Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Que gagnent les meilleurs investisseurs du monde?

En 2008, les meilleurs gérants de hedge funds ont amassé 8,6 milliards d'euros. Comment ont-ils réussi un tel exploit?

(mon argent/tijd/l'écho) – Une récession? Quelle récession? Même s’ils ont souffert de la crise, les hedge funds ont continué de tirer des profits colossaux. Selon le classement annuel des 25 meilleurs gestionnaires de l’industrie établi par Alpha Magazine, ils ont amassé 11,6 milliards de dollars en 2008.

En moyenne, chacun d’entre eux est reparti avec les poches pleines de 464 millions de dollars. En 2007, ils avaient gagné 892 millions de dollars chacun, un record. Même si en 2008, ils n'ont gagné qu'environ la moitié de ce qu'ils avaient gagné en 2007, cela reste tout de même le 3ème meilleur résultat jamais réalisé. Quatre gérants de fonds ont même réussi à empocher plus d'un milliard de dollars en 2008. Entre James H. Simons, John Paulson, John Arnold et George Soros, il n'y a que l'ordre de classement qui ait changé par rapport à l'année précédente.

Quel est leur secret?

James Simons: 1,8 milliard d'euros

Il ne peut y avoir qu'un gagnant. Et la palme revient à Paul Simons (71 ans) pour la troisième fois. En 2006 et 2007, le fondateur de Renaissance Technologies avait déjà remporté le titre du meilleur gérant dans le classement réalisé par Alpha Magazine.

On ne sait pas exactement comment James Simons atteint un rendement annuel de 35% en moyenne. Mais les mathématiques y sont certainement pour quelque chose. Vers la fin des années 80, l'ancien professeur en math développe des modèles qui prédisent des variations de cours et jouent sur les petites anomalies des prix des actions, dérivés et matières premières.

Simons avait déjà une brillante carrière derrière lui, avant de s'adonner à son emploi actuel. A l'âge de 23 ans, il enseignait les mathématiques à la célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT). Dans les années 60, sa vision mathématique a également été mise à profit. Durant la guerre du Vietnam, il a travaillé comme "décodeur" au Ministère de la Défense. Simons a quitté le monde académique en 1978, car il considérait celui-ci comme "trop lent".  

John Paulson: 1,5 milliard d'euros

Paulson se distingue pour avoir anticipé la chute du marché immobilier US. Ses fonds ont performé de 30 % en moyenne en 2008.
Jusqu'à l'année dernière, John Paulson (53 ans) n'était pas plus qu'un simple gestionnaire de hedge funds parmi d'autres. Mais il s'est distingué en anticipant la crise du crédit et en tirant profit. En 2007, il investit 2,3 milliards d'euros en spéculant sur la chute du marché immobilier américain. Cela lui valut la première place du classement d'Alpha Magazine. En 2008, Paulson a également fait preuve d'une bonne capacité à prédire les événements. Il a spéculé – à nouveau sans se tromper – sur la chute des banques britanniques. En septembre de l'année dernière, a il pris des positions short sur Lloyds Bank et HBOS, juste avant que l'organisme de contrôle n'interdise le shortselling.

Pauson avait créé son fonds en 1994, après avoir appris le métier chez Bear Stearns. Bien que Paulson ait réussi à tirer profit de la crise, il n'a pas l'intention d'investir dans le fonds d'investissement public-privé mis sur pied aux Etats-Unis pour délivrer les banques des actifs toxiques.

John Arnold: 1,1 milliard d'euros

John Arnold (35 ans) est le seul nouveau venu dans le top 4. Pourtant, ce gestionnaire n'en est pas à ses débuts. En 2007, après avoir calculé le revenu annuel de John Arnold (alors âgé de 33 ans), les personnes chargées d'établir la liste Trader Monthly Top 100 des plus hauts revenus des investisseurs à travers le monde ont failli tomber à la renverse. Elles avaient estimé le benefice personnel annuel d'Arnold entre 1,5 et 2 milliards de dollars (1,3 milliards d'euros). Arnold obtenait ces bénéfices en spéculant sur une chute des prix du gaz. Arnold a appris le métier dans la société de commerce d'énergie Enron, où, en 2001, il engendra à lui seul 750 millions de dollars de bénéfices. Cette performance lui valut un bonus de 8 millions. En 2002, après la faillite d'Enron et l'absorption du marché de l'énergie par la banque suisse UBS, il fonda Centaurus Energy et s'entoura de négociants en énergie réputés. Le fonds Centaurus Energy devint rapidement le plus puissant fonds spécialisé dans le commerce de l'énergie.

George Soros: 810 millions d'euro

Dans le monde financier, le président de Soros Fund Management dispose d'un statut quasi divin. Cet investisseur d'origine hongroise a gagné et perdu des milliards en spéculant sur des devises surévaluées. Il affrontait les autorités qui essayaient de maintenir le taux de change de leurs devises à des niveaux artificiellement élevés. Ce qui distingue Soros des autres investisseurs, c'est que sa richesse lui permet de prendre de grands risques et de survivre à des déboires. À l'instar de son collègue américain Warren Buffett, Soros est aussi riche dans les bons moments que dans l'adversité. L'affirmation de Keynes selon laquelle "le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" n'est donc pas applicable à Soros. Bien que Soros soit à la tête de l'un des plus grands hedge Funds au monde, il a reconnu au Congrès américain que le secteur nécessitait plus de surveillance. 

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés