1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine dans le vert, porté par les techs | MDxHealth vise le Nasdaq

Wall Street a clôturé globalement dans le vert, le S&P-500 ayant enregistré des gains dans le sillage des grandes valeurs technologiques et après la publication du compte-rendu de la réunion de politique monétaire de la FED. Les indices européens ont terminé en hausse, soutenus par SAP et LVMH.
  • Au menu ce jeudi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Nouvelle vague de résultats bancaires aux États-Unis ce jeudi, avec cette fois les données de Bank of America, Wells Fargo ou encore Morgan Staney. Trading update d'Oxurion. AG extraordinaire chez Euronav.

  • Le Nasdaq 100 fait mieux que les grands indices

    Gage de la progression des grandes valeurs technologiques, le Nasdaq 100, à forte coloration technologique, a surpassé les principaux indices de référence des actions, tandis que l'indice NYSE FANG+, qui regroupe des géants tels qu'Amazon  et Alphabet , la société mère de Google, a progressé de plus de 1%.

  • Le S&P-500 en hausse à Wall Street, portée par les "techs"

    La Bourse de New York a fini en hausse, le S&P-500 ayant enregistré des gains dans le sillage des grandes valeurs technologiques et après la publication du compte-rendu de la réunion de septembre de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed). L'indice Dow Jones a perdu 0,53 point, à 34.377,81 points. Le S&P-500, plus large, a pris 13,15 points, soit 0,33%, à 4.364,85 points. Le Nasdaq Composite a avancé 105,71 points (0,73%) à 14.571,64 points.

    Les "minutes" de la Fed, publiées en début d'après-midi mercredi, montrent que les responsables de la banque centrale ont signalé le mois dernier qu'ils pourraient commencer à réduire mi-novembre les mesures de soutien déployées face à l'impact de la crise sanitaire du coronavirus. Ils restent toutefois partagés sur l'ampleur de la menace représentée par l'inflation. Plus tôt dans la journée, des données communiquées par le département du Travail ont montré que les prix à la consommation ont continué d'augmenter en septembre, alimentant l'hypothèse de voir la Fed relever ses taux d'intérêt.

    Alors même qu'elle a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, la banque JPMorgan Chase a décliné de 2,6%, tirant vers le bas le Dow Jones et le S&P-500. "Le marché est dans une phase attentiste" avec les résultats trimestriels, a commenté Jim Awad, directeur général de Clearstead Advisors LLC, à New York, ajoutant espérer que des perspectives solides pour les entreprises américaines contribueraient à soutenir les prix. 

  • Wall Street termine en hausse

    Wall Street a clôturé dans le vert, avec le Dow Jones à l'équilibre. 

    Dow Jones: +0,0%.

    S&P 500: +0,30%.

    Nasdaq Composite: +0,73%. 

  • Le pétrole consolide, pris dans des vents contraires

    Les cours du pétrole se sont légèrement repliés, hésitant au long d'une séance marquée par un balai de déclarations et informations aux effets contraires sur le marché.  

    À Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a lâché 0,28% ou 24 cents, à 83,18 dollars.  

    Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI, variété américaine standard) pour livraison en novembre, il a perdu 0,24% ou 20 cents, à 80,44 dollars. 

  • Le G20 Finance s'engage à éviter "tout retrait prématuré" du soutien à l'économie

    Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20, réunis à Washington, se sont engagés à éviter "tout retrait prématuré" du soutien à l'économie, tout en surveillant de près les pressions inflationnistes.  

    "Nous continuerons à soutenir la reprise, en évitant tout retrait prématuré de mesures de soutien, tout en préservant la stabilité financière et la viabilité budgétaire à long terme", selon un communiqué publié à l'issue de la réunion. Les Banques centrales se sont aussi engagées à surveiller "de près l'évolution des prix" et à communiquer de manière transparente. 

    L'engagement à aider l'économie intervient alors que l'inflation a accéléré dans le monde sous l'effet d'un rebond de la demande après la récession de 2020. Les yeux sont donc rivés sur les principales Banques centrales, notamment la Réserve fédérale américaine (Fed), qui doit décider en novembre si elle commence à réduire son aide. Les grands argentiers sont réunis à Washington à l'occasion des réunions d'automne du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. 

  • La Fed pourrait commencer les réductions d'achats d'actifs dès novembre

    La Banque centrale américaine (Fed) pourrait commencer à réduire ses achats d'actifs dès le mois de novembre, et les terminer au milieu de l'année prochaine, selon les minutes de la dernière réunion de politique monétaire, publiées mercredi.

    "Les participants (à cette réunion) ont noté que si une décision de commencer à réduire les achats était prise lors de la prochaine réunion, le processus de réduction pourrait commencer (...) à la mi-novembre ou à la mi-décembre", souligne ce compte-rendu de la réunion des 21 et 22 septembre. Le Comité monétaire de la Fed se réunira de nouveau les 2 et 3 novembre. 

    Depuis le début de la crise, la Fed injecte chaque mois sur les marchés 120 milliards de dollars de liquidités, via l'achat de 80 milliards de bons du Trésor et 40 milliards de MBS. Cela a permis de fluidifier le crédit et de pousser les taux à la baisse pour aider la reprise économique. Maintenant que la reprise économique américaine est sur les rails, l'institution entend commencer à ranger ses outils anti-crise, mais ses responsables veulent, avant de lancer le mouvement, être certains que le redressement soit durable. 

  • Wall Street hésite toujours

    Wall Street évolue toujours en ordre dispersé, moins de deux heures avant sa clôture. Les actions technologiques ont grimpé dans un contexte de baisse des rendements du Trésor. Des données ont en effet montré que l'inflation était en hausse, ce qui a porté les entreprises considérées comme mieux équipées à transmettre cette hausse des coûts à leurs consommateurs, sans nuire à leurs activités. 

    L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, grimpe ainsi de 0,50%, tandis que le Dow Jones perd 0,16%. Le S&P 500, plus large, gagne quant à lui 0,12%. 

  • EPAM lance son OPA sur Emakina

    On vous l'annonçait déjà en août dernier, EPAM Systems, une société aux racines biélorusses de droit américain et cotée à Wall Street, lance une offre publique d’acquisition volontaire et conditionnelle sur toutes les actions émises par le groupe bruxellois de communication digitale Emakina . Dans un communiqué commun publié ce mercredi, les deux entreprises confirment que l'OPA portera sur 3.893.353 actions émises par Emakina au prix d’offre de 29,66 euros par action.

    On en sait également davantage sur le calendrier. La période d’acceptation débutera ainsi le 15 octobre 2021 et se terminera le 29 octobre 2021 à 16h00 CET. Les résultats de l’offre seront annoncés le ou vers le 3 novembre 2021. Le prix de l’offre sera payable le 3 novembre 2021.

    L’offre reste soumise à des conditions suspensives, précise les entreprises. Si les conditions requises sont toutefois réunies, EPAM a l’intention de lancer une offre publique de reprise simplifiée, en vue de radier Emakina de la cote.

     

  • MDxHealth entre en bourse sur le Nasdaq

    Début septembre, MDxHealth  annonçait son intention de demander une cotation aux États-Unis. On en sait désormais davantage sur le lieu de cotation: la biotech spécialisée dans le diagnostic du cancer de la prostate sera listée sur le Nasdaq. Une demande a ainsi été déposée afin de procéder à l'admission à la cotation des American Depositary Shares (ADS) sur le marché de capitaux Nasdaq sous le symbole "MDXH".

    La société a déposé une déclaration d'enregistrement auprès de la "SEC". Le nombre d'ADSs à offrir ainsi que le timing et la fourchette de prix de l'offre proposée n'ont toutefois pas encore été déterminés. 

    Piper Sandler agit en tant que lead book-running manager, Oppenheimer agit en tant que co-lead bookrunning manager, BTIG agit en tant que lead manager et KBC Securities USA agit en tant que co-manager pour l'offre proposée.

  • Les actionnaires approuvent le changement de nom de Global Graphics

    On vous l’annonçait il y a quelques semaines, Global Graphics  voulait changer son nom en Hybrid Software. Il fallait toutefois que ce changement soit approuvé par les actionnaires. Voici désormais chose faite, à l'unanimité.

    Le changement de nom prendra ainsi effet à l'ouverture de la bourse le 20 octobre. Le symbole boursier de la société passera de GLOG à HYSG

    Le président de la société, Guido Van der Schueren, indique dans un communiqué avoir le sentiment depuis un certain temps que le nom 'Global Graphics' ne décrit plus la mission du groupe, en particulier pour la communauté des investisseurs.  "Avec l'acquisition d'HYBRID Software plus tôt cette année, il était clair que nous avions besoin d'un nom qui reflète la vraie nature de notre buisness", souligne-t-il.

  • Delta Air Lines: -5%

    Delta Air Lines  creuse ses pertes à Wall Street et est désormais en repli de 5,3%, pénalisé par un avertissement sur ses résultats du quatrième trimestre lié à la flambée des prix du kérosène.

  • Vastned Belgium annonce le départ de son CEO en avril

    C'est une page qui s'apprête à se tourner chez Vastned Belgium . Rudi Taelemans a informé le conseil d'administration du groupe immobilier qu'il démissionnera de son poste de CEO "opérationnel" et membre du comité exécutif lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires, soit le 27 avril 2022. 

    Après 22 ans fascinants et intéressants chez Vastned Belgium, il est progressivement temps de passer le flambeau afin de réorganiser l'équilibre personnel entre vie professionnelle et vie privée.
    Rudi Taelemans
    Operational CEO

    Vastned Belgium a environ six mois pour lui trouver un successeur.

  • Cofinimmo investit dans une maison de repos en Flandre occidentale

    Cofinimmo  a acquis toutes les actions d’une société qui construira une maison de repos et de soins à Oudenburg, en Flandre occidentale. Le nouveau centre, qui offrira 68 lits, sera exploité par Korian Belgium.

    La livraison des travaux est prévue pour le troisième trimestre 2023, précise la société immobilière dans un communiqué. Le budget d’investissement, terrain et travaux compris, s’élève à environ 11 millions d’euros, pour un rendement locatif brut supérieur à 4,5%.  

  • SAP sauve la tendance en Europe

    Les bourses européennes ont terminé en hausse, alors que les résultats de sociétés ont animé la tendance. Ceux de SAP et de LVMH ont particulièrement été remarqués, et ont permis de sortir le CAC 40 et le DAX de leur torpeur de début de séance. Les deux indices ont clôturé sur une hausse respective de 0,75% et 0,68%. Le Stoxx 600 a lui gagné 0,77%. Un indicateur chinois sur les exportations, en hausse inattendue en septembre, a également contribué à la tendance positive sur les marchés.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,16%

    AEX: +0,78%

    CAC 40: +0,75%

    Résultats provisoires 

  • Le pétrole marque une pause

    Les cours du pétrole s'éloignaient de leurs derniers plus hauts atteints deux jours plus tôt, lestés par le risque que les prix élevés font peser sur la reprise économique mondiale et par une révision à la baisse de la demande cette année par l'Opep.  

    Vers 14H10 GMT (16H10 à Bruxelles), le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre abandonnait 1,10% par rapport à la clôture de mardi, à 82,50 dollars à Londres.  

    À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de novembre baissait de 1,18% à 79,69 dollars. 

    Le WTI a culminé lundi à 82,18 dollars et le Brent à 84,60 dollars, une première pour les deux contrats de référence de part et d'autre de l'Atlantique depuis respectivement octobre 2014 et octobre 2018. 

  • Galapagos: +9%

    Le titre de la biotech Galapagos  affiche de loin la plus forte hausse du Bel 20, grimpant de 9% peu après 17h15 pour se rapprocher des 47 euros. L'action semble profiter de l'accalmie sur le marché obligataire avec les nouveaux chiffres de l'inflation US et aussi d'une vague d'achats à bon compte. 

    Galapagos n'en reste pas moins l'action la moins performante de l'indice bruxellois en 2021.

    À cause de plusieurs échecs aux États-Unis, elle a fondu de plus de 42% depuis le premier janvier et de plus de 80% depuis le mois de février 2020. "Après l'échec d'un essai clinique fortement sanctionné en bourse le 15 juillet, l'action a continué à reculer, perdant encore plus de 10% depuis lors. Certains ont pu considérer cette correction exagérée", note-t-on à la rédaction de L'Echo.  

  • Poutine dit que la Russie fournira plus de gaz si l'Europe le demande

    Il y a une semaine, le président russe, Vladimir Poutine, a mis fin à la forte hausse des prix du gaz en s'engageant à envoyer davantage de gaz naturel en Europe.

    Ce mercredi, il s'est expliqué davantage, assurant que la Russie était prête à fournir davantage de gaz à l'Europe si elle en faisait la demande. "S'ils nous demandent d'augmenter encore, nous sommes prêts à augmenter encore. Nous augmenterons d'autant que nos partenaires nous le demanderont. Il n'y a pas de refus, aucun", a déclaré Vladimir Poutine lors d'une conférence sur l'énergie à Moscou.  

    Les prix européens du gaz ont atteint des niveaux record ce mois-ci, mais le Kremlin a nié à plusieurs reprises que la Russie limitait délibérément ses approvisionnements afin de faire pression pour obtenir l'approbation pour le nouveau gazoduc Nord Stream 2, qui traverse la mer Baltique en acheminant du gaz naturel russe vers l'Allemagne. Le président Poutine a d'ailleurs qualifié de "non-sens total" l'accusation selon laquelle Moscou utilisait l'énergie comme une arme politique. 

    À Rotterdam, le prix à terme TTF, le prix de référence du gaz naturel, a légèrement augmenté (+1,7 %) pour atteindre 87,60 euros par mégawattheure.

  • Le Bel 20 en légère hausse

    Une demi-heure avant la clôture des marchés européens, le Bel 20 est très légèrement dans le vert, avec une hausse de 0,14%. Galapagos , Melexis  et AB Inbev  sont en tête, tandis que KBC , Sofina  et UCB  ferment la marche.  

  • Cathie Wood: "Le bitcoin est mal considéré"

    L'avenir s'annonce plein de promesses et de développements majeurs, selon Cathie Wood.

    La fondatrice de la firme Ark Invest, baptisée Mamie Cathie par les membres du forum WallStreetBets sur Reddit, a été invitée à répondre à des questions par le courtier Saxo Bank.

    Grande prêtresse du secteur technologique, elle n'a pas manqué d'expliquer pourquoi ce compartiment dispose encore de beaux jours devant lui.

     

  • Le banquier central slovaque en pleine tempête

    Le gouverneur de la banque centrale de Slovaquie, Peter Kazimir, qui siège au Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a exclu de démissionner malgré sa mise en examen pour des faits de corruption présumée.

    Le parquet avait confirmé quelques heures plus tôt son inculpation par le Bureau des poursuites spécialisées, sans préciser la nature des faits qui lui sont reprochés, et la présidente slovaque, Zuzana Caputova, avait déclaré que Peter Kazimir devait envisager une démission.

    Les membres du Conseil des gouverneurs de la BCE peuvent être limogés s'ils sont reconnus coupables de malversations graves ou si les autorités concernées fournissent des preuves suffisantes de délits graves.

  • Wall Street hésite après les résultats des entreprises et l'inflation

    La Bourse de New York était hésitante dans les premiers échanges, partagée entre l'enthousiasme suscité par les premiers résultats trimestriels des entreprises et les inquiétudes liées à l'inflation après la publication des prix à la consommation aux États-Unis en septembre.  

    Une petite heure après les premiers échanges, l'indice Dow Jones reculait ainsi de 0,50%. Le Standard & Poor's 500, plus large, abandonnait 0,17%. En revanche, le Nasdaq Composite prenait 0,34%.  

  • La faible croissance des prêts plombe JP Morgan, les banques chutent

    JP Morgan Chase  se dirige vers une année record en matière de fusions et acquisitions. Le titre a toutefois chuté de plus de 2,5% à l'ouverture de Wall Street, la croissance des prêts aux consommateurs et aux entreprises étant restée difficile. 

    La croissance des prêts a, en effet, été au centre de l'attention des investisseurs bancaires, frustrés par le manque de progrès dans ce domaine. 

    Dans son sillage, les autres banques américaines perdent également du terrain à l'ouverture: Wells Fargo  est en baisse de 2,5%, Citi  de 2,25% et Bank of America  de plus de 2%. 

    Même constat en Europe où KBC   abandonne 3%, Credit Suisse  1,51% et BNP Paribas de 1,85%. 

  • Le dollar en baisse après l'inflation américaine

    Vers 16h15, le dollar américain restait en retrait face à l'euro, le niveau élevé de l'inflation aux Etats-Unis n'ayant pas surpris un marché déjà convaincu que la Banque centrale américaine (Fed) va resserrer sa politique monétaire. L'euro prenait ainsi 0,29% à 1,1564 dollar pour un euro.

    La veille, il avait reculé jusqu'à 1,1524 dollar, un plus bas depuis près de 15 mois. La monnaie unique européenne cède plus de 2% depuis début septembre. 

  • Le climat est-il si maussade pour les entrées en bourse?

    ANALYSE | Après le spécialiste des toitures Marley à Londres, Icade Santé à Paris ou encore le vendeur suisse de montres Chronex, Coolblue est la dernière société en date à se dégonfler juste avant de franchir le seuil des marchés boursiers. Elle invoque un climat incertain sur les marchés. Vraiment?

    
  • Wall Street démarre en hausse malgré l'accélération de l'inflation

    La Bourse de New York démarrait en légère hausse à l'ouverture de la saison des résultats trimestriels et malgré l'accélération de l'inflation aux États-Unis en septembre : le Dow Jones avançait de 0,06%, le Nasdaq gagnait 0,49%.  

    Mardi, l'indice Dow Jones avait perdu 0,34% à 34.378,34 points, l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,14% à 14.465,92 points et l'indice élargi S&P 500, 0,24% à 4.350,65 points. 

  • BlackRock grimpe, au contraire de JP Morgan

    BlackRock   bondit de près de 3% à l’ouverture de Wall Street. Pour rappel, le numéro un mondial de la gestion d'actifs a dépassé les estimations de bénéfices pour le troisième trimestre.

    De son côté, JP Morgan Chase   perd 2,1%, malgré un bénéfice supérieur aux prévisions au titre du troisième trimestre.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,06%

    S&P 500: +0,23%

    Nasdaq Composite: +0,49%

  • Un nouveau shorter en Kinepolis

    Le britannique Fosse Capital Partners détient une position courte sur Kinepolis . La position courte, datée du 5 octobre, représente 0,53% du capital.

  • Les instituts économiques allemands abaissent leur prévision de croissance pour 2021

    Les grands instituts économiques d'Allemagne vont nettement réduire leur prévision de croissance pour la première économie d'Europe cette année, de 3,7% à 2,4%, en raison de goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement qui ralentissent la reprise post-Covid, ont déclaré mercredi à Reuters deux personnes au fait de cette décision.

    Ces quatre instituts - le RWI à Essen, le DIW à Berlin, l'Ifo à Munich et l'IWH à Halle - doivent publier jeudi leur prévision conjointe.

    Ils vont en revanche relever de 3,9% à 4,8% leur prévision de croissance pour 2022 et projetteront une progression du produit intérieur brut (PIB) de l'Allemagne de 1,9% en 2023, ont dit les deux sources.

  • Les futures sur Wall Street passent négatifs après la stat de l'inflation

    Les contrats à terme sur Wall Street passent négatifs après les données américaines des prix à la consommation. Le Dow Jones est donné en baisse de 0,15% et le S&P 500 de 0,12%. Le Nasdaq devrait ouvrir à l'équilibre.

    Le rendement US à 10 ans se tend à 1,587% contre 1,565% avant les données de l'inflation.

    Son équivalent allemand monte à -0,11% contre -0,12%.

  • L'inflation américaine supérieure aux attentes en septembre

    L'inflation américaine accélère. En septembre, la hausse des prix a atteint 0,4% par rapport au mois d'août, selon les données officielles publiées mercredi. Sur un an, le taux d'inflation s'établit à 5,4% en septembre, contre 5,3% en août, alors qu'on attendait une stabilisation.

    Le consensus Reuters tablait en effet sur une hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis de 0,3% sur un mois et de 5,3%, comme en août.

    L'inflation de base ("core", hors énergie et alimentation) est conforme aux attentes. Elle atteint +0,2% sur un mois et +4% sur un an, conforme aux prévisions de +0,2% sur un mois et de +4% sur un an.

    LIRE | L'inflation US dépasse les attentes

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en légère hausse et les bourses européennes, à l'exception de Londres, évoluent en hausse mercredi à mi-séance grâce à LVMH et SAP mais la prudence reste de mise dans l'attente de chiffres sur l'inflation américaine.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,11% pour le Dow Jones, de 0,2% pour le S&P-500 et de 0,45% pour le Nasdaq Composite.

    En Europe, les gains varient entre 0,09% à Bruxelles et 0,78% à Francfort.

    L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,63% et le Stoxx 600 de 0,55%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * APPLE recule de 0,8% en avant-Bourse après une information de Bloomberg selon laquelle le géant américain de la technologie s'est résigné à réduire de jusqu'à 10 millions d'unités la production d'iPhone 13 pour cette année dans un contexte de pénurie mondiale de semi-conducteurs. BROADCOM et TEXAS INSTRUMENTS, deux des fournisseurs d'Apple, reculaient pour leur part respectivement de 0,7% et environ 1%.

    * JPMORGAN CHASE a publié mercredi un bénéfice supérieur aux prévisions au titre du troisième trimestre à la faveur d'une hausse mondiale des transactions, tandis que la division banque de détail a bénéficié de revenus d'intérêts plus élevés sur des crédits.

    * BLACKROCK, le numéro un mondial de la gestion d'actifs, a fait état mercredi d'un bénéfice trimestriel supérieur aux prévisions à la faveur de la reprise économique qui a dopé ses actifs sous gestion et accru ses commissions.

    * QUALCOMM avance de 2,1% en avant-Bourse après l'annonce d'un nouveau plan de rachat de ses propres actions pour un montant de dix milliards de dollars (8,65 milliards d'euros).

    * Les actions des groupes miniers sud-africains ANGLOGOLD, ASHANTI, GOLD FIELDS, HARMONY GOLD, SIBANYE-STILLWATER sont attendues en hausse de 0,77% à 2,05% à l'ouverture de Wall Street dans le sillage de la montée des cours de l'or en raison des craintes suscitées par une inflation qui pourrait être durable. BARRICK GOLD et NEWMONT CORP avancent pour leur part respectivement de 0,75% et 1,1%.

  • JP Morgan au-dessus des attentes

    La grande banque américaine JP Morgan Chase a réalisé plus de bénéfices que prévu au troisième trimestre.

    La branche banque d'investissement a bénéficié de nombreuses transactions corporate, tandis que l'activité de la banque de détails a bénéficié de taux d'intérêt plus élevés sur les crédits et d'une utilisation plus intensive des cartes de crédit.

    Les revenus tirés de l'activité des salles de marché est en revanche à un niveau légèrement inférieur aux attentes. Compte tenu de la forte volatilité des marchés financiers, avec un mauvais mois de septembre pour les marchés boursiers, cela n'a rien d'étonnant.

    Par rapport à l'année précédente, le chiffre d'affaires a augmenté de 1% à 29,65 milliards de dollars. C'est un peu moins que les 29,8 milliards sur lesquels tablaient les analystes.

    JPMorgan a affiché un bénéfice net de 11,7 milliards de dollars ou 3,74 dollar par action. Un an plus tôt, les chiffres étaient bien inférieurs: 9,4 milliards de dollars de bénéfices ou 2,92 dollars par action. Le résultat est également bien meilleur que prévu: les analystes n'attendaient en moyenne que 3 dollars de bénéfice net par action. Entre autres, la banque a pu reprendre 2,1 milliards de réserves de crédit (provisions pour créances douteuses) grâce aux meilleures perspectives économiques.

    "JPMorgan Chase a obtenu de solides résultats alors que l'économie continue de croître vigoureusement, malgré l'effet du variante delta et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement", a déclaré le président-directeur général Jamie Dimon dans un communiqué de presse.

     

  • BlackRock fait mieux que prévu au troisième trimestre

    BlackRock, le numéro un mondial de la gestion d'actifs, a dépassé mercredi les estimations de bénéfices pour le troisième trimestre grâce à la reprise économique qui a favorisé l'augmentation des actifs sous gestion et des revenus de commissions.

    Le groupe américain a clôturé le dernier trimestre avec 9.460 milliards de dollars (8.180 milliards d'euros) d'actifs sous gestion, contre 7.810 milliards un an plus tôt.

    Les gestionnaires d'actifs ont profité du rebond des marchés financiers mondiaux au cours des derniers trimestres, les investisseurs ayant cherché à tirer parti de la reprise de l'économie après la pandémie, grâce aux progrès en matière de vaccination et au soutien des politiques monétaire et budgétaire.

    Le bénéfice net ajusté de BlackRock a progressé à 1,69 milliard de dollars (1,46 milliard d'euros), soit 10,95 dollars par action, au cours du trimestre clos le 30 septembre, contre 1,42 milliard (9,22 dollars par action), un an plus tôt.

    Les analystes prévoyaient en moyenne un bénéfice de 9,35 dollars par action, selon les données IBES de Refinitiv.

     

  • L'euro se reprend un peu face au dollar avant l'inflation américaine

    L'euro regagne un peu de terrain face au dollar, qui reste proche de son plus haut depuis juillet 2020 avant la publication de l'indice des prix à la consommation (CPI) aux Etats-Unis pour septembre.

    La devise européenne prend 0,3% à 1,1563 dollar pour un euro. La veille, il avait reculé jusqu'à 1,1524 dollar, un plus bas depuis près de 15 mois.

    La monnaie unique européenne cède plus de 2% depuis début septembre.

    "Les investisseurs ont déjà dans leur viseur la publication de l'inflation américaine à 14h30, qui devrait ouvrir la voie à un durcissement de la politique monétaire de la Fed", estime Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

    L'institution a déjà signalé qu'elle comptait probablement commencer à limiter son programme de rachats d'actifs lors de sa prochaine réunion le 3 novembre.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Recticel bondit | Avis de brokers sur Solvay, Sofina, Umicore, Cofinimmo, Aperam et Melexis | Un "shorteur" cible Kinepolis (+Briefing)

  • OVHcloud subit une panne importante en pleine IPO

    OVHcloud, le groupe français qui est l'un des champions européens du cloud (informatique dématérialisée) a été victime pendant plus d'une heure d'une panne importante ce mercredi, laquelle s'est répercutée sur de très nombreux sites internet, alors que le groupe est en pleine introduction en Bourse.

    Le fondateur et président d'OVHCloud Octave Klaba a dans un tweet attribué la panne à "une erreur humaine", et indiqué qu'elle concernait le "backbone", c'est-à-dire le réseau de télécommunications qui relie toutes les infrastructures d'OVHCloud.

    Elle s'est produite à la suite d'une intervention sur un routeur à 9h12 (heure française) aux Etats-Unis, a expliqué la société ensuite dans un communiqué.

    OVHcloud veut faire son entrée en Bourse vendredi avec une levée de fonds espérée à 350 millions d'euros, pour une valorisation de l'entreprise entre 3,5 et 3,75 milliards d'euros.

  • OPA sur Recticel: le marché a déjà choisi son camp

  • Nyrstar réduit sa production face à l'envol des prix de l'énergie, le prix du zinc grimpe

    L’augmentation des prix de l'énergie contraint Nyrstar à réduire sa production dans ses sites européens. Son CEO ajoute qu'il n'y aura aucun impact sur l'emploi.

    Suite à la décision de Nyrstar, le prix du zinc à Londres augmente de 2,7%.

     

  • Cathie Wood: "L'action Tesla pourrait atteindre 3.000 dollars"

    L'avenir s'annonce plein de promesses et de développements majeurs, selon Cathie Wood. La fondatrice de la firme Ark Invest, baptisée Mamie Cathie par les membres du forum WallStreetBets sur Reddit, a été invitée à répondre à des questions par le courtier Saxo Bank. Grande prêtresse du secteur technologique, elle n'a pas manqué d'expliquer pourquoi ce compartiment dispose encore de beaux jours devant lui.

    Cathie Wood a aussi continué de plébisciter Tesla et son fondateur, Elon Musk. "Tesla a collecté des millions de données de conduite grâce à des robots. Cela représente une grande valeur." Le groupe devrait continuer, dans les cinq prochaines années, à capturer des parts de marché et atteindre 25% des ventes de voitures dans le monde d'ici 5 ans. Cathie Wood estime pour cette raison que d'ici 2026, le cours de l'action pourrait atteindre 3.000 dollars. Elle cote actuellement autour de 800 dollars. Autrement dit, le titre pourrait croître de 275% sur la période.

  • Just Eat Takeaway | Econocom | Fagron | Spie | SAP | LVMH

    Just Eat Takeaway chute de 4%. Le spécialiste des livraisons repas a annoncé mercredi une augmentation de 25% des commandes sur sa plate-forme de repas en soulignant une croissance plus faible aux États-Unis, son deuxième plus grand marché.

    Econocom chute de 6%. Le groupe de services informatiques a vu ses ventes atteindre 560,5 millions d'euros au troisième trimestre, soit 6,5% de moins qu'un an avant. Cette baisse est due aux 'tensions sur les approvisionnements de certains composants entrant dans la production des actifs numériques', précise le groupe informatique dans son communiqué.

    Fagron abandonne 2,3%. Le spécialiste des préparations magistrales pour les pharmacies a vu son chiffre d'affaires progresser de 5,4% à 142,4 millions d'euros au troisième trimestre. Le consensus des analystes visait 147 millions d'euros.

    Spie bondit de 5,6%. Le groupe de services multi-techniques aux entreprises et collectivités a annoncé qu'il n'était plus candidat au rachat d'Equans, filiale récemment créée par Engie en vue d'une scission de ses activités de services.

    SAP engrange 3,3%. Le spécialiste des logiciels professionnels SAP grimpe mercredi à la Bourse de Francfort après avoir relevé pour la troisième fois cette année ses objectifs financiers annuels grâce à ses activités dans l'informatique dématérialisée.

    LVMH bonifie de 0,95%, après l'annonce de 15,512 milliards de ventes au troisième trimestre, un chiffre supérieur à celui de 2019, avant la pandémie.


  • Reprise des cotations en Recticel, le titre bondit

    Recticel décolle de 13% à 16,5 euros à la reprise des cotations.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent en mode prudence, les investisseurs attendant avec fébrilité les données sur l'inflation américaine tout en analysant des résultats européens d'entreprises. Francfort, Bruxelles et Amsterdam sont à l'équilibre, tout comme l'indice Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600. Paris de son côté perd 0,28%.

    "Les mêmes inquiétudes continuent d'être au cœur des préoccupations des investisseurs: le rebond de l'inflation, les tensions sur les chaînes d'approvisionnement, le ralentissement chinois et aussi la crise énergétique qui reste vivace", énumère Christopher Dembik directeur stratégie et macroéconomie chez Saxo Banque.

    Point fort de la séance, l'indice des prix à la consommation (CPI) pour septembre aux États-Unis sera publié à 14h30.

    Des chiffres élevés concernant cet indicateur d'inflation pourraient renforcer les rendements obligataires et peser sur les marchés actions.

    Le compte-rendu de la dernière réunion de septembre de la Réserve fédérale américaine qui sera publié après la clôture des marchés européens devrait aussi "permettre d'avoir plus d'informations sur le diagnostic que porte la banque centrale concernant la trajectoire de l'inflation", souligne Christopher Dembik directeur stratégie et macroéconomie chez Saxo Banque.

    L'expert note que "de plus en plus d'analystes et d'économistes commencent à s'inquiéter d'un risque de stagflation", une inflation combinée à une croissance qui stagne.

    Les premières publications trimestrielles d'entreprises, qui lanceront la saison des résultats aux États-Unis, suscitaient également de la nervosité.

    "Il s'agira surtout de savoir si ces perspectives sont revues à la baisse en raison des difficultés de la chaîne d'approvisionnement, de la hausse de l'inflation et des coûts de financement, de la hausse de l'énergie", explique Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

  • Voici le briefing actions belges

    Avis de brokers sur Umicore, Cofinimmo, Aperam et Melexis | Un "shorteur" cible Kinepolis | Econocom chute (+Briefing)

  • Reprise des cotations en Recticel à 10h

    La cotation du titre Recticel reprendra à 10h, alors que l'attitude de Greiner concernant son OPA sur le producteur de mousses de polyuréthane est connue.

    Greiner avait cinq jours pour réagir à la décision de Recticel de vendre sa division de mousses techniques à Carpenter, une manœuvre mise en place par le spécialiste belge des mousses de polyuréthane pour contrer les visées du groupe autrichien.

    Greiner n’aura pas utilisé ce délai jusqu’au bout. Il persiste et signe, et a annoncé, ce mercredi matin, son intention de poursuivre son OPA sur Recticel au prix inchangé de 13,5 euros par action.

    La cotation qui est suspendue depuis le début de la semaine reprendra donc dans quelques minutes.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,32%
    Bruxelles: -0,22%
    Paris: -0,13%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,23%
    DJ Stoxx 600: -0,28%

    Carrefour: -0,55%
    Econocom: -8,2%
    Fagron: -2,8%
    Hyloris: +1,45%
    Just Eat Takeaway.com: -3,9%
    LVMH: -0,22%
    Melexis: -2,76%
    Telenet: +0,18%
    SAP: +2,9%

  • JP Morgan moins optimiste pour Melexis

    JP Morgan réduit sa recommandation sur Melexis à "neutre" contre "surpondérer". L'objectif de cours est fixé à 100 euros, impliquant une hausse de 13% par rapport au dernier cours.

  • Apple réduit sa production de l'iPhone 13

    Apple produira 10 millions d'unités d'iPhone 13 de moins que prévu cette anné, ont indiqué des sources à Bloomberg.

    La pénurie de puces est à l'origine de cette baisse de production. Les fournisseurs de composants tels que Texas Instruments (écrans) et Broadcom (composants sans fil) ne peuvent pas en effet tenir leurs promesses de livraison.

    Le plan d'Apple était de produire 90 millions d'iPhones d'ici le quatrième trimestre 2021.

    Apple a perdu 1,6% dans les échanges d'après-bourse mardi soir.

  • L'inflation allemande IPCH confirmée à 4,1% sur un an

    L'inflation en Allemagne s'est nettement accélérée en septembre pour atteindre son niveau le plus élevé depuis 25 ans au moins, montrent les chiffres définitifs publiés mercredi.

    L'indice des prix à la consommation calculé selon les normes européennes IPCH a augmenté de 4,1% sur un an, contre 3,4% en août, a annoncé Destatis, l'office fédéral de la statistique, confirmant les chiffres préliminaires publiés le 30 septembre.

    Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis le début de la série statistique harmonisée en janvier 1997.

    La Bundesbank, la banque centrale nationale allemande, s'attend à ce que le taux d'inflation reste jusqu'à la mi-2022 supérieur à 2%, l'objectif que s'est fixé la Banque centrale européenne (BCE).

  • Just Eat Takeaway.com, SAP, Carrefour... Quelques valeurs à suivre en Europe

    * Just Eat  Takeaway.com a annoncé mercredi une augmentation de 25% des commandes sur sa plate-forme de repas en soulignant une croissance plus faible aux États-Unis, son deuxième plus grand marché.

    * Carrefour - Auchan a discuté avec le SPAC de Xaviel Niel et Matthieu Pigasse avant sa tentative de rapprochement avortée avec Carrefour, ont dit trois sources à Reuters.

    * SAP a relevé pour la troisième fois ses perspectives pour l'ensemble de l'année après de bons résultats obtenus au troisième trimestre grâce à ses activités dans l'informatique dématérialisée. Le titre est en hausse de 2% en avant-Bourse, d'après le courtier Lang & Schwarz.

  • Greiner poursuit son OPA sur Recticel

    Greiner poursuit son OPA sur les actions Recticel . Plus d'informations dans quelques minutes.

  • Mauvais troisième trimestre pour Econocom

    Le groupe Econocom a annoncé mardi soir avoir réalisé sur les 9 premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 1,80 milliard d’euros, soit un chiffre quasiment stable (-0,3% à normes et périmètre constants) par rapport à la même période de l’exercice précédent.

    Un petit calcul montre toutefois que les ventes au troisième trimestre n'ont atteint que 560,5 millions d'euros, soit 6,5% de moins qu'au troisième trimestre 2020. Cette baisse est due aux 'tensions sur les approvisionnements de certains composants entrant dans la production des actifs numériques', précise le groupe informatique dans son communiqué.

    Concernant ses perspectives, Econocom a dit bénéficier de tendances de marchés bien orientées.

  • Hyloris acquiert une technologie brevetée dans le traitement des maladies coronariennes

    Hyloris Pharmaceuticals a conclu un accord de licence mondial exclusif avec Rhoshan Pharmaceuticals pour développer, fabriquer et commercialiser de l'acide acétylsalicylique intraveineux, pour le traitement du syndrome coronarien aigu (SCA).

    L’acide acétylsalicylique IV n’est actuellement pas disponible sur le marché US et Hyloris prévoit de commercialiser le produit aux États-Unis avec sa propre force de vente.

    Aux États-Unis, environ 2 millions de patients atteints d'un infarctus aigu du myocarde sont admis chaque année à l'hôpital.

    Hyloris versera 750.000 dollars à Rhoshan pour l'acide acétylsalicylique IV et 1,25 million de dollars supplémentaires en paiements d'étapes. Hyloris dépensera un maximum de 7,5 millions de dollars pour d'autres recherches sur le médicament, y compris l'approbation réglementaire.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture dans l'attente de données sur l'inflation américaine et le lancement d'une nouvelle saison de résultats à Wall Street.

    Les contrats à terme signalent un gain de 0,15% pour le Dax à Francfort et le Cac à Paris, une ouverture stable pour le FTSE à Londres et un gain de 0,11% pour l'EuroStoxx 50.

    La prudence devrait dominer les échanges avant la publication, prévue à 14h30, des chiffres des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de septembre.

    Les investisseurs étudieront le compte rendu de la dernière réunion de la Fed qui sera publié à 20h.

    La séance sera également marquée pour le coup d'envoi des résultats des grandes banques américaines avec ceux de JP Morgan attendus avant l'ouverture de Wall Street.

  • L'Asie boursière en ordre dispersé

    Les investisseurs japonais attendent avec nervosité les données sur les prix à la consommation aux États-Unis, l'indice Nikkei reculant de 0,16%.

    Les bourses chinoises quant à elles évoluent en hausse, la baisse des valeurs liées au charbon étant compensée par la hausse des valeurs de la consommation.

    Par ailleurs, grâce à une demande mondiale toujours solide, la croissance des exportations de la Chine s'est accélérée le mois dernier alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient un ralentissement.

    Le SSE Composite de Shanghai prend 0,16% et le CSI 300 prend 0,86%.

  • Fagron sous les attentes des analystes

    Fagron note au 3e trimestre une progression de 5,4% à 142,4 millions d'euros. Le consensus des analystes visait sur un chiffre d'affaires trimestriel de 147 millions d'euros.

    Le chiffre d'affaires pour la région européenne, recule de 7.8% (-8.4% à taux de change constant) à 59 millions. L'activité en Amérique du Nord progresse, elle, de plus de 13% (+9,6% à taux constant). 

    Pour l'ensemble de l'année 2021, Fagron s'attend à un chiffre d'affaires en croissance avec un REBITDA dans me bas de la fourchette comprise entre 118 millions et 124 millions.

    "Les programmes mondiaux de vaccination en cours permettront une normalisation des marchés sur lesquels nous sommes présents. Grâce à nos domaines d'activité, nous sommes bien placés pour bénéficier d'un accent accru sur la prévention et un mode de vie sain. De plus, nous restons attentifs aux opportunités d'acquisition, notamment en EMEA et en Amérique du Nord", explique Rafael Padilla, CEO.

  • Coolblue reporte son IPO

    Coolblue a décidé de reporter son IPO, jusqu'à nouvel ordre, selon un communiqué de l'entreprise.

    Le commentaire de Pieter Zwart, CEO et fondateur de Coolblue: "Aujourd'hui, nous avons décidé de reporter l'introduction en bourse prévue. Les conditions actuelles du marché créent une incertitude parmi les investisseurs à l'égard des introductions en bourse, en particulier dans le domaine du commerce électronique. En tant qu'entrepreneurs, nous sommes convaincus que nous sommes sur la bonne voie.

  • Le chiffre d'affaires de LVMH dépasse les attentes

    LVMH , premier groupe du CAC 40 à publier ses performances trimestrielles, a réalisé 15,5 milliards d'euros de ventes au troisième trimestre, soit plus de deux milliards supplémentaires comparé à la même période en 2019. Il a aussi maintenu sa croissance soutenue entamée depuis le début de l'année.

    Le chiffre d'affaires du groupe de Bernard Arnault est légèrement supérieur aux consensus établis par Bloomberg et Factset, qui tablaient respectivement sur 14,99 milliards et 15,29 milliards.

    LVMH voit ainsi son activité progresser de 11% en organique par rapport à la même période en 2019.

    "Dans le contexte de sortie progressive de la crise sanitaire, le groupe est confiant dans la poursuite de la croissance actuelle", a indiqué LVMH dans un communiqué.

  • Wall Street consolide avant la saison des résultats

    La Bourse de New York a fini en baisse mardi, alors que les investisseurs ont privilégié la prudence avant le début des publications des résultats trimestriels, tandis que les gains de Tesla ont contribué à soutenir le marché.

    > L'indice Dow Jones a cédé 0,34%, ou 117,72 points, à 34.378,34 points.
    > Le S&P-500, plus large, a perdu 10,54 points, soit 0,24%, à 4.350,65 points.
    > Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 20,28 points (0,14%) à 14.465,93 points.

    La publication, attendue mercredi, du compte-rendu de la réunion de septembre de la Réserve fédérale américaine (Fed) a aussi alimenté l'incertitude, les investisseurs attendant des signes sur le calendrier du début du resserrement des mesures de soutien de la banque centrale.

  • Telenet songerait à vendre quelque 3.000 antennes-relais

    Retour sur une information tombée en cours de soirée mardi, hier donc. Telenet examinerait la possibilité de vendre quelque 3.000 antennes-relais, ce qui pourrait lui rapporter jusqu'à 600 millions d'euros, selon l'agence de presse financière Bloomberg sur base de sources proches du dossier.

    Le dossier ne serait toutefois encore que dans une phase préparatoire et il n'est pas certain du tout qu'une vente ait lieu. Telenet, qui fait partie du groupe américain Liberty Global, étudierait la question avec la banque d'affaires Goldman Sachs. Aucune des parties n'a souhaité réagir mardi.

  • Qu'attendre du trading update de Fagron ?

    Les investisseurs placent la barre très bas pour le spécialiste des préparations magistrales pour les pharmacies.

    Les inquiétudes concernant l'intensification de la concurrence sur le marché d'origine ont déjà fait baisser les actions de Fagron d'un cinquième environ cette année.

    Le PDG Rafael Padilla n'était déjà pas en mesure de convaincre avec les chiffres annuels pour 2020 et l'humeur des investisseurs ne s'est pas améliorée lorsqu'il a averti en août avec le rapport semestriel qu'il n'y avait plus de croissance des bénéfices pour l'ensemble de 2021.

    Les investisseurs craignent principalement une plus grande concurrence sur le marché domestique lucratif du Benelux - bon pour un peu moins de la moitié du chiffre d'affaires et plus de la moitié des bénéfices de l'entreprise en 2020 - via des acteurs émergents tels que Ceban.

    Au premier semestre, une baisse du chiffre d'affaires de 6% en Europe - en particulier au Benelux - s'est traduite par un recul de de plus de 2 points de base de la marge bénéficiaire à 22,2%. Sur le plan organique, les ventes ont même reculé de 10%, en partie en raison d'une base de comparaison difficile avec le solide premier semestre 2020 et du report des soins planifiés au premier semestre 2021.

    Il ne faut pas attendre de commentaires sur les marges dans ce trading update trimestriel. Les investisseurs se concentreront donc principalement sur l'évolution des ventes en Europe pour voir s'il y a une amélioration.

  • JP Morgan Chase et Fagron au rapport

    Bonjour! Les grandes banques américaines, et plus particulièrement JP Morgan Chase, donnent ce mercredi le coup d'envoi de la période des publications trimestrielles des grands groupes américains cotés.

    Les investisseurs attendent également les résultats BlackRock et Delta Airlines.

    A Bruxelles, Fagron publie un trading update avant l'ouverture des marchés.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés