1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine sans direction, prudente après la nomination de Powell à la Fed

Les marchés européens ont essuyé une vague de prises de bénéfices ce jeudi, dans l'attente du nom du futur responsable de la Réserve fédérale. Quant aux marchés américains, ils ont clôturé en ordre dispersé, prudents après la nomination de Powell à la Fed.
  • Fin du live

    Merci à toutes et à tous de nous avoir suivi tout au long de cette nouvelle journée très chargée sur les marchés.

    Bonne soirée

  • Starbucks déçoit avec ses ventes, le titre chute

    Starbucks a publié ce jeudi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, sous le coup des ouragans de la fin de l'été qui ont perturbé ses activités dans les régions concernées aux Etats-Unis et dans un contexte de durcissement de la concurrence sur le marché du café.

    Les ventes mondiales de la chaîne américaine ont augmenté de 2% à périmètre comparable alors que le consensus de Factset les donnait en hausse de 3,2%. Les ventes des régions Amériques, Europe et Asie ont toutes progressé à un rythme inférieur aux attentes.

    L'action chutait de 7,3% à 50,85 dollars dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street, reflétant la déception des investisseurs qui avaient pris l'habitude de voir le groupe de Seattle battre largement le consensus.

  • Apple surprend avec ses prévisions à la veille de la sortie de l'iPhoneX

    A la veille de la sortie de son tout nouveau bijou, l’iPhone X, Apple a largement dépassé les prévisions avec un bénéfice net en hausse de 19% et des ventes d’iPhone qui ont augmenté de 3% au quatrième trimestre.

  • Wall Street prudente après la nomination de Powell à la Fed

    La Bourse de New York a clôturé en ordre dispersé jeudi, prudente après la nomination de Jerome Powell à la tête de la banque centrale américaine (Fed). Le Dow Jones a avancé de 0,35% à 23.516,26 points, un nouveau record. Le Nasdaq a perdu 0,02% à 6.714,94 points. Le S&P 500 a quant à lui avancé de 0,02% à 2.579,85 points.

    Le fait que Donald Trump ait choisi Powell marque une volonté de continuité en matière de politique monétaire. Ce banquier d'affaires est toutefois aussi perçu comme favorable à un allègement de la régulation financière. De quoi favoriser les capacités de prêts des institutions bancaires et la croissance économique. Les valeurs financières se sont particulièrement distinguées après cette nomination, représentant la deuxième plus forte hausse sectorielle sur la journée au sein de l'indice S&P 500 (+0,86%).

    Plus tôt dans la journée, la présentation des mesures concrètes de la réforme fiscale par les républicains au Congrès n'avait pas beaucoup ému les marchés, les grandes lignes de la réforme étant déjà largement connues.


  • Wall Street clôture sans direction

    • Le Dow Jones a gagné 0,35% à 23.516,26 points.
    • Le Nasdaq a reculé de 0,02% à 6.714,94 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 0,49 point à 2.579,85 points.
  • Le pétrole aidé à New York par la hausse des tarifs de l'Arabie saoudite

    Le prix du baril de pétrole coté à New York s'est légèrement apprécié ce jeudi, aidé par la hausse de tarifs pratiquée par l'Arabie saoudite, chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en décembre, référence américaine du brut, a clôturé à 54,54 dollars sur le New York Mercantile Exchange après avoir oscillé entre pertes et gains pendant la majeure partie de la séance, prenant ainsi 24 cents.

    "Le marché continue d'être soutenu par la baisse des stocks de produits pétroliers aux Etats-Unis et l'anticipation de la prolongation de l'accord conclu entre les membres de l'Opep et d'autres pays producteurs pour limiter leur production", a avancé Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

  • Jerome Powell est le nouveau président de la Fed

    → Découvrir son portrait ici.

    Wall Street est resté totalement insensible à cette nomination, sans surprise il faut bien le reconnaître. A une demi-heure de la clôture, le Nasdaq et le S&P 500 sont respectivement en baisse de 0,06% et 0,05%, tandis que le Dow Jones est en hausse, lui, de 0,22%.

  • À l'agenda ce vendredi

    PEKIN :

    - Indice PMI Caixin-Markit des services / octobre

    LONDRES :

    - 10h30 Indice PMI IHS Markit-CIPS des services / octobre

    WASHINGTON :

    - 13h30 Créations d'emploi, taux de chômage, salaires / octobre

    - 13h30 Balance commerciale / septembre

    - 15h00 Indice ISM des services / octobre

    - 15h00 Commandes à l'industrie / septembre

     

    ENTREPRISES

    PARIS :

    - Société générale / résultats du T3

    - ALD Automotive / résultats du T3

    - 07h15 Air France-KLM / résultats du T3 

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont globalement clôturé dans le rouge ce jeudi, essuyant des prises de bénéfices après cinq séances de hausse consécutives. "La consolidation vient du fait que nous sommes sur des plus hauts, après de belles séances", explique Ludovic Dufour, gérant allocataire d'actifs chez Mandarine Gestion. "Il y a eu des éléments positifs, dont la BCE qui a gardé beaucoup d'options, ce qui a favorisé le marché. Mais maintenant, tout cela est un peu digéré".

    Le Cac 40 a reculé de 0,07% et le Dax allemand de 0,18%. Le Footsie britannique a par contre progressé de 0,90%. En cause, l’augmentation modeste du taux directeur de la Banque d'Angleterre (BoE) - une première depuis dix ans - qui a entraîné un fort repli de la livre sterling.

    Incertitudes à court terme pour MDxHealth

    Le Bel 20 a dans un premier temps évolué en petite hausse avant de décrocher en milieu de matinée. L’indice phare de la Bourse de Bruxelles a ainsi clôturé sur un repli de 0,35% à 4.102,26 points.

    Quelques valeurs qui composent le Bel 20 a tout de même gardé la tête hors de l’eau. En tête, Umicore a gagné 0,81% à 38,81 euros. Engie a notamment grimpé de 0,72% à 14,61 euros, Sofina de 0,70% à 130,20 euros, GBL de 0,12% à 92,72 euros et Proximus de 0,10% à 28,92 euros.

    Le titre Ontex (-3,51% à 28,83 euros) a par contre terminé lanterne rouge en raison d’un abaissement de recommandation. La banque Société Générale a retiré la valeur de sa liste d’achat et a revu son conseil à "conserver". L’objectif de cours passe de 34 à 32,50 euros.

    De son côté, ING a clôturé sur une baisse de 0,72% à 15,82 euros après avoir gagné jusqu’à 0,85% en début de séance. La banque néerlandaise a dégagé un revenu sous–jacent total de 4,408 milliards d’euros pour le troisième trimestre, en hausse de 1% mais inférieur aux attentes du marché (4,361 milliards). Le résultat net sous-jacent est par contre supérieur aux prévisions, avec une hausse de 3,1% à 1,378 milliard d’euros. "Les résultats sont meilleurs que prévu, mais cela est principalement dû à de moindres provisions pour pertes sur prêts (LLP)", souligne Bart Jooris, de Degroof Petercam. L’analyste a prévu de revoir à la hausse ses estimations, tout en maintenant sa recommandation à "conserver".

    Sur le marché élargi, MDxHealth a dégringolé de 10,89% à 4,25 euros. La société liégeoise a vu son chiffre d'affaires généré par les ventes de produits progresser de 3% à 18,2 millions de dollars, "affectées négativement par l'impact des ouragans". Ce qui l’oblige à cibler le bas de ses estimations de croissance, établies entre 55 % et 75 %. MDxHealth a également prévenu de délais potentiels dans le traitement des commandes aux États-Unis, qui, dans le pire des cas, pourraient réduire de 10% sa guidance. "Bien que le potentiel à long terme de l'entreprise demeure, ces incertitudes à court terme nous amènent à réduire notre recommandation", a expliqué Stéphanie Put de Degroof Petercam, dont le conseil passe à "accumuler".

  • Clôture des marchés européens

    FTSE-100 (Londres) +0,90%

    CAC 40 -0,07%

    AEX -0,12%

    DAX -0,18%

    BEL 20 -0,35%

  • AT&T n'a toujours pas l'aval des USA au rachat de Time Warner

    AT&T  continue de discuter avec le département américain de la Justice des conditions éventuelles pour que ce dernier donne son aval au rachat de Time Warner  par l'opérateur télécoms, a appris Reuters de sources proches du dossier. 

    Le Wall Street Journal a rapporté auparavant qu'AT&T était encore loin de satisfaire aux exigences du département de la Justice (DoJ) et que ce dernier envisageait sérieusement d'ouvrir une procédure pour bloquer le rachat de Time Warner.

    AT&T, numéro deux de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, souhaite racheter Time Warner pour 85,4 milliards de dollars (73,24 milliards d'euros) afin de mettre la main sur des contenus avec les chaînes de télévision comme HBO et CNN, les studios de cinéma Warner Bros et d'autres actifs dans les médias. Selon ses précédentes déclarations, l'opérateur s'attend à conclure la transaction d'ici la fin de l'année.

  • Teva chute à Wall Street, les prévisions de nouveau abaissées

    Kåre Schultz, CEO de Teva ©Lundbeck

    Teva Pharmaceutical Industries , le numéro un mondial des médicaments génériques, perd près de 20% à Wall Street après l'annonce d'une nouvelle révision à la baisse de ses prévisions de résultats, conséquence de la concurrence sur le marché américain.

    Le groupe israélien, coté sur le marché new-yorkais, prévoit désormais un BPA hors exceptionnels annuel situé entre 3,77 et 3,87 dollars, contre 4,30 à 4,50 dollars auparavant. Il a également abaissé sa prévision de chiffre d'affaires, à 22,2-22,3 milliards contre 22,8-23,2 milliards jusqu'à présent. Avant les annonces de ce jeudi, les analystes financiers attendaient en moyenne un BPA annuel de 4,19 dollars pour un chiffre d'affaires de 22,6 milliardsj, selon Thomson Reuters I/B/E/S.

    Teva explique souffrir de la contribution plus faible que prévu de ses nouveaux génériques au chiffre d'affaires aux Etats-Unis, ainsi que de l'érosion des prix de vente.

    Autre facteur pénalisant pour la valeur: Allergan  , le premier actionnaire de Teva, a annoncé mercredi son intention de commencer à réduire sa participation, actuellement proche de 10%.

  • Wall Street en ordre dispersé, les yeux braqués sur la Fed

    La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé peu après l'ouverture jeudi, alors que les investisseurs attendent la nomination probable de Jerome Powell à la tête de la banque centrale américaine

    L'attention était tournée vers la probable nomination de Jerome Powell à la tête de la Fed, en remplacement de l'actuelle présidente Janet Yellen. Selon le Wall Street Journal, ce républicain modéré dont le nom circule depuis des semaines, aurait été informé de sa nomination mercredi soir par la Maison-Blanche.

    Le président américain Donald Trum va s'exprimer sur le sujet à 19H00 GMT, selon son agenda public.

    L'actuel gouverneur de la Fed est réputé proche de Janet Yellen en matière de vision sur les taux, plutôt accommodants pour l'économie américaine.

    "Il est trop tôt pour affirmer qu'il est plus colombe ou faucon" (partisan d'une politique monétaire accommodante ou d'un resserrement rapide des taux lorsque l'économie se porte mieux), a souligné Chris Low de FTN Financial.

     

    "Dans un environnement normal de rapport entre le niveau des taux et l'inflation, les taux américains devraient être à 3%, pas à 1,125% comme aujourd'hui. Donc même après deux hausses de taux au cours des prochains mois, la politique monétaire resterait très stimulante."
    Sam Stovall de CFR

  • La productivité a augmenté de 3,0% aux USA

    La productivité aux Etats-Unis a augmenté de 3,0% au troisième trimestre, selon la première estimation du département du Travail publiée jeudi.

    Cette augmentation résulte d'une progression de la production de 3,8% supérieure à celle des heures travaillées (+0,8%). Elle est au-dessus des attentes des analystes qui tablaient sur une hausse de 2,8%.

  • Wall Street les yeux braqués sur la Fed

    La Bourse de New York a ouvert près de l'équilibre jeudi, alors que les investisseurs attendent la nomination probable de Jerome Powell à la tête de la banque centrale américaine: le Dow Jones a avancé de 0,02% et le Nasdaq a reculé de 0,10%.

    Wall Street avait terminé en ordre dispersé mercredi, affaiblie par la baisse d'Apple et après le statu quo de la banque centrale américaine (Fed) sur sa politique monétaire: le Dow Jones avait pris 0,25% et le Nasdaq avait reculé de 0,17%.

  • Wall Street ouvre près de l'équilibre

    Wall Street ouvre près de l'équilibre: Dow Jones +0,02%, Nasdaq -0,10%

  • "La Banque d'Angleterre est étonnamment prudente"

    Le fait que la Banque d'Angleterre ait relevé ses taux n'est pas une surprise, mais bien le fait qu'elle soit très prudente sur les possibles futures hausses des taux, explique James Smith, économiste d'ING. Ce qui explique la baisse de la livre sterling et des taux britanniques.

     

    "Il n'est pas surprenant que la Banque d'Angleterre ait pris la décision historique de relever les taux pour la première fois depuis la crise financière. Mais la grande nouvelle est que la Banque ne dit plus aux marchés que leurs anticipations de taux sont trop basses. Les marchés ont intégré environ deux hausses des taux au cours des trois prochaines années, dont une fois vers la fin de l'année prochaine."
    James Smith
    Economiste chez ING

  • Tour de vis monétaire de la BoE, la livre sterling accuse le coup

    La Banque d'Angleterre (BoE) a relevé jeudi son taux directeur pour la première fois depuis la crise financière internationale, le portant à 0,50% afin de tenter de contrer une inflation galopante depuis le vote des Britanniques en faveur du Brexit.

    Sur les neuf membres que compte le Comité de politique monétaire (CPM) de la BoE, seuls deux, Jon Cunliffe et Dave Ramsden, ont voté pour le maintien de taux directeur à son niveau historiquement bas de 0,25%, auquel il avait été abaissé en août 2016.

     

     

    Le Comité a décidé à l'unanimité de laisser inchangés ses programmes de rachats d'actifs.

    La Banque d'Angleterre (BoE) a aussi révisé en légère baisse sa prévision de croissance pour le Royaume-Uni à 1,6% pour 2017, contre 1,7% précédemment.

    La décision enfonce la livre sterling qui tombe à 1,1252 euro contre 1,1399 mercredi soir.

     

    ©Doc

  • Synthèse boursière de milieu de journée

    1. Les indices actions européens battent en retraite, prudents avant plusieurs rendez-vous importants
    2. Les investisseurs attendent la BoE, la nomination du successeur de Yellen à la tête de la Fed et les détails sur la réforme fiscale de Trump
    3. La croissance du secteur manufacturier en zone euro à un pic de 7 ans
    4. Les résultats d'entreprises animent la séance. Sanofi est en baisse après un ajustement du chiffre d'affaires de son traitement contre le diabète.
    5. A Bruxelles, le trading update de MDxHealth passe mal auprès des investisseurs. Avis de broker sur Ontex. Aedifica est cotée ex-dividende.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (12h30->13h30)

  • SocGen revoit sa copie sur Ontex

    SocGen revoit sa copie sur Ontex , dont la valeur est dégradée à "conserver" contre "acheter". L'objectif est fixé un peu plus bas également à 32,50 euros contre 34 jusqu'ici.

  • La croissance du secteur manufacturier à un pic de près de 7 ans

    L'activité manufacturière de la zone euro a connu une nouvelle accélération en octobre pour évoluer à son rythme de croissance le plus soutenu depuis février 2011, les usines éprouvant des difficultés à répondre à la demande malgré une quantité d'embauches inédite depuis au moins 20 ans.

     

    "Les usines de la zone euro ont entamé le quatrième trimestre avec une vigueur renforcée, l'élan de croissance du secteur ne donnant aucun signe de faiblesse."
    Chris Williamson
    Economiste en chef chez IHS Markit

     

    L'indice des directeurs d'achats (PMI) IHS Markit a été de 58,5 en octobre contre 58,6 en estimation flash, 58,1 en septembre et 57,4 en août. Il s'éloigne ainsi encore un peu plus de la barre des 50 qui délimite croissance et contraction d'activité.

    La croissance des nouvelles commandes est à un pic depuis le début de 2011, ce qui est de bon augure pour le mois de novembre, tandis que la composante mesurant l'emploi est passé de 56,5 à 57,3, un record dans l'histoire de l'enquête PMI, lancée il y a 20 ans.


  • Hugo Boss relève ses prévisions, le titre monte

    Hugo Boss gagne 6% à la bourse de Francfort. La marque de mode allemande a augmenté ses prévisions en 2017 et prévoit désormais une croissance de son chiffre d'affaires (de 0 à 5%) et un résultat d'exploitation stable. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine se sont bien comportés.

  • Tigenix renforce son brevet sur le Cx601

    Tigenix progresse. Le groupe biotechnologique a encore renforcé le brevet européen de son produit principal Cx601 pour le traitement de la fistule périanale complexe dans la maladie de Crohn. Si tout se passe bien, le médicament le plus important pour Tigenix pourra être vendu en Europe à partir du premier trimestre de 2018. KBC Securities confirme le conseil d'achat avec un objectif de cours de 1 euro.

  • Worldline recule, Citi abaisse son conseil à "neutre"

    Le titre Worldline recule jeudi à la Bourse de Paris sur un abaissement de recommandation des analystes de Citigroup, désormais à "neutre" sur le spécialiste des services de paiements.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Les Bourses en Europe évoluent en ordre dispersé, proches de leur point d'équilibre.

    2. La Fed a maintenu son principal taux directeur inchangé, comme prévu, et confirmé le sentiment des marchés qu'elle relèvera bien ses taux en décembre pour la troisième fois de l'année.

    3. Donald Trump a promis une annonce "jeudi après-midi" et il pourrait nommer Jerome Powell, actuel gouverneur de la Réserve fédérale, à la présidence de la Fed.

    4. La Banque d'Angleterre devrait relever son taux directeur pour la première fois depuis plus de dix ans, en dépit d'une croissance économique encore faible.

    5. Aux valeurs en Europe, Credit Suisse prend près de 4% dans les premiers échanges après avoir publié un bénéfice net au troisième trimestre quasiment multiplié par six.

    6. A Paris, Sanofi perd autour de 1%, après l'annonce par le groupe pharmaceutique de résultats nférieurs au consensus t de perspectives ajustées de chiffre d'affaires de ses activités sur le diabète, très chahutées aux Etats-Unis.

    7. A Bruxelles, MDxHealth chute de 10%, après des prévisions 2017 ajustées en raison des ouragans.

  • Le titre Credit Suisse monte après un nouveau bénéfice

    Credit Suisse, que le fonds activiste RBR Capital Advisors voudrait voir être scindé en trois entités, a publié une hausse quasiment multipliée par six de son bénéfice net au troisième trimestre par rapport à à la même période d'il y a un an.

    Le titre prend près de 4% en Bourse de Zurich, parmi les plus fortes hausses de l'indice des valeurs européennes Stoxx 600, est inchangé (-0,02%) au même moment.

    JP Morgan dit dans une note de recherche que Credit Suisse reste sa banque d'investissement préférée en Europe. De son côté, KBW voit dans ses résultats la confirmation de la relance du groupe.

    C'est la troisième hausse trimestrielle d'affilée pour la banque suisse, une première depuis que son directeur général Tidjane Thiam en a pris la tête en juillet 2015.

  • Degroof Petercam ajuste le tir sur MDxHealth

    Degroof Petercam ajuste son conseil sur MDxHealth à "accumuler" contre "acheter". L'objectif de cours est de 5,5 euros contre 6 jusqu'ici.

  • Le Bitcoin franchit la barre des 7.000 dollars

    Le bitcoin passe pour la première fois par la limite des 7.000 dollars. La monnaie numérique a atteint la barre des 5.000 dollar il y a un mois et valait encore 1000 en décembre l'année dernière.

     

  • Sanofi plombé par ses résultats trimestriels

    Sanofi a annoncé jeudi un bénéfice net pour le troisième trimestre en recul de 6,4% à 1,57 milliard d'euros, en raison notamment de la persistance du déclin de son activité diabète aux Etats-Unis, mais a maintenu son objectif annuel.

    Le géant pharmaceutique français, dont le chiffre d'affaires s'est élevé à 9,05 milliards d'euros au troisième trimestre (+0,3% mais -0,2% à taux de change et périmètre constants) a confirmé sa prévision d'un bénéfice par action (BNPA) des activités "globalement stable", à taux de change constants, en 2017.

    Les résultats trimestriels sont nettement en dessous des attentes du consensus des analystes Factset qui tablaient sur un chiffre d'affaires de 10,85 milliards d'euros et sur un bénéfice net de 2,47 milliards.

  • Premier cours pour HelloFresh

    HelloFresh débute à 10,60 euros à Francfort contre un prix de référence de 10,25 euros.

     

    ©Doc

  • | Opening Bell |

    Les indices actions ouvrent en ordre dispersé, les investisseurs marquant une petite pause après trois séances consécutives dans le vert et à l'orée d'une journée où la Fed et la Banque d'Angleterre (BoE) seront à l'honneur. L'indice Dax bute sur la barre des 13.500 points.

    • Bruxelles: +0,14%
    • Amsterdam: +0,05%
    • Francfort: -0,16%
    • Paris: -0,03%
    • DJ Stoxx 600: -0,03%

  • Lourde chute de MDxhealth à l'ouverture

    MDxHealth chute de 9% à l'ouverture après son avertissement sur résultats.

    La société de diagnostic belge MDxHealth a prévenu que la croissance de son chiffre d'affaires pourrait se limiter à une hausse de 45%, alors que dans le meilleur cas elle tablait jusqu'ici sur une hausse de 75%.

  • "Les indices européens devraient ouvrir en légère baisse ce matin malgré les rumeurs insistantes du Wall Street Journal concernant la nomination de Jerome Powell à la tête de la Réserve fédérale américaine (Fed) pour succéder à Janet Yellen. Rappelons l'adage qui affirme que l'on doit acheter la rumeur et vendre la nouvelle."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • IPO d'HelloFresh à la Bourse de Francfort

    La première cotation d'HelloFresh se déroule ce jeudi, une transaction de 318 millions d'euros à la Bourse de Francfort.

    L'intérêt pour les actions du fournisseur d'aliments frais était énorme, lors du processus de souscription. Le carnet de commandes a été plusieurs fois souscrit.

    Le prix de référence est de 10,25 euros.

    La capitalisation boursière attendue d'HelloFresh est d'environ 1,7 milliard d'euros.

  • Powell devrait être le nouveau président de la Fed

    C'était dans l'air depuis le début de la semaine, sa nomination semble de plus en plus probable. Jerome Powell, un républicain modéré, aurait été informé ce mercredi soir par Donald Trump qu'il sera nommé officiellement jeudi à la tête de la banque centrale américaine (Fed), selon plusieurs médias américains.

    Jerome Powell, 64 ans, succèderait ainsi à Janet Yellen, nommée en 2014 et dont le mandat arrive à expiration début février.

    Cet avocat et ancien banquier d'affaires multi-millionnaire a toujours suivi Janet Yellen dans ses décisions monétaires et représenterait donc une certaine continuité, tout en permettant à Donald Trump, en choisissant un républicain, de marquer de son sceau la direction de la banque centrale.

    M. Powell est perçu comme plus favorable à une simplification de la régulation financière. Ce qui pourrait être positif pour les actions des banques et pour la devise américaine, selon les analystes.

     

    Jerome Powell ©REUTERS

  • Synthèse d'avant Bourse

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture au lendemain d'annonces sans surprise de la part de la Fed et alors que Donald Trump s'apprête à désigner le successeur de Janet Yellen à la tête de la banque centrale américaine.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort devraient céder autour de 0,1% à l'ouverture, le FTSE à Londres reculant pour sa part de 0,3%.

    3. La Réserve fédérale américaine a maintenu mercredi son principal taux directeur inchangé, comme prévu, et elle a souligné le dynamisme de la croissance économique et du marché du travail aux Etats-Unis, renforçant ainsi le sentiment des marchés qu'elle relèvera bien ses taux en décembre pour la troisième fois de l'année.

    4. Donald Trump a promis une annonce "jeudi après-midi" et il pourrait nommer Jerome Powell, actuel gouverneur de la Réserve fédérale, à la présidence de la Fed en remplacement de Janet Yellen, dont le mandat s'achève en février 2018.

    5. Toujours sur le front des politiques monétaires, la Banque d'Angleterre (BoE) devrait annoncer qu'elle relève son taux d'intérêt directeur pour la première fois depuis plus de dix ans.

  • ING dégage un bénéfice meilleur que prévu

    ING a annoncé n bénéfice net trimestriel meilleur que prévu, le premier groupe de services financiers néerlandais disant au passage qu'il ferait une proposition au sujet de dividende final vers la fin de 2017.

    Sur les trois mois à fin septembre, le résultat net du groupe est ressorti à 1,38 milliard d'euros, contre 1,35 milliard il y a un an et un consensus des analystes financiers interrogés par Reuters de 1,3 milliard.

  • Nouveau plus haut depuis juin 1996 de Tokyo

    La Bourse de Tokyo a terminé à un nouveau plus haut niveau depuis juin 1996, après déjà de forts gains la veille, sur fond d'un yen plus faible et de l'engouement pour certaines valeurs, notamment celle du constructeur automobile Honda.

    L'indice vedette Nikkei a terminé en hausse de 0,53% à 22.539,12 points (+119,04 points), tandis que l'indice élargi Topix a gagné 0,41% à 1.794,08 points (+7,37 points).

    Le titre Honda a été particulièrement recherché (+5,2% à 3.762 yens), ayant publié la veille des résultats semestriels solides et relevé ses prévisions pour l'exercice en cours.

  • Au programme du jour: la BoE, Trump, Hellofresh...

    Bonjour! Un agenda bien rempli aujourd'hui:
     
    -> La Banque d'Angleterre (BoE) devrait probablement relever ses taux d'intérêt, pour la première fois en dix ans.
    -> Le président Trump devrait annoncer le successeur de Janet Yellen à la présidence de la Fed.
    -> Première cotation d'Hellofresh à la Bourse deFrancfort.
    -> Plusieurs résultats d'entreprises, dont ceux d'ING .
    ->En Belgique, résultats de MDxHealth (avant bourse) et de GBL (après bourse). Aedifica est cotée ex-dividende de 0,59 euro brut.

  • Le live 'Marchés' démarre maintenant. Bonjour à toutes et tous. Merci de nous suivre!

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés