1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine la semaine sur les rotules | Sortie de route pour Tesla

Les marchés américains et européens ont clôturé en nette baisse après les chiffres de l'emploi US de septembre, inférieurs aux attentes. JPMorgan a permis à Proximus d'évoluer contre la tendance. Tesla a payé les frais de la communication désastreuse de son patron.
  • Le résumé de la séance à Wall Street

    30 minutes avant la séance étaient publiés les traditionnels chiffres sur l’emploi US. En septembre, la première économie mondiale a ralenti la cadence. Les chiffres de cet été ont cependant été revus à la hausse, un signal qui n’a pas détendu le marché obligataire. Marché qui reste le principal souci des investisseurs depuis les propos très optimistes de la Réserve fédérale sur les perspectives économiques aux USA et la publication de solides statistiques. Résultats des courses, le marché des actions est boudé.

    Le Dow Jones (-0,68%), qui s’est permis cette semaine deux belles escapades au-delà de ses records, a fini à bout de souffle. Les valeurs technologiques ont encore plombé le Nasdaq (-1,16%). Il a reculé pour la 4e fois en cinq jours, abandonnant 3,2% sur la semaine.

    La place a aussi été animée par de nouvelles déclarations tapageuses du patron de Tesla. Elon Musk a cru bon ridiculiser la SEC quelques jours après son arrangement avec le gendarme des marchés. Wall Street n’a pas apprécié, ce qui a fait perdre 7,05% au constructeur auto qui atterrit sous les 262 dollars, soit son niveau du mois d’avril dernier.

  • |Closing Bell|

    Dow Jones: -0,67%  

    Nasdaq: -1,16% 

    S&P 500: -0,55% 

  • Les cours du pétrole se stabilisent à New York

    Les cours du pétrole ont fini stables ou en léger recul sur le marché new-yorkais Nymex, les bons indicateurs de l'emploi ayant apaisé les inquiétudes sur la demande du premier consommateur mondial de pétrole, à l'issue d'une semaine de tensions en vue des sanctions américaines contre l'Iran.

    +1,5
    %
    Le WTI et le Brent affichent des gains de plus de 1,5% sur la semaine, dans un marché dominé par les nouvelles sanctions américaines contre l'Iran qui entrent en vigueur le 4 novembre.

    > Le contrat novembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné un cent, soit 0,01%, à 74,34 dollars le baril. Le Brent a fini de son côté en baisse de 42 cents, soit 0,50%, à 84,16 dollars, après avoir atteint un pic de quatre ans, à 86,74 dollars, mercredi.

  • Aedifica poursuit ses emplettes aux Pays-Bas

    Aedifica  a acquis trois sites d'immobilier de santé aux Pays-Bas (Leyde, Oss et Amersfoort) pour un montant de quelque 35 millions d'euros, auxquels s'ajoute un budget de 12 millions d'euros de travaux, a-t-elle annoncé après la clôture de la Bourse de Bruxelles. La capacité totale des sites après travaux sera de 254 unités. 

    Les contrats de location des trois sites sont d'une durée, non résiliable, de 25 ans. Après l'achèvement des travaux, le rendement locatif brut s'élèvera à environ 5,5%, précise encore Aedifica. 

  • Succès à 100 millions d'euros pour la levée de fonds d'Immobel

     

    La première émission publique lancée par la société immobilière pour les investisseurs particuliers a remporté un grand succès. Elle a été sursouscrite plus de deux fois et permettra notamment à Immobel de financer son développement à l'étranger.

     

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Les actions européennes ont à nouveau reculé ce vendredi, alors que les tensions sur les taux d’intérêt ont persisté. Les valeurs liées aux matières premières ont battu en retraite.

    Les investisseurs continuent à craindre un mouvement de capitaux allant des actions vers les obligations, après les récentes tensions sur les taux des titres de dette des États. En Bourse, certains ont pris les devants face à cette menace, ce qui a poussé les indices boursiers à la baisse ce vendredi, comme la veille. En clôture, le Cac 40  a perdu 0,95%, le Dax  a abandonné 1,08% et le FTSE 100  a reculé de 1,35%.

    Les chiffres mitigés sur l’emploi aux Etats-Unis n’ont pas amélioré le tableau. Peu après la publication des statistiques du département américain du Travail, les cours des actions européennes se sont repliées davantage.

    Parmi les valeurs qui ont le plus varié vendredi, Kering  a baissé de 1,99% à 429,10 euros. Déjà en baisse jeudi à cause des craintes des effets d’un ralentissement de la demande chinoise pour le secteur du luxe, le titre du groupe français a, cette fois, reculé à cause de la fuite d’une communication à usage interne. L’agence de presse Reuters a dévoilé que le patron de Gucci, marque qui a largement contribué à la croissance de Kering ces dernières années, avait adressé un message à ses vendeurs pour les rassurer sur la croissance du groupe. Dans ce message, Marco Bizzarri reconnaît que la croissance de la marque de luxe ne pourra pas rester aussi soutenue mais se dit confiant pour l’avenir.

    Les investisseurs ont par ailleurs sanctionné les valeurs liées aux matières premières, les prix de certains métaux, tels que le cuivre, ayant reculé ce vendredi. Entre autres, le sidérurgiste ArcelorMittal  a chuté de 3,85% à 25,82 euros.

    En Bourse de Francfort, RWE  a plongé de 8,52% à 18,69 euros. L’énergéticien allemand a lancé un avertissement sur résultat après une décision de justice défavorable. Le groupe s’attend à une baisse de 100 millions d’euros ou davantage de son résultat brut d’exploitation. RWE a vu la justice suspendre son projet d’agrandir une mine de charbon, ce qui impliquait de déboiser la forêt de Hambach, près d’Aix-la-Chapelle. Des défenseurs de l’environnement ont obtenu que les travaux ne commencent pas avant que la justice ait pu se prononcer sur le fond du litige qui les oppose à RWE.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,76% à 3.686,66 points

    AEX: -0,85% à 539,48 points

    Cac 40: -0,95% à 5.359,36 points

    Dax: -1,08% à 12.111,90 points

    FTSE 100: -1,35% à 7.318,54 points

  • RWE a mauvaise mine

    L'action de RWE  plonge de plus de 7%  la Bourse de Francfort.

    Le groupe d'énergie ayant annoncé un avertissement sur ses résultats après une décision de la justice allemande d'empêcher l'agrandissement de l'une de ses mines de charbon.

    Le groupe a pour le moment indiqué dans un communiqué prévoir que son excédent brut d'exploitation (Ebitda) sera amputé d'au moins cent millions d'euros chaque année à partir de 2019.

    Ce vendredi, la justice allemande a stoppé l'agrandissement controversé d'une énorme mine de charbon, interdisant à l'énergéticien RWE de déboiser jusqu'en 2020 la forêt de Hambach tant que le recours sur le fond de ce projet n'aura pas été tranché.

  • La Bourse de New York passe en territoire négatif

    Après avoir ouvert en légère hausse, Wall Street a changé de cap moins d'une heure plus tard. Le Dow Jones , le Nasdaq  et le S&P 500  sont tous trois en léger repli.

  • Légère hausse à Wall Street

    La Bourse de New York évolue en hausse modeste en début de séance, après la publication de chiffres de l'emploi inférieurs aux attentes.

    Le Dow Jones  gagne 14,27 points, soit 0,05%, à 26.641,75 points. Le Standard & Poor's 500 , plus large, avance de 0,16% à 2.906,26 points et le Nasdaq Composite  prend 0,16% à 7.891,90 points.

    "La hausse des salaires ne s'est pas accélérée comme le craignait le marché. Il ne fait aucun doute que le marché du travail aux États-Unis est probablement au mieux depuis une génération. Le rapport sur l'emploi est devenu un rapport sur l'inflation," commente Russell Price, économiste senior chez Ambergris Financial Services.

    Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement des Treasuries à 10 ans grimpe de plus de deux points de base à 3,2138% après avoir touché un pic à 3,2330%.

    Du côté des changes, le dollar recule de 0,13% face à un panier de devises de référence, permettant à l'euro  de remonter au-dessus de la barre de 1,1525 dollar.

  • La baisse du chômage US saluée à la Maison Blanche

  • Les Pays-Bas vont reconsidérer leur projet de supprimer le précompte sur les dividendes

    Le Premier ministre néerlandais a indiqué que son gouvernement allait réexaminer son projet de supprimer le précompte mobilier sur les dividendes d'actions, peu après la décision d'Unilever de renoncer à son projet d'installer son siège social unique chez nos voisins du nord.

    "Supprimer l'impôt sur les dividendes faisait partie d'une longue série de mesures destinées à améliorer notre compétitivité. Nous allons reconsidérer tout cet ensemble prochainement", a indiqué Mark Rutte, cité par l'agence Reuters.

    La fin de la taxe sur les dividendes d'actions figurait pourtant bien dans le budget annoncé par l'exécutif néerlandais le mois dernier.

    Supprimer l'impôt sur les dividendes faisait partie d'une longue série de mesures destinées à améliorer notre compétitivité.
    Mark Rutte
    Premier ministre des Pays-Bas

    L'annonce du Premier ministre néerlandais intervient alors que le groupe Unilever vient de renoncer à son projet de fixer son siège social unique aux Pays-Bas.

    "Nous n'avions pas décidé de supprimer l'impôt sur les dividendes pour une entreprise seule, mais le fait qu'une telle grande entreprise, qui avait décidé de venir aux Pays-Bas, ait annulé ses plans est très pertinent pour nos réflexions", a souligné Mark Rutte, qui a lui-même travaillé chez Unilever de 1992 à 2002 avant d'entrer en politique.

  • Les actions à tenir à l'œil en Bourse de New York

    Voici les principales valeurs à suivre à Wall Street où les contrats à terme sur les principaux indices américains signalent une ouverture en légère baisse après les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis :

    • Tesla : Elon Musk, le patron de Tesla, s'est de nouveau mis à dos la SEC, le gendarme de Wall Street, en la qualifiant jeudi de "Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert", un jeu de mots avec l'acronyme SEC, quelques jours après avoir négocié un arrangement pour mettre fin à une enquête pour fraude. Le titre perd 3,3% dans les échanges en avant-Bourse, au lendemain d'une baisse de 4,4%.
    • Snap : Le directeur général du groupe, Evan Spiegel, s'est fixé pour objectif de parvenir à la rentabilité annuelle en 2019, a rapporté le site Cheddar en citant un mémo interne. Le titre de la maison mère du réseau social Snapchat bondit de 4,3% dans les échanges en avant-Bourse, après avoir clôturé jeudi à son plus bas niveau depuis son introduction en Bourse en mars 2017.
    • Costco : Le groupe Costco a publié un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 5% à 44,41 milliards de dollars, à peine supérieur au consensus (44,27 milliards), et la croissance de ses ventes en ligne a ralenti à 26,3%. La marge brute a par ailleurs reculé sous l'effet d'une hausse des coûts et des investissements. Le titre de la chaîne de magasins d'entrepôt, en hausse de 25% cette année, cède 2,4% en avant Bourse.
    • Delphi Technologies : L'équipementier automobile a annoncé vendredi la démission de son directeur général, Liam Butterworth, dix mois seulement après sa prise de fonction, et a abaissé sa prévision de chiffre d'affaires annuel.
    • Fortinet : Le spécialiste de la cybersécurité va intégrer l'indice Standard & Poor's 500 à compter du 10 octobre en remplacement d'ENVISION HEALTHCARE, racheté en juin par KKR pour 5,57 milliards de dollars.
    • General Electric : Lawrence Culp, nommé lundi à la tête du conglomérat, percevra un salaire de base de 2,5 millions de dollars par an en tant que directeur général, selon un avis financier publié jeudi qui précise aussi que son contrat court sur quatre ans.
    • Nike  et Electronic Arts : Les deux groupes, sponsors de Cristiano Ronaldo, se sont dits préoccupés par les accusations de viol portées contre le footballeur portugais.
    • Sutro Biopharma : Le géant pharmaceutique MERCK & CO a déclaré détenir une participation passive de 11,9% dans le laboratoire de biotechnologies à la date du 26 septembre, selon un avis financier publié jeudi soir par la SEC.
    • Mylan : L'action Mylan recule de 1,2% dans les transactions en avant-Bourse après l'abaissement du conseil de Mizuho à "neutre" contre "acheter". L'objectif de cours est revu à 37 dollars contre 50 dollars.
  • Les actions européennes accentuent leurs pertes après l'emploi US

    Les principaux indices boursiers européens          reculent davantage dans les minutes qui suivent l'annonce de chiffres moins bons que prévu sur le marché du travail en septembre.

    En Bourse de Bruxelles, le Bel 20  enregistre lui aussi ses plus bas niveaux du jour.

  • Le dollar et les taux US très volatils après l'emploi

    Dans les secondes qui ont suivi la publication de chiffres mensuels de l'emploi inférieurs aux attentes aux Etats-Unis en septembre, le dollar a d'abord fortement baissé avant de repartir à la hausse. Après avoir bondi à 1,1531 dollar, l'euro s'est tassé à 1,1484 dollar, avant de retrouver un niveau de 1,15 dollar, qui correspond à la moyenne du jour.

    Euro face au dollar US ©Bloomberg

    De même, le taux des Treasuries a fortement fluctué après les statistiques du département du Travail. Le taux de l'obligation gouvernementale à dix ans des Etats-Unis est subitement tombé à 3,1854%, avant de rebondir à 3,2309% puis de refluer vers 3,21%.

    Taux US à 10 ans ©Bloomberg

  • Le déficit commercial américain progresse moins qu'attendu

    La balance commerciale américaine s'est élevée à -53,2 milliards de dollars en août. Le déficit commercial des Etats-Unis a ainsi progressé de 6,4%. Les économistes tablaient sur un déficit de 53,6 milliards de dollars.

  • L'emploi augmente moins que prévu aux Etats-Unis

    En septembre, 134.000 postes de travail ont été créés aux Etats-Unis, alors que les analystes tablaient sur 185.000 emplois. En août, l'économie américaine avait enregistré une progression de 270.000 jobs, un nombre revu à la hausse par rapport à la première publication qui les chiffrait à 201.000 unités.

    Le taux de chômage a diminué à 3,7%, son plus bas niveau en 48 ans, contre une estimation de 3,8% selon les économistes.

    Le salaire moyen a augmenté de 0,3%. Les analystes avaient prévu une croissance de 2,8%.

  • Dans quelques minutes l'emploi US...

    Le consensus Reuters prévoit des créations d'emploi à 185.000 en septembre, soit un taux de chômage à 3,8%, ce qui serait son plus bas niveau en 18 ans.

    La hausse du salaire horaire moyen devrait légèrement ralentir à 2,8% en rythme annuel. Elle avait été de 2,9% en juillet, un plus haut depuis juin 2009.

  • Musk traite la SEC de "Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert"

    Elon Musk fait encore des vagues sur Twitter. Le patron de Tesla , s'en est pris sur Twitter à la SEC, le gendarme de Wall Street, en la qualifiant de "Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert" quelques jours seulement après avoir négocié avec elle un arrangement pour mettre fin à une enquête pour fraude.

    "Juste pour dire que la Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert fait du travail formidable. Et ce changement de nom lui va tellement bien !", a-t-il écrit jeudi
    dans un tweet, employant les mots anglais de "Shortseller Enrichment Commission" dont l'acronyme serait SEC, comme la Securities and Exchange Commission.

     

    Cette intervention d'Elon Musk fait baisser l'action Tesla de 2,7% dans les échanges avant l'ouverture à Wall Street.

    D'anciens avocats auprès de la SEC s'interrogent sur la pertinence de ce tweet d'Elon Musk, qui a accepté dans le cadre de la transaction conclue avec la SEC de ne pas contester la
    validité des accusations de cette dernière. Ils pensent cependant que cela ne remettra pas en cause l'accord signé avec le gendarme de la Bourse de New York.

  • Vers une ouverture en ordre dispersé à Wall Street

    Les contrats à terme sur Wall Street évoluent en ordre dispersé à moins d'heure de la publication des chiffres mensuels sur l'emploi américain. Ces données sont susceptibles de faire bouger les lignes boursières.

    Pour l'instant, l'indice Dow Jones et le S&P sont attendus en légère hausse, à l'opposé du Nasdaq qui devrait ouvrir en baisse.

    La Bourse de New York a fini en net repli jeudi, quoiqu'au-dessus de ses plus bas du jour, affectée comme les autres places mondiales par la brusque accélération de la remontée des taux en prévision de nouvelles hausses des taux de la Réserve fédérale.

  • GBL attrape le tournis avec les parcs d'attraction espagnols

    Parque Reunidos , le groupe espagnol de parcs d’attraction qui exploite Bobbenjaanland, souffre à la Bourse de Madrid après un nouvel avertissement sur résultat qui entraîne une chute de plus de 8% de l'action.

    Des soucis supplémentaires pour son gros actionnaire GBL dont l'action représentative lâche 0,81%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Costco, Snap, Tesla...

    * TESLA - Elon Musk, le patron de Tesla, s'est de nouveau mis à dos la SEC, le gendarme de Wall Street, en la qualifiant jeudi de "Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert", un jeu de mots avec l'acronyme SEC, quelques jours après avoir négocié un arrangement pour mettre fin à une enquête pour fraude. Le titre perdait plus de 2% en avant-Bourse.

    * COSTCO a publié un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 5% à 44,41 milliards de dollars, à peine supérieur au consensus (44,27 milliards), et la croissance de ses ventes en ligne a ralenti à 26,3%. La marge brute a par ailleurs reculé sous l'effet d'une hausse des coûts et des investissements. Le titre de la chaîne de magasins d'entrepôt, en hausse de 25% cette année, cédait près de 3% à 225 dollars en après-Bourse.

    * FORTINET - Le spécialiste de la cybersécurité va intégrer l'indice S&P-500 à compter du 10 octobre en remplacement d'Envision Healthcare, racheté en juin par KKR pour 5,57 milliards de dollars.

    * GENERAL ELECTRIC - H. Lawrence Culp, nommé lundi à la tête du conglomérat, percevra un salaire de base de 2,5 millions de dollars par an en tant que directeur général, selon un avis financier publié jeudi qui précise aussi que son contrat court sur quatre ans.

    * NIKE et ELECTRONIC ARTS, sponsors de Cristiano Ronaldo, se sont dit jeudi préoccupés par les accusations d'agression sexuelle portées contre le footballeur portugais.

    * SNAP - Le directeur général Evan Spiegel s'est fixé pour objectif de parvenir à une rentabilité annuelle en 2019 et a défini toute une série d'objectifs stratégiques, rapporte le site Cheddar jeudi, citant un mémo interne. Le titre de la maison-mère du réseau social Snapchat a progressé de plus de 3% dans les échanges en après-Bourse, après avoir clôturé jeudi à un plus bas depuis son introduction en Bourse en mars 2017.

    * SUTRO BIOPHARMA - Le géant pharmaceutique Merck & Co a déclaré une participation passive de 11,9% dans le laboratoire de biotechnologies à la date du 26 septembre, selon un avis financier publié jeudi soir par la SEC.

     

  • Ronaldo accusé de viol: la Juventus perd 5,75%

    Le titre du club de football de la Juventus Turin perd plus 5,75%, alors que le malaise grandit autour de sa star Cristiano Ronaldo, accusé de viol aux Etats-Unis.

    La police de Las Vegas a annoncé lundi avoir ouvert l'enquête sur les accusations portées par Kathryn Mayorga, 34 ans aujourd'hui, qui affirme dans une plainte au civil que Ronaldo l'a sodomisée de force en juin 2009.

     

    ©REUTERS

  • Le point à la mi-séance

    Dégagements sur les actions, tensions sur les taux, prudence avant l'emploi US

    1. Les indices actions européens se replient, pénalisés par la remontée des taux obligataires tout en gardant un oeil sur l'Italie qui a abaissée en début de journée ses prévisions de croissance économique et de déficit.

    2. La publication des chiffres mensuels de l'emploi américain à 14h30 incite à la prudence. La statistique, et plus spécialement sa composante sur le salaire horaire moyen, prend un relief tout particulier dans le cadre de la remontée des taux d'emprunt.

    3. Francfort cède 0,62%, Londres 0,60%, Bruxelles 0,50%, Paris 0,43% et Amsterdam 0,35%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,20% et l'indice DJ Stoxx 600 0,43%.

    4. Le repli sectoriel le plus marqué est pour le compartiment des ressources de base, avec une baisse de 3,17% pour ArcelorMittal.

    5. L'automobile souffre également avec un repli de 0,62% pour Valeo.

    6. A la hausse, Eutelsat prend 5%, la plus forte hausse du SBF 120, des traders évoquant un relèvement de recommandation par Goldman Sachs.

    7. A Bruxelles, Proximus gagne 2,52%, aidé par Jefferies.

    8. Unilever est à l'équilibre à Amsterdam. Le groupe anglo-néerlandais a abandonné de son projet de siège social unique aux Pays-Bas face à l'opposition croissante de ses actionnaires britanniques.

    9. L'euro se tasse de 0,15% face au dollar à 1,1495, pénalisé par le budget italien et sous pression avant l'emploi US.

  • "Les prix chez Jumbo 11% inférieur à ceux de Colruyt"

    Une étude réalisée par Daltix, spécialiste des données, montre qu'en comparant 600 produits de marque, les prix en ligne de Jumbo sont en moyenne inférieurs de 11% à ceux de Colruyt . "Cela ne présage rien de bon pour le secteur de la distribution alimentaire belge et ses acteurs", déclare l'analyste d'ING, Giel-Jan Triest.

    Les 11% doivent toutefois être remis en perspective. La rentabilité de Jumbo est principalement due à la réduction des coûts de personnel aux Pays-Bas. L'analyste ne pense pas que les prix de détail de l'alimentation vont baisser de 11%, ce qui ne serait pas tenable en Belgique. Néanmoins, l’arrivée du nouveau discounter, prévue pour le second semestre de 2019, exercera des pressions sur tous les acteurs.

  • "Une marge bénéficiaire plus élevée au second semestre sera difficile à réaliser pour Ontex"

    Kepler Cheuvreux s'attend à ce que les prix de la pâte à papier, principale matière première des couches, restent à un niveau élevé pour les deux prochaines années. La hausse des prix des matières premières continuera donc d’affecter Ontex , d’autant plus qu’il est difficile pour l'entreprise de répercuter les prix plus élevés sur les clients. Le broker table actuellement sur une augmentation des coûts des matières premières d'au moins 10% ("une hausse à deux chiffres").

    Ontex a promis une amélioration de la marge d'EBITDA au second semestre, mais ce sera difficile à réaliser, selon Kepler Cheuvreux. Pour la totalité de l'année 2018, le courtier compte désormais sur une marge d'Ebitda de 10,2%, soit 110 points de base de moins qu'en 2017.

    Le conseil reste de conserver ses actions avec un objectif de cours de 20 euros.

  • KBC relève ses ambitions sur trois SIR

  • La situation sur les marchés

    Les actions dans le rouge, les taux montent encore, l'emploi US attendu

    1. Les Bourses européennes reculent dans l'attente de la publication du rapport mensuel sur l'emploi et les salaires aux Etats-Unis, qui prend un relief tout particulier dans un contexte d'accélération de la remontée des rendements obligataires.

    2. Francfort perd 0,77%, Bruxelles 0,65%, Londres 0,62%, Amsterdam 0,58% et Paris 0,39%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,42% et le Stoxx 600 de 0,58%.

    3. Les taux des emprunts d'Etat de référence progressent encore vendredi dans les premiers échanges, celui du Bund à dix ans prenant deux points de base à plus de 0,56%. Celui des Treasuries à dix ans se maintient pour sa part au-dessus de 3,21%.

    4. La séance de vendredi sera dominée par le rapport mensuel sur l'emploi américain du mois de septembre, attendu à 14h30.

    5. Le repli sectoriel le plus marqué est pour le compartiment des ressources de base (-2,02%) avec, à Paris, une baisse de 3,67% pour ArcelorMittal, lanterne rouge du CAC 40.

    6. L'automobile (-1,07%) souffre également avec un repli de 1,91% pour Valeo à Paris.

    7. A la hausse, Eutelsat prend 4,96%, la plus forte hausse du SBF 120 , des traders évoquant un relèvement de recommandation par Goldman Sachs.

    8. A Bruxelles, Proximus et Kiadis se distinguent avec des gains de respectivement 2,5% et 6%.

    9. Le dollar progresse encore un peu après avoir atteint jeudi son plus haut niveau depuis le 20 août face à un panier de devises de référence. L'euro, lui, oscille autour du seuil de 1,15 dollar après être tombé jeudi à 1,1460, son plus bas niveau depuis six semaines.

  • Draghi a rencontré Mattarella pour parler budget

    Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), a rencontré le président italien, Sergio Mattarella, pour parler du budget de 2019, mal accueilli par les marchés, a déclaré vendredi à Reuters une source politique.

    La BCE s'est refusée à tout commentaire à ce sujet.

    La Repubblica et La Stampa écrivent vendredi que la réunion entre Mario Draghi et Sergio Mattarella a eu lieu mercredi et que le président de la BCE a mis en avant les risques qui seraient liés à une réaction négative des marchés au projet de budget.

  • Mithra va émettre 1,9 million de warrants

    Mithra annonce son intention de tenir une assemblée générale extraordinaire le 5 novembre prochain. Il sera soumis à son approbation un nouveau plan de warrants par lequel un maximum de 1.881.974 warrants pourraient être émis. → Le communiqué.

  • Eutelsat monte, Goldman Sachs passe à l'achat

    Eutelsat affiche la meilleure performance de l'indice SBF 120 en Bourse de Paris, avec un bond de 4,82% à 22,38 euros, une hausse que plusieurs intervenants expliquent par le relèvement de la recommandation de Goldman Sachs à "acheter" contre "neutre".

    L'action de son concurrent SES prend 1,78%.

  • Proximus: +3%

    L'opérateur télécom Proximus se distingue sur Euronext Bruxelles par une progression de 3% de son action représentative, dans un marché bruxellois globalement en baisse de 0,37%.

    JP Morgan et à l'origine de cette grimpette du titre, le broker ayant relevé sa recommandation et son objectif de cours sur la valeur. La reco passe à "surpondérer" contre "neutre" et l'objectif de cours de 24 à 26 euros.

  • Samsung s'attend à un bénéfice record

    Samsung Electronics pense que son bénéfice a bondi à un niveau record au troisième trimestre, sa division de puces ayant notamment profité de la forte demande des centres de données et de gains de productivité.

    Le net recul des prix de certains types de semi-conducteurs a toutefois mis fin à un cycle de forte croissance de deux ans caractérisé par un déséquilibre entre l'offre et la demande. Des analystes pensent ainsi que le trimestre juillet-septembre marquera un pic pour les résultats du géant sud-coréen.

    Le premier fabricant mondial de smartphones et de puces mémoire estime que son bénéfice d'exploitation trimestriel a probablement bondi de 20,4% à 17.500 milliards de won (13,4 milliards d'euros) avec un chiffre d'affaires en hausse de 4,8%, des résultats conformes aux attentes du marché.

    Au deuxième trimestre, le bénéfice d'exploitation de Samsung n'avait augmenté que de 6%, pénalisé par les ventes inférieures aux attentes du smartphone Galaxy S9 et la concurrence des téléphones bon marché des marques chinoises.

     

    ©AFP

  • Voici le briefing actions belges du jour

  • KBCS sur D'Ieteren

    D'Ieteren a l'intention de vendre en ligne des voitures de marque Volkswagen à partir de janvier prochain.

    L'avis de Cédric Duinslaeger de KBC Securities: "Nous pensons qu’il existe une demande spécifique pour l’achat en ligne de nouvelles voitures, mais de manière limitée dans l'immédiat. En plus de cela, c'est un moyen valable d'essayer de réaliser plus de ventes et d'obtenir de nouveaux clients. Pas de changement pour notre modèle de valorisation dans l'immédiat. Nous réitérons notre conseil d'achat et le prix cible de 50 euros par action".

  • KBC Securities à l'achat sur Aedifica et Cofinimmo

    KBC Securities relève son conseil sur Aedifica et Cofinimmo à "acheter" contre "accumuler", pour des raisons de valorisation. L'objectif de cours est de respectivement 87 euros et 120 euros.

    Le courtier relève également le prix cible de Montea , de 44,50 à 55 euros, pour tenir compte des derniers développements opérationnels de la SIR. Le conseil de "conserver" est maintenu.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,10%
    • Amsterdam: -0,06%
    • Francfort: -0,14%
    • Paris: -0,10%
    • DJ Stoxx 600: -0,08%

  • Engie et D'Ieteren à suivre à Bruxelles

    D'Ieteren - Le patron de D’Ieteren Auto, Denis Gorteman confirme que sa société va vendre des voitures de marque Volkswagen en ligne dès janvier. Ce sont toujours les concessionnaires qui factureront. La pratique est très peu courante en Europe, mais il s’agit pour D’Ieteren d’occuper le terrain. → Notre article

    Engie - L'agence belge de sûreté nucléaire va enquêter pour déterminer si Electrabel, la filiale belge d'Engie, a sous-estimé la dégradation du réacteur de Doel 3, a dit l'un de ses experts à Reuters.

  • "Les indices européens devraient rester sous le coup des craintes entourant la poussée de fièvre des rendements américains et les investisseurs auront bien évidemment les yeux braqués sur les chiffres de l'emploi américain de septembre mais surtout la croissance des salaires."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Tokyo finit en baisse dans le sillage de Wall Street

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse dans le sillage de Wall Street la veille, la hausse des rendements des emprunts d'Etat américains rendant les actions moins séduisantes à l'échelle globale.

    → L'indice Nikkei a perdu 0,8%
    → Le Topix, plus large, a cédé 0,47%

  • Forte hausse des commandes à l'industrie en Allemagne

    Les commandes passées à l'industrie allemande ont nettement rebondi de 2,0% sur un mois en août, après avoir reculé de 0,9% en juillet, selon une estimation publiée vendredi par l'office fédéral des statistiques Destatis.

    Cette statistique ressort bien au-dessus du pronostic des économistes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur une hausse plus modeste de 0,6%.

  • Unilever renonce à un siège unique

    Unilever a annoncé l'abandon de son projet de siège social unique aux Pays-Bas face à l'opposition croissante de ses actionnaires britanniques.

    Le groupe anglo-néerlandais présentait comme un moyen de simplifier sa structure et d'améliorer son efficacité.

    Les actionnaires britanniques redoutaient d'être contraints de vendre leurs titres si l'action Unilever n'était plus cotée sur le FTSE 100, l'indice phare de la Bourse de Londres. Ils s'interrogeaient aussi sur la fiscalité s'appliquant aux dividendes néerlandais.

  • Lenovo et ZTE attaqués

    Le fabricant d'ordinateurs Lenovo (-15%) et l'équipementier télécoms ZTE (-11%) décrochent en Bourse de Hong Kong, les investisseurs craignant pour leurs ventes après une information de Bloomberg suivant laquelle les systèmes de certaines sociétés américaines sont gangrenés par des processeurs trafiqués, insérés par des espions chinois.

    Apple et Amazon ont démenti jeudi que les services de renseignement chinois aient inséré de telles puces dans leurs systèmes informatiques à des fins d'espionnage.

    Super Micro Computer, le fournisseur des cartes pour les serveurs, selon Bloomberg, a également démenti.

    Les analystes et investisseurs expliquent que, aux yeux du marché, les entreprises et les ménages pourraient dorénavant hésiter à se fournir en produits technologiques chinois.

    "Lenovo baisse plus que les autres parce que les Etats-Unis représentent une bonne partie de son activité", observe Linus Yip (First Shanghai Securities). "L'action a aussi beaucoup monté ces derniers mois (...) donc son cours est relativement élevé; ces informations peuvent inciter certains à vendre et prendre leur bénéfice."

  • +2,8%
    Une croissance de 2,8% de salaires attendue
    Selon le consensus réalisé par Reuters avant les indicateurs de cette semaine, les économistes prévoient en moyenne 185.000 créations de postes après les 201.000 annoncées pour août, un retour du taux de chômage à 3,8%, son plus bas historique, et une croissance de 2,8% des salaires en rythme annuel, après 2,9% pour la période précédente.

  • Le point sur la situation à 7h30

    Prudence en vue en Europe, les taux et l'emploi US à surveiller

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues hésitantes à l'ouverture dans l'attente de la publication du rapport mensuel sur l'emploi et les salaires aux Etats-Unis, qui prend un relief tout particulier dans un contexte d'accélération de la remontée des rendements obligataires.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien prendrait autour de 0,1% à l'ouverture. Le Dax à Francfort évoluerait à l'équilibre et le FTSE à Londres prendrait 0,2%.

    3. Les Bourses européennes ont clôturé sur une baisse marquée jeudi et Wall Street a suivi le mouvement, les actions continuant de reculer face à la remontée des rendements des emprunts d'Etat, un mouvement qui affecte particulièrement les marchés émergents.

    4. Les indicateurs économiques vigoureux des derniers jours et les commentaires enthousiastes de la Réserve fédérale sur la bonne santé de l'économie américaine ont ravivé les craintes d'une accélération de l'inflation, propulsant le rendement des Treasuries à 10 ans vers un pic de huit ans de 3,23%.

    5. Les rendements obligataires dans la zone euro ont aussi monté, dans le sillage de leurs équivalents américains, ce qui n'a pas empêché le "spread transatlantique" - l'écart de rendement entre les 10 ans américain et allemand - de s'élargir à 275 points de base, du jamais vu depuis trois décennies.

    6. Dans ce contexte, la séance sera surtout dominée par le rapport mensuel sur l'emploi américain du mois de septembre (14h30). Selon le consensus réalisé par Reuters avant les indicateurs de cette semaine, les économistes prévoient en moyenne 185.000 créations de postes, un retour du taux de chômage à 3,8% et une croissance de 2,8% des salaires en rythme annuel.

  • Le rendement des Treasuries à 10 ans à un pic de huit ans

    La Bourse de New York a fini en net repli jeudi, quoiqu'au-dessus de ses plus bas du jour, affectée comme les autres places mondiales par la brusque accélération de la remontée des rendements obligataires en prévision de nouvelles hausses des taux de la Réserve fédérale.

    → Le Dow Jones a cédé 0,75%, mettant fin à six séances de hausse qui l'avaient porté à de nouveaux records
    → Le S&P-500 a perdu 0,82%.
    → Le Nasdaq Composite a chuté de 1,98%, plombé par les poids lourds technologiques.

    Les indicateurs économiques vigoureux des derniers jours et les commentaires enthousiastes de la Fed sur la bonne santé de l'économie américaine ont ravivé les craintes d'une accélération de l'inflation, propulsant le rendement des Treasuries à 10 ans à un pic de huit ans de 3,23%.

    Au vu de l'enquête ADP et l'indice ISM des services bien meilleurs que prévu publiés mercredi, bon nombre de traders se disent que les chiffres de l'emploi de septembre, attendus vendredi, dépasseront eux aussi le consensus et ils surveilleront particulièrement la composante des salaires, surtout après l'annonce par Amazon cette semaine du relèvement du salaire minimum de ses employés.

     

    "Une nouvelle surprise à la hausse avec la croissance salariale renforcerait le sentiment que l'inflation va s'installer au-dessus de l'objectif de 2% et que la Fed pourrait devoir durcir sa politique monétaire plus rapidement que ce qui était anticipé jusqu'ici."
    Hussein Sayed
    Responsable de la stratégie de FXTM

  • L'italie ajuste ses prévisions de croissance

    L'Italie a ramené sa prévision de croissance de 2018 de 1,5% à 1,2% dans une mise à jour du Document économique et financier (DEF) du gouvernement publiée vendredi.

    Le gouvernement formé par le Mouvement des 5 étoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite) a également relevé l'objectif de déficit budgétaire de 2018 à 1,8% du Produit intérieur brut (PIB) au lieu de l'objectif de 1,6% établi par le précédent gouvernement de centre-gauche.

    Rome vise également un rapport de la dette au PIB de 130,9% cette année, de 130,0% en 2019, de 128,1% en 2020 et de 126,7%
    en 2021.

  • A suivre ce vendredi 5 décembre

    → ECONOMIE / FINANCE

    Chine
    • Marchés fermés

    Corée
    • Samsung Electronics / résultats du T3

    Espagne
    • Revue par Moody's de la note souveraine

    Etats-Unis
    • 14h30 Créations d'emploi, taux de chômage, salaires / septembre
    • 14h30 Balance commerciale / août

    France
    • Revue de la note par S&P

    Japon
    • Consommation des ménages / août

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Immobel - Possibilité de souscrire à l'émission de nouvelles obligations. Jusqu'au 12 octobre.

  • Bonjour !

    Si vous cherchiez le "market live" de L'Echo, ne bougez plus vous y êtes et, grâce à lui, vous ne manquerez rien des principaux développements de cette séance de Bourse du vendredi 5 octobre.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés