1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en petite baisse

La Bourse US a clôturé dans le rouge ce lundi, tandis que les marchés européens ont reculé face au sursaut de l'inflation, sauf Bruxelles qui a fini en hausse. Le bitcoin secoué par les propos du patron de Tesla. Le taux à 10 ans de la Belgique au plus haut depuis mars 2020.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street limite les pertes et termine en légère baisse

    La Bourse de New York a limité les pertes en dernière partie de séance ce lundi, concluant en petite baisse après un démarrage plus sévère pour les valeurs technologiques sensibles aux craintes d'inflation. Le Dow Jones a terminé en repli de 0,16% à 34.327,79 points. Le Nasdaq a perdu 0,38% à 13,379,05 points. Le S&P 500 a lâché 0,25% à 4.163,29 points. La rotation qui déplace les investisseurs des secteurs de la tech, sensibles aux craintes d'inflation et de hausse des taux d'intérêt, vers les titres de l'économie traditionnelle, a continué à jouer durant la séance.

    La Fed a continué à minimiser le risque d'inflation. Le vice-président de la Banque centrale américaine (Fed) Richard Clarida a assuré ce lundi qu'il anticipait toujours une inflation seulement temporaire, et non durable, malgré une accélération en avril. L'arrêt brutal de l'activité économique en mars 2020 a mis une forte pression à la baisse sur les prix, le plus souvent transitoire, et la reprise a mis une pression à la hausse sur les prix. Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans ont légèrement progressé à 1,6488% à 22H20 contre 1,6284% à la clôture la veille.

  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a perdu 0,16% à 34.327,79 points.

    Le Nasdaq a cédé 0,38% à 13.379,05 points.

    Le S&P 500 a lâché 0,25% à 4.163,29 points.

  • Le pétrole commence la semaine en hausse, le marché plutôt optimiste

    Les prix du pétrole ont progressé lundi dans un marché tablant sur une reprise économique en Europe et aux Etats-Unis, mais leur hausse a été limitée par la situation sanitaire en Inde.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 69,46 dollars à Londres, en hausse de 1,1% ou 75 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour le mois de juin a gagné 1,4% ou 90 cents, à 66,27 dollars.

  • TF1 va annoncer le rachat de 30% du groupe M6

    Le groupes Bouygues et sa filiale TF1 s'apprêtent à annoncer le rachat de 30% des titres du groupe de médias M6 mis en vente par le groupe allemand Berteslmann, rapporte ce lundi le site internet du Figaro. Le journal, qui ne précise pas ses sources, indique qu'aux termes de l'accord qui devrait être annoncé mardi, Berteslmann conservera 16% du capital de M6 pour faciliter les négociations auprès de l'autorité de la concurrence. Le solde restera coté en Bourse.

    Bouygues fait partie avec Vivendi des candidats ayant transmis une offre pour le rachat de la participation de contrôle de Berteslmann, avaient déclaré en mars des sources proches du dossier à Reuters. Le président du directoire du groupe allemand, Thomas Rabe, avait fait état le 30 mars de "progrès" dans les discussions et indiqué que TF1 avait formulé la meilleure offre mais que celle-ci risquait de se heurter à des obstacles réglementaires. Selon Le Figaro, Bouygues et Berteslmann sont parvenus à un accord ce week-end.

    Lire aussi | TF1 va fusionner avec M6

    L'actuel président du directoire du groupe M6, Nicolas de Tavernost, "resterait dans le nouvel ensemble en tant que Chairman, et le pilotage serait confié au groupe TF1", ajoute le journal. Le rapprochement entre les deux premiers groupes français de télévision gratuite représenterait un bouleversement pour le paysage audiovisuel tricolore, et notamment pour le secteur publicitaire. Il est cependant jugé nécessaire par Thomas Rabe pour faire face à la concurrence exacerbée des plateformes de vidéos en ligne comme Netflix et Amazon prime.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,14% à 4.072,15 points

    AEX: -0,2% à 703,22 points

    Cac 40: -0,28% à 6.367,35 points

    Dax: -0,13% à 15.396,62 points

    FTSE 100: -0,15% à 7.032,85 points

  • Des oeuvres d'art sous forme de tokens en vente en Europe

  • Le taux belge à un plus haut de 14 mois

    Le taux belge à 10 ans a atteint ce lundi en cours de séance jusqu’à 0,274%, soit son niveau le plus élevé depuis le premier confinement au mois de mars 2020 lorsque ce taux était monté jusqu’à 0,409%.

    Le mouvement semble suivre d’autres taux de référence, comme celui de la France qui renoue également avec ses plus hauts depuis mars 2020 ou encore celui de l’Italie qui a atteint un plus haut en 8 mois.

    Les investisseurs semblent se positionner face à l’éventualité d’un ralentissement des achats d’obligations de la Banque centrale européenne dans le cadre de son programme spécifique à la pandémie (PEPP). Un ralentissement qui serait lié aux perspectives d’une reprise économique alimentée par la vague actuelle de vaccination anti-covid sur le continent.

  • Le vice-président de la Fed rassure les marchés

    Les indices européens et américains reprennent des couleurs. En Europe, le Bel 20, le Dax ou encore le FTSE 100 de Londres ont basculé dans le vert après les propos rassurants du vice-président de la Fed, Richard Clarida. Selon lui, la Fed restera très attentive aux données sur l'inflation.

    La Banque centrale américaine veillera donc à ce que cette poussée inflationniste soit transitoire. "Si les indicateurs menaçaient de faire monter les anticipations d'inflation, la Fed réagira", promet Richard Clarida.  

  • New York salue le mariage entre Discovery et AT&T

    Discovery bondit de 7,43% après l'annonce d'un rapprochement avec les activités de médias d'AT&T. Ce dernier gagne 3,6%

    AT&T, qui possède entre autres HBO, CNN et les studios de cinéma Warner Bros, recevra environ 43 milliards de dollars (35,3 milliards d'euros) en échange de l'apport de ses actifs dans les médias au nouvel ensemble. Le projet, s'il aboutit, réunira ainsi l'un des plus puissants studios hollywoodiens, qui détient des franchises telles qu'Harry Potter et Batman, et le catalogue de chaînes thématiques de Discovery, qui couvre aussi bien la nature et la science que la cuisine et la décoration.

    Les actionnaires actuels d'AT&T détiendraient 71% du nouvel ensemble, ceux de Discovery 29%.  

  • Wall Street commence la semaine dans le rouge

    La Bourse de New York recule en début de séance, l'appétit pour le risque restant pénalisé par les craintes d'un retour durable de l'inflation.

    Peu avant 16 heures, heure belge, les trois grands indices européens abandonnaient 0,5%. Ils avaient fini la semaine dernière par un rebond soutenu après le recul marqué des séances précédentes, provoqué par la crainte d'une poussée inflationniste durable susceptible d'obliger la Réserve fédérale à resserrer plus tôt que prévu sa politique monétaire.

    Et la prudence domine sur les principaux marchés mondiaux ce lundi, dans l'attente de nouvelles indications sur la conjoncture économique et les débats au sein de la Fed.

    La semaine sera ainsi animée entre autres par le compte rendu de la dernière réunion de la banque centrale mais aussi par les résultats de Walmart et Home Depot

  • Coinbase sous son prix d'introduction

    Alors que le bitcoin est redescendu sous les 45.000 dollars, l'action Coinbase a entamé la séance en repli de 6,4%. Son titre a fondu de 16 dollars pour s'afficher à 242 euros, soit en dessous de son prix de référence de 250 dollars. 

    La plateforme d'échanges de cryptomonnaies est arrivée à Wall Street à la mi-avril, signant la plus grosse introduction en bourse du secteur technologique depuis Facebook. Coinbase avait démarré sa séance inaugurale à 381 dollars, soit 52% plus haut que son prix de référence.

  • L'indice d'activité "Empire State" baisse moins que prévu

    L'activité manufacturière dans la région de New York s'est moins dégradée qu'attendu ces dernières semaines, montre l'enquête mensuelle de l'antenne régionale de la Réserve fédérale.

    Son indice "Empire State" est tombé à 24,3 au mois de mai contre 26,3 en avril, un chiffre supérieur à l'estimation moyenne des économistes, qui le donnait à 23,9.

    La composante des nouvelles commandes ressort à 28,9 après 26,9 le mois dernier et celle de l'emploi à 13,6 contre 13,9. Le sous-indice mesurant le jugement des entreprises sur leurs perspectives d'activité à un horizon de six mois a baissé à 36,6 après 39,8 au mois d'avril. Celui des prix payés est au contraire monté à 83,5 après 74,7.  

  • L'or profite des craintes sur l'inflation

    Avantagé par son statut de protection contre l'inflation, l'or a atteint en cours de séance son plus haut niveau depuis trois mois et demi à 1.855,80 dollars l'once

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,08%  
    S&P 500: -0,22% 
    Nasdaq Composite: -0,66%  

  • Tracker #3 | L'ultra-domination des Big tech remise en cause

    PODCAST | Dans ce troisième épisode de notre podcast Tracker, nous nous intéressons aux géants technologiques américains, dont les valorisations ont atteint des sommets en bourse. 

    Nous avons rencontré Nicolas Van Zeebroeck, professeur d'économie digitale à la Solvay Business School, pour mieux comprendre cette domination de la Big Tech. Nous avons ensuite regardé ce que disent réellement les modèles de valorisation en bourse avec Vincent Juvyns, stratégiste chez JP Morgan Asset Management.

    Tracker - Big Tech

  • L'activité manufacturière de New York cale en mai, les prix au plus haut

    La croissance de l'activité manufacturière a un peu ralenti en mai dans la région de New York, malgré une hausse des nouvelles commandes, et les prix ont grimpé à une vitesse record, selon l'indicateur mensuel Empire State publié par la Fed.

    L'indice mesurant les conditions générales d'activité a reculé par rapport à avril, et s'établit à 24,3 points (-2 points), une baisse plus forte que celle attendue par les analystes qui prévoyaient 25 points.

    Les prix, tant à l'achat pour les pièces détachées et matières premières, que, à l'autre bout de la chaîne, pour la vente, ont accéléré à un rythme record, poussés par les difficultés mondiales d'approvisionnement. L'indice les mesurant s'établit à 83,5 points, soit 8,8 points de plus qu'en avril.

    L'indice mesurant les nouvelles commandes a augmenté de 2 points, à 28,9 points, mais les délais de livraison, eux, se sont allongés.

    Pour faire face à cette hausse de la demande, les entreprises ont augmenté les heures de leurs employés, plutôt que d'en recruter de nouveaux.

    L'indice mesurant le nombre d'employés est stable, à 13,6 points, mais celui mesurant le temps de travail hebdomadaire par employé augmente de 6 points (18,7 points).

  • Les "valeurs crypto" dans le viseur des investisseurs

    Les "valeurs crypto" risquent de réagir aux nouvelles montagnes russes du prix du bitcoin après les messages publiés sur Twitter par Elon Musk, le directeur général de Tesla laissant entendre que le constructeur avait vendu ses positions en bitcoin, puis démentant les avoir réduites.

    Dans les échanges en avant-bourse, Coinbase, Silvergate Capital, Microstrategy, Riot Blockchain et Marathon Digital perdent de 2% à 10%.

  • Accord à 43 milliards de dollars entre AT&T et Discorery sur les médias

    Le groupe américain de télécommunications AT&T annonce avoir conclu un accord avec l'opérateur de réseaux câblés et de services en ligne Discovery sur le rapprochement de leurs activités de médias.

    AT&T, qui possède entre autres HBO, CNN et les studios de cinéma Warner Bros, recevra environ 43 milliards de dollars (35,3 milliards d'euros) en échange de l'apport de ses actifs dans les médias au nouvel ensemble.

    AT&T grimpe de 4,7% en avant-bourse et Discovery de 17%.

  • Les valeurs en vue en Europe

    Parmi les valeurs en vue en Europe, Novacyt grimpe de 7,4% après un accord pour l'utilisation en Angleterre d'un test PCR de dépistage de variants du Covid-19 qu'il produit.

    Bayer perd 2,6% à Francfort après que la justice américaine a confirmé en appel la condamnation du groupe allemand dans le cadre des procès Roundup. Bayer doit verser 25 millions de dollars à un retraité californien diagnostiqué d'un lymphome non hodgkinien.

    Quelques changements de recommandation animent la séance à Paris: Ubisoft gagne 2% après le relèvement de conseil de Kepler Cheuvreux à "acheter", tandis que Sodexo et Elior cèdent respectivement 3,5% et 5% après la dégradation d'Exane BNP Paribas à "neutre" sur les deux titres.

    La compagnie Ryanair grimpe de 0,7%. La compagnie aérienne a déclaré, ce lundi, observer des signes de reprise après avoir publié une perte annuelle record de 815 millions d'euros en raison des restrictions liées au Covid-19, qui l'ont obligée à supprimer plus de 80% de ses vols.

  • Udpate | Le point sur la tendance boursière

    Les investisseurs font preuve de prudence en attendant des pistes sur les réponses à apporter face au sursaut de l'inflation, tandis que le bitcoin était à nouveau secoué par des propos du patron de Tesla.

    L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 se tassent de l'ordre de 0,4%. Les principaux marchés européens affichent des replis d'environ 0,4%.

    L'Asie a fini désorientée: Tokyo a reculé de 0,92%, mais Hong Kong (+0,6%) et Shanghai (+0,8%) ont légèrement progressé malgré la publication d'une statistique chinoise en dessous des attentes.

    Après une semaine de turbulences, les investisseurs se retiennent.
    Milan Cutkovic
    Analyste chez Axi

    À ce stade, les banquiers centraux martèlent que la hausse des prix n'est que temporaire et n'appelle pas de réduction du soutien à l'économie en place depuis plus d'un an de pandémie.

    À quel moment le sursaut de l'inflation deviendra problématique? C'est la question que se posent les opérateurs de marché.

    Dans ce contexte, le compte rendu de la dernière réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine, qui sera publié mercredi, sera au centre de l'attention.

    Avant cela, les investisseurs suivront l'intervention du vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Richard Clarida et celle du président de la Fed d'Atlanta Raphael Bostic dans l'après-midi.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Recticel au-dessus du prix d'OPA | Target le plus élevé sur Ageas | Avis de brokers sur KBC, AB InBev, Aedifica et Cofinimmo (+Briefing)

  • "L'offre de Greiner sous-évalue sensiblement Recticel"

  • Recticel plonge de 12%, Bois Sauvage sous pression

    Recticel plonge de 12% et Bois Sauvage cède 0,25% à la reprise des cotations.

    ©jonas lampens

  • Reprise des cotations de Bois Sauvage et Recticel

    La reprise des cotations de Bois Sauvage et Recticel aura lieu ce lundi à 12h, indique la FSMA. Les deux actions sont suspendues depuis vendredi matin (14 mai).

  • Recticel attend plus d'informations avant de commenter l'offre de Greiner

    Première réaction de Recticel à l'offre de Greiner.

    Le spécialiste des mousses de polyuréthane indique "avoir pris note des communiqués de presse de Bois Sauvage et de Greiner annonçant l'accord de vente par Bois Sauvage de sa participation de 27,03% dans la société à Greiner et de l'intention de Greiner de conclure une offre publique d'achat sur la société pour 13,50 euros par action en numéraire".

    Recticel précise que "son conseil d'administration souhaite obtenir des informations complémentaires sur les transactions proposées afin d'apprécier ces annonces dans l'intérêt de toutes les parties prenantes".

  • KBCS relève l'objectif de cours de Bois Sauvage

    Après l'offre de Greiner sur Recticel , KBC Securities relève son objectif de cours sur Bois Sauvage de 350 euros à 370 euros.

    "Nous estimons sur une base prudente la valeur nette d'inventaire de Bois Sauvage à 504,5 euros par action, 10% de plus que la fin décembre. Après l'application d'une décote en ligne avec la moyenne historique (27% sur 2 ans; 29% sur 5 ans), l'objectif de cours passe de 350 euros à 370 euros, mais notre recommandation reste de conserver alors que nous nous attendons à une réaction négative du marché sur base de la différence entre le prix d'acquisition accepté par Recticel (13,5 euros par action post dividende de 0,26 euro, NDLR) et la clôture de jeudi (15,12 euros)."

    Le prix d'achat accepté par Bois Sauvage valorise le total de sa participation à 203,8 millions d'euros, selon KBCS. "Cela se traduira par une plus-value de 102,2 millions d'euros, avec un impact positif sur la valeur nette d'inventaire de 42 millions d'euros par au niveau de fin 2020".

  • Les actions Recticel et Bois Sauvage restent suspendues

    Les actions Recticel et Bois Sauvage restent suspendues dans l'attente de la réaction de Recticel à la démarche de Greiner.

    Le rachat pour 204 millions d'euros par le groupe autrichien de la part de 27% détenue par Bois Sauvage dans Recticel est, en principe, définitif. À moins que le spécialiste des mousses de polyuréthane n'active une pilule empoisonnée.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés actions européens évoluent sur une note hésitante, après un net rebond à la fin de la semaine dernière, avec des investisseurs tiraillés entre la peur d'une accélération de l'inflation, l'espoir d'un rebond économique vigoureux et des statistiques chinoises décevantes.

    L'indice DJ Stoxx 600 se tasse de 0,14% et l'Euro Stoxx 50 cède 0,21%. Amsterdam cède 0,38%, Paris et Bruxelles perdent de l'ordre 0,18%. Francfort est stable.

    Ryanair  gagne 1,3%. Malgré  une perte annuelle record après impôts, la compagnie aérienne irlandaise durement frappée par la pandémie, se montre optimiste sur la reprise.

    Bayer chute de 2% après la confirmation en appel par la justice américaine d'un verdict condamnant le groupe chimique allemand dans le cadre des procès Roundup.

    Ubisoft progresse de 1,5%, Keper Cheuvreux ayant relevé sa recommandation à "acheter".

  • Voici le briefing actions belges

    Target le plus élevé sur Ageas | Avis de brokers sur KBC, AB InBev, Aedifica et Cofinimmo | Deux "shorteurs" sur argenx (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,17%
    Bruxelles: +0,06%
    Paris: +0,22%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,16%
    DJ Stoxx 600: +0,27%

  • Leasinvest ressent la fin de la crise

    L'un des faits marquants de la semaine dernière a été qu'Ackermans & van Haaren envisage de transférer l'intégralité de sa filiale immobilière Extensa vers sa filiale Leasinvest Real Estate. Ce dernier renoncerait ainsi à son statut de SIR.

    On peut d'ores et déjà en savoir plus sur la situation actuelle de Leasinvest via le trading update du premier trimestre, qui a été publié avant l'assemblée générale (cet après-midi). Une mise à jour avec un ton positif.

    Nous ressentons la fin de la crise par le début de nouvelles négociations, qui mènent parfois à de nouvelles locations ou à un intérêt pour la location.
    Michel Van Geyte
    CEO de Leaseinvest

    Au premier trimestre, le taux d'occupation s'est amélioré à 92,05%, contre 91,62% à la fin de l'année dernière. Les revenus locatifs diminuent légèrement par rapport aux trois premiers mois de 2020, à 14,96 millions d'euros, tout comme le bénéfice EPRA (le bénéfice des activités courantes de base) qui passe de 7,26 à 7,2 millions d'euros.

    Le résultat net montre une nette amélioration: 7,7 millions d'euros de bénéfice, contre 50,2 millions d'euros de perte.

    Au premier trimestre 2020, Leasinvest a enregistré une réduction de valeur de 49,3 millions d'euros sur sa participation dans Retail Estates. Un autre effet positif de 3,2 millions d'euros est lié à la cession de la partie semi-industrielle du parc d'activités de Brixton fin février. Ceci a été compensé par la réévaluation négative du patrimoine immobilier (-3,5 millions d'euros).

  • Le bitcoin à son plus bas de février

    Le bitcoin évolue à son plus bas niveau depuis trois mois ce lundi alors que les investisseurs ont vendu leurs crypto-monnaies en réaction aux tweets du patron de Tesla, Elon Musk, au cours du week-end. Selon ce dernier, le constructeur automobile Tesla envisage de vendre certains de ses avoirs en bitcoins, ou l'a peut-être déjà fait.

    Elon Musk a encouragé les investisseurs à investir en cryptomonnaie en affichant son enthousiasme pour cette classe d'actifs, mais il a récemment semé le trouble, en délaissant le bitcoin pour le dogecoin.

    Le bitcoin a chuté de près de 5.000 dollars au cours du week-end, pour se négocier aux alentours de 44.772 dollars (données Bloomberg), son plus bas depuis février. L'ether a perdu 15%, à 3.420 dollars.

     

    Le bitcoin sous pression

  • Patrik De Haes abandonne la gestion quotidienne d'Oxurion

    Oxurion (ex-Thrombogenics) annonce la promotion de Tom Graney, actuel CFO de l'entreprise aux fonctions de CEO. Il succède à Patrik De Haes, qui après 14 ans en tant que PDG, a décidé de quitter la gestion quotidienne de l'entreprise pour devenir le président non exécutif d'Oxurion. Thomas Clay, le président sortant d'Oxurion, restera au conseil d'administration en tant qu'administrateur non exécutif de la société.

  • Vers une semaine riche en enseignements sur l'état de santé de l'économie de la zone euro

    La semaine à venir devrait être riche en enseignements au sujet de l'état de santé de l'économie de la zone euro. Les premières informations, attendues mardi, permettront surtout de savoir de quel niveau on partira pour évaluer la reprise de la croissance économique en cours. C'est, en effet, ce jour-là que sera publiée la première estimation de la croissance - ou plutôt de la contraction - de l'économie européenne au premier trimestre. Les économistes tablent sur un recul du PIB (produit intérieur brut) de la zone euro de 1,8% sur un an (-0,6% d'un mois à l'autre), après une baisse similaire au quatrième trimestre 2020. Il s'agira, donc, d'acter officiellement un bref retour en récession technique (deux trimestres négatifs d'affilée) de l'économie de la zone euro.

    Mais les investisseurs auront surtout les yeux tournés vers l'avenir. Et pour évaluer comment le PIB pourrait évoluer après cette mauvaise passe, rien de tel que de prendre connaissance des indices PMI (purchasing managers indexes, soit les indices des directeurs d'achats), des indicateurs avancés fiables basés sur un sondage auprès de responsables d'entreprises. Ces indices devraient donner un bon aperçu de l'activité économique en zone euro ce mois-ci, que les économistes voient accélérer sous l'impulsion du secteur des services qui est censé prendre le relais de la forte croissance observée dernièrement dans le secteur manufacturier. En effet, le PMI des services de la zone euro devrait monter à 52, contre 50,5 en avril, tandis que le PMI manufacturier devrait décélérer légèrement à 62,6, après 62,9 en avril. Le PMI composite progresserait de 53,8 à 54,7 le mois dernier. À confirmer vendredi prochain.

    Entre-temps, on aura pu prendre connaissance du niveau définitif de l'inflation d'avril. Elle devra confirmer la première estimation de 1,6% sur un an, après 1,3% en mars. L'inflation de base devrait se situer à 0,8%. Attention, si l'inflation est revue à la hausse, cela pourrait inquiéter des investisseurs, comme on a pu le voir avec les chiffres US mercredi dernier.

  • Dans le rouge vif, Ryanair reste optimiste

    La compagnie aérienne irlandaise Ryanair , durement frappée par la pandémie, a plongé dans le rouge lors de son exercice décalé en raison d'un effondrement du trafic aérien combiné à de mauvais paris de couverture sur le kérosène. La compagnie low cost se montre toutefois optimiste sur la reprise.  

    Hors éléments exceptionnels, la perte s'élève à 815 millions d'euros pour l'exercice terminé le 31 mars contre un bénéfice de plus d'un milliard d'euros sur l'exercice précédent. En incluant les éléments exceptionnels et les pertes liées aux positions de couverture sur kérosène, la perte monte à 1 milliard d'euros.  

    Le chiffre d'affaires a, lui, chuté de 81% à 1,64 milliard d'euros sur un an, d'après un communiqué.  

    "L'année 2020/2021 a été la plus difficile des 35 années d'existence de Ryanair. Le Covid-19 a vu le trafic s'écrouler presque du jour au lendemain, de 149 millions de passagers à juste 27,5 millions, nombre de gouvernements européens (...) ayant imposé des interdictions ou restrictions de vols et des confinements nationaux."
    Ryanair

    Le groupe, qui a supprimé quelque 3.000 emplois soit 15% de ses effectifs pour réduire ses coûts. Il s'attend à ce que "la capacité intraeuropéenne de voyage aérien reste largement plus faible" dans les années à venir, ce qui peut créer des opportunités pour lui. 

    Le groupe s'attend pour l'instant à ce que le nombre de passagers transportés sur l'année se situe "dans le bas de notre fourchette de prévision de 80 à 120 millions" de personnes et estime que le scénario "probable pour l'année entière 2021/2022 est d'approcher l'équilibre financier". 

  • Argan, Intervest, Icade... Les 5 actions chouchous d'Olivier Hertoghe (Degroof Petercam AM)

    Olivier Hertoghe gère, avec Damien Marichal et Vincent Bruyère, les fonds immobiliers de Degroof Petercam Asset Management. Ses actions préférées sont Argan, VIB Vermögen, Vonovia, Intervest et Icade.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en petite hausse avec des investisseurs toujours tiraillés entre la peur d'une accélération de l'inflation et l'espoir d'un rebond économique vigoureux favorisé par le progrès des vaccinations contre le Covid-19.

    D'après les premières indications disponibles, l'Euro Stoxx 50 progresserait de 0,35%, Francfort de 0,18% et Londres de 0,12%.

    Le net rebond de Wall Street, vendredi après une séquence turbulente, pourrait agir comme un soutien, mais la crainte d'un emballement de l'inflation, qui contraindrait les grandes banques centrales à un resserrement monétaire prématuré, n'a pas disparu.

    Dans ce contexte, les opérateurs de marché suivront avec attention, à partir de 16h les interventions de deux responsables de le Réserve fédérale dont son vice-président, Richard Clarida, lors d'une conférence en ligne organisée par l'antenne d'Atlanta de la banque centrale américaine.

    Les signaux macroéconomiques venus de Chine sont, par ailleurs, mitigés avec une production industrielle toujours vigoureuse, mais des ventes au détail inférieures aux attentes en avril.

  • OPA autrichienne sur Recticel

    Les cotations en Bois Sauvage et Recticel vont-elles reprendre aujourd'hui? Pour rappel, les titres de ces deux sociétés sont suspendus depuis vendredi matin. Une journée mise à profit par le fabricant autrichien de plastique Greiner, partenaire de longue date de Recticel, pour annoncer qu'il avait conclu un accord avec Bois Sauvage pour reprendre les 27,03% qu'il détient dans le champion flamand de l'isolation.

    Le groupe autrichien ajoute qu'il a l'intention de lancer une offre publique d'acquisition en numéraire sur Recticel pour 13,50 euros par action post dividende de 0,26 euro. "Le prix de l'offre représente une prime de 17,3% par rapport au prix moyen pondéré du volume sur les six derniers mois", précise Greiner qui chiffre à 1,04 milliard d'euros la valeur d'entreprise de Recticel avec son offre. "Il s’agit du moment idéal pour réunir nos deux entreprises", note le CEO de Greiner Axel Kühner, car "Recticel vient de terminer l’acquisition de FoamPartner et a annoncé sa nouvelle stratégie, que nous pouvons aider à accélérer".

  • WarnerMedia et Discovery pourraient fusionner

    Le géant américain des télécommunications AT&T pourrait annoncer, ce lundi, la fusion de sa filiale WarnerMedia, propriétaire de CNN et HBO, avec le groupe de médias Discovery, qui possède, entre autres, la chaîne Eurosport, selon la presse américaine dimanche.

    La nouvelle entité devrait être détenue par AT&T et par Discovery, selon ces informations, mais aucun détail n'a été dévoilé.

    Contactés par l'AFP, ni AT&T ni WarnerMedia, ni Discovery, n'avaient répondu vendredi soir.

    La transaction pourrait créer un géant à même de concurrencer Netflix et Disney +, qui ont vu leur nombre d'abonnés bondir avec le confinement.

  • Cofinimmo, Fagron KBC et Solvay ex-coupon

    Ce lundi Cofinimmo cote ex-coupon de 5,8 euros brut, KBC détache un coupon de 0,44 euros brut et Solvay un dividende de clôture de 2,25 euros brut. Sur le marché élargi, les valeurs suivantes cotent elle aussi ex-coupon: Fluxys Belgium  (1,37 euro brut), Brederode (1,08 euro), Fagron (0,18 euro) et Smartphoto (0,6 euro).

    À tenir à l'œil également, les résultats de Ryanair et ceux de Leasinvest (qui a annoncé la semaine dernière qu'elle renonçait à son statut de SIR).

    Côté macroéconomique, on notera l'indice d'activité "Empire State" du mois de mai (à 14h30), des stats chinoises et la balance commerciale de la Belgique.

  • L'Asie en ordre dispersé

    Bonjour à toutes et tous! Ceci démarre notre "Market live" du lundi 17 mai.

    L'Asie évolue en ordre dispersé. Les places boursières chinoises évoluent ainsi en légère hausse, dans le sillage des résultats de Wall Street et des bourses européennes à la fin de la semaine dernière. Shanghai bonifi de 1% et l'indice Hang Seng progresse de 0,5%.

    Tokyo, par contre, évolue en baisse, lestée par les inquiétudes sur la hausse des infections au Japon. L'indice Nikkei perd 1%.

    La Bourse de New York a fini en hausse vendredi, conclusion optimiste d'une semaine agitée, alors que les signes d'un rebond de l'économie et l'insistance de la banque centrale américaine ont contribué à calmer les investisseurs. L'indice Dow Jones a gagné 1,06%, le S&P-500, plus large, a pris 1,49% et le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, 2,32%.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés