1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en ordre dispersé dans l'attente du plan sur les infrastructures

Les grandes valeurs technologiques de Wall Street sont remontées ce mercredi, au lendemain d'une séance difficile, dans un marché attendant la présentation par Joe Biden d'un vaste plan sur les infrastructures. À Bruxelles, Ekopak réussit son entrée. Miko cède sa division d'emballages plastiques.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis. À demain.

  • Wall Street termine en ordre dispersé dans l'attente du plan sur les infrastructures

    La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé ce mercredi, les valeurs technologiques portant le S&P 500 près de son record de clôture tandis que le Dow Jones a décliné en fin de séance, alors que les investisseurs attendaient la présentation du plan massif du président américain Joe Biden sur les infrastructures. Le Dow Jones a cédé 0,26% à 32.981,55 points. Le S&P 500 a pris 0,36% à 3.972,90 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 1,54% à 13.246,87 points. Les trois principaux index de Wall Street ont enregistré un quatrième trimestre consécutif de hausse.

     Le S&P-500 s'est approché du seuil de 4.000, qu'il a failli atteindre pour la première fois, les paris sur un solide rebond de l'économie ayant contribué à sortir le marché d'un trimestre marqué par une frénésie d'échanges sur les détaillants, des inquiétudes sur l'inflation ou encore la flambée des rendements obligataires. L'indice S&P de la technologie a été le principal vecteur des gains durant la séance, tandis que le secteur de l'énergie s'est montré à la traîne. "Aujourd'hui, la tendance que nous constatons est que les investisseurs reviennent vers des noms porteurs de croissance qui avaient un peu souffert au cours des dernières semaines du fait d'une rotation sous-jacente vers des titres en anticipation de la réouverture de l'économie", a déclaré Michael Sheldon, directeur de l'investissement chez RDM Financial Group. Certains secteurs cycliques pourraient aussi marquer une pause dans leur remontée du fait de la solidité récente du dollar, a-t-il ajouté.

    Sur l'ensemble du premier trimestre, les gains du Nasdaq sont en retrait par rapport aux deux autres principaux index à Wall Street, alors que les investisseurs se sont détournés des valeurs à forte croissance pour privilégier des titres sous-évalués considérées à même de profiter à plein de la réouverture complète de l'activité économique. Les grandes valeurs technologiques ont souffert depuis le début de l'année de la remontée des bons du Trésor américain à dix ans. Le plan massif de Joe Biden sur les infrastructures doit cibler des projets classiques, comme la rénovation de routes, mais aussi prévoir des investissements sur le marché des véhicules électriques, pour un coût total estimé entre 2.000 milliards et 4.000 milliards de dollars. L'ampleur de ce plan, qui fait suite à un plan de relance économique de 1.900 milliards de dollars, ainsi que les questions sur son financement devraient alimenter des querelles partisanes au Congrès.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a perdu 0,25% à 32.983,99 points, tandis que le Nasdaq et le S&P 500 ont gagné respectivement 1,54% à 13.246,87 points et 0,37% à 3.973,14 points.

  • Marc Coucke vend une partie de sa participation dans Mithra

    Alychlo, le holding d'investissement du milliardaire belge Marc Coucke, va réduire sa participation dans Mithra , d'après un communiqué publié après la clôture des marchés boursiers.

    Le holding, qui détient actuellement 15,1% du capital de Mithra, va se délester, via une procédure de placement privé par constitution d'un livre d'ordres accélérée, d'environ 1,5 millions d'actions représentant quelque 3,5% du capital de l'entreprise biotechnologique.

    Après cette transaction, la participation de Marc Coucke dans le capital de Mithra sera réduite à environ 11,6%.

    La fourchette de prix pour cette transaction a été fixée de 25,50 à 26 euros. À l'issue de l'opération, le "flottant" (capital négociable en bourse) de Mithra augmentera à 43,6%, contre 40,1% actuellement.

    Berenberg a été mandaté comme unique coordinateur et teneur du livre d'ordres pour cette opération. La constitution du livre d'ordres a débuté ce mercredi 31 mars. Le prix exact sera fixé ce jeudi 1er avril et l'opération devrait être bouclée mercredi prochain, 7 avril, à moins d'une clôture anticipée de la transaction, toujours extrêmement probable dans ce genre de cas.

  • Clôture des marchés européens

    AEX -0,18%

    CAC 40 -0,34%

    BEL 20 -0,70%

  • L'OMC relève sa prévision de croissance du commerce mondial

    L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a annoncé avoir revu en légère hausse sa prévision de croissance des échanges mondiaux pour cette année, après une année 2020 moins catastrophique qu'anticipé au début de la crise du coronavirus. L'organisation basée à Genève table désormais sur une progression de 8,0% des échanges internationaux de marchandises après une chute de 5,3% l'an dernier.

    En octobre, elle s'attendait à une baisse de 9,2% en 2020 et une reprise de 7,2% pour 2021.

  • L'inflation laisse le champ libre à la BCE

    Don’t fight the ECB (ne combattez pas la BCE). C'est l'adage boursier que Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) a tenu à rappeler aux investisseurs. "Ils peuvent nous tester autant qu'ils le veulent", a-t-elle dit dans une interview à Bloomberg TV ce mercredi, en référence aux récentes tensions sur le marché des obligations gouvernementales, qui ont eu tendance à faire remonter les taux d'intérêt.

    "Nous avons des circonstances exceptionnelles avec lesquelles il faut composer pour l'instant et nous disposons d'instruments exceptionnels à utiliser en ce moment. Nous en avons beaucoup. Nous les utiliserons si et quand ce sera nécessaire, de manière à respecter notre mandat et notre engagement pour l'économie."

  • Coucke: "Nous ne nous attendions pas à tant d'enthousiasme pour Ekopak"

    Interrogé par nos confrères du Tijd, l'homme d'affaires flamand Marc Coucke se réjouit de l'accueil réservé à l'entrée en bourse d'Ekopak"Rétrospectivement, le fait que l'introduction en bourse ne concernait que les grands investisseurs est une erreur d’appréciation de notre part. Nous ne nous attendions pas à ce que le petit investisseur soit enthousiasmé par un projet qui vise le long terme."

    "Rétrospectivement, le fait que l'introduction en bourse [d'Ekopak] ne concernait que les grands investisseurs est une erreur d’appréciation de notre part. Nous ne nous attendions pas à ce que le petit investisseur soit enthousiasmé par un projet qui vise le long terme."
    Marc Coucke


    Il s'est aussi exprimé sur le fait qu'il n'y aura pas de dividende: "Nous avons récemment ajusté notre business model, nous ne vendons plus nos installations, mais l'eau épurée au mètre cube. Les entreprises ne devraient plus investir massivement dans notre entreprise. Nous investissons et augmentons nos bénéfices au fil des ans. Nous ne versons pas de dividendes pour pouvoir investir tout notre argent dans ces investissements."

  • USA: forte chute des promesses de ventes de logements en février

    Les promesses de ventes de logements aux Etats-Unis ont fortement chuté en février, un mois qui a été difficile pour l'économie avec des intempéries exceptionnelles et alors que le marché immobilier souffre d'un manque de maisons à vendre. Selon la Fédération nationale des agents immobiliers (NAR), les promesses de ventes ont reculé de 10,6%, bien plus qu'attendu par les analystes qui tablaient sur -2,6%, après déjà une baisse de 2,8% le mois d'avant.

    Sur un an, la baisse est de 0,5% en février.

  • Stellantis livrera ses premiers fourgons hydrogène d'ici fin 2021

    Stellantis   livrera d'ici la fin de l'année ses premiers fourgons à pile à combustible à hydrogène, a annoncé Xavier Peugeot, vice président senior de l'activité véhicules utilitaires du groupe. Le véhicule, dont les versions thermiques sont actuellement fabriquées en France à Sevelnord (Nord) sous les noms de Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Opel Vivaro, sera assemblé dans sa version hydrogène à Russelsheim, en Allemagne.

    Xavier Peugeot a ajouté qu'une version tourisme pour les particuliers suivrait ultérieurement.

  • Reprise de la cotation de Miko...

    ... à partir de 16h30.

    Pour mémoire, le spécialiste du service café et de l'emballage plastique a annoncé la cession de sa division emballages plastiques (Miko Pac) au groupe d'emballage allemand Paccor. Le prix d'acquisition a été déterminé "sur la base de multiples standards de marché sur l'EBITDA réalisé par la division emballages plastiques", résultant en une valeur d'entreprise d'environ 110 millions d’euros (cf. post de 14h51).

  • Villeroy (BCE): "L'UE doit accélérer l'application de son plan de relance"

    L'Union européenne doit accélérer la mise en oeuvre du plan de relance de 750 milliards d'euros adopté l'an dernier par les pays membres face à la crise du coronavirus, a déclaré François Villeroy de Galhau, l'un des membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). "Pour nous, Européens, notre principal problème n'est pas l'ampleur de notre réponse budgétaire mais la vitesse de sa mise en oeuvre", a dit le gouverneur de la Banque de France dans un discours sur l'écart de croissance entre l'Europe sur les Etats-Unis prononcé à l'invitation du Collège d'Europe.

    "Pour nous, Européens, notre principal problème n'est pas l'ampleur de notre réponse budgétaire mais la vitesse de sa mise en oeuvre"
    François Villeroy de Galhau
    gouverneur de la Banque de France

    "La vitesse, encore une fois, est notre handicap collectif. Les gouvernements doivent désormais mettre en oeuvre le plan de relance sur lequel ils se sont mis d'accord et ils doivent le faire urgemment", a-t-il ajouté. "En d'autres termes, nous, en Europe, devons passer des paroles aux actes."

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +0,29%, S&P 500 +0,36% et Nasdaq +0,58%

  • La cession de Miko Pac devrait booster de 110 millions d'euros la trésorerie de Miko

    Le communiqué de Miko vient de nous parvenir. Il contient des informations complémentaires et financières relatives à la cession de Miko Pac, la division emballages plastiques, une opération annoncée ce matin (voir post de 8h05).

    "Les chiffres clés du département emballages plastiques représentent un chiffre d'affaires de 107,3 millions d’euros et un EBITDA de 18,4 millions d’euros", lit-on dans le communiqué.

    Le prix d'acquisition a été déterminé "sur la base de multiples standards de marché sur l'EBITDA réalisé par la division emballages plastiques", résultant en une valeur d'entreprise d'environ 110 millions d’euros.

    La trésorerie nette de Miko devrait augmenter d'un montant similaire, précise encore l'entreprise dans son communiqué.

    Miko ajoute qu'aucune décision sur l'utilisation de ces fonds n'a encore été prise mais "les futurs investissements nécessaires dans le département service café recevront l'attention nécessaire".

  • USA: les créations d'emploi au plus haut depuis mars

    Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 517.000 emplois en mars, montre l'enquête mensuelle du cabinet spécialisé ADP, le rythme le plus élevé depuis septembre 2020.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 550.000 créations de postes.

    Le secteur des services a contribué le plus aux créations avec 437.000 postes.

    Le chiffre de février a été révisé en hausse à 176.000 contre 117.000 annoncé initialement.

     

    La publication de cette enquête précède de deux jours le rapport mensuel que publiera vendredi le département du Travail. Pour mars, le consensus Reuters table sur la création de 650.000 d'emplois non-agricoles après 379.000 en février.

  • L'AEX bat un record de plus de 20 ans

    L'AEX, l'indice de référence d'Euronext Amsterdam, a atteint aujourd'hui en séance un niveau de 703,99 points. Ce nouveau sommet bat le record de plus de 20 ans de l'AEX. Le 5 septembre 2000, en pleine bulle internet, l'indice d'Amsterdam a atteint 703,18 points.

    La bonne performance de l'AEX s'explique principalement par la bonne tenue des entreprises technologiques.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Avis de brokers sur Ontex, Cofinimmo et Recticel | Conseil d'achat pour une SIR | Suspension en Miko (+Briefing)

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent sur une note prudente et en ordre dispersé pour la dernière séance d'un trimestre globalement favorable aux actions, après le repli de Wall Street et Tokyo et malgré des indicateurs économiques chinois encourageants.

    L'Euro Stoxx 50 est en baisse de 0,15% et le Stoxx 600 progresse de 0,14%. Amsterdam gagne 0,2% mais Paris et Bruxelles cèdent de l'ordre de 0,2%. Francfort est à l'équilibre.

    L'approche de la clôture du trimestre incite à la prudence malgré la perspective de la présentation en fin de journée par Joe Biden, le président américain, de son projet de modernisation des infrastructures américaines, dont le montant pourrait avoisiner 2.000 milliards de dollars.

    Les investisseurs européens restent par ailleurs attentifs à l'évolution de la situation sanitaire sur le continent, dans l'attente de l'intervention à 20h d'Emmanuel Macron, le président français, qui devrait annoncer de nouvelles mesures visant à freiner la troisième vague de l'épidémie de Covid-19.

    Les marchés ont peu réagi aux premiers chiffres de l'inflation dans la zone euro en mars.

    Le reste de la séance sera marqué par la publication des données mensuelles de l'enquête ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis à 14h15.

    Wall Street est annoncée en ordre dispersé. Le Dow Jones reculerait de 0,14%. Le S&P ouvrirait à l'équilibre mais le Nasdaq progresserait de 0,7%.

  • Poisson d'avril anticipé et raté pour VW

    La tentative de coup publicitaire de la filiale américaine de Volkswagen mardi, sous la forme d'un canular au sujet d'un futur changement de nom destiné à mettre l'accent sur ses efforts dans le domaine des véhicules électriques, n'a pas le succès escompté sur les réseaux sociaux, au contraire.

    La filiale américaine du constructeur automobile allemand a retiré dans la soirée de mardi un communiqué publié plus tôt dans la journée annonçant qu'elle allait prendre le nom de "Voltswagen", en référence à l'unité de mesure de la tension électrique.

    "Volkswagen of America ne changera pas son nom en Voltswagen. (Cette annonce) visait, dans l'esprit d'un poisson d'avril, à mettre en avant le lancement du modèle électrique de notre SUV IDR.4 et notre engagement en faveur de la mobilité électrique pour tous", a déclaré un porte-parole de la filiale de VW aux États-Unis dans un communiqué.

    Au moins un analyste a rédigé une note saluant le changement de nom présumé.

    Le titre Volkswagen perd 0,7%, après avoir clôturé en hausse de 4,7% la veille.

  • Où en est l'action Deliveroo?

    L'action Deliveroo pointe à 297,05 pence, toujours bien en deçà de son prix de référence de 390 pence. Le titre a touché un plus bas de 271 pence en début matinée. Elle est remontée jusqu'à 344,95 pence.

  • Bayer lancera cet été la vente de sa division agrochimique BES

    Le géant de la chimie allemande Bayer prévoit de lancer cet été un appel d'offres pour sa division agrochimique Bayer Environmental Science (BES), évaluée à plus de 2 milliards d'euros, a appris Reuters de sources proches du dossier.

    Le groupe allemand, qui a racheté l'américain Monsanto en 2016 pour 66 milliards de dollars (56 milliards d'euros), travaille avec Bank of America sur la scission de BES, ont ajouté ces sources.

    Un appel d'offres sera officiellement lancé juste avant ou après la pause estivale avec l'objectif de signer un accord d'ici la fin de l'année, ont-elles précisé.

    Bayer compte promouvoir la division auprès de concurrents comme Scotts Miracle-Gro et ICL ainsi que des sociétés de capital investissement, ont dit ces sources.

    BES devrait dégager cette année un résultat d'exploitation avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement d'environ 200 millions d'euros et pourrait être valorisé dix à douze fois ce chiffre, ont-elles ajouté.

  • BCE: "Les investisseurs peuvent nous tester autant qu'ils le veulent"

    Dans une interview accordée à Bloomberg TV, Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), reconnaît que la remontée des rendements obligataires a été rapide et significative. À la question de savoir si elle s'inquiète du fait que les investisseurs testent la résistance de la BCE, la grande argentière européenne répond: "Les investisseurs peuvent nous tester autant qu'ils le veulent. Nous avons des outils exceptionnels. Nous les utiliserons au besoin."

  • L'inflation en zone euro poursuit sa hausse

    L'inflation dans la zone euro s'est encore accélérée en mars, en raison notamment de la hausse des prix de l'énergie, poursuivant un mouvement qui pourrait la porter temporairement au-delà de l'objectif que s'est fixé la Banque centrale européenne (BCE), montre la première estimation publiée par Eurostat.

    Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 1,3% par rapport à mars 2020, après +0,9% en février, un chiffre conforme au consensus Reuters.

    La hausse des prix de l'énergie est estimée à 4,3% en rythme annuel après une baisse de 1,7% en février, précise Eurostat. Ceux des services ont augmenté de 1,3% sur un an, ceux de l'alimentation, de l'alcool et du tabac de 1,1%.

    L'inflation sous-jacente, c'est à dire hors énergie et alimentation, surveillée de près par l'institution de Francfort, a ralenti en mars à 1,0% contre 1,2% en février. Et une mesure encore plus étroite qui exclut aussi l'alcool et le tabac est tombée à 0,9% après 1,1%.

  • Les rendements obligataires se stabilisent avant l'inflation européenne

    Les rendements de référence de la zone euro sont en lègère hausse de l'ordre de 1 point de base en attendant les chiffres de l'inflation dans la région: celui du Bund allemand à dix ans s'affiche à -0,277% et celui de l'OAT française de même échéance à -0,03%.

    Tous deux avaient pris plus de trois points mardi dans le sillage de ceux des Treasuries américains, mais ces derniers ont fini la journée sous leurs plus hauts. Le dix ans, qui était monté à 1,776%, est ainsi revenu en
    dessous de 1,73%, un niveau autour duquel il se maintient pour l'instant.




  • Le secteur bancaire, Credit Suisse, Deliveroo et Cap Gemini

    > Le secteur bancaire se replie après sa hausse marquée de la veille sur fond de montée des rendements obligataires: l'indice Stoxx du secteur recule de 0,57%, la plus forte baisse sectorielle du jour.

    > Credit Suisse, en repli de 2,4%, a touché pour sa part un plus bas de six mois, les retombées de l'affaire du fonds américain Archegos Capital continuant de préoccuper les investisseurs.

    > Autre baisse marquante, celle de Deliveroo pour sa première séance de cotation, le titre étant tombé jusqu'à 30% en dessous du prix d'introduction de 390 pence.

    > A la hausse, Cap Gemini gagne 1,7% après avoir revu à la hausse son objectif de marge d'exploitation.

  • KBC Securities: "Nous estimons la valeur de Miko Pac à 105 millions d'euros"

    En réaction à la vente de la division des plastiques, KBC Securities relève son conseil pour Miko passant d'accumuler à acheter. "Si nous valorisons Miko Pac à sept fois l'ebitda normalisé, nous estimons le prix de vente à 105 millions d'euros", précise l'analyste Guy Sips.

    "Nous valorisons la cession réussie de Miko Pac à 168 euros par action, mais compte tenu de la stricte réputation des autorités de la concurrence allemande, nous préférons prendre une marge de sécurité", déclare Guy Sips. L'objectif de cours passe de 120 à 145 euros.

    L'analyste rappelle les autorités de la concurrence en Allemagne ont bloqué le projet de fusion de Resilux avec son homologue sectoriel Petainer il y a quatre ans. Une indication que le feu vert des autorités du cartel pour une fusion entre des acteurs de niche n'est pas certaine.

  • Suspension de Miko

    L'action Miko est suspendue, dans l'attente de la publication d'un communiqué de presse, selon la FSMA.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés actions européens évoluent sur la défensive en début de matinée, les investisseurs jouant la prudence face aux tensions observées sur les rendements obligataires et en attendant d'en savoir plus sur les plans de Joe Biden pour relancer l'économie américaine.

    Francfort et Bruxlles sont à l'équilibre tandis que Paris cède 0,11% et Amsterdam perd 0,14%.

    Le locataire de la Maison-Blanche doit présenter ce mercredi un plan d'environ 2.000 milliards de dollars pour rénover les infrastructures et soutenir l'emploi aux États-Unis pendant huit ans.

    Ekopak se distingue à Bruxelles pour sa première cotation, avec une action représentative en hausse d'un peu plus de 6% à 14,90 euros.

    À l'opposé, Deliveroo connaît des débuts boursiers difficiles. Le titre introduit à un prix de référence de 390 pence s'échange aux alentours de 310 pence, en recul d'un peu plus de 20%.

    Aedifica progresse de 1,5% à 99,40. Exane a repris le suivi de la valeur avec une recommandation d'achat.

  • Voici le briefing actions belges

    "Achetez Aedifica" | Avis de brokers sur Cofinimmo et Miko | Succès pour Ekopak (+Briefing)

  • Deliveroo s'enfonce...

    Le titre Deliveroo s'enfonce à 298 pence, soit une perte de plus de 23% par rapport au prix d'IPO de référence de 390 pence.

  • Deliveroo: -15% pour sa première cotation

    Débuts boursiers difficiles pour Deliveroo, l'action cote 331 pence contre un prix de référence de 390 pence, soit une chute de 15%.

    ©Harold Versteeg | Hollandse Hoogte

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,08%
    Bruxelles: -0,20%
    Paris: -0,07%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,16%
    DJ Stoxx 600: -0,05%

  • Ekopak en bourse à 14 euros l'action

    Ekopak , dont Marc Coucke possède près de la moitié des actions, entre ce mercredi matin à la Bourse de Bruxelles à 14 euros par action. Le prix de l'introduction en bourse d'Ekopak, l'entreprise de traitement des eaux de Tielt, se situe donc dans le bas de la fourchette. À ce prix, la capitalisation boursière de la société spécialisée dans l'épuration de l'eau atteint 201 millions d'euros.

    Ekopak sera coté sous le ticker "EKOP".

  • "Achetez Aedifica"

    Exane reprend le suivi d'Aedifica avec un conseil d'achat et un objectif de cours de 110 euros, ce qui donne un potentiel de hausse de 12%.

    L'analyste Rob Jones reprend également la couverture du titre Cofinimmo . Le conseil est de "conserver" avec un objectif de cours de 115 euros.


  • Tokyo finit en nette baisse avec les financières

    La Bourse de Tokyo a perdu 0,76%, pénalisée par la baisse des valeurs financières dans un contexte d'inquiétudes croissantes sur les difficultés liées au défaut sur des appels de marge du fonds américain Archegos Capital.

    Mitsubishi UFJ Financial Group (MUFG) a cédé 3,87% après avoir fait état mardi d'une perte potentielle de 300 millions de dollars (255 millions d'euros) au sein de sa filiale en Europe en relation avec un client américain

    Cet avertissement survient après celui de Nomura (-2,94%) qui a prévenu lundi d'une perte potentielle de deux milliards de dollars (1,7 milliard d'euros) en lien avec une filiale américaine.

    "L'opinion est divisée entre ceux qui disent que c'est un problème limité à un seul fonds spéculatif et ceux qui mettent en garde contre des pertes encore plus importantes", a indiqué Ayako Sera, stratège de marché chez Sumitomo Mitsui Trust Bank.

    L'indice Topix du secteur des banques a lâché 3,23%.
     

  • Befimmo cède l'immeuble Wiertz

    Befimmo a annoncé lundi soir la cession de l’immeuble Wiertz pour un montant total de 74,9 millions d'euros, ce qui lui permet de réaliser une plus-value nette de 43,2 millions (sur la valeur d’investissement).

  • Miko cède sa division d'emballage plastique à l'allemand Paccor

    Miko , le spécialiste du service café et de l'emballage plastique coté sur Euronext Bruxelles, annonce la cession de sa division emballages plastiques (Miko Pac) au groupe d'emballage allemand Paccor. La transaction dont le montant n'est pas précisé devrait pouvoir être finalisée au deuxième trimestre 2021.

    La division emballages plastiques est une des deux grandes divisions de Miko avec le service café.

    Paccor est un très bon partenaire pour rejoindre la tendance à la consolidation observée dans le secteur des emballages plastiques, précise Miko. L'entreprise allemande réalise un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros avec 16 agences et 3.000 salariés.

    La semaine dernière, Miko a annoncé avoir pris une part de 25 % dans MAAS, un spécialiste néerlandais de la distribution automatique de café, avec un chiffre d'affaires pré-Covid de 70 millions d'euros.

  • Aedifica poursuit son expansion aux Pays-Bas

    Aedifica poursuit l’expansion de son portefeuille d’immobilier de santé aux Pays-Bas en investissant 8 millions d'euros dans 2 résidences de soins pour personnes âgées déjà en exploitation, à Oss et Dordrecht. Les deux sites d'une capacité de 36 résidents sont exploités par Zorghaven Groep, un opérateur de maisons de repos établi. Le rendement locatif brut initial de l'opération est d'environ 6%.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture après leur nette progression de la veille, soutenue par la hausse des valeurs financières sur fond de remontée des rendements obligataires.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,41% pour le Dax à Francfort, de 0,35% pour le CAC 40 parisien, de 0,33% pour le FTSE à Londres et de 0,31% pour l'EuroStoxx50.

    Le rendement des Treasuries à dix ans a touché un pic de 14 mois mardi, à 1,776%, après les annonces du président Joe Biden sur l'ouverture de l'accès aux vaccins contre le Covid-19 à 90% de la population du pays dans trois semaines.

    Le locataire de la Maison blanche doit en outre présenter ce mercredi un plan d'environ 2.000 milliards de dollars pour rénover les infrastructures et soutenir l'emploi aux États-Unis pendant huit ans.

  • Ekopak en bourse "au bas de la fourchette"

    Ekopak, l'entreprise de traitement des eaux de Tielt dont Marc Coucke possède près de la moitié des actions, entre ce mercredi à la Bourse de Bruxelles à 14 euros par action, selon Bloomberg. Le prix de l'introduction en bourse se situe donc "dans le bas de la fourchette", semble-t-il. Ekopak veut lever 50 millions d'euros avec sa cotation.

    Au départ, il était question que le prix d'introduction se situe entre 14 et 16,5 euros par action. Mais au final, il s'agirait de 14 euros, selon Bloomberg. Les souscriptions ont été clôturées ce mardi après-midi. Alychlo, le véhicule d'investissement de Coucke, participe également à l'opération et investirait 12 millions.


  • Deliveroo fait ses premiers pas très attendus à la Bourse de Londres

    La plateforme de livraison alimentaire Deliveroo fait ses premiers pas en Bourse mercredi à Londres, avec une valorisation dans le bas de ses attentes à 7,6 milliards de livres et des interrogations sur le statut de ses livreurs.

    Il s'agit de l'opération la plus importante sur la place londonienne depuis 2011.

    Les échanges seront initialement réservés aux investisseurs professionnels avant d'être ouverts au grand public à partir du 7 avril.

    La société britannique a été toutefois contrainte de revoir ses ambitions à la baisse, compte tenu selon elle de la récente volatilité des conditions de marché.

    Deliveroo a fixé à 3,90 livres par action son prix d'introduction en Bourse, selon une source proche. Elle avait espéré dans un premier temps un prix pouvant aller jusqu'à 4,60 livres soit une valorisation qui aurait pu atteindre 8,8 milliards de livres. Elle avait ensuite réduit la fourchette entre 3,90 et 4,10 livres.

    Deliveroo, dont le géant Amazon détient 16% du capital, en profite pour lever 1 milliard de livres d'argent frais afin de financer sa croissance et ce même si la société n'est pas encore rentable.

  • Les rendements obligataires, Mitsubishi UFJ Financial Group et Deliveroo

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 31 mars. La hausse des rendements obligataires continue de dicter la tendance sur les marchés.

    La Bourse de New York a ainsi clôturé en baisse mardi, la remontée des rendements ayant une nouvelle fois pénalisé les valeurs du secteur technologique. L'indice Dow Jones a cédé -0,31%, le S&P-500, plus large, a perdu 0,32% et le Nasdaq Composite a abandonné 0,11% à 13 045,39 points.

    En Asie, les marchés actions reculent également, face aux tensions sur l'évolution des taux d'emprunts et alors que les investisseurs attendent plus de détails sur les prochaines dépenses américaines pour relancer l'économie.

    Mitsubishi UFJ Financial Group rejoint la liste des institutions financières impactées par Archegos.

    Première cotation de Deliveroo ce mercredi.

     

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés