1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine la semaine dans le rouge

Les Bourses américaines, plombées par Apple et les pétrolières, ont terminé en baisse ce vendredi. Les places européennes ont, elles, clôturé en ordre dispersé. Les résultats trimestriels des entreprises ont donné le ton, principalement dans les secteur des technologies et de la télécommunication.
  • A suivre lundi 23 avril

    La semaine se termine et donc notre live sur les marchés aussi. Voici les principaux événements à l'agenda là semaine prochaine, lundi 23 avril: 

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 9h30 Indices PMI IHS Markit flash / avril

    Etats-Unis
    • 16h Reventes de logements / mars

    Japon
    • Indice PMI IHS Markit manufacturier flash / avril

    Zone euro
    • 10h Indices PMI IHS Markit flash / avril

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Ablynx/ offre de reprise à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 4 mai
    • Emakina: assemblée générale
    • Sapec: offre publique d’achat simplifiée à 60 euros par action par Soclinpar. Jusqu’au 29 juin
    • Retail Estates: souscription possible à l’augmentation de capital. 5 actions donnent droit à une nouvelle, contre 65 euros.

    Etats-Unis
    • Alphabet / résultats du T1 (après Bourse)
    • Whirlpool / résultats du T1 (avant Bourse)

    Pays-Bas
    • Philips / résultats du T1

    Suisse
    • UBS / résultats du T1

    Bon week-end ensoleillé et à la semaine prochaine! 

  • New York dans le rouge, Apple pèse

    Wall Street a clôturé la semaine dans le rouge, après une ouverture en ordre dispersé, affectée par la hausse des rendements sur le marché obligataire et une baisse des cours du pétrole après un tweet critique du président US Donald Trump. Selon certains analystes, ces hausses des rendements s’expliquent par un début de saison des résultats et un climat économique solides qui font craindre une réapparition des pressions inflationnistes et des hausses de taux de la Fed.

    Le Dow Jones a lâché 0,82% à 24.462,94 points, le S&P 500 a perdu 0,85% à 2.670,14 points et le Nasdaq a reculé de 1,27% à 7.238,06 points. 

    Les valeurs du secteur de l’énergie ont souffert du recul des prix du pétrole. Regroupées au sein du sous-indice S&P 500 Energy, elles ont perdu 0,51%.

    Apple a cédé 4,10% à 165,72 dollars sur une note de Morgan Stanley président un bénéfice trimestriel du géant de la technologie inférieur aux attentes.

  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones -0,82% à 24.462,53 points
    • S&P 500 -0,85% à 2.670,17 points
    • Nasdaq -1,27 à % 7.146,13 points
  • Le pétrole termine en légère hausse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en légère hausse vendredi sur le Nymex, après avoir dans un premier temps subi des dégagements à la suite des dernières déclarations du président américain Donald Trump, qui a critiqué vendredi la décision des Etats membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'orienter à la hausse les prix du pétrole, affirmant que cette hausse artificielle ne serait pas acceptée.

    Le contrat de mai sur le brut léger américain (WTI) a gagné neuf cents (0,13%) à 68,38 dollars le baril.

    Le contrat de juin du Brent de Mer du Nord a pris 28 cents, soit 0,38%, à 74,06 dollars le baril.

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Dans une nouvelle séance sans tendance claire, les résultats trimestriels ont donné le ton en Bourse. Le secteur télécom s’est distingué grâce à Telia.

    Les indices européens ont clôturé en ordre dispersé vendredi, alors que les résultats ont animé les échanges. Le Cac 40  a pris 0,39%. Le Dax  a cédé 0,21%. Le FTSE 100  a gagné 0,54%.

    Deux actions suédoises se sont mises en évidence. Premièrement, l’opérateur télécom Telia  a annoncé des résultats bien meilleurs que prévu et a signalé qu’il allait lancer un programme d’acquisition d’actions propres. Son action a bondi de 8,60% à 41,29 couronnes suédoises. Dans les chiffres trimestriels du groupe télécom figure une information qui a retenu l’attention des investisseurs: le revenu moyen par utilisateur a bien progressé dans la téléphonie mobile. En outre, les réductions de coût ont permis d’amortir la baisse des revenus en téléphonie fixe. Ces nouvelles ont rejailli sur l’ensemble du secteur télécom qui a terminé en tête des variations sectorielles du jour.

    Deuxièmement, le suédois Ericsson  a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, ce qui s’est traduit par une envolée de 17,49% à 65,28 couronnes de son action en Bourse de Stockholm. L’équipementier télécom semble enfin récolter les fruits de ses réductions de coûts et du renouvellement de sa gamme de produits, malgré l’affaiblissement des investissements dans les réseaux ces dernières années.

    Concurrent d’Ericsson, Nokia  a bénéficié de ces informations par ricochet: l’action du groupe finlandais a grimpé de 2,42% à 4,86 euros.

    En bourse d’Amsterdam, ASM International  a chuté de 8,37% à 52,14 euros. Le spécialiste des équipements et services à destination de l’industrie des semi-conducteurs a publié des résultats inférieurs aux attentes. Sa marge brute (revenu issu des ventes moins les coûts, exprimé en pourcentage des ventes) est tombée de 43 à 37,8% au premier trimestre. En réaction, Natixis a réduit son objectif de cours à 67 euros, contre 70 euros auparavant. Sa recommandation reste à "acheter".

    Air France-KLM  a cédé 2,51% à 8,24 euros. Le président de la compagnie aérienne a annoncé qu’il allait consulter ses employés sur ses propositions salariales pour tenter de mettre fin à un conflit social qui s’éternise. Le patron a lié son sort au résultat de cette consultation.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,24% à 3.921,20 points

    AEX: -0,17% à 550,38 points

    Cac 40: +0,39% à 5.412,83 points

    Dax: -0,21% à 12.540,50 points

    FTSE 100: +0,54% à 7.368,17 points

  • Takeda, Takeda, voilà l'offre nipponne

    Le groupe pharmaceutique japonais Takeda  a annoncé vendredi avoir légèrement relevé le prix de son offre d'achat du laboratoire irlandais Shire , qui avait rejeté trois précédentes propositions. Takeda propose désormais 47 livres par action, contre 46,50 livres auparavant, ce qui valorise le capital de Shire à 42,8 milliards de livres, contre 42,4 milliards.

    Le groupe nippon a jusqu'au 25 avril pour faire une offre ferme ou abandonner la partie.

  • Apple en difficulté

    Déjà sous pression jeudi, l'action Apple  recule à nouveau fortement ce vendredi. Morgan Stanley a réduit son objectif de cours sur le fabricant des iPhones à 200 dollars, contre 203 dollars auparavant. Sa recommandation reste à "surpondérer".

    Jeudi, le titre avait souffert à cause d'une note de Mizuho Securities estimant que la faible demande pour l'iPhone 8 pourrait affecter les prévisions d'Apple pour le troisième trimestre.

  • Hausse surprise de la confiance des consommateurs en zone euro

    La confiance des consommateurs de la zone euro s'est améliorée de manière inattendue en avril, montrent des données publiées vendredi par la Commission européenne.

    L'indice qui la mesure s'est élevé à 0,4 point ce mois-ci contre 0,1 en mars, a annoncé la Commission sans préciser la raison de cette hausse. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à ce que cet indice recule à -0,2.

    Dans l'ensemble de l'Union européenne, l'indice est tombé à -0,8 contre -0,3 en mars.

  • Wall Street s'oriente à la baisse, les taux inquiètent

    Peu après 16h, la Bourse de New York subit un courant vendeur. Le Dow Jones  et le Nasdaq  sont à présent tous deux en territoire négatif.

    Les investisseurs observent avec une certaine inquitétude la remontée des taux d'intérêt à long terme. Le taux américain à dix ans atteint ce vendredi 2,93%, soit à peine 2 points de base (0,02 point de pourcentage) de moins que le sommet de 2,95% atteint le 21 février dernier.

    La hausse des cours des matières premières fait craindre une progression plus forte que prévu de l'inflation. Mercredi, le Fonds monétaire international (FMI) avait mis en garde contre une accélération surprise de l'inflation.

  • Ouverture indécise à Wall Street

    La Bourse de New York a ouvert sans tendance claire. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,03% et le Nasdaq  perd 0,24%.

  • Air France-KLM: -5%

    L'action Air France-KLM est brutalement partie à la baisse, cédant jusqu'à 5,89%, en réaction à la décision du Président d’Air France, Jean-Marc Janaillac, de lancer une consultation auprès de l’ensemble des salariés, pour sortir la compagnie des grèves à répétition.

    Cette consultation par vote électronique débutera le 26 avril et se terminera début mai. Elle invitera l’ensemble des salariés de la compagnie à se prononcer sur l’accord proposé le 16 avril 2018.

    Jean-Marc Janaillac, Président d’Air France, indique qu'il assumera personnellement les conséquences du votex, n'excluant pas de présenter sa démission.

    Depuis le 22 février 2018, Air France a été confrontée à neuf journées de grèves pour des revendications salariales. Au terme de la négociation et pour mettre fin au conflit, la direction a formulé le 16 avril une ultime proposition d'accord pluriannuel s'engageant pour des augmentations générales de salaire de 7% sur 4 ans, s’ajoutant aux augmentations individuelles.

     

    Jean-Marc Janaillac, Chief Executive Officer du groupe Air France-KLM. ©REUTERS

  • LE TITRE AIR FRANCE-KLM RECULE DE 5% EN BOURSE APRÈS LES DÉCLARATIONS DE SON PDG

  • Le dividende pénalise à peine Wereldhave Belgium

    Wereldhave Belgium est coté ex-dividende aujourd'hui, mais l'impact est à peine perceptible sur le cours de l'action. Le dividende s'élève à 5,10 euros bruts, tandis que l'action baisse  seulement 1 euro à 98,20 euros. Le pourcentage de perte est actuellement de 1%.

  • "Le marché peut absorber des prix pétroliers plus élevés"

    Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des prix du brut plus élevés.

    "Je n'ai constaté aucun impact sur la demande avec les prix actuels. Dans le passé, nous avons connu des prix beaucoup plus élevés -- deux fois plus qu'aujourd'hui", a indiqué le ministre à la presse peu avant une conférence ministérielle Opep -non Opep à Djeddah, en Arabie saoudite.

    "L'intensité énergétique (de l'économie) a comme vous le savez baissé de façon importante (...), "ce qui me fait dire que (le marché) a la capacité d'absorber des prix plus élevés", a-t-il jugé.

    M. al-Faleh a insisté sur le fait que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) n'avait pas d'objectif de cours pour le pétrole.

    Les 14 membres de l'Opep et dix autres producteurs de pétrole, Russie en tête, ont conclu en 2016 un accord pour baisser le niveau de production de 1,8 million de barils par jour afin de réduire l'excédent d'offre de brut sur le marché et soutenir les prix.

    L'accord de limitation court jusqu'à la fin 2018.

    Le baril de Brent cédait 1% à 73,06 dollars.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les valeurs à suivre à Wall Street

    * GENERAL ELECTRIC prend 3,6% dans les transactions avant-Bourse, le conglomérat industriel ayant annoncé que le bénéfice de ses activités poursuivies avait plus que triplé au premier trimestre, dopé par ses activités dans l'aviation et la santé.

    * HONEYWELL INTERNATIONAL a fait état d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu porté par la vigueur de son activité dans l'industrie aérospatiale, ce qui permet au groupe de relever ses prévisions de bénéfice annuel pour la deuxième fois cette année.

    * SCHLUMBERGER - Le premier groupe mondial de services pétroliers a annoncé vendredi un bond de 88% de son bénéfice trimestriel, la vive progression des cours du pétrole ayant conduit ses clients nord-américains à augmenter leurs dépenses.

    * GENERAL MOTORS - Une nouvelle session de négociations entre la direction de la filiale sud-coréenne déficitaire du groupe automobile et les syndicats s'est soldée par un échec, ce qui pourrait conduire le conseil d'administration à placer la filiale sous la protection de la loi sur les faillites.

    * MATTEL - Le fabricant de jouets a annoncé jeudi le prochain départ de sa directrice générale, Margaret Georgiadis, en poste depuis 14 mois, et son remplacement par Ynon Kreiz, administrateur du groupe et spécialiste du numérique.

    * QUALCOMM - Le fabricant de puces va supprimer 1.500 emplois en Californie dans le cadre d'un programme de réduction des coûts.

    * PINNACLE FOODS - Le fonds activiste Jana Partners a annoncé avoir pris une participation de 9,1% dans le groupe agroalimentaire, en demandant qu'il entreprenne une revue stratégique, pouvant passer par une vente, afin d'accroître sa valeur boursière. L'action grimpait de près de 8% dans les échanges d'après-Bourse.

    * IONIS PHARMACEUTICALS prend 8% en avant-Bourse après l'annonce vendredi par le groupe BIOGEN d'un investissement d'un milliard de dollars dans cette biotech dans le cadre d'un nouvel accord décennal visant à développer des médicaments pour un large éventail de maladies neurologiques, y compris la démence.

    * SKECHERS chute de 21% en avant-Bourse, le fabricant de chaussures ayant annoncé jeudi des prévisions pour le deuxième trimestre inférieures aux attentes. Plusieurs intermédiaires ont réduit leur objectif de cours sur la valeur.

    * PROCTER & GAMBLE - Deutsche Bank a abaissé sa recommandation à "conserver" contre "acheter".

    * TWITTER - MKM Partners a relevé sa recommandation à "acheter" contre "neutre" avec un objectif de cours de 40 dollars.

    * PHILIP MORRIS INTERNATIONAL - Bank of America Merrill Lynch a abaissé sa recommandation à "sous-performance" contre "neutre".

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    Ericsson, Melexis et Telia se distinguent, séance difficile pour ASM et Orange Belgium, avis de broker sur Recticel

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé en milieu de journée, partagées entre l'impact de la baisse du prix pétrole et des métaux de base et la bonne tenue des valeurs technologiques après les bons résultats d'Ericsson.

    2. Aux alentours de 12h, Amsterdam (+0,03%) et Francfort (+0,06%) étaient stables. Paris et Bruxelles progressaient de respectivement 0,38% et 0,32%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 gagnait 0,10%.

    3. Londres progressait de 0,53%, aidée par le reflux de la livre sterling. Celle-ci poursuivait sa baisse face au dollar après le ton prudent adopté par le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney.

    4. Les télécoms signent la meilleure progression sectorielle en Europe, avec un gain de 1,24%, propulsé par le bond de 8% de Telia. En perte au premier trimestre, l'opérateur télécom suédois a annoncé un vaste programme de rachats d'actions.

    5. En vue également, l'équipementier en télécoms suédois Ericsson a largement réduit sa perte nette au premier trimestre, à 80 millions d'euros, un résultat qualifié d'"encourageant" par la direction, faisant prendre au titre plus de 16% vendredi à la Bourse de Stockholm. Ericsson bondissait de 13,89%.

    6. ASM International dégringolait 8%. Le fournisseur pour l'industrie des semiconducteurs a vu son chiffre d'affaires et ses marges baisser au premier trimestre. Le bénéfice net a lui aussi nettement rétrogradé. Les analystes de Natixis ont réduit leur objectif de cours de 4% à 67 euros, tout en restant à l'achat.

    7. A Bruxelles, les résultats trimestriels de Melexis et d'Orange Belgium se traduisent respectivement par une baisse de 6% pour la première valeur et un gain de 4% pour la seconde. Telenet et Proximus sont bien orientés, profitant sans doute d'un effet sectoriel en Europe.

    8. Recticel gagne 1,95% à 10,44 euros. Berenberg a entamé le suivi du titre avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours de 13 euros.

    9. Wall Street est attendue en baisse de 0,15% pour l'indice Dow Jones, de 0,07% pour l'indice S&P 500 et de 0,25% pour l'indice composite du Nasdaq.

  • "La faiblesse du cours de Melexis est une opportunité d'achat"

    Melexis perd 6% aux alentours de 12h, sanctionné par des résultats dont certains chiffres étaient légèrement inférieurs aux attentes.

    Un autre facteur explicatif réside dans le fait que l'action semblait pleinement valorisée tandis que les valeurs technos connaissent une journée plutôt difficile avec en toile de fond des craintes d'une baisse de la demande pour les semiconducteurs consécutive à une demande de smartphones en baisse.

    Cependant, les analystes considèrent le cours inférieur de Melexis comme une opportunité idéale d'achat.

    "Il faut remonter très loin dans le temps pour voir les résultats de Melexis légèrement en dessous de nos prévisions et des estimations consensuelles", écrit Guy Sips de KBC Securities. Néanmoins, il trouve positif que Melexis maintienne ses perspectives pour toute l'année 2018. Sips conserve son conseil d'achat et son objectif de cours de 100 euros. "Nous voyons chaque faiblesse des prix comme une opportunité de prendre de l'ampleur", précise-t-il.

    Marcel Achterberg de chez Degroof Petercam estime que l'évolution défavorable du taux de change dollar/euro n'a pas seulement freiné la croissance des ventes, mais pesé aussi sur les marges. Néanmoins, Melexis continue à bien performer: la société bénéficie d'une demande forte et continue et la croissance des revenus est le double du marché. L'analyste a récemment augmenté son objectif de cours à 110 euros et réitère son conseil d'achat. La faiblesse actuelle du cours est un point d'entrée attrayant, ajoute-t-il.

  • 1,5 milliard SEK
    Vaste programme de rachats d'actions de Telia
    L'action Telia gagnait près de 9% vendredi matin à la Bourse de Stockholm après que l'opérateur télécoms suédois a annoncé un plan de rachat d'actions de 15 milliards de couronnes (1,45 milliard d'euros) sur trois ans, un moyen indirect de distribuer des capitaux à ses actionnaires après une série de cessions.

  • AB Science: -42%

    Le laboratoire AB Science a annoncé qu'un comité de l'Agence européenne des médicaments avait émis une opinion négative pour l'enregistrement du masitinib dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique, à la suite de quoi il entend demander un réexamen du dossier en apportant des éléments complémentaires.

    Le titre a perdu jusqu'à 41,63% en matinée, avant de réduire ses pertes à -27,16%.

  • Fnac Darty grimpe, les analystes confiants

    L'action Fnac Darty signe l'une des plus fortes progressions à la Bourse de Paris après un chiffre d'affaires trimestriel en ligne avec les attentes, les analystes anticipant des retombées positives de la Coupe du monde de football sur l'activité au deuxième trimestre.

    Le titre du groupe de distribution s'adjugeait 5,25% aux alentours de 11h.

    Fnac Darty a enregistré un chiffre d'affaires de 1,686 milliard d'euros au premier trimestre, en hausse de 0,6%.

    Les analystes de Raymond James évoquent un "démarrage en douceur" freiné par l'impact négatif chiffré à 0,4% des mauvaises conditions climatiques sur les premiers mois de l'année. Mais ils restent optimistes quant à la capacité de la direction à atteindre 1% de croissance organique en 2018, en soulignant que "la Coupe du monde de football, qui pourrait soutenir les ventes de téléviseurs - un segment important pour le groupe - et la fréquentation des magasins au deuxième trimestre".

    Raymond James, qui maintient sa recommandation à "surperformance" avec un objectif à 106 euros, s'attend à ce que Fnac Darty atteigne l'année prochaine une marge d'exploitation comprise entre 4,5% et 5%, (contre 3,6% en 2017, et 2,7% un an plus tôt), présentée l'an dernier comme un objectif à moyen terme. Cette amélioration de la rentabilité, explique, profitera notamment au programme de synergies d'intégration de Darty et de l'impact du partenariat commercial avec Carrefour.

  • Avis de broker sur Orange Belgium

    Degroof Petercam relève son conseil sur Orange Belgium à "accumuler" contre "conserver". L'objectif de cours est de 19 euros contre 18.

  • Melexis s'enfonce

    Melexis s'enfoce: le titre perd 6,11% à 82,20 euros dans la foulée de ses résultats trimestriels.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Telia et Ericsson brillent, séance difficile pour ASM International et Reckitt Benckiser, Shire retombe

    1. Les indices actions européens marquent le pas ce vendredi matin, s'accordant une pause après une solide semaine tandis que les solides résultats d'Ericsson et de Telia boostent les actions représentatives.

    2. Aux alentours de 10h, Amsterdam cédait 0,38%, Paris se tassait de 0,08%, Bruxelles gagnait 0,11%. L'indice DJ Stoxx 600 abandonnait 0,24%.

    3. Londres surperforme et gagne 0,32% aidé par l'affaiblissement de la livre sterling après les propos du gouverneur de la Bank of England Mark Carney.

    4. Plusieurs résultats d'entreprises animent la cote. Le fabricant de biens de consommation Reckitt Benckiser dégringole de 6% après un trading update trimestriel médiocre.

    5. Telia s'envolait de 8,15%, soutenant son compartiment en Europe qui gagnait 0,23%, meilleure progression sectorielle en Europe. L'opérateur de télécommunications suédois a publié un résultat brut d'exploitation trimestriel légèrement supérieur aux attentes, relevé sa prévision de cash-flow pour cette année et annoncé un plan de rachats d'actions.

    6. Ericsson avançait de près de 14%, sa meilleure progression journalière depuis 2008. L'équipementier en télécoms suédois Ericsson a largement réduit sa perte nette au premier trimestre, à 80 millions d'euros (contre 1,13 milliard d'euros un an avant), un résultat qualifié d'"encourageant" par la direction.

    7. ASM International dégringolait de 9,42%. Le fournisseur pour l'industrie des semiconducteurs a vu son chiffre d'affaires baisser au premier trimestre. Le bénéfice net a lui aussi nettement rétrogradé. Selon les analystes de Natixis, les chiffres sont plus faibles que les prévisions. Le sentiment négatif sur les valeurs liées aux semiconducteurs est alimenté par les prévisions moroses du géant taïwanais TSMC.

    8. Le laboratoire pharmaceutique Shire perdait 3,6% Il avait bondi de presque 6% jeudi, après la marque d'intérêt formulée à son égard par le géant Allergan, connu pour le Botox, qui s'ajoutait à celle déjà avancée par le japonais Takeda. Mais Allergan a depuis changé d'avis et dit qu'il n'achèterait pas Shire, ce qui calmait l'enthousiasme des opérateurs.

    9. Du côté des indicateurs, l'agenda était relativement vide, en dehors de l'indicateur de confiance économique en zone euro.

     

  • Fiesta pour Ericsson

    Ericsson gagne 14,5% dans les premiers échanges après ses résultats du T1, supérieurs aux attentes.

  • Les trimestriels d'Orange Belgium salués avec prudence: l'action gagne 0,37% à 16,26 euros en début de séance

  • Melexis : -4,40% à 83,70 euros dans les premiers échanges, après la publication des résultats trimestriels.

  • MDxHealth : +2,48% à 3,72 euros dans les premiers échanges

  • | Opening Bell |

    Les indices actions entament la séance en mode mineur pour une séance qui sera encore animée par les résultats d'entreprises, les marchés se tournant également vers le pétrole.

    • Bruxelles: +0,04%
    • Amsterdam: -0,32%
    • Francfort: -0,09%
    • Paris: -0,04%
    • DJ Stoxx 600: -0,23%

  • Berenberg entame le suivi Recticel

    Le broker Berenberg a initié la couverture du titre Recticel avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 13 euros. Les analystes voient de puissants moteurs de croissance pour l'entreprise, entre autres la réglementation européenne favorable.

    De plus, Recticel a clairement un potentiel d'amélioration de ses marges en travaillant sur son mix produits et des gains d'efficacité.

    La vente prévue de la division Automotive peut donner une impulsion supplémentaire au prix de Recticel. "La direction veut céder son unité automobile parce qu'elle n'arrive pas à atteindre une échelle critique. Nous pensons que cela a du sens car une sortie améliorerait le profil de l'entreprise en termes de rentabilité, d'intensité capitalistique et de cyclicité."

  • Ericsson réduit sa perte trimestrielle

    L'équipementier en télécoms suédois Ericsson a largement réduit sa perte nette au premier trimestre, à 80 millions d'euros, un résultat qualifié d'"encourageant" par la direction.

    Sur la même période un an auparavant, le groupe, qui a engagé une vaste restructuration, les pertes nettes s'étaient élevées à 1,13 milliard d'euros.

    Au premier trimestre 2018, le chiffre d'affaires a toutefois reculé de 9%, à 42 milliards d'euros, plombé par un effet défavorable de change et un recul des ventes en Asie.

    Mais Ericsson s'est félicité de l'amélioration de sa marge brute qui a gagné 17 points sur un an, à 36%.

    Début 2017, il a lancé un plan de restructuration qui doit délaisser les activités non rentables, dans la télévision et le "cloud" (stockage informatique à distance), pour se concentrer sur les réseaux, les services numériques et les objets connectés.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Stabilité en vue, vigilance recommandée sur les techs, repli des cours du pétrole

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement pour une séance qui devrait plus calme que les précédentes sur fond d'essoufflement du rally du pétrole et des matières premières.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 à Paris pourrait gagner trois points, soit moins de 0,1%, dans les premiers échanges et le FTSE 100 à Londres 21 points (0,15% environ) tandis que le Dax
    à Francfort céderait sept moins (moins de 0,1%).

    3. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) est franchement dans le rouge avec un repli de 1,03%. Le recul est plus marqué encore en Chine, où le SSE Composite de Shanghai
    abandonne 1,37%, et à Taiwan, qui cède 1,75%.

    4. Le géant de la fabrication de semi-conducteurs Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC) chute quant à lui de 6,34% au lendemain de la révision à la baisse de sa prévision de croissance du chiffre d'affaires, qu'il impute entre autres à un ralentissement de la demande de smartphones.

    5. Cet avertissement a déjà pesé sur les valeurs des puces et des smartphones jeudi en Europe puis aux Etats-Unis: à la clôture de Wall Street, Apple perdait 2,83% et Intel 2,59% tandis que le Nasdaq cédait 0,78%.

    6. En Europe, le secteur des technologiques pourrait aussi réagir aux résultats trimestriels supérieurs aux attentes du géant suédois des équipements de réseaux Ericsson, qui a évoqué à la fois un ralentissement du marché chinois et une dynamique positive en Amérique du Nord.

    7. Les cours du baril se stabilisent en effet après les plus hauts de près de trois ans et demi atteints jeudi par le Brent, à 74,75 dollars, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 69,56 dollars. Les investisseurs seront attentifs à la réunion des membres de l'Opep et de ses dix partenaires.

    8. Les cours des métaux de base comme le nickel (-2,12%) et l'aluminium (-2,23%) se replient plus nettement après l'envolée des derniers jours, déclenchée par les sanctions économiques américaines contre des producteurs russes.

    9. Sur les marchés obligataires, l'heure reste à la remontée des rendements: le 10 ans américain évolue à plus de 2,91% après un pic jeudi à 2,9340%, son plus haut niveau depuis un mois. Il a pris dix points de base en deux jours seulement, un mouvement qui s'explique ar la hausse des anticipations d'inflation.

  • A Tokyo, le Nikkei finit en baisse de 0,13%

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,13% une séance en dents de scie, tiraillée entre le repli des valeurs technologiques et la progression des financières à la faveur de la remontée des rendements obligataires.

    L'indice Nikkei a perdu 28,94 points à 22 162,24 points mais le Topix, plus large, a grappillé 0,95 point (0,05%) à 1 751,13 points.

    Les valeurs de semi-conducteurs et d'électronique ont souffert de la révision à la baisse jeudi de la prévision de chiffre d'affaires de Taiwan Semiconductor Manufacturing Co (TSMC).

    Le groupe pharmaceutique Takeda a perdu 4,67% après le rejet par le britannique Shire de sa dernière proposition de rachat en date et la décision de l'américain Allergan de ne pas surenchérir.

    Sur l'ensemble de la semaine, le Nikkei a gagné 1,76%, sa quatrième performance hebdomadaire positive d'affilée, une série sans précédent depuis novembre.

  • Econocom, MDX, UCB... quelques valeurs belges à suivre

    GALAPAGOS - La biotech a créé un plan de 1,59 millions de warrants pour ses employés.

    ECONOCOM - Le groupe franco-belge de services informatiques Econocom a vu son chiffre d'affaires progresser de 11,8% au premier trimestre, à 616,6 millions d'euros. Il confirme ses objectifs annuels.

    MDXHEALTH - indique que son test SelectMDx pour détecter le cancer de la prostate a été inclus dans le système des remboursements des soins de santé aux Pays-Bas.

    UCB - UCB annonce l'acquisition les droits de Proximagen sur son spray nasal anti-épilepsie Midazolam moyennant un paiement initial en cash de 150 millions de dollars. Proximagen pourrait recevoir 220 millions supplémentaires, dépendant de décisions régulatoires ou lors de franchissement d'étapes au niveau des ventes.

  • Berenberg "achète" Recticel

    Berenberg entame la couverture de Recticel avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 13 euros, ce qui implique une progression de 27% depuis le dernier cours de clôture.

  • Croissance de 13% pour Melexis

    Résultats trimestriels de Melexis . Pour le premier trimestre de 2018, le chiffre d'affaires du spécialiste des capteurs et actionneurs semiconducteurs a atteint 139,3 millions d’euros, soit une hausse de 13% par rapport au même trimestre de l’année dernière et une hausse de 5% par rapport au trimestre précédent.

    Le commentaire de Françoise Chombar, CEO:

    "Le premier trimestre de l'année 2018 a progressé conformément aux attentes. La croissance des ventes a été de 13% par rapport à celui de l’an dernier. En excluant l'impact négatif d'un taux de change EUR/USD affaibli, la croissance des ventes aurait été supérieure à 20% par rapport à l’an dernier. Le sentiment des clients continue d'être positif."

    Le bénéfice net a atteint 28,8 millions d’euros, ou 0,71 euro par action, soit 8% de moins que les 31,1 millions attendus par le consensus.

  • A suivre ce vendredi 20 avril

    Le live sur les marchés se termine ici. Voici un aperçu des principaux événements à ne pas manquer demain: 

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Prix à la production / mars

    Etats-Unis
    • Réunion des ministres des Finances et banquiers centraux du G20
    • Réunion de printemps du Fonds monétaire international (1ère journée)

    Japon
    • Inflation / mars

    Portugal
    • Revue de Moody's sur la note souveraine portugaise

    Zone euro
    • 16h Confiance du consommateur (1re estimation) / avril


    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Ablynx/ offre de reprise à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 4 mai
    • Balta: publication du rapport sur le site web
    • Keyware: rapport annuel disponible sur le site web
    • Melexis: résultats trimestriels
    • Orange Belgium: résultats trimestriels
    • Retail Estates:/souscription possible à l’augmentation de capital. 5 actions donnent droit à une nouvelle, contre 65 euros.

    Etats-Unis
    • General Electric / résultats du T1 (avant Bourse)
    • Procter & Gamble / résultats du T3 (avant Bourse)
    • Schlumberger / résultats du T1 (avant Bourse)

    France
    • AccorHotels: assemblée générale (10h)
    • Faurecia: c.a. 1T (avant Bourse)

    Italie
    • Salon du meuble, référence mondiale en matière de design intérieur

    Norvège
    • Yara International: résultats 1T - (7h)

    Suède
    • Ericsson / résultats du T1
    • Investor: résultats 1T
    • Telia: résultats 1T

  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Nous sommes le 20 avril 2018. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content