1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en hausse, le Dow à un record

La Bourse US a terminé solidement dans le vert ce jeudi. Le Dow Jones a atteint un nouveau record pour le deuxième jour d'affilée et le Nasdaq a accéléré en fin de séance pour marquer son premier gain de la semaine. De son côté, Bruxelles a tiré son épingle du jeu grâce aux résultats d'AB InBev.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Galapagos enregistre une perte opérationnelle au premier trimestre

    Galapagos affiche une perte opérationnelle de 50,8 millions d'euros au premier trimestre. Dans un communiqué publié ce jeudi soir, la biotech indique néanmoins avoir dégagé un bénéfice net de 9,4 millions d'euros. 

    "Au cours des derniers mois, nous avons entrepris une réévaluation de notre portefeuille et de nos plans de développement pour nous orienter vers un pipeline au profil de risque plus équilibré", commente Otto van de Stolpe, CEO de Galapagos. "Nous continuons à nous concentrer sur de nouvelles cibles pour répondre à des besoins médicaux non satisfaits dans le domaine des maladies inflammatoires, de la fibrose et des maladies rénales." Cette réorientation a pour conséquence un programme de rationalisation et d'économies de 150 millions d'euros.

    Par ailleurs, le lancement européen du filgotinib, son traitement phare, devrait suivre le calendrier établi.

  • Wall Street termine en hausse, le Dow Jones à un record

    La Bourse de New York a fini en hausse ce jeudi, avec un record pour le Dow Jones, après la publication de données sur le chômage meilleures qu'attendu, tandis que les titres des laboratoires fabriquant des vaccins contre le COVID-19 ont reculé après que Washington a dit vouloir une levée des brevets. Le Dow Jones a gagné 0,93% à 34.548,53 points. Le S&P 500 a pris 0,82% à 4.201,56 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,37% à 13.632,84 points.

    Porté par les gains d'Apple, de Microsoft et d'Amazon, à +1% pendant l'essentiel de la séance, le S&P 500 a bénéficié de la publication dans la journée de données montrant que le nombre d'inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis a baissé plus qu'attendu. Les investisseurs attendaient la publication vendredi du rapport mensuel du département américain du Travail pour avoir des indications plus larges sur l'état du marché de l'emploi et, éventuellement, sur une possible évolution de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

    Les groupes pharmaceutiques ont décliné après que le président américain Joe Biden a décidé de soutenir la levée mondiale des brevets de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le COVID-19. Pfizer, Moderna et Novavax ont ainsi reculé. Johnson & Johnson a connu peu de mouvement. Suivant cette tendance, le secteur des services de santé du S&P 500 et l'indice de la biotechnologie du Nasdaq ont reculé. Moderna a atténué ses pertes après avoir indiqué que des pays à travers le monde allaient continuer de se procurer pendant des années son vaccin contre le COVID-19 même si les brevets venaient à être levés.

    Après avoir annoncé qu'il allait rémunérer davantage ses chauffeurs afin de disposer de véhicules supplémentaires pour répondre au rebond de la demande face à la décrue de la crie sanitaire aux Etats-Unis, Uber a chuté au fil de la séance.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 0,93% à 34.548,53 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,37% à 13.632,84 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,82% à 4.201,62 points.

  • Le pétrole en repli après un nouveau record de contaminations au Covid-19 en Inde

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse ce jeudi alors que la situation en Inde où le Covid-19 continue de frapper sévèrement, préoccupe les investisseurs sur la demande mondiale d'or noir.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a conclu à 68,09 dollars, en repli de 1,26% à Londres, par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de juin a perdu 1,40% à 64,71dollars.

  • Rotation chez GBL

    GBL a poursuivi, au cours du premier trimestre, la rotation de son portefeuille au travers de 792 millions d'euros de cessions - allégeant sa participation dans Holcim - et 650 millions d’investissements dans des actifs privés à plus fort potentiel de croissance.

    Du reste, le holding des Frère-Desmarais a vu son actif net réévalué croître de 2,9% sur les trois premiers mois de l'année (et de 32,9% en un an) pour atteindre les 21 milliards.

  • Au menu ce vendredi

    Les données mensuelles de l'emploi aux États-Unis monopolisent l'agenda. Elles seront publiées à 14h30. Par ailleurs, la publication des résultats se poursuit avec les chiffres d'adidas, Aperam, BMW, IAG, Siemens... 

    > L'agenda du vendredi 7 mai 

  • Clôture mitigée en Europe, Wall Street dans le désordre

    Les marchés boursiers en Europe ont fini en ordre dispersé jeudi tandis qu'à Wall Street, les principaux indices évoluaient également dans le désordre dans des marchés sans direction claire, tiraillés entre les attentes sur le reprise et des interrogations sur l'inflation. 

    Le Bel 20 est revenu en toute fin de séance dans le vert pour terminer sur un saute de puce de 0,08%. AB InBev (+5,20%) a brillé dans la foulée de ses chiffres trimestriels. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,28%. Le Footsie britannique a gagné 0,52% et le Dax allemand a avancé 0,17%. Mais l'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,08%, le FTSEurofirst 300 0,25% et le Stoxx 600 0,12%.

    Au moment de la clôture européenne, les indices américains évoluaient dans le désordre: le Nasdaq reculait d'environ 0,6%, plombé par les valeurs technologiques alors que le Dow Jones s'adjugeait 0,5% après un nouveau plus haut historique à 34.437,10 et que le S&P-500 prenait 0,3%. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,08% 
    AEX: -0,24% 
    CAC 40: +0,28% 
    DAX 30: -0,13% 
    FTSE 100: +0,31% 
    STOXX 600 Europe: -0,33%  

  • Nouveau record pour l'ethereum

    L'ethereum, deuxième plus grosse cryptomonnaie en termes de capitalisation, enchaîne les records. Elle vient de franchir les 3.575,85 dollars et avait dépassé les 3.000 dollars pour la première fois de son histoire il y a quelques jours. Lancée en 2015, l'ether a gonflé depuis lors de plus de 125.000%.  

  • Christine Lagarde prône une Union des marchés de capitaux verts

    La transition écologique offre une "opportunité unique" d'unifier les marchés de capitaux dans l'UE, un impératif face aux besoins énormes d'investissements, a déclaré la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, lors d'une conférence européenne.

    "Je crois que la transition verte nous offre une opportunité unique de construire un marché des capitaux véritablement européen qui transcende les frontières nationales - ou ce que j'appellerais l'Union des marchés des capitaux verts", a déclaré la présidente Lagarde lors d'une intervention en vidéo.

    Evoquée depuis longtemps, l'intégration des marchés de capitaux à l'intérieur de l'UE demeure très incomplète, même si de nombreuses initiatives ont vu le jour pour développer le financement de l'économie, qui repose essentiellement sur les crédits bancaires, via un recours plus important aux investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension, les assurances ou les ménages. 

      

  • Kaplan (Fed) veut débattre d'une diminution des achats de titres

    Le président de la Réserve fédérale de Dallas, Robert Kaplan, a encore insisté sur la nécessité d'ouvrir le débat sur un retrait progressif des mesures d'assouplissement de sa politique monétaire "plutôt tôt que tard", affirmant que la situation économique s'était améliorée plus rapidement qu'il ne le prévoyait.

    "Notre économie sera beaucoup plus saine" une fois que la Fed aura réduit ses achats d'actifs, a-t-il dit lors d'un événement au Levy Economics Institute du Bard College. La campagne de vaccination s'avère plus rapide qu'attendu et le soutien budgétaire du gouvernement a été plus importante, a-t-il souligné, ajoutant que les achats d'emprunts pouvaient créer "des excès et des déséquilibres" sur les marchés, notamment celui de l'immobilier. 

  • Le point sur la tendance

    Les Bourses européennes évolue sans direction claire dans la dernière heure d'échanges, à l'image de Wall Street, dans un marché peinant à trouver les ressources nécessaires pour dépasser ses plus hauts, et toujours attentif aux risques inflationnistes à la veille du rapport sur l'emploi américain.

    Vers 17 heures, le Bel 20 lâchait 0,20% malgré la bonne tenue d'AB InBev, Aperam et Solvay. Au même moment, Paris et Francfort perdaient 0,03% et 0,23%. Londres se maintenait de dans le vert (+0,16%) avec le chercheur d'or et d'argent, Fresnillo, en forte hausse. 

    Même tableau mitigé à Wall Street, au lendemain d'un record du Dow Jones: ce dernier se stabilisait (+0,03%), le S&P 500 perdait 0,32% tandis que le Nasdaq voyait de nouveau rouge (-0,84%), plombé par les valeurs technologiques et les titres des groupes impliqués dans la course au vaccin.

  • Uber à la rue

    Le groupe de VTC Uber  perd plus de 7%, une heure après le début des échanges à Wall Street. Les investisseurs sanctionnent le geste d'Uber qui va prochainement réduire sa commission sur les courses afin d'augmenter la rémunération de ses chauffeurs.

  • Tracker #2 | L'ascension folle des cryptomonnaies

    Dans ce second épisode de notre podcast Tracker, nous tentons de comprendre ce que cache l'impressionnante envolée du bitcoin et des autres cryptomonnaies. 

    Nous nous sommes rendus au siège de la plateforme belge d'échange de cryptomonnaies Bit4You pour mesurer le succès du phénomène avec son cofondateur Marc Toledo. Nous nous sommes entretenus sur les raisons de ce succès avec Bruno Colmant au sein de la banque Degroof Petercam qu'il dirige.

     
     

  • Les pharmas US réduisent leurs pertes

    Les discussions annoncées au niveau politique sur une levée temporaire des brevets sur les vaccins covid pour enrayer la pandémie à l'échelle mondiale ont placé les actions des groupes pharmaceutiques concernés sous forte pression à l'ouverture de Wall Street.

    Ces dernières réduisent toutefois progressivement leurs pertes en ce moment.

    Pfizer , qui a perdu jusqu'à 5% dans les premiers échanges, cède actuellement 3%.

    Moderna , qui a cédé jusqu'à 12%, perd désormais 5%.

    Novavax , qui a perdu quasiment 10% en début de séance, se replie encore de 3%.

    Curevac  se replie de 6,5% après avoir abandonné un peu plus de 13% à l'ouverture.

    En Europe, BioNtech  recule de 6,5% à Francfort après avoir chuté de plus de 15% au début de la séance boursière américaine.

  • Wall Street partagée à l'ouverture

    La Bourse de New York a débuté la séance sans direction claire. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,17% et le S&P 500  grappille 0,07% mais le Nasdaq  recule de 0,40%.

    Cette tendance contrastée est observée depuis le début de la semaine: le Dow Jones affiche trois séances positives d'affilée tandis que le Nasdaq concède trois replis consécutifs.

    C'est la conséquence d'un transfert des investissements des actions de croissance, notamment dans le secteur technologique, vers les actions de valeur, parmi lesquelles on trouve bon nombre d'entreprises cycliques, en raison des risques liés à l'accélération de l'inflation.

  • Acquisition saluée en bourse pour l'actuel champion du Bel 20

    L'action Aperam  est en hausse de près de 3% après l'annonce, ce matin, de l'acquisition de l'entreprise allemande ELG, spécialisée dans le recyclage de ferrailles d'aciers inoxydables et d'alliages à haute performance, pour 357 millions d'euros.

    Cet "accord d'achat d'actions" a été signé avec le conglomérat familial Franz Haniel & Cie Gmbh, propriétaire d'ELG depuis 1983.

    Aperam est l'action la plus performante du Bel 20 depuis le début de cette année. Le titre de l'aciériste progresse de 33,33% depuis janvier.

  • Les "actions vaccins" chahutées

    Les titres des fabricants de vaccins réagissent mal à la proposition américaine d'une renonciation des droits intellectuels pour leurs produits. BioNTech boit la tasse et perd 20% vers 15 heures. 

  • Moderna relève sa prévision annuelle de ventes de son vaccin | L'action chute en avant-bourse

    Moderna relève sa prévision de ventes annuelles de son vaccin contre le Covid-19 sur fond d'accélération des campagnes de vaccination contre la maladie dans le monde.

    Le laboratoire pharmaceutique américain s'attend désormais à ce que les ventes de son vaccin s'élèvent cette année à 19,2 milliards de dollars (15,9 milliards d'euros), soit une hausse de 4,3% par rapport à la prévision fournie en février, qui était de 18,4 milliards de dollars.

    Au premier trimestre, les ventes de ce vaccin ont représenté 1,7 milliard de dollars.

    L'action Moderna recule toutefois de 9% dans les échanges en avant-bourse à Wall Street, à l'instar des autres fabricants de vaccins, après la décision du président Joe Biden de soutenir une proposition visant à lever les droits de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19.

  • Les inscriptions au chômage diminuent plus que prévu aux USA

    Moins d'Américains ont déposé de nouvelles demandes de prestations de chômage la semaine dernière alors que la reprise du marché du travail prend de l'ampleur sur fond de reprise économique, alimentée par une amélioration rapide de la situation sanitaire et une aide financière massive du gouvernement.

    Les demandes initiales d'allocations de chômage de l'État ont totalisé 498.000 personnes pour la semaine terminée le 1er mai, contre 590.000 la semaine précédente, a annoncé, ce jeudi, le ministère du Travail. C'est le niveau le plus bas depuis la mi-mars 2020, lorsque les fermetures obligatoires des entreprises non essentielles ont été imposées pour ralentir la première vague d'infections au Covid-19.

    Les économistes interrogés par Reuters avaient prévu 540.000 candidatures au cours de la dernière semaine.

     

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street devrait ouvrir en hausse modérée tandis que les bourses européennes hésitent dans des marchés sans direction claire, tiraillés entre une série de résultats d'entreprises et des interrogations sur l'inflation.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,1% pour le Dow Jones et pour le S&P-500 et de 0,14% pour le Nasdaq.

    En Europe, Amsterdam perd 0,41%, Francfort lâche 0,15% et Paris est à l'équilibre. L'indice Bel 20 progresse de 0,29%. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 cède de l'ordre de 0,25%.

    Les investisseurs attendent, à 14h30, les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux États-Unis, à la veille du très attendu  rapport mensuel du département du Travail.

  • Pfizer, Moderna et Novavax sous pression

    Pfizer , Moderna et Novavax reculent de 2,6% à 4,2% en avant-bourse après que Joe Biden a apporté son soutien à une mesure visant à la levée de la propriété intellectuelle sur les vaccins contre le Covid-19, une annonce inattendue qui a suscité une réaction favorable de la France sur le principe tandis que l'Union européenne s'est dite prête à en discuter.

    "Cela pourrait clairement réduire les chiffres d'affaires potentiels que certaines de ces entreprises espéraient tirer de la concession de licences pour leurs brevets", indique Neil Wilson, analyste chez Markets.com.
       

  • Statu quo de la BoE

    La Banque d'Angleterre (BoE) laisse sa politique monétaire inchangée, comme attendu, dans l'attente de signes confirmant la reprise de l'économie britannique grâce aux progrès de la vaccination contre le Covid-19.

    Le taux directeur reste fixé à 0,1%, son plus bas niveau historique, et le montant du programme d'achats de titres sur les marchés à 895 milliards de livres sterling (1.036 milliards d'euros). La BoE entend toutefois réduire le montant total de ses achats d'obligations à 3,4 milliards de livres sterling par semaine contre 4,4 miliards.

    La Banque d'Angleterre n'entend pas resserrer sa politique monétaire tant que des progrès significatifs n'auront pas été réalisés concernant son objectif d'une inflation à 2% dans la durée, lit-on dans le communiqué.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Avis de brokers sur bpost | AB InBev surplombe le Bel 20 | Nouveau target record pour Solvay (+Briefing)

  • La livre dans l'attente de la BoE et du résultat des élections en Écosse

    La livre sterling est proche de l'équilibre, les cambistes attendant la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE), mais aussi le résultat des élections en Écosse, deux événements susceptibles de secouer la devise britannique.

    La livre est stable face au dollar (+0,03%, à 1,3912 dollar) et recule de 0,25% face à l'euro, à 1,1547 euro.

    "L'attention se porte principalement sur la livre sterling", précise Michael Hewson, analyste de CMC Markets, qui met en avant la réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE).

    Celle-ci devrait maintenir son taux directeur inchangé, mais pourrait se montrer plus optimiste sur la reprise grâce aux progrès de la vaccination et à la levée des restrictions sanitaires.

    La BoE publiera, à 13h, la décision de son comité de politique monétaire sur les taux ainsi que son rapport trimestriel sur l'économie et ses prévisions d'inflation.

  • Immobel et Pictet AA achètent un immeuble de bureaux dans le quartier Paris-Opéra

    Pictet Alternative Advisors et Immobel ont acquis un immeuble de bureaux de quelque 4.500 m² dans le quartier Paris-Opéra, par le biais d’une transaction de gré à gré. Le bâtiment est vide depuis 2020.

    Pictet et Immobel ont l’intention de repositionner l’immeuble de bureaux, après rénovation lourde, sur le marché haut de gamme, notamment au niveau environnemental. Le bâtiment comprend 7 étages et, last but not least, un important parking souterrain de 100 places sur plusieurs niveaux.

  • Les prévisions de bpost semblent conservatrices estiment des analystes

  • Orange détient 77% du capital de sa filiale belge

    Orange annonce avoir attiré 50,97% des actions faisant l'objet de son offre sur Orange Belgium . À l'issue de l'offre, le groupe français détiendra 76,97% du capital de sa filiale belge, précise-t-il.

    On est donc très loin du minimum de 95% visé par le groupe français. Ce seuil est indispensable pour déclencher une expropriation ("squeeze out") des derniers récalcitrants et radier Orange Belgium de la cote bruxelloise, un objectif pourtant clairement affiché par Orange.

    Après l'échec d'une première offre, où un peu moins de la moitié des actions visées par l’opération (46,1%) avaient été apportées, portant la participation d'Orange à 74,68% d'Orange Belgium, l'offrant avait décidé de rouvrir l’offre pour une semaine, du 28 avril au 4 mai, et au même prix de 22 euros.

    Orange semble se satisfaire du résultat. "Nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixés : offrir un prix juste aux actionnaires qui souhaitaient monétiser leurs titres et nous renforcer au capital d’Orange Belgium. Avec près de 77% du capital détenu par le groupe, nous disposons désormais de moyens pour améliorer la flexibilité financière d’Orange Belgium, déployer plus efficacement sa stratégie de création de valeur à long terme et lui permettre de mieux réagir aux transformations majeures du marché belge", a réagi le directeur financier de l'opérateur télécoms français, Ramon Fernandez.

  • Kepler Cheuvreux relève de 16% l'objectif de cours de CFE

    L'accident d'Ever Given a littéralement bloqué l'économie mondiale pendant près d'une semaine, montrant l'importance vitale du canal de Suez, rappelle Kepler Cheuvreux. Bien que les circonstances à l’origine de l’accident (par exemple, les conditions météos) aient été extraordinaires, la croissance constante de la taille des porte-conteneurs teste la capacité du canal, poursuit le broker. Or "les porte-conteneurs sont devenus de plus en plus importants pour le commerce et représentent désormais 38% de tous les navires et 53% de toutes les cargaisons transitant par le canal de Suez. Cependant, ce sont leurs dimensions toujours croissantes qui deviennent un problème. Ce problème ne s'arrêtera pas avec l'Ever Given, car des commandes ont été passées pour des navires 20% plus gros que l'Ever Given et ces vaisseaux devraient être à l'eau en 2024. De plus, plusieurs entreprises prévoient un autre bond en avant dans la taille des navires de 25%".

    Dans un rapport, Kepler Cheuvreux a examiné les différentes options pour augmenter la capacité du canal de Suez et les alternatives à cette route. Il en ressort que CFE - via sa filiale DEME - serait l'un des grands gagnants des travaux visant à élargir le canal.

    Le courtier abaisse toutefois ses estimations pour 2021-2022 pour CFE en raison du retard des projets éoliens offshore, mais il relève son objectif de cours en raison d'un carnet de commandes à un niveau record.

    Le prix cible passe ainsi de 87 euros à 101 euros avec une recommandation d'achat.

    CFE gagne 0,23%, à 85,60 euros.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes pointent majoritairement en hausse, soutenues par une série de résultats d'entreprises bien accueillis, notamment ceux d'AB InBev et de bpost à Bruxelles ou de Société générale à Paris.

    Les gains varient entre +0,26% à Paris et +0,65% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 gagne 0,16% et le Stoxx 600 est à l'équilibre. Contre la tendance, Amsterdam cède 0,16%, lesté par le recul de 2,4% d'ING.

    La tendance générale reste incertaine avec des investisseurs toujours tiraillés entre la perspective d'un rebond économique vigoureux et la crainte d'un emballement des prix qui contraindrait les grandes banques centrales à resserrer prématurément leur politique.

    Les contrats à terme sur les indices vedettes de Wall Street signalent, pour l'instant, une ouverture en hausse modérée à la veille de la publication du rapport mensuel sur le marché du travail.

    Sur le plan de la politique monétaire, les investisseurs prendront connaissance à 13h des annonces de la Banque d'Angleterre et guetteront le moindre indice suggérant l'amorce d'un retrait progressif de son soutien.

  • BioNTech: -15%

    L'un des replis les plus spectaculaires de la matinée en Europe est pour BioNTech , qui chute de 13,55% après le soutien apporté par le président américain Joe Biden à une mesure visant à la renonciation aux droits de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19.

  • Jeff Bezos cède à nouveau un paquet d'actions Amazon

    Le patron d'Amazon, Jeff Bezos, a vendu cette semaine pour près de deux milliards de dollars (1,67 milliard d'euros) d'actions du géant du commerce en ligne, selon des documents du gendarme boursier américain.

    Bezos a multiplié les cessions d'actions Amazon ces derniers mois. En février et novembre 2020, il avait déjà vendu au total pour plus de sept milliards de dollars d'actions Amazon.

    Jeff Bezos, 57 ans, a fondé Amazon en 1994. Celui qui reste tout de même le premier actionnaire du géant du commerce en ligne est selon Forbes et Bloomberg l'homme le plus riche du monde, avec une fortune estimée à plus de 190 milliards de dollars.

    Jeff Bezos a par ailleurs prévu de faire un petit pas de côté en quittant au troisième trimestre son poste de CEO pour occuper celui de président exécutif d'Amazon.

  • Voici le briefing actions belges

    C'est la fête pour bpost | Nouveau target record pour Solvay | AB InBev saluée (+Briefing)

  • AB InBev | Bpost | Euronav

    Le Bel20 gagne 0,53%, à 4.035,74 points.

    > AB InBev progresse de 4,2%, à 61,14 euros, après le changement de direction et le solide rapport trimestriel.
    > Bpost bondit de 9,3%, à 9,89 euros, le marché saluant l'annonce de l'arrivée d'une nouvelle présidente et le très bon rapport trimestriel.
    > Euronav , qui a plongé dans le rouge au premier trimestre, est en baisse de 4%, à 7,05 euros.

  • AB InBev accélère ses gains

    AB InBev accélère ses gains et gagne 3,4% en début de séance, après de solides résultats trimestriels et l'annonce d'un changement de CEO (voir post de 7h36 et de 7h15).

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,03%
    Bruxelles: +0,25%
    Paris: +0,21%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: =
    DJ Stoxx 600: +0,11%

    AB InBev: +2%
    Bpost: +7,7%

  • Jefferies: "AB InBev reste une valeur clé pour capitaliser sur la réouverture de l'économie"

    AB InBev est toujours confortablement installé en tête du Bel 20, grimpant de 5,50% à 62 euros peu avant l'ouverture de Wall Street.

    Après le changement de direction et le solide rapport trimestriel d'AB InBev, la maison de bourse Jefferies maintient son conseil d'achat pour l'action du géant de la bière, avec un objectif de cours de 70 euros. 

    "La nomination d'un candidat interne en tant que PDG supprime le risque d'un entrant externe et d'un 'kitchen sink'", explique l'analyste Edward Mundy, faisant référence à la tradition des nouveaux PDG externes de nettoyer le bilan. Un tel "kitchensinking" est un risque réel chez AB InBev compte tenu de l'importance des écarts d'acquisition au bilan.

    "AB InBev reste un titre clé pour capitaliser sur la réouverture de l'économie, compte tenu de l'amélioration de la dynamique et de la valorisation favorable", conclut Mundy. 

  • Euronav plonge dans le rouge au 1er trimestre

    Euronav a vu ses revenus sombrer au 1er trimestre passant, d’une année à l’autre, de 416,7 millions de dollars à 113,4 millions de dollars. Ce chiffre est toutefois supérieur aux estimations des analystes, qui s’attendaient à des revenus de 92,4 million de dollars, selon un consensus Bloomberg.

    Pour le deuxième trimestre consécutif, le résultat de l’entreprise belge se traduit également par une perte. Euronav a fait état d’une perte de 71,0 millions de dollars, contre un bénéfice net de 225,6 millions enregistré à la même période l’année dernière.

    Le groupe de transport maritime explique, notamment, sortir d’un trimestre difficile en raison d’une reprise de la demande de pétrole ralentie et d’une offre de brut limitée.

    Des conditions de marché avec des faibles taux de fret ont prévalu lors du premier trimestre et au cours du trimestre actuel.
    Hugo de Stoop
    CEO de Euronav

    Pour rappel, à la même époque l’année dernière, les résultats d’Euronav avaient atteint, ce qui était alors des niveaux records, notamment soutenus par la forte demande pour le stockage de pétrole en mer.

    L’entreprise de transport et de stockage de pétrole en mer se veut toutefois plus optimiste sur ses perspectives, se disant confiante quant à la reprise du marché à moyen terme.

    Euronav maintient également sa politique de dividende, un paiement trimestriel de 3 centimes de dollar est donc prévu le 3 juin.

  • Les valeurs à suivre en Europe

    * Société Générale a publié, ce jeudi, des résultats trimestriels en net rebond et meilleurs qu'attendu grâce à la croissance de ses revenus, notamment dans les activités de marchés, à la maîtrise des charges et à la diminution du coût du risque.

    * ArcelorMittal , premier sidérurgiste mondial, a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes et qualifié son début d'année de "très positif".

    * Le chiffre d'affaires d'Air France-KLM n'a pas affiché au premier trimestre les signes du rebond de l'activité que la compagnie aérienne espère toujours constater durant l'été et la perte d'exploitation du groupe s'est creusée sur la période janvier-mars, montrent les résultats publiés ce jeudi.

    * Volkswagen a relevé, ce jeudi, son objectif de marge d'exploitation annuelle en s'appuyant sur la hausse de la demande pour ses modèles les plus rentables sur les trois premiers mois de l'année.

    * Unicredit a publié, ce jeudi, un bénéfice net trimestriel nettement supérieur aux attentes, posté par les revenus de ses activités de marché.

    * Carrefour a annoncé, ce jeudi, le lancement de son programme de rachat d'actions pour 500 millions d'euros.

    * Getlink a annoncé, ce jeudi, avoir transporté en avril 113.089 camions, soit une hausse de 42% par rapport à avril 2020.

    * HeidelbergCement a maintenu, mercredi, ses perspectives de chiffre d'affaires et de bénéfice d'exploitation pour 2021, les divers plans de relance adoptés dans le monde devant, selon le numéro deux mondial de la production de ciment, dynamiser l'activité de la construction.

  • UCB, nouvelle action chouchou de KBC Securities

    KBC Securities communique une mise à jour de sa "Dynamic Top Picks List". Elle se traduit par la sortie d'ING et de Tubize et l'entrée d'UCB .

    "Nous estimons que la valorisation actuelle d'UCB ne reflète pas le potentiel du pipeline. Avec un flux d'annonces allant du troisième 2021 au premier trimestre 2022, nous pensons que l'action offre un point d'entrée attractif en vue d'un probable retournement au deuxième semestre", indique KBCS.

    L'objectif de cours est de 119 euros, bon pour un potentiel de hausse de 56% par rapport au dernier cours de clôture d'UCB de 76,22 euros.

    Les valeurs suivantes restent dans la liste: AB InBev, Aegon, Ahold Delhaize, D'Ieteren, Elia, Intertrust, Melexis, Telenet, VGP, Xior, Agfa, CP Invest, EVS, Inventiva, Ontex and Sipef.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues hésitantes à l'ouverture, toujours tiraillées entre la perspective d'un rebond économique vigoureux et la crainte d'un emballement des prix qui contraindrait les grandes banques centrales à resserrer prématurément leur politique.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le FTSE à Londres ouvriraient sans grand changement et le Dax à Francfort reculerait de 0,1%.

    Les contrats à terme sur les indices vedettes de Wall Street signalent, pour l'instant, une ouverture sans tendance claire à la veille de la publication du rapport mensuel sur le marché du travail qui devrait, selon le consensus, montrer une nouvelle augmentation des créations d'emplois non agricoles, à 978.000 contre 916.000 en mars.

    Le secteur privé aux États-Unis a créé 742.000 postes en avril, un nombre inférieur aux attentes, mais le plus élevé enregistré en sept mois, après 565.000 en mars, ont montré, mercredi, les résultats de l'enquête mensuelle d'ADP.

    Sur le plan de la politique monétaire, les investisseurs prendront connaissance des annonces de la Banque d'Angleterre à 13h et guetteront le moindre indice suggérant l'amorce d'un retrait progressif de son soutien.

  • Un premier trimestre en hausse toute, ou presque, pour AB InBev

    Le premier brasseur mondial a fait fort en ce début d’année, renouant avec des performances d’avant pandémie. Seul le bénéfice sous-jacent par action reste légèrement à la traîne.

    Le premier brasseur mondial a vu son chiffre d’affaires progresser de 17,2% au premier trimestre 2021 à 12,29 milliards de dollars. Ses revenus sont également en hausse par rapport à leurs niveaux d’avant pandémie: +2,8% par rapport aux trois premiers mois de 2019. Cette bonne performance se reflète dans son excédent brut d’exploitation (ebitda) normalisé, en progression de 14,2%, à 4,26 milliards de dollars. Au niveau de son résultat net normalisé, la perte de 845 millions du premier trimestre 2020 laisse la place à un profit net de 1,01 milliard.

    Son bénéfice net normalisé par action atteint 0,51 dollar et est légèrement supérieur aux attentes des analystes (consensus) qui tablaient sur 0,49 dollar. Son bénéfice net normalisé sous-jacent par action (qui exclut l’impact de l’hyperinflation et des programmes de paiements en actions) loupe de peu, en revanche, les prévisions des analystes à 0,55 dollar contre 0,56 attendu (et contre une perte de 0,42 dollar au 1er trimestre 2019).

    Au premier juillet prochain, le Brésilien Michel Doukeris, actuellement directeur de la zone Amérique du Nord, prendra la succession de Carlos Brito au poste de CEO du groupe. Ce dernier aura dirigé le brasseur durant 15 ans avec, pour principales réalisations, la conquête du titre de premier brasseur mondial et, au passage, les rachats d’Anheuser-Busch et de SABMiller.

  • Ageas | Hyloris | Intervest

    Quelques valeurs à tenir à l'œil à Bruxelles suite aux communiqués qu'elles ont publiés après la clôture hier soir. 

    Ageas - Ageas a finalisé l'accord signé en février avec Aviva portant sur l’acquisition de sa participation de 40% dans la société turque cotée en bourse d’assurance-vie et de retraite AvivaSA. Ageas acquiert cette participation pour une contrepartie totale de 119 millions de livres sterling (140 millions d'euros) en espèces. L’incidence sur la solvabilité du groupe est d’environ 3 points de pourcentage. Le communiqué

    Hyloris - La société biopharmaceutique a annoncé que son partenaire pour Maxigesic IV, AFT Pharmaceuticals, a élargi son accord de licence et de distribution existant avec Pharma Bavaria International pour la commercialisation en Amérique du Sud de Maxigesic IV, un nouveau traitement breveté non opioïde pour la douleur postopératoire. Le communiqué

    Intervest - Le trading update trimestriel de la société immobilière Intervest Offices & Warehouses se traduit par un résultat EPRA en hausse de 0,36 à 0,38 euro et des revenus locatifs en progression de 5% de manière organique. Le taux d'occupation est resté stable à 93% (les bureaux à 88% et l'immobilier logistique à 95%). Pour l'immobilier logistique aux Pays-Bas, ce pourcentage a augmenté de 2 points de pourcentage pour s'établir à 100%. Le taux d'endettement était de 41,5% et l'objectif de dividende brut par action pour 2021 est de 1,53 euro (comme en 2020). Le communiqué

  • Recul des créances douteuses et croissance de bénéfices pour ING

    Le groupe bancaire ING fait état, pour son premier trimestre, d'un résultat net supérieur aux attentes. Il dépasse le milliard d'euros: 1,005 milliard (+50%).

    Les revenus progressent de 4%, à 4,7 milliards d'euros. Les revenus nets d’intérêts sont quasi stables à 3,5 milliards d'euros, pour des revenus de commissions en hausse de 9%, à 854 millions d'euros. Le groupe a également enregistré moins de créances douteuses, comparé à il y a un an au début de la pandémie.

    De son côté, la banque de détail d'ING Belgique note un recul de ses prêts, principalement dû au tassement des prêts aux entreprises (-500 millions). Les dépôts ont également diminué. L'enseigne belge annonce aussi avoir acté une provision complémentaire de 75 millions d'euros pour faire face à d'éventuels non-remboursements de prêts liés à la pandémie et l'impact de celle-ci sur certains clients.

  • Carlos Brito cède son poste de CEO d'AB InBev

    Comme la rumeur le laissait entendre de façon persistante, Carlos Brito va bel et bien quitter son poste de CEO d'AB InBev qu'il occupe depuis 15 ans. C'est Michel Doukeris, le président de la zone Amérique du Nord, qui lui succédera le 1er juillet.

    Carlos Brito & Michel Doukeris (AB InBev)

  • Bpost rend une super copie pour le T1

    Contrastant avec les résultats de l’an dernier, les performances financières de bpost au premier trimestre ont été excellentes grâce à la croissance des activités Colis et Logistique. Le chiffre d’affaires du groupe a progressé de 9,1% sur un an à 1,019 milliard d’euros, soit 15 millions de mieux que les prévisions des analystes (consensus). Mieux encore, le résultat d’exploitation ajusté a bondi de 52,8%, à 115,5 millions d'euros, là où les analystes tablaient sur 82,3 millions.

    Du coup, bpost revoit à la hausse ses perspectives pour l’année entière. Il table désormais sur un ebit ajusté supérieur à 310 millions d'euros. 

    Par ailleurs, le groupe postal a communiqué le nom de sa nouvelle présidente. La semaine prochaine, le conseil d’administration de l'entreprise postale belge proposera, en effet, à l’assemblée générale des actionnaires du groupe de nommer Audrey Hanard à ce poste où elle succédera à François Cornelis, démissionnaire.

    Audrey Hanard est partenaire associé au cabinet chez Dalberg Global Advisors. Elle préside, par ailleurs, Be education. Auparavant, elle a aussi présidé le Groupe du Vendredi et opéré comme manager chez Telos Impact. Pour autant bien sûr que sa candidature soit approuvée par les actionnaires en assemblée, Audrey Hanard sera nommée administratrice sur proposition de l’État, puis présidente.

  • "Nous nous attendons à des résultats solides pour AB InBev"

    Le géant de la bière AB InBev publie ses résultats avant l'ouverture ce jeudi matin.

    "Compte tenu des bons résultats de rivaux tels que Heineken, Carlsberg, CR Beer et Tsingtao, nous nous attendons à un rapport trimestriel solide", indique Sanjeet Auja, analyste de Credit Suisse.

    Le consensus des analystes est disponible sur le site Web d'AB InBev, mais selon Credit Suisse, il est déjà dépassé, car il date de quelques semaines.

    L'analyste vise une progression du chiffre d'affaires de 13,3%, beaucoup plus forte que les prévisions du consensus qui table sur une croissance de 8,7%. Cela devrait se traduire par une progression de 10% du résultat opérationnel avant amortissement (ebitda), alors que le consensus table sur +6,6%.

    "Cela devrait atténuer la crainte de marges décevantes en 2021", estime Aujla. L'analyste a relevé hier son objectif de cours à 62 euros, tout en maintenant sa recommandation à "neutre".

  • Good morning!

    Bonjour! Bienvenue sur notre "Market live" du jeudi 6 mai. La journée de ce jeudi sera marquée par une déferlante de résultats d'entreprises (AB InBev, Celyad, Euronav, GBL, ING... ). Des données sur l'emploi US et les commandes à l'industrie allemande figurent aussi à l'agenda.

     

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés