1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en ordre dispersé, le secteur technologique en retrait

Les indices de la Bourse US, qui avaient commencé la première séance de mai dans le vert ce lundi, ont conclu en ordre dispersé, les titres industriels tirant le Dow tandis que le secteur technologique a affaibli le Nasdaq. Le Bel 20 n'avait, lui, que très légèrement progressé.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street termine en ordre dispersé, le secteur technologique en retrait

    Les indices S&P 500 et Dow ont terminé en hausse ce lundi, portés par de bons résultats confortant l'optimisme dû à la réouverture économique. Le Dow Jones a gagné 0,7% à 34 113,23 points. Le S&P 500 a pris 0,27% à 4 192,66 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,48% à 13 895,12 points. Le Nasdaq a chuté, les valeurs technologiques, dont Amazon, Alphabet, Facebook et Microsoft, s'étant inscrites en baisse malgré des résultats largement positifs.

    De solides bénéfices, l'amélioration des données économiques, les mesures de relance budgétaire et la position ultra-accommodante de la Réserve fédérale ont soutenu les marchés, poussant le S&P 500 et le Nasdaq à des niveaux record la semaine dernière. L'indice ISM manufacturier est ressorti en baisse à 60,7 avoir grimpé à 64,7 en mars, ce qui marquait son plus haut niveau depuis décembre 1983.

    Côté valeurs, Moderna termine en hausse de 4,03% après que le fabricant de médicaments a déclaré qu'il fournira 34 millions de doses de son vaccin contre le COVID-19 au programme COVAX de vaccination à destination des pays pauvres. Tesla a chuté (-3,46%) alors que des sources industrielles ont déclaré à Reuters que le constructeur de véhicules électriques chercherait à améliorer des relations compliquées avec les régulateurs chinois.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a gagné 0,71% à 34.113,89 points.

    Le Nasdaq a perdu 0,48% à 13.895,12 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,27% à 4.192,65 points.

  • Le pétrole monte malgré les inquiétudes sur la demande indienne

    Les cours du pétrole ont fini en hausse ce lundi, l'optimisme sur la vigueur de la demande mondiale ayant pris le dessus sur les craintes du marché au sujet de la chute de la consommation en Inde, submergée par la pandémie.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'était le premier jour de cotation comme contrat de référence, a terminé à 67,56 dollars, en hausse de 80 cents ou 1,20%. A New York, le baril américain de WTI pour juin a pris 91 cents ou 1,42%, à 64,49 dollars.

  • Vastned Retail Belgium affiche sa résilience

    Vastned Retail Belgium vient de publier une déclaration intermédiaire sur le premier trimestre. La société immobilière fait état d'un taux de recouvrement élevé et stable de 98,2% des revenus locatifs au cours des trois premiers mois de l'année. Le taux d'occupation a augmenté de 0,6 point de pourcentage pour s'établir à 96,8% par rapport au 31 décembre.

    Le taux d'endettement a également diminué de 1,1% par rapport à fin 2020, pour s'établir à 27,4%. Vastned indique également disposer encore de 36,7 millions d'euros de facilités de crédit inutilisées et affirme que son objectif est de collecter les loyers à temps et de maintenir le taux d'occupation élevé.

  • Le CFO de Wereldhave Belgium s'en va chez Ascencio

    Wereldhave Belgium annonce la démission de son directeur financier, Cédric Biquet. Ce dernier assurera ses fonctions jusqu'à la fin de sa période de préavis, soit dans le courant du mois de juin. "La société annoncera ultérieurement les modalités de son remplacement, sachant qu’un processus de recrutement a déjà été engagé pour déterminer sa succession", peut-on lire dans un communiqué publié après-bourse.

    Dans un autre communiqué, publié quelques minutes après, l'autre société immobilière Ascencio annonce de son côté que le même Cédric Biquet reprendra les fonctions de directeur financier de l'entreprise, en remplacement de Michèle Delvaux qui a pris la décision  de se consacrer à d’autres projets personnels.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,07% à 4.017,06 points

    AEX: +0,65% à 712,13 points

    Cac 40: +0,61% à 6.307,90 points

    Dax: +0,66% à 15.236,47 points

    FTSE 100: 6.969,81 points (LSE fermé)

  • Le spectre de l'inflation dope les ETF d'actions "value"

    Des centaines de millions de dollars affluent vers les ETF (exchange-traded funds) d'actions "value", selon l'agence Bloomberg. Ces fonds qui répliquent un indice boursier sont indexés sur les titres d'entreprises recherchées pour leur valorisation au regard de leurs bénéfices actuels, par opposition aux sociétés de croissance pour lesquelles on table surtout sur les gains futurs.

    Et pour cause: l'inflation attendue rend ces profits ultérieurs moins attrayants, compte tenu de la dévaluation attendue de l'argent. Les investisseurs se rabattent donc sur les groupes qui génèrent déjà des marges intéressantes actuellement. Selon Bloomberg, l'ETF iShare MSCI USA Value Factor de BlackRock a vue affluer 925 millions de dollars la semaine dernière, un record. L'ETF Value de son concurrent Vanguard a quant à lui attiré près de 1,5 milliard de dollars, du jamais vu depuis début 2019.

  • eBay n'écarte pas l'option de la cryptomonnaie

    Interrogé sur le plateau de CNBC, le patron du pionner des ventes aux enchères en ligne, eBay, indique passer en revue les différentes options de paiements sur son site. Il n'écarte ainsi pas la possibilité d'accepter les cryptomonnaies comme le bitcoin et l'ethereum. 

    Le groupe étudie aussi la possibilité de mettre en vente sur sa plateforme des NFT ou jetons non fongibles ("non-fungible tokens"), terme barbare qui désigne un certificat d'authenticité associé à un objet virtuel (image, photo, vidéo, morceau de musique). 

  • L'indice ISM manufacturier recule aux États-Unis

    La croissance de l'activité manufacturière aux Etats-Unis a ralenti en avril, probablement freinée par des pénuries dans un contexte de forte demande, montre l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM) publiée ce lundi.

    "L'économie manufacturière a continué à croître en avril pour le onzième mois d'affilée. Mais les entreprises et leurs fournisseurs peinent toujours à faire face à la demande en hausse car les effets du coronavirus limitent la disponibilité des pièces détachées et des matières premières."
    Timothy Fiore
    Responsable de l'enquête ISM

    L'indice ISM manufacturier est ressorti en baisse à 60,7 avoir grimpé à 64,7 en mars, ce qui marquait son plus haut niveau depuis décembre 1983. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 65,0. 

  • Pfizer, GM et Uber au menu des résultats cette semaine

    Séance plutôt calme à Wall Street avec peu de rapport trimestriels à se mettre sous la dent. Le calendrier des résultats d'entreprises sera un peu plus léger cette semaine après la salve de la semaine précédente qui avait vu des chiffres triomphants pour les "Gafa" (Google, Amazon, Facebook et Apple). Mardi le laboratoire Pfizer publiera ses chiffres trimestriels, suivi de General Motors et d'Uber mercredi.

    Jusqu'ici 87% des compagnies du S&P 500, ayant annoncé leurs résultats trimestriels, ont dépassé de presque 20% les prévisions des analystes pour leurs bénéfices. 

  • Extraits du podcast Tracker

  • L'automobile européenne bien en vue

    À un peu plus d'une heure de la fin des échanges en Europe, les grands indices européens restent bien orientés. Le Bel 20 (-0,07%), qui doit composer avec le détachement du coupon Telenet et celui d'Umicore, est à la traîne.

    De son côté le Stoxx 600 Europe (+0,6%) se rapproche des sommets historiques atteints le mois dernier.

    Les constructeurs automobiles tirent la tendance vers le haut malgré les avertissements persistants concernant les interruptions de production dues à une pénurie de puces. Ferrari (+2,2%) est recherchée à la veille de la publication de son rapport trimestriel. 

  • Les résutlats d'Estee Lauder passent mal

    À la baisse, le groupe de cosmétiques Estee Lauder perd 3,9% après avoir publié un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes.

    Même direction pour Tesla qui recule de 2,55% vers 16 heures. Le constructeur de voitures électriques chercherait à améliorer des relations compliquées avec les régulateurs chinois, selon des sources approchées par Reuters.

    À la hausse, Moderna gagne 4,34% après avoir annoncé qu'il fournirait cette année 34 millions de doses de son vaccin contre le COVID-19 au programme international Covax.

  • Ford à l'arrêt en Allemagne

    L’usine Ford de Cologne va stopper sa production pendant environ six semaines à partir de ce lundi 3 mai en raison d’une pénurie de semi-conducteurs.

    L'arrêt de la production se fera en deux temps, du 3 mai au 18 juin d'abord, puis du 30 juin jusqu’à la mi-août. L'autre site allemand de Ford est également concerné par des mesures identiques. 

    La semaine dernière, le constructeur américain avait prévenu le marché que la pénurie de semi-conducteurs allait réduire sa production au deuxième trimestre de moitié. Ford n'est pas le seul acteur du secteur à souffrir. Ces dernières semaines, Jaguar Land Rover, Volvo, Mitsubishi ou encore BMW ont été contraints de ralentir leur production. 

  • Les PMI américains gardent une cadence record

     

  • New York démarre sa première séance de mai en hausse

    Wall Street a ouvert confortablement dans le vert après une semaine en demi-teinte malgré les bons résultats des grands noms de la tech. 

    Quinze minutes après le début des échange, le Dow Jones avançait de 0,80% avec Dow, IBM et Walgreens Boots aux avant-postes. Tendance similaire sur le Nasdaq avec une progression de 0,18% et pour le S&P 500 qui prenait 0,50%.

  • Intel s'inquiète pour ses puces

    Il faudra encore quelques années avant de rattraper l'explosion de la demande, affirme Pat Gelsinger, le patron d'Intel. Il estime qu'il faut ramener la production aux États-Unis. 

    Lire | Pour le CEO d'Intel, la pénurie de puces devrait durer quelques années 


  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,53% 
    S&P 500: +0,56% 
    Nasdaq Composite: +0,50%  

  • Buffett: "Greg Abel me succèdera le moment venu"

    Warren Buffet confirme que Greg Abel lui succédera le moment venu. "Les directeurs sont d'accord pour dire que si quelque chose devait m'arriver ce soir, ce serait Greg qui prendrait la relève demain matin", a déclaré l'oracle d'Omaha lors de l'assemblée générale de sa société.

    Greg Abel chapeaute actuellement les activités de Berkshire Hathaway ne relevant pas de l'assurance.

    Le conglomérat a publié, samedi, un bénéfice d'exploitation trimestriel en hausse de 20%, à 7,02 milliards de dollars, et annoncé un nouveau programme de rachat d'actions de 6,6 milliards de dollars.

    Le dirigeant historique du groupe, Warren Buffett, a assuré que Berkshire profitait de la reprise économique aux États-Unis, mais expliqué que la vogue des Spac compliquait l'allocation de ses liquidités, qui représentent 145,4 milliards de dollars.

  • Tracker, le podcast qui s'adresse aux nouveaux investisseurs

    Vous faites partie de ces nouveaux investisseurs que la pandémie a vus déferler sur les marchés financiers? Vous débutez en bourse ou vous songez encore à vous y aventurer? Alors, Tracker est sans aucun doute fait pour vous !

    Dans ce podcast de L'Echo, nous avons interrogé plusieurs investisseurs débutants pour comprendre leur démarche. Ces rencontres autour d'une série de thématiques nous ont inspiré et ont guidé les interviews de plusieurs spécialistes afin d'éclairer les premiers pas de ces nouveaux investisseurs en bourse.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Tesla - Le constructeur automobile, qui fait l'objet d'une surveillance en Chine en raison de plaintes relatives à la sécurité et au service clientèle, opère un changement de stratégie en étoffant son équipe de communications avec Pékin afin de pacifier leurs relations, ont déclaré des sources à Reuters. Par alleurs, l'hebdomadaire allemand Automobilwoche a rapporté que le groupe retardait de six mois de plus le début de la production dans sa Gigafactory près de Berlin. L'action Tesla cède 1,2% en avant-Bourse.

    * Estee Lauder - Le groupe américain de cosmétiques a publié lundi un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes, pénalisé par une baisse de la demande. L'action perd 3% en avant-Bourse.

    * Moderna prend 2,3% en avant-Bourse après avoir annoncé lundi qu'il fournirait cette année 34 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19 au programme international COVAX.

    * Pfizer a annoncé lundi être en discussions avec le gouvernement indien pour une autorisation accélérée de son vaccin contre le Covid-19.

     * Apple - La bataille judiciaire très attendue entre le géant de la technologie et Epic Games commence ce lundi. L'éditeur de Fortnite reproche à Apple d'avoir abusé de sa position dominante en retirant le jeu vidéo de son magasin d'applications.

    * Les valeurs liées aux cryptomonnaies progressent en avant-Bourse dans le sillage de la hausse du bitcoin. Riot Blochain prend 3,4% et Marathon Digital gagne 5%.

    * DellTechnologies a conclu un accord définitif avec les groupes de capital-investissement Francisco Partners et TPG Capital en vue de la cession de son activité de 'cloud computing' Boomi pour 4 milliards de dollars (3,32 milliards d'euros) en numéraire.

  • Verizon a trouvé un repreneur pour AOL et Yahoo à Apollo Global Management

    Verizon cède ses activités de médias (AOL, Yahoo...) à Apollo Global Management pour 5 milliards de dollars.

    Selon les conditions de l'accord, Verizon recevra 4,25 milliards de dollars en numéraire, 750 millions de dollars en actions de préférence et conservera une participation de 10% dans Verizon Media. La branche prendra le nom de Yahoo une fois la transaction finalisée, probablement au cours du second semestre, a précisé Verizon.

    Verizon avait acheté AOL pour 4,4 milliards de dollars en 2015 et Yahoo deux ans plus tard pour 4,5 milliards de dollars.

  • Genfit | Banco Sabadell | Lufthansa | KPN

    Quelques valeurs en vue en Europe:

    > Genfit grimpe de 4,32% après avoir annoncé le lancement, par son partenaire Labcorp, d'un nouveau test de diagnostic de la NASH en Amérique du Nord.

    > Banco Sabadell prend 5,31% à Madrid après des propos optimistes de son directeur général, qui voit le produit net des intérêts grimper grâce, notamment, aux facilités de financement offertes par la Banque centrale européenne (BCE).

    > À la hausse également, Lufthansa gagne 2,76% après l'évocation par son patron d'une nette reprise des vols cet été.

    > Au rayon des baisses, KPN décroche de 3,8%. L'opérateur de télécommunications néerlandais a annoncé dimanche avoir rejeté récemment deux offres de rachat "non sollicitées" d'un consortium incluant les groupes de capital-investissement EQT et Stonepeak Infrastructure Partners et du groupe financier américain KKR.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street devrait ouvrir en hausse modérée et les indices européens montent doucement à la mi-temps d'une séance calme dépourvue de catalyseur indiquant aux investisseurs la direction à prendre.

    Les contrats à terme signalent une ouverture des indices de référence de Wall Street en hausse de 0,3% à 0,6%.

    En Europe, Paris gagne 0,46%, Amsterdam 0,54% et Francfort 0,6%. De son côté, la Bourse de Londres est fermée en raison d'un jour férié. L'EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,6% et le Stoxx 600 prend 0,4%. L'indice Bel 20 pointe pour sa part à l'équilibre.

    Le climat général reste favorable aux actifs risqués avec toutefois la crainte que la vigueur de la reprise économique ne contraigne les grandes banques centrales à resserrer prématurément leur politique monétaire.

    Les indices PMI sur l'activité du secteur manufacturier dans les économies européennes au mois d'avril n'ont rien pour modifier le paysage puisque celui de la zone euro a atteint un niveau record avec toutefois une hausse des commandes non exécutées en raison des pressions sur l'offre liées à la crise sanitaire.

    L'indice ISM manufacturier pour les Etats-Unis (à 16h) devrait raconter une histoire similaire.
       

  • UPDATE | Le briefing actions belges

    Une biotech bondit | Goldman Sachs, le plus grand fan d'Umicore | Telenet, Umicore ex-coupon (+Briefing)

  • Une biotech cotée à Bruxelles s'envole de 30%

  • "Un défi pour Exmar"

    L'annonce que Gunvor a résilié par anticipation le contrat de location très lucratif du navire FSRU d'Exmar n'est pas une surprise, estime Bart Cuypers, analyste chez KBC Securities (voir post de 10h). Cuypers estime que c'est un défi désormais pour Exmar de trouver une nouvelle affectation pour le FSRU et aux mêmes conditions. Toutefois, la volonté de Gunvor d'en finir était connue, la procédure d'arbitrage ayant été initiée depuis un certain temps, précise-t-il.

    Cuypers estime qu'Exmar a reçu environ 55 millions de dollars pour la résiliation anticipée du contrat. "C'est une compensation considérable, qui devrait permettre de passer le cap en attendant un nouveau redéploiement, même si cette opération concerne désormais deux navires: le Tango FLNG et le FSRU."

    L'analyste admet toutefois le potentiel de hausse considérable au cas où Exmar trouve un redéploiement attrayant pour le Tango FLNG et maintenant aussi pour le FSRU. Mais, compte tenu de l'incertitude considérable quant à ces problèmes, combinée à un bilan dégradé, la recommandation reste à conserver avec un objectif de cours de 3,30 euros.

    Exmar perd 0,57%, à 3,47 euros, dans un marché en baisse de 0,29%.

  • "Le secteur manufacturier de la zone euro explose"

    L'activité du secteur manufacturier en zone a atteint un niveau record en avril avec, toutefois, une hausse des commandes non exécutées en raison des pressions sur l'offre liées à la crise sanitaire.

    L'indice du secteur manufacturier a grimpé à 62,9, contre 62,5 en mars, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle que réalise IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI).

    Il est légèrement inférieur à une première estimation à 63,3 mais n'en atteint pas moins son meilleur niveau depuis le début de cette enquête en juin 1997.

    "Le secteur manufacturier de la zone euro explose", commente Chris Williamson, économiste d'IHS Markit. "Les pressions sur l'offre sont toutefois également à des niveaux records, ce qui entraîne un record de commandes non honorées dans les entreprises", ajoute-t-il.

    "Le secteur manufacturier de la zone euro explose. Les pressions sur l'offre sont toutefois également à des niveaux records, ce qui entraîne un record de commmandes non honorées dans les entreprises."
    Chris Williamson
    Économiste chez IHS Markit

  • "La pénurie de puces électroniques va durer quelques années"

    La pénurie mondiale de semi-conducteurs pourrait durer encore quelques années, estime le CEO du groupe américain Intel, Pat Gelsinger.

    Intel transforme actuellement plusieurs de ses usines pour y augmenter la production et répondre à la pénurie de puces électroniques, touchant par exemple le secteur automobile, a expliqué son patron dans un entretien avec la chaîne américaine CBS News. "Cela peut durer plusieurs mois avant que la pression sur l'offre commence quelque peu à diminuer," prévoit Pat Gelsinger.

    Un pic de demande pour les puces électroniques est survenu en 2020, lors de la pandémie de coronavirus. Les confinements ont soutenu la demande pour les moyens de télécommunication ou les consoles de jeu alors que la crise sanitaire a notamment entraîné des retards de production, des problèmes logistiques et d'approvisionnement.

    À Amsterdam, ASM International gagne 1,4% et ASML 0,74%. De son côté, STMicroelectronics avance de 1,25% à la bourse de Paris.

  • Exmar perd un locataire

    Retour sur la brève annonce d'Exmar à la veille du week-end. Le négociant en matières premières Gunvor a annulé le bail de l'usine flottante de regazéification (FSRU).

    Bien qu'Exmar reçoive un loyer de deux ans en guise d'indemnités, l'entreprise doit, bien sûr, chercher un nouveau locataire pour cet imposant navire. Ceci alors qu'un autre vaisseau de la flotte d'Exmar est, lui aussi, à louer: l'usine flottante de GNL Tango FLNG. Il devait, au départ, liquéfier le gaz naturel en Argentine sur base d'un contrat à long terme, mais la société d'énergie YPF a rompu le contrat l'année dernière.

    En raison d'une série de revers, le cours de l'action d'Exmar se situe toujours au tiers du niveau de celui d'il y a cinq ans.

    Exmar a clôturé vendredi soir en hausse de 1,45%, à 3,49 euros. Ce lundi, l'action recule de 0,57% dans la première heure d'échanges. 

    Lire aussi | Le communiqué d'Exmar

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes abordent la séance avec un optimisme prudent, les prises d'initiatives étant limitées à l'orée d'une semaine chargée en indicateurs économiques, notamment américains, qui devraient alimenter les espoirs de reprise économique, mais aussi les inquiétudes sur un prochain resserrement monétaire.

    Les gains varient entre +0,62% à Paris et +0,78% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 progresse de l'ordre de 0,8% et le Stoxx 600 gagne 0,55%.

    Contre la tendance, le Bel 20 pointe à l'équilibre (-0,02%, à 4.013,53 points), les replis de Proximus (-0,96%), de Colruyt (-0,51%) ou encore de WDP (-0,34%) neutralisant les progressions d'Umicore (-1,12%), de GBL (+0,62%) ou encore d'Elia (+0,44%).

    Les marchés britanniques sont fermés, la journée étant fériée au Royaume-Uni.

    En tête du Stoxx 600, Lufthansa gagne 3%, son président du directoire ayant déclaré que la compagnie allemande et Eurowings avaient pour objectif de proposer des vols vers plus de 100 destinations cet été. L'opérateur de télécommunications néerlandais KPN perd 3,7% après avoir annoncé le rejet de deux offres de rachat "non sollicitées".

  • Le climat et la diversité au menu des AG

    ANALYSE | Le climat et la diversité se retrouvent de plus en plus souvent à l’ordre du jour des assemblées générales.

    Les actionnaires activistes font pression avec des propositions "say on climate" et obligent les géants des fonds, comme BlackRock, à faire plus souvent entendre leur voix.

    > Sommes-nous arrivés à un point de basculement? 

  • Voici le briefing actions belges

    Goldman Sachs, le plus grand fan d'Umicore | Telenet, Umicore et Bois Sauvage ex-coupon (+Briefing)

  • "La BCE pourra commencer à réduire son soutien en fonction de la vaccination"

    La Banque centrale européenne (BCE) pourra commencer à réduire ses mesures de soutien d'urgence lorsque le rythme des vaccinations contre le Covid-19 aura atteint un niveau critique en Europe et que le rebond économique accélèrera, explique le vice-président de l'institution, Luis de Guindos, dans un entretien à la Repubblica publié ce lundi.

    La BCE tiendra sa prochaine réunion de politique monétaire le 10 juin et certains membres au sein du conseil des gouverneurs plaident déjà pour une réduction des achats de titres de l'institution.

    "Si, en accélérant la campagne de vaccination, nous parvenons à avoir vacciné 70% de la population adulte européenne d'ici l'été et que l'économie commence à prendre de la vitesse, nous pourrons aussi commencer à penser à sortir progressivement du mode d'urgence du côté de la politique monétaire", indique Luis de Guindos à la Repubblica.

    "La normalisation de la politique monétaire devrait aller de pair avec la normalisation de l'économie", ajoute-t-il.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,30%
    Bruxelles: -0,08%
    Paris: +0,24%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,32%
    DJ Stoxx 600: +0,13%

    Exmar:-0,72%

  • Siemens Healthineers relève ses prévisions grâce au boom des tests rapides corona

    Siemens Healthineers , le spécialiste allemand des dispositifs médicaux, relève ses prévisions de revenus et de bénéfices pour l'exercice 2020/21 se terminant fin septembre. Sur une base comparable - sans la société américaine de rayonnement Varian Medical Systems, acquise en août - Siemens Healthineers s'attend désormais à une croissance de son chiffre d'affaires de 14 à 17%. Jusqu'à présent, la société s'attendait à une croissance de 8 à 12%. Pour le résultat opérationnel ajusté (ebit) par action, la prévision est désormais de 1,90 à 2,05 euros au lieu de 1,63 à 1,82 euros.

    La raison de l'augmentation du pronostic est le boom des tests rapides corona, que Siemens Healthineers vend principalement en Allemagne. Cela permettrait d'atteindre un chiffre d'affaires de 750 millions d'euros cet exercice, bien plus que la prévision antérieure de 300 à 350 millions d'euros.

  • Pas de dividende chez Co.Br.Ha

    Les chiffres annuels publiés vendredi soir par Co.Br.Ha , la société mère de la brasserie Haacht, sont carrément mauvais. La crise corona et la fermeture du secteur de la restauration ont entraîné une baisse de 39% du chiffre d'affaires, à 66,2 millions d'euros, et une perte nette de 10,5 millions d'euros (contre un bénéfice de 3,2 millions en 2019). Pour la première fois depuis de nombreuses années, le brasseur Primus and Tongerlo ne versera pas de dividende.

  • KPN a rejeté deux approches non sollicitées

    L'opérateur de télécommunications néerlandais KPN a annoncé dimanche avoir rejeté récemment deux offres de rachat "non sollicitées" d'un consortium incluant les groupes de capital-investissement EQT et Stonepeak Infrastructure Partners et du groupe financier américain KKR.

    "Les conseils de KPN ont conclu que les deux approches n'apportaient pas une valeur ajoutée concrète et importante à la stratégie de croissance récemment actualisée de KPN", déclare-t-il dans un communiqué.

    La proposition d'EQT et Stonepeak n'incluait pas un prix spécifique, ajoute le groupe néerlandais.

    En avril, le Wall Street Journal avait écrit que les deux groupes étaient disposés à débourser trois euros par action KPN.

    Le consortium envisage d'améliorer son offre, selon un article du Financial Times, qui s'est, le premier, fait l'écho du rejet par KPN dimanche.

    ©ROBIN UTRECHT

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en très légère hausse à l'ouverture, les prises d'initiatives étant limitées à l'orée d'une semaine chargée en indicateurs économiques, notamment américains, qui devraient alimenter les espoirs de reprise économique mais aussi les inquiétudes sur un prochain resserrement monétaire.

    Après un mois d'avril positif pour les indices européens, les contrats à terme signalent une hausse de 0,13% pour le Dax à Francfort, de 0,19% pour le Cac 40 parisien. L'EuroStoxx 50 progresserait de 0,15%.

    De son côté, la Bourse de Londres restera fermée en raison d'une journée fériée.

    Les investisseurs suivront, ce lundi, les indices PMI et ISM manufacturiers en Europe et aux États-Unis, qui donneront le coup d'envoi d'une série de statistiques attendues tout au long de la semaine avec en point d'orgue, vendredi, le rapport mensuel sur l'emploi américain.

    "Avec la reprise continue du marché du travail américain et de solides indicateurs économiques mondiaux attendus cette semaine, l'attention se porte de plus en plus sur les banques centrales et leur calendrier de réduction des mesures de relance exceptionnelles prises l'an dernier", commentent les économistes de Société générale dans une note.

    Le président de la Réserve fédérale (Fed) Jerome Powell doit s'exprimer à 20h20 lors d'une conférence de la National community reinvestment coalition. Ses propos seront suivis de près après les déclarations de Robert Kaplan, le président de l'antenne de Dallas de la Réserve fédérale, qui a dit vendredi vouloir ouvrir le débat sur une diminution des achats d'obligations de la Fed.

  • À suivre cette semaine sur les marchés

    Les résultats d'entreprises vont continuer d'animer la séance sur les marchés cette semaine. À la Bourse de Bruxelles, plusieurs pensionnaires du Bel 20 annonceront leurs chiffres trimestriels. Mercredi, Solvay et Aperam retiendront l'attention des investisseurs avec leurs résultats du premier trimestre. Le lendemain, ce sera au tour de AB InBev et de GBL.

    Sur les autres marchés, les chiffres trimestriels de Pfizer et Moderna vont être scrutés alors que la campagne de vaccination bat son plein dans plusieurs pays. Volkswagen et BMW annonceront leurs résultats vendredi et évoqueront sans aucun doute la pénurie de semi-conducteurs et de matériaux qui touche tout le secteur automobile. Le groupe de semi-conducteurs Infineon, qui annoncera ses chiffres du premier semestre mardi, fera aussi un point sur la situation.

    À la Bourse de Bruxelles, un autre événement risque aussi d'influencer le marché cette semaine. Il s'agit bien sûr des détachements de coupons des sociétés. Après Proximus, qui a ouvert le bal mercredi dernier en payant son dividende final de l'année 2020, plusieurs autres sociétés du Bel 20 vont détacher leur coupon. Telenet et Umicore paieront leur dividende ce lundi, suivis par AB InBev mardi (dividende final) et GBL.

    Au chapitre des indications économiques, plusieurs indices PMI sont attendus en zone euro et aux États-Unis. La Banque centrale européenne publiera, jeudi, son bulletin économique. Les chiffres mensuels de l'emploi américain sont attendus vendredi.

  • Assa Abloy, Coloplast, Domino's... Les actions chouchous de Pieter Tobback

    Pieter Tobback est gestionnaire de fonds chez Van Lanschot. Ses actions préférées sont Assa Abloy, Coloplast, Domino's Pizza, Roper Technologies et Marsh & McLennan.

  • Umicore, Telenet et Bois Sauvage

    Trois sociétés cotées à Bruxelles cotent ex-dividende ce jour.

    > Bois Sauvage : cotation ex-dividende de 7,80 euros brut.
    > Telenet : cotation ex-dividende final de 1,375 euro brut.
    > Umicore : cotation ex-dividende final de 0,50 euro brut.

  • Des indices PMI manufacturiers européens au menu

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo où vous pourrez suivre en direct l'essentiel de l'actualité économique et financière de ce lundi 3 mai.

    Vendredi, la Bourse de New York a clôturé en baisse, en dépit de la forme olympique affichée, la veille au soir, par Amazon et après une nouvelle avalanche de résultats trimestriels. Le Dow Jones a reculé de 0,54%, à 33.874,85 points, le Nasdaq a baissé de 0,85%, à 13.962,68 points et le S&P 500 a cédé 0,72%, à 4.181,17 points, au lendemain d'un record.

    La Bourse de Tokyo et les marchés chinois sont fermés ce lundi.

    En Europe, l'indice Euro Stoxx 50 est indiqué en hausse de 0,15%, à l'aube d'une séance marquée par la publication des résultats définitifs des enquêtes que réalise IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI) sur l'activité du secteur privé.

    Au Royaume-Uni, les investisseurs feront l'impasse sur la séance en raison d'un jour férié.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés