1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street hésite avant la Fed | Aedifica a emmené le Bel 20

La Bourse US a clôturé sans direction ce lundi, les investisseurs jouant la carte de la prudence avant la réunion de la Fed. Les indices boursiers européens ont quant à eux clôturé en légère hausse, à l'exception du Dax de la Bourse de Francfort. Le Bel 20 a retrouvé son niveau d'avant crise.
  • À suivre ce mardi 15 juin

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Demain, la séance sera animée par les chiffres sur l'inflation en Allemagne et en France, ainsi que de nombreuses statistiques publiées outre-Atlantique. Greenyard et Colruyt dévoileront leurs résultats annuels.

  • À Wall Street, le Nasdaq et le S&P 500 terminent à un record

    Le Nasdaq et le S&P 500 ont achevé la séance de ce lundi à Wall Street sur de nouveaux records, dopés par la bonne santé des grandes valeurs technologiques, dans un marché se préparant à une réunion de la Banque centrale américaine. Le Nasdaq est monté de 0,74% à 14.174,14 points et le S&P 500 a gagné 0,18% à 4.255,15 points. Les géants américains Apple (+2,46%), Amazon (+1,11%), Alphabet (+0,77%), Facebook (+1,66%) et Microsoft (+0,78%) ont porté ces deux indices vers de nouveaux sommets. Le Dow Jones a en revanche lâché 0,25% à 34.393,75 points.

    En l'absence d'indicateurs majeurs aux Etats-Unis lundi, le marché a les yeux tournés vers la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed), qui débute mardi et s'achève mercredi. Lors de sa traditionnelle conférence de presse, M. Powell sera sans doute interrogé sur le rythme de l'inflation et le risque d'une surchauffe de l'économie américaine. Jeudi dernier, l'indice CPI a montré une hausse des prix de 5% aux Etats-Unis en mai par rapport à l'an passé, du jamais vu en 13 ans. Dans le même temps, la confiance des consommateurs américains s'est redressée en juin, portée par les perspectives de croissance économique et d'un fort recul du chômage, selon l'estimation préliminaire de l'enquête de l'Université du Michigan publiée vendredi. Pour l'heure, la Fed a clairement dit qu'elle n'envisageait ni de toucher à ses taux bas, actuellement fixés dans une fourchette de 0% à 0,25%, ni de ralentir son programme de rachat d'actif.

    Côté valeurs, Novavax a reculé de 0,94%, l'action de la biotech américaine ne profitant pas d'une annonce que son vaccin anti-Covid était efficace à plus de 90%, y compris contre les variants, après une étude réalisée sur près de 30.000 personnes aux Etats-Unis et au Mexique. Tesla s'est apprécié de 1,28%. Elon Musk, le patron du fabricant américain de véhicules électriques, a indiqué dimanche que l'entreprise accepterait de nouveau les paiements en bitcoins quand la devise virtuelle serait moins polluante. Lordstown Motors a dégringolé de 18,84%. La start-up américaine, qui développe un pick-up électrique, a annoncé les départs immédiats de son patron et de son directeur financier et a reconnu des déclarations "inexactes" sur des pré-commandes.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a perdu 0,25% à 34.394,21 points.

    Le Nasdaq a pris 0,74% à 14.174,14 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,18% à 4.255,18 points.

  • Le pétrole efface ses gains et finit proche de l'équilibre

    Les prix du pétrole ont abandonné une partie de leurs gains ce lundi après avoir touché des niveaux inédits en plus de deux ans.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a fini à 72,86 dollars à Londres, en hausse de 0,24% ou 17 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour le mois de juillet a reculé de 0,04% ou 3 cents, à 70,88 dollars. Le Brent(73,64 dollars) et le WTI (71,78 dollars) avaient atteint en cours de séance des plus hauts depuis respectivement mai 2019 et octobre 2018.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,73% à 4.220,84 points

    AEX: +0,22% à 730,10 points

    Cac 40: +0,24% à 6.616,35 points

    Dax: -0,13% à 15.673,64 points

    FTSE 100: +0,18% à 7.146,68 points

  • Une Fed moins accommodante et un dollar renforcé?

    La Réserve fédérale (Fed) pourrait adopter un ton moins accommodant à l'issue de sa réunion de politique monétaire mercredi, ce qui soutiendrait le dollar face à l'euro , estime TD Securities.

    Le président de la Fed, Jerome Powell, va probablement admettre que la banque centrale a commencé à débattre d'un plan pour réduire son programme d'achats d'actifs, tout en soulignant que sa mise en œuvre dépendra des progrès accomplis sur le front de l'emploi et de l'inflation, souligne le stratégiste Ned Rumpeltin. "Si ce scénario que nous privilégions se réalise, il devrait être favorable au dollar américain", estime-t-il.

  • Les pétrolières en pleine forme

    Les titres liés aux matières premières profitaient de la forte hausse des cours du brut, qui ont entamé la semaine sur de nouveaux records grâce au redémarrage anticipé de la demande. Vers 17 heures, TotalEnergies gagnait 1,60% à 40,98 euros, CGG montait de 4,66% à 1,00 euro. A Londres, Royal Dutch Shell prenait 2,60% à 1.395 pence et BP 2,07% à 331 pence. 

  • Le point sur la tendance

    À moins d'une heure de la fin des échanges, les Bourses européennes restent bien orientées après avoir atteint de nouveaux plus hauts dans la matinée. Confortées par l'anticipation d'une poursuite du soutien monétaire des banques centrales à la veille d'une réunion de la Fed, les grands indices européens ont passé une séance sans accroc.

    Le Bel 20 monte de 0,63% avec 15 pensionnaires dans le vert, dont Aedifica (+5,12%) qui a complètement récupéré les pertes liées à son augmentation de capital de la semaine dernière. Ses voisins européens avancent dans des proportions moins importantes. 

    À Wall Street, les trois grands indices new-yorkais évoluent dans le désordre. Le Nasdaq prend un petit 0,10% alors que le Dow Jones et le S&P 500 lâchent 0,5% et 0,25%. 

  • L'économie française sur de bons rails

    L'activité économique devrait commencer à dépasser son niveau d'avant crise dès le premier trimestre 2022 en France, soit plus tôt qu'initialement prévu, portée par une accélération de la consommation des ménages, a déclaré la Banque de France (BdF).

    Dans ses nouvelles prévisions, l'institution estime que la levée progressive des restrictions sanitaires et l'accélération de la campagne de vaccination vont permettre un fort rebond de l'activité aux troisième et quatrième trimestres cette année. Pour le deuxième trimestre, la deuxième économie de la zone euro devrait enregistrer une croissance de 0,5% par rapport au trimestre précédent.

    Dans ce contexte, la Banque de France revoit à la hausse ses prévisions de croissance pour l'ensemble de l'année: elle table désormais sur un PIB en progression de 5,8% en 2021 contre 5,5% dans sa précédente estimation publiée en mars. La France se situerait ainsi bien au-dessus de la moyenne de la zone euro (4,6%).

  • Le bitcoin retrouve les 40.000 dollars

    Une fois de plus, le patron de Tesla Elon Musk semble faire la pluie et le beau temps sur le cours du bitcoin. L'excentrique milliardaire, qui avait fait chuter les prix en annonçant que son groupe n'accepterait plus les paiements en bitcoin, a affirmé dimanche qu'il pourrait revenir sur sa décision si "une part raisonnable (environ 50%) de l'utilisation d'énergie des mineurs vient de sources renouvelables".  

    Le fonctionnement du réseau bitcoin est très énergivore, et a été critiqué pour son impact sur l'environnement par plusieurs études. Après avoir grimpé de 9% dimanche, le bitcoin est en hausse de 14% sur les 24 dernières heures et a retrouvé les 40.000 dollars abandonnés à la fin du mois de mai dernier. 

  • New York se cherche une tendance

    Wall Street a entamé la séance en ordre dispersé au début d'une semaine qui sera marquée par la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale.

    15 minutes après l'ouverture, le Dow Jones baissait de 0,32% et le S&P 500, qui avait dépassé son record vendredi à la clôture, lâchait 0,12%. Le Nasdaq grappillait en revanche 0,19%. 

  • Une SPAC a trouvé sa proie à Wall Street

    Le champion américain du commerce en ligne de produits alimentaires en vrac Boxed va entrer en bourse par le biais d'une fusion avec la SPAC Seven Oaks Acquisition, dans le cadre d'une opération valorisant l'entreprise combinée à environ 900 millions de dollars. La transaction devrait être conclue au cours du quatrième trimestre de 2021.

    IPO et SPAC

  • Iteos: +38%

    La société belge de biotechnologie Iteos est très recherchée à Wall Street. Le géant pharmaceutique GSK va effectuer un premier paiement de 625 millions de dollars sur le compte d'Iteos dans le cadre d'un accord portant sur le développement et la commercialisation de l'EOS-448, un traitement actuellement en phase I et destiné à soigner les tumeurs solides avec un essai prévu pour 2022.

    Quelques minutes après le début des échanges, le titre coté uniquement sur le Nasdaq grimpait de 36% à 27,24 dollars. 


  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,08% 
    S&P 500: -0,03% 
    Nasdaq Composite: +0,07%  

  • Les 5 actions préférées de Joost Olbrechts

    Joost Olbrechts est gestionnaire chez Karakter Invest Kameleon Fund, une SICAV-SIF luxembourgeoise. Ses cinq actions préférées sont Regeneron, WisdomTree Physical Gold, Roche, AMS et Cofinimmo.

  • L'Espagne revoit ses prévisions de croissance à la hausse

    La Banque d'Espagne a révisé en légère hausse sa prévision de croissance pour 2021, à 6,2%, en raison de l'accélération de l'activité économique au deuxième trimestre, de l'arrivée prochaine des fonds européens et de la bonne avancée de la vaccination.  

    Dans sa précédente prévision, publiée fin mars, l'institution tablait sur 6%. Pour expliquer ce changement, la banque centrale cite "la moindre incidence de la pandémie, sur fond de progression de la vaccination", ainsi que la mise en oeuvre du méga plan européen de relance dont l'Espagne sera l'un des principaux bénéficiaires, à hauteur de 140 milliards d'euros, dont environ la moitié sous forme de subventions non remboursables et l'autre moitié sous forme de prêts.  

  • Lordstown Motors: -8% en avant-bourse

    Lordstown Motors a annoncé la démission de son directeur général, Steve Burns, et de son directeur financier, Julio Rodriguez, quelques jours après que le constructeur de camions électriques a prévenu qu'il pourrait ne pas avoir assez de liquidités pour poursuivre ses activités l'année prochaine.

    Le titre perd 8% en avant-bourse.

  • Ferrari perd de sa superbe

    Le secteur auto, un des compartiments les plus recherchés depuis le début de l'année, avec le secteur bancaire, a la tête des mauvais jours ce lundi sur les marchés européens.

    Les suiveurs des quatre roues ont été refroidis par la dégradation de la recommandation pour Ferrari (-1,67%) émise par les analystes de Goldman Sachs, qui passent à "vendre", contre "acheter" auparavant.

    Ces derniers redoutent que les plans du patron fraîchement nommé à la tête de Ferrari ne coûtent cher aux investisseurs à court terme. Benedetto Vigna, le nouveau CEO de la marque au cheval cabré, ambitionne de mettre sur les routes une Ferrari entièrement alimentée par batterie d'ici à 2025.

    Lire aussi | Benedetto Vigna, l'électricien choisi pour conduire Ferrari

  • Wall Street est attendue sur une note stable

    Wall Street est attendue sur une note stable, voire en légère hausse pour le Nasdaq, la perspective d'un maintien prolongé des politiques accommodantes des banques centrales s'ajoutant aux espoirs de reprise économique pour alimenter l'appétit pour le risque.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse de 0,05% pour le Dow Jones, en hausse de 0,05% pour le S&P 500 et en progression plus marquée de 0,33% pour le Nasdaq.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA gagne 1% dans les transactions en avant-bourse alors que son dirigeant Elon Musk a déclaré, dans un tweet dimanche, que le constructeur automobile pourrait utiliser de nouveau le bitcoin comme moyen de paiement si les "mineurs" de la cryptomonnaie utilisaient davantage d'énergie renouvelable.

    * Le tweet d'Elon Musk a fait monter le bitcoin, ce qui profite aux entreprises spécialisées dans les cryptomonnaies et la blockchain. SILVERGATE CAPITAL gagne 3,3%, RIOT BLOCKCHAIN 6,9% et MARATHON DIGITAL HOLDINGS 7,6%.

    * NOVAVAX grimpe de 7,8% dans les échanges en avant-bourse. Le laboratoire pharmaceutique a présenté, ce lundi, des données de son essai clinique de stade avancé aux États-Unis montrant que son vaccin est efficace à plus de 90% contre différents variants du Covid-19.

    * HUMANIGEN gagne 1,9% dans les transactions en avant-bourse. Le groupe pharmaceutique a démarré le processus d'autorisation au Royaume-uni pour son traitement lenzilumab pour les patients atteints du Covid-19.

    * Les groupes aurifères sont sous pression avec la baisse du cours spot de l'or dans un contexte de renforcement du dollar et d'apaisement des craintes sur l'inflation. NEWMONT CORP et BARRICK GOLD reculent respectivement de 1,04% et 1,25%. Les actions cotées à New York de ANGLOGOLD ASHANTI , GOLD FIELDS et HARMONY GOLD chutent de 1,95% à 3,14%.

  • Le dollar reste stable avant la Fed

    Le dollar reste stable à la veille du début de la réunion du comité de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed). "Le marché est maintenant pris entre les chiffres impressionnants de l'inflation américaine la semaine dernière et la réunion de la Fed cette semaine", explique Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

    L'inflation a atteint 5% sur un an en mai aux États-Unis, ce qui pourrait pousser l'institution monétaire à envisager un durcissement de sa politique. La Fed a promis, pour l'instant, de garder ses taux bas et son programme de rachats d'actifs pour permettre à l'économie malmenée par la pandémie de Covid-19 de se remettre. "Nous ne nous attendons pas à ce que le changement de politique de la Fed soit suffisamment agressif pour renforcer durablement le dollar", estime Lee Hardman, analyste chez MUFG, qui souligne que la Fed pourrait rapprocher sa prochaine hausse de taux à 2023, mais difficilement plus tôt.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Elia et Aedifica, stars du Bel 20 | Une biotech grimpe | Sofina et Kinepolis souffrent (+Briefing)

  • Zone euro: hausse plus marquée que prévu de la production industrielle

    La production industrielle de la zone euro a augmenté plus que prévu en avril, grâce à une production de biens de consommation durables plus que doublée par rapport à l'année précédente alors que les économies rouvrent progressivement après la pandémie, montrent les données publiées par l'Office statistique de l'Union européenne.

    La production industrielle dans les 19 pays partageant l'euro a progressé de 0,8% en glissement mensuel, et de 39,3% par rapport à avril 2020. Les économistes prévoyaient en moyenne une hausse de 0,4% sur un mois et de 37,4% sur un an.

    • Les biens de consommation durables ont enregistré la hausse la plus marquée en avril par rapport à mars, la production ayant augmenté de 3,4% après des baisses mensuelles de 1,2% en février et en mars. En glissement annuel, la hausse de la production de biens de consommation durables a connu une progression spectaculaire de 117,3% après une hausse annuelle de 34,5% en mars, les biens d'équipement ayant également augmenté de 65,4% en glissement annuel et les biens intermédiaires de 38,7%.

  • Le pétrole continue d'avancer porté par les données sur la demande future

    Les prix du pétrole commencent la semaine par de nouveaux records annuels, en écho aux prévisions encourageantes pour la demande d'or noir partagées vendredi par l'AIE et en l'absence d'avancée notable sur le front du nucléaire iranien.

    Les analystes avancent l'impact toujours présent des données publiées vendredi par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui prévoit, dans son dernier rapport mensuel, que la demande mondiale de pétrole devrait dépasser les niveaux d'avant la pandémie d'ici à la fin de 2022. Elle devrait être de 100,6 millions de barils par jour au quatrième trimestre de l'an prochain, un peu plus que le précédent pic atteint au quatrième trimestre de 2019, juste avant le début de la crise du Covid-19. Ces données sont logiquement "perçues comme positives par les investisseurs", estime Naeem Aslam, d'Avatrade.

    La veille, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait partagé des prévisions optimistes pour cette année, tablant sur une accélération de la reprise de la demande pétrolière au cours du deuxième semestre. Le marché doit cependant "garder à l'esprit les négociations en cours sur l'accord nucléaire entre les États-Unis et l'Iran", rappelle M. Aslam. Téhéran "est capable d'augmenter son offre de pétrole dans un laps de temps relativement court", a-t-il continué, "ce qui pourrait entraîner un recul significatif des prix mondiaux du pétrole".

  • L'UE recrute des banques pour sa 1ère émission obligataire liée au fonds de relance

    L'Union européenne a recruté des banques pour la première émission obligataire de son fonds de relance face à l'épidémie due au coronavirus, selon les notes de deux chefs de file du syndicat bancaire consultés par Reuters. La nouvelle obligation à dix ans sera lancée mardi sous réserve des conditions du marché. L'Union européenne a mandaté BNP Paribas, DZ Bank, HSBC, IMI-Intesa Sanpaolo, Morgan Stanley, Danske Bank et Santander.

    L'Union européenne a dit espérer lever cette année 80 milliards d'euros sur le marché obligataire.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent sur des plus hauts dans la matinée, la perspective d'un maintien prolongé des politiques accommodantes des banques centrales s'ajoutant aux espoirs de reprise économique pour alimenter l'appétit pour le risque.

    → À Bruxelles, le Bel 20 gagne 0,16%, à 4.196,88 points, après avoir ouvert la séance au-dessus de son niveau d'avant pandémie. Ailleurs en Europe, l'indice CAC 40 progresse de 0,34%, le Dax avance de 0,18% et, à Londres, le FTSE prend 0,36%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,26%, le FTSEurofirst 300 s'adjuge 0,26% et le Stoxx 600 avance de 0,2%, après avoir atteint plus tôt en séance un plus haut historique, à 460,51 points.

    • Le secteur pétrolier mène la hausse en Europe avec un gain de 1,51% pour son indice Stoxx. 
    • À l'inverse, le compartiment automobile abandonne 0,79% avec un repli de 2,59% pour Ferrari sous le coup d'une dégradation de la recommandation de Goldman Sachs à "vendre", contre "achat" auparavant. 
    • Lanterne rouge du Stoxx 600, Philips lâche 3,91% après avoir annoncé le rappel, aux États-Unis, de certains appareils respiratoires et ventilateurs en raison de la présence d'une partie en mousse qui pourrait se dégrader et devenir toxique.
  • Le Bel 20 retrouve son niveau d'avant pandémie

    Le 17 février 2020, le Bel 20 avait touché les 4.198,31 points, ne se doutant alors pas qu'il avait clôturé à son sommet de l'année. Il ne se doutait pas non plus qu'il allait brusquement piquer du nez pour se retrouver, le 17 du mois suivant, à un petit peu plus de 2.500 points.

    La remontée des poids lourds de la cote bruxelloise, AB InBev et KBC, a permis au Bel 20 d'effacer les pertes dues à la crise du coronavirus. Toutefois, le titre du brasseur, qui pèse 12% de l’indice, affiche encore un recul de plus de 4% par rapport à son niveau d’avant pandémie. L’action KBC, qui pèse 10% de l’indice, cote encore 8% en dessous de ce niveau.

  • "Les marchés ont adopté en intégralité le point de vue de la Fed" sur l'inflation

    "En ce début de semaine, les marchés devraient (...) évoluer dans le calme, dans l'attente des conclusions du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) mercredi soir. Depuis la publication d'une inflation à 5% en mai sur un an aux États-Unis, davantage que les attentes du consensus, les marchés ont paradoxalement adopté en intégralité le point de vue de la Fed, qui estime que cette accélération sera temporaire."
    Tangi Le Liboux
    stratégiste du courtier Aurel BGC

  • Voici le briefing actions belges

    Le Bel 20 totalement guéri | Mithra en forme | IBA sous pression (+Briefing)

  • Colis Privé annonce à son tour un projet de cotation à Paris

    Le groupe français Colis Privé, spécialisé dans la livraison de colis à domicile pour le commerce en ligne, a annoncé vouloir se coter en bourse à Paris afin de financer son expansion sur fond de forte croissance du e-commerce. La société, qui travaille également pour le français Veepee ou des enseignes comme H&M et Uniqlo, dit avoir signé une croissance de 46% de ses revenus l'an dernier, à 233,8 millions d'euros, pour un ebitda courant de 21,5 millions (+94%), profitant de l'explosion du volume des colis transportés.

    Pour 2021, la société table sur une croissance organique en France d'environ 25%, supérieure à la moyenne attendue pour le marché (9%), et vise un taux annuel de croissance "composé" d'environ 20% pour la période 2023-2025.

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,43%

    AEX +0,42%

    BEL 20 +0,39%

  • Un investisseur belge sur deux s'attend à un rebond de l'économie dans les prochains mois

    Un investisseur belge sur deux (49%) s'attend à un rebond de l'économie dans les prochains mois, ressort-il du dernier baromètre des investisseurs de la banque ING. C'est le pourcentage le plus élevé depuis le lancement de l'enquête en 2004.

    Les annonces concernant la réouverture de l'économie et les bonnes performances des bourses ont poussé le Baromètre ING des Investisseurs à la hausse en mai (120 points, contre 107 en avril). L'indicateur a ainsi atteint son plus haut niveau depuis janvier 2018. Dans ce contexte d'attentes élevées, les investisseurs osent prendre davantage de risques: 33% jugent le moment approprié pour miser sur des secteurs plus risqués, alors que 24% sont de l'avis contraire. 

    120
    points
    Les annonces concernant la réouverture de l'économie et les bonnes performances des bourses ont poussé le Baromètre ING des Investisseurs à la hausse en mai (120 points, contre 107 en avril). L'indicateur a ainsi atteint son plus haut niveau depuis janvier 2018.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont de nouveau attendues en hausse à l'ouverture, l'appétit pour le risque continuant de dominer les marchés d'actions à la veille du début de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale.

    → Les contrats à terme signalent une hausse de 0,17% pour le CAC 40 parisien, de 0,11% pour le Dax à Francfort, de 0,14% pour le FTSE à Londres et de 0,19% pour l'EuroStoxx 50.

    En dépit de l'annonce d'une accélération de l'inflation aux États-Unis, les investisseurs ont pris le parti de croire que cette hausse des prix sera, comme le pense la Réserve fédérale, transitoire et donc pas de nature à modifier la politique monétaire accommodante de la banque centrale. Ces craintes sur l'inflation mises de côté, les opérateurs de marché peuvent se concentrer sur les perspectives de rebond économique, très favorables aux marchés d'actions.

    Le rendement des Treasuries à dix ans est stable, à 1,4585%, après avoir touché, vendredi, un creux depuis début mars, à 1,428%. En Europe, le rendement du Bund allemand de même échéance évolue peu aussi, à -0,274%.

    Le dollar est peu changé face à un panier de devises de référence, après avoir enregistré son plus fort gain hebdomadaire en plus d'un mois, les cambistes restant dans l'attente des annonces de politique monétaire de la Fed. L'euro recule légèrement, à 1,2095 dollar, non loin de son creux d'un mois touché vendredi, à 1,2091.

  • Clariant va vendre ses pigments à Heubach Group et SK Capital Partners

    Le groupe suisse de chimie Clariant va vendre ses activités de pigments à l'allemand Heubach Group et à la société d'investissement SK Capital Partners sur la base d'une valeur d'entreprise de 805 à 855 millions de francs suisses (740 à 786 millions d'euros). Le groupe suisse, qui cherchait un repreneur pour ses pigments dans le cadre d'un recentrage de son portefeuille, a signé un accord définitif avec ce consortium pour leur vendre ce pan d'activité, a-t-il indiqué dans un communiqué.

    La cession de cette unité, soumise à autorisation réglementaire, devrait être finalisée durant le premier semestre 2022. À la clôture de l'opération, Clariant réinvestira dans la société de holding qui va être créée en prenant une participation de 20%.

  • Elon Musk fait encore la pluie et le beau temps sur le bitcoin

    Le bitcoin a atteint un pic de deux semaines ce lundi, à un peu moins de 40.000 dollars, après de nouveaux tweets du patron de Tesla  , Elon Musk, qui a repoussé les critiques sur son influence sur le marché et a déclaré que Tesla avait vendu du bitcoin, mais pourrait reprendre de nouveau l'utiliser.

  • L'assemblée des actionnaires de Nyrstar s'annonce chaude

    Nouveau bras de fer à l’horizon entre les actionnaires minoritaires de Nyrstar  et le groupe Trafigura.

    Comme la loi le leur permet, les premiers, forts d’une participation de 6,64%, détenue conjointement par Kris Vansanten, Bee Inspired BV et Quanteus Group BV, ont ajouté deux points à l’ordre du jour de l’assemblée de Nyrstar qui se tiendra le 29 juin.

  • Greenyard cède sa filiale néerlandaise spécialisée dans les champignons

    Greenyard   annonce avoir signé un accord en vertu duquel Cornerstone Investment Management, une société polonaise d'investissement en capital-risque, en coopération avec Kartesia, un fournisseur de financement européen spécialisé, acquerra 100 % des actions de Greenyard Prepared Netherlands. Lire le communiqué

    La finalisation de la transaction devrait avoir lieu au cours de l'été 2021. La valeur nette des actions a été déterminée à 17 millions d'euros. La cession ne devrait pas avoir d'effet significatif sur les résultats financiers de Greenyard. Mais elle devrait permettre une réduction de l'endettement.

  • Christine Lagarde: "Il est trop tôt pour débattre de la fin de l'aide de la BCE"

    L'économie de la zone euro est à un tournant, mais sa reprise doit être ferme et durable avant que la Banque centrale européenne (BCE) puisse débattre de la réduction de son aide d'urgence, a déclaré Christine Lagarde, la présidente de la BCE, dans une interview accordée à Politico.

    "Je ne suggère pas que le programme d'achat d'urgence face à la pandémie (PEPP) va s'arrêter le 31 mars", a-t-elle indiqué. "Nous avons beaucoup de flexibilité, mais en termes de perspectives économiques, nous allons dans la bonne direction."

  • OVHcloud dit à nouveau préparer son introduction en bourse

    Le groupe français OVHcloud, premier fournisseur européen de services d'informatique dématérialisée, a annoncé un projet d'introduction en bourse sur Euronext Paris, sans toutefois fournir de calendrier précis. Il a divulgué, pour la première fois, un bénéfice d'exploitation annuel, précisant que son bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (ebitda) s'élevait à 255 millions d'euros en 2020. 

    Son chiffre d'affaires était de 632 millions d'euros en 2020, en hausse de 5% par rapport à l'année précédente.

    L'entreprise familiale avait déjà dit, en mars dernier, avoir entamé des préparatifs en vue d'une cotation, deux jours avant qu'un incendie ne détruise un de ses centres de données - un désastre qui a soulevé des inquiétudes quant à sa capacité à ouvrir son capital.

    ©REUTERS

  • Est-ce une bonne idée d'investir comme Marc Coucke?

    87%. C’est le rendement qu’aurait obtenu un investisseur ayant acheté, fin décembre 2016, les cinq actions préférées de Marc Coucke qui avait publié à l’époque sa liste d’actions préférées sur Twitter.

    Les cours des actions Fagron  , Lotus Bakeries   et Smartphoto   ont tous pratiquement doublé. Mithra   a augmenté de 160% malgré les problèmes liés à son ancien CEO François Fornieri. La seule déception de la liste fut le producteur de lasagnes Ter Beke   qui, depuis lors, a perdu 19% à cause d’une contamination à la listeria. Nul ne sait aujourd’hui si l’entreprise fait toujours partie du portefeuille de Marc Coucke.

  • Vincent Juvyns (JPMorgan Asset Management): "La meilleure alternative à l'inflation, c'est d'investir son patrimoine"

    L’inflation donne du fil à retordre aux banques centrales. En zone euro, elle a augmenté à 2% en mai, son rythme le plus élevé depuis 2018. La forte progression de l’indice des prix à la consommation a poussé la Banque centrale européenne à relever ses prévisions d’inflation. Toutefois, au terme de sa réunion de politique monétaire jeudi, l’institution a décidé de ne pas toucher à ses taux d’intérêt ni à ses programmes de rachats d’actifs. Du côté des États-Unis, les prix à la consommation ont augmenté de 5% en un an, à 3,8% en mai, du jamais vu depuis treize ans. Mais la secrétaire au Trésor Janet Yellen a évoqué des facteurs transitoires. La Réserve fédérale américaine table sur un retour à 2% d’ici quelques mois.

    Vincent Juvyns, responsable de la stratégie d’investissement chez JPMorgan Asset Management, constate aussi des facteurs temporaires responsables de la hausse de l’inflation. Il ne voit pas un retour à la situation des années 60 et 70, durant lesquelles une forte inflation avait perduré alors que l’économie tournait au ralenti, autrement dit, un scénario de stagflation.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce lundi 14 juin 2021.

    Le principal point d'attention de cette semaine sera incontestablement la réunion de la Réserve fédérale (Fed). La banque centrale des États-Unis réunit son comité de politique monétaire à partir de mardi. La décision de celui-ci doit être annoncée mercredi à 20h, heure belge, avant une conférence de presse de son président, Jerome Powell, une demi-heure plus tard.

    Quelques indicateurs conjoncturels permettront aussi de prendre le pouls de l'économie de la zone euro. Ce lundi, on connaîtra l'évolution de la production industrielle en avril. Les économistes tablent, en moyenne, sur une croissance de 0,4%, après la hausse de 0,1% de mars. Il faudra également être attentif aux chiffres définitifs de l'inflation de mai, publiés jeudi. La hausse des prix devrait être confirmée à 2% et l'inflation sous-jacente à 0,9%.

    La tendance est inégale ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 gagne 0,56% à Tokyo tandis que le Sensex lâche 0,41% à Bombay. À noter que les bourses d'Australie, de Chine et de Hong Kong sont fermées ce lundi.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés