un consensus I/B/E/S Refinitiv de 16,46 milliards de dollars.

    * AMERICAN EXPRESS a fait état jeudi soir de résultats meilleurs que prévu pour le troisième trimestre et a relevé dans la foulée ses prévisions de bénéfice pour l'ensemble de l'année, profitant de la vigueur des dépenses de consommation aux Etats-Unis. Le titre gagnait 1,6% à 104,50 dollars dans les échanges d'après-Bourse après avoir fini la séance régulière en baisse de 1,44%.

    * PAYPAL - Le spécialiste des paiements en ligne a publié un bénéfice et un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes pour le troisième trimestre, grâce à une hausse du nombre de ses clients et du volume de transactions. L'action prend 6,5% en avant-Bourse.

    * DOWDUPONT - Les résultats du troisième trimestre publiés le 1er novembre comporteront une charge pour dépréciation de 4,6 milliards de dollars, principalement liée à la division d'agriculture, a annoncé le groupe chimique jeudi soir. L'action cédait 3,5% en après-Bourse.

    * HONEYWELL INTERNATIONAL a fait état vendredi d'un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, grâce notamment à la vente d'équipements pour l'aéronautique, et a relevé ses précisions annuelles de cash-flow et de marges.

    * SCHLUMBERGER NV a fait état vendredi d'un bénéfice trimestriel en hausse de 18,2%, la hausse des prix du brut stimulant la demande pour ses services.

    * FORD - Morgan Stanley abaisse sa recommandation, à "pondération en ligne" contre "surpondérer", et son objectif de cours, à 10 dollars contre 14 dollars. L'action perd 1,3% en avant-Bourse.

    * MICRON TECHNOLOGY, INTEL - Micron a annoncé jeudi racheter les parts d'Intel dans leur coentreprise IM Flash Technologies pour environ 1,5 milliard de dollars en numéraire. Les deux fabricants de puces avaient investi chacun 1,2 milliard de dollars pour créer en 2006 Intel-Micron Flash (IM Flash), qui produit les mémoires 3D XPoint.

    * SKECHERS USA - Le fabricant de chaussures a publié un bénéfice par action meilleur que prévu pour le troisième trimestre et fait état de prévisions supérieures aux attentes pour les trois derniers mois de l'année, grâce à une hausse de la demande en Amérique du Nord et en Europe. L'action, en baisse de 29,5% cette année, gagnait 6,2% à 27,75 dollars en après-Bourse.

    * AMERICAN INTERNATIONAL GROUP - L'assureur a dit jeudi évaluer à 1,5-1,7 milliard de dollars le coût des catastrophes naturelles dans ses comptes du troisième trimestre, conséquence principalement des typhons au Japon et de l'ouragan Florence aux Etats-Unis. Son estimation initiale pour les pertes liées au passage de l'ouragan Michael, qui seront comptabilisées au quatrième trimestre, est de 300 à 500 millions de dollars.

    * AMAZON.COM a annoncé un renforcement de sa présence au Royaume-Uni avec à la clé la création d'un millier d'emplois et l'ouverture d'un nouveau centre de recherche à Manchester.

    * EBAY perd 3,8% en avant-Bourse après un abaissement de recommandation par Stifel, à "conserver" contre "acheter".

    * ROKU prend 2,8% en avant-Bourse après un relèvement de recommandation de RBC, qui passe à "surperformer" sur le titre du fabricant de boîtiers de streaming.

  • UBS reste à surpondérer sur les actions mondiales

    L'environnement de marché change avec la remontée des rendements obligataires mais il est trop tôt pour passer à "sous-pondérer" sur les actions, estime UBS dans l'édition de novembre de sa lette mensuelle à l'intention des investisseurs.

    La hausse des taux des emprunts d'Etat dans un contexte de resserrement monétaire offre une véritable alternative aux investisseurs, reconnaît Mark Haefele, directeur des investissements pour UBS Global Wealth Management, dans une note publiée vendredi. "En bref, les investisseurs ont désormais davantage de choix dans leur recherche de rendement réel mais nous pensons toujours qu'il est trop tôt pour sous-pondérer les actions dans les portefeuilles", dit-il. "Dans notre allocation d'actifs tactique, nous maintenons notre position à surpondérer sur les actions mondiales."

    Dans les mois à venir, UBS se concentrera sur la trajectoire des rendements obligataires ainsi que sur l'évolution des tensions commerciales et sur leur impact sur l'économie américaine, sur le bénéfice des entreprises et sur la valorisation comparée des actions et des obligations, lit-on dans la note.

  • Zone euro: forte hausse de l'excédent courant en août

    L'excédent des comptes courants a augmenté à 24 milliards d'euros en août, contre 19 milliards le mois précédent, dans le sillage de l'excédent commercial, montrent les données publiées par la Banque centrale européenne. Sur les 12 mois à fin août, l'excédent a représenté 3,3% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro, contre 3,0% un an auparavant, du fait notamment d'un bond de l'excédent des services.

    L'excédent, régulièrement critiqué par l'administration américaine qui le juge excessif, devrait être réduit à 2,8% du PIB l'an prochain selon les projections de la BCE.

  • Software AG dépasse les attentes au T3, le titre monte

    L'éditeur allemand de logiciels professionnels Software   a publié des résultats trimestriels légèrement au-dessus des attentes du marché à la faveur d'un croissance à trois chiffres de sa nouvelle filiale, regroupant le "cloud" et l'internet des objets.

    La filiale Cloud & IoT, dédiée à l'informatique dématérialisée et à l'internet des objets, qui a été scindée du groupe le 1er janvier, a réalisé un chiffre d'affaires sur le troisième trimestre de 9,1 millions d'euros, en hausse de 144%.Les revenus récurrents annuels ("Annual Recurring Revenue" ou "ARR"), c'est-à-dire le revenu total réalisé au cours de l'année, sur la base des contrats récurrents souscrits avec les clients, ont quant à eux bondi de 111%.

    Software AG a confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

  • Kepler Cheuvreux revoit sa note sur Econocom

    Kepler Cheuvreux a relevé sa recommandation sur Econocom   à "conserver" contre "réduire" précédemment.

  • Pendant ce temps, sur le marché obligataire...

  • Bouygues chute après un abaissement de ses prévisions 2018

    Le titre du géant français du BTP et des télécoms Bouygues   s'enfonce à la Bourse de Paris, lesté par l'abaissement des prévisions du groupe dans la construction pour 2018.

    Dans un communiqué, le groupe industriel diversifié a annoncé qu'il tablait désormais sur un recul du résultat opérationnel courant et de la marge opérationnelle courante des activités de construction pour l'exercice alors qu'il prévoyait jusque-là une amélioration. Bouygues, qui confirme en revanche les perspectives de ses filiales TF1 et Bouygues Telecom, envisage en conséquence un résultat opérationnel courant stable ou en légère baisse au niveau de l'ensemble du groupe cette année alors qu'il comptait sur une nouvelle amélioration de sa rentabilité.

  • Fnac Darty décolle dans un marché rassuré sur ses objectifs

    Le titre du groupe Fnac Darty  bondit à la Bourse de Paris, le marché étant rassuré par des résultats en ligne avec les attentes au 3e trimestre, quoiqu'en baisse, et la confirmation des objectifs du groupe.

    Plus de deux ans après l'annonce de la fusion des enseignes Fnac et Darty, le groupe a fait état d'un chiffre d'affaires de 1,75 milliard d'euros entre juillet et septembre, conforme au consensus compilé par les agences Factset et Bloomberg, qui tablaient respectivement sur 1,74 et 1,75 milliard. "Cette baisse était anticipée. On a délivré une performance que l'on considère comme très solide", a estimé le directeur financier.

    Fnac Darty a également confirmé jeudi que son "intégration" - soit celle de ses deux enseignes - "est en voie de finalisation", et que son objectif de 130 millions d'euros de synergies déployées d'ici fin 2018 "est confirmé". Lien vers le communiqué

  • Les changements de recommandation chez KBCS

  • Les résultats d'Econocom salués en Bourse

    L'action Econocom  affiche la plus forte hausse à la Bourse de Bruxelles. Le groupe a fait état jeudi soir d'un chiffre d’affaires de 1,94 milliard d’euros, en hausse de 13,5 % (dont 6,0 % en organique), sur les neuf premiers mois de l'année. "Toutes les activités du groupe sont en croissance organique sur la période", souligne-t-il dans son communiqué.

    Econocom a par ailleurs confirmeé son objectif de réaliser un résultat opérationnel courant de 120 millions d’euros sur l’ensemble de l’année 2018.

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,40%

    Euro Stoxx 50 +0,25%

    STOXX Europe 600 +0,14%

    CAC 40 +0,11%

    DAX -0,01%

    BEL 20 -0,19%

  • Michelin abaisse ses prévisions de marché

    Michelin   a annoncé jeudi soir une progression légèrement plus marquée que prévu de son chiffre d'affaires du troisième trimestre, tout en révisant en forte baisse ses prévisions de marché pour l'ensemble de l'année. Lien vers le communiqué

    Le fabricant français de pneumatiques ne prévoit plus qu'une hausse de 0,5% du marché mondial des pneus pour les voitures de tourisme, contre une projection précédente de +1,5%. Dans le segment des camions, le groupe anticipe désormais une contraction de 1,5% contre une augmentation de 0,5% attendue précédemment. Le directeur financier a déclaré que le double impact du ralentissement de la demande chinoise et de la chute des immatriculations en Europe avec l'instauration d'un nouveau test d'homologation des véhicules était plus prononcé que prévu. "Tous ces marchés vont être en déclin par rapport aux prévisions que nous avions faites", a-t-il ajouté.

    ©Photo News

  • Sopra Steria révise à la baisse son objectif annuel de marge opérationnelle

    Le groupe français de services informatiques Sopra Steria   a annoncé avoir révisé à la baisse son objectif annuel de marge opérationnelle d'activité. Sopra Steria prévoit une marge opérationnelle d'activité d'environ 7,5% pour l'exercice 2018, précise dans un communiqué le groupe, qui tablait précédemment sur un taux de marge "en légère amélioration" comparé aux 8,6% observés en 2017.

    L'activité est affectée par "deux éléments principaux": "la non-signature d'un contrat de taille significative" et "des difficultés de production apparues suite aux succès commerciaux rencontrés depuis plus d'un an", explique le communiqué. Ces éléments affecteront également les résultats du groupe pour le troisième trimestre, qui seront publiés le 26 octobre. Le chiffre d'affaires devrait être en recul de 20%, tandis que la croissance organique devrait atteindre environ 3,7%.

  • Rémy Cointreau voit ses ventes bondir de 5% au 1er semestre

    Rémy Cointreau   a vu son chiffre d'affaires croître de 5% à 571,4 millions d'euros au premier semestre 2018/19, tiré par les ventes du cognac Rémy Martin, a annoncé le groupe de spiritueux dans un communiqué. Les ventes de la Maison Rémy Martin ont en effet progressé de 8,5% au premier semestre à 398 millions d'euros, grâce à la poursuite "d'excellentes tendances" en Chine mais aussi dans les autres grands marchés de la zone Asie Pacifique (Singapour, Australie, Japon) et les ventes au sein des aéroports.

    Rémy Cointreau a en outre confirmé l'objectif de croissance de son résultat opérationnel courant sur l'exercice 2018/19, à devises et périmètre constants.

  • La Bourse de Tokyo finit en baisse

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a lâché 0,56% à la clôture, en raison de multiples facteurs dont l'inquiétude sur la conjoncture économique de la Chine. À l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a abandonné 126,08 points à 22.532,08 points, tandis que l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a perdu 0,69% à 1.692,85 points. Les deux baissaient bien davantage en début de journée.

    Les investisseurs ont réagi à la fois à l'annonce d'un ralentissement de la croissance en Chine ainsi qu'aux inquiétudes découlant de l'affaire Khashoggi, du nom de ce journaliste saoudien porté disparu depuis qu'il s'est rendu au consulat de son pays à Istanbul le 2 octobre.

  • Large rebond des actions chinoises

    Le régulateur boursier chinois a dévoilé une série de mesures visant à soutenir les marchés d'actions actuellement à la peine, annonçant qu'il encouragerait les fonds d'investissement à aider à répondre aux problèmes de liquidité des sociétés cotées et favoriserait les rachats d'actions.

    Liu Shiyu, président de la China Securities Regulatory Commission (CSRC) a dit en outre que le régulateur encouragerait les fonds de capital-investissement à racheter des actions de sociétés cotées et à accélérer l'approbation des fusions et acquisitions, selon un communiqué publié sur le site du CSRC.

  • Wereldhave Belgium acquiert deux nouveaux sites

    La société Wereldhave Belgium   a annoncé un accord avec Redvco Retail Belgium pour l'acquisition du retail park situé à Bruges-Sint-Kruis, contre espèces, et l'acquisition, par la voie d'un apport en nature, du retail park situé à Turnhout, en échange de nouvelles actions.

    → Par conséquent, Wereldhave Belgium procédera à l'émission de 372.708 nouvelles actions, à un prix d'émission par action de 88,92 euros. Ces nouvelles actions participeront au bénéfice de l'exercice en cours. Elles seront donc émises avec le coupon n°23 attaché.

    La valeur conventionnelle "acte en mains" de ces deux actifs a été fixée respectivement à 40 millions d'euros pour le complexe de Bruges-St Kruis et de 33,1 millions pour le complexe de Turnhout. Ces deux complexes contribueront à hauteur d’environ 4,6 millions d'euros aux revenus locatifs nets en année pleine. Lien vers le communiqué

  • Oxurion a encore 95 millions € en trésorerie

    La biotech Oxurion (ex-ThromboGenics)  a fait le point sur ses activités au troisième trimestre.  "Le trimestre écoulé sera marqué par le lancement de notre nouvelle marque, alors que nous continuons à faire d’excellents progrès dans le développement de nos nouveaux médicaments candidats pour le traitement de la maladie oculaire diabétique. Nous avons commencé le développement clinique du THR-687 comme prévu et nous avons lancé une nouvelle étude de phase II évaluant le THR-317 pour le traitement de la télangiectasie maculaire idiopathique de type 1 (MacTel 1.). Plus tôt dans l'année, nous avions déjà annoncé le début d'une phase II sur le THR-317 en association avec le ranibizumab (Lucentis) et une étude de phase I sur le THR-149, toutes deux en cours de développement pour le traitement de la DME. Nous attendons avec impatience l'avancement clinique de notre pipeline de pointe, et nous espérons présenter les données cliniques initiales au second semestre 2019", a résumé Patrik De Haes, CEO d’Oxurion.

    Sur le plan financier, sa trésorerie s'élevait à 95,1 millions d'euros au 30 septembre contre 101,4 millions fin juin. Lien vers le communiqué

  • Première remontée des taux en Europe en 2020?

  • UCB présentera plusieurs études au congrès américain de rhumatologie

    Le groupe biopharmaceutique UCB   présentera des données mettant en évidence la valeur potentielle de CIMZIA (certolizumab pegol) et de l’une de ses molécules clés, le bimekizumab, dans le portefeuille de patients, y compris ceux qui vivent dans l’ensemble du spectre de la spondylarthrite axiale (axSpA), le rhumatisme psoriasique (RP) et la polyarthrite rhumatoïde (PR). Ainsi que des recherches supplémentaires axées sur les femmes en âge de procréer atteintes d'une maladie inflammatoire chronique.

    Tous ces résultats seront présentés à la réunion annuelle de l'American College of Rheumatology / Association des professionnels de la santé en rhumatologie (ACR / ARHP) du 19 au 24 octobre à Chicago, dans l'Illinois. Lien vers le communiqué

  • Biocartis présentera deux études au congrès européen d'oncologie

    La société Biocartis   a annoncé que deux études, une étude de résultats de traitement sur les tests de mutation Idylla (MC) ctKRAS et ctNRAS-BRAF (CE-IVD) et une autre sur les performances du prototype de test Idylla (TM) MSI, ont été sélectionnées pour être présentées au congrès de l'ESMO (European Society for Medical Oncology). Selon son communiqué, le congrès de l'ESMO est considéré comme la réunion annuelle la plus influente pour les professionnels de l'oncologie en Europe et se déroule du 19 au 23 octobre 2018 à Munich, en Allemagne.

  • Kiadis Pharma lève 31,2 millions € via un placement privé

    La société Kiadis Pharma   a annoncé avoir récolté 31,2 millions d'euros au moyen d'un placement privé de 3,9 millions d'actions nouvelles auprès d'investisseurs institutionnels. Le placement a été réalisé à un prix de souscription de 8,00 euros par action et représentait environ 19% du capital émis de la société avant la transaction.

    "Le placement privé sursouscrit témoigne de l'engagement et de la confiance des investisseurs dans les progrès et le potentiel de Kiadis Pharma. Avec les 31,2 millions d'euros levés et si nous activons la facilité de crédit existante de 15 millions d’euros, nous disposerions de fonds suffisants pour le deuxième semestre de 2020", a commenté Arthur Lahr, le CEO de Kiadis Pharma. Lien vers le communiqué

  • Le PIB chinois au T3 à son plus bas depuis 2009

    La croissance de l’économie chinoise a ralenti au troisième trimestre à son rythme le plus bas depuis le premier trimestre 2009, et la production industrielle a enregistré sa plus faible hausse en plus de deux ans sur le seul mois de septembre, sur fond d’escalade du conflit commercial entre Washington et Pékin.

    La croissance du PIB chinois a progressé de 6,5% en rythme annuel, légèrement en deçà des attentes des analystes interrogés par Reuters qui prévoyaient une progression de 6,6%, contre 6,7% au deuxième trimestre, montrent les données officielles publiées par le Bureau national de la statistique. Elle devrait atteindre 6,6% pour l’ensemble de l’année 2018, l’objectif officiel fixé par Pékin étant de 6,5%, malgré les tensions commerciales avec les Etats-Unis, une demande domestique plus faible et le ralentissement provoqué par la lutte contre les crédits à risque qui a fait grimper les coûts d’emprunt des entreprises.

    “La tendance à un ralentissement se renforce malgré le voeu des autorités chinoises d’encourager les investissements nationaux afin de soutenir l’économie. La demande domestique s’est avérée plus faible que les exportations, qui ont été plus solides qu’attendu”
    Kota Hirayama
    économiste senior sur les marchés émergents chez SMBC Nikko Securities

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce vendredi 19 octobre 2018.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés