Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Assurance de solde restant dû, quelle formule choisir?

Lors du financement de la construction ou de l'achat de votre maison, la banque, qui accorde le prêt hypothécaire, exige le plus souvent une asssurance de solde restant dû. Faut-il opter pour une prime unique ou des versements annuels?
Publicité

(Extrait de la revue hebdomadaire Mon Argent du 10 mars 2007)

Lors de la souscription d'une assurance solde restant dû, vous avez le choix entre payer une prime unique ou répartir le paiement sur plusieurs années. Dans ce cas vous aurez encore le choix entre une prime fixe ou variable.

Evitez la prime unique

En raison de l'avantage fiscal, de plus en plus de Belges optent pour une assurance de solde restant dû avec paiement anticipé de la prime, soit sous la forme d'une prime unique versée à la souscription du crédit, soit par le biais d'une assurance-pension avec prime répartie sur quelques années seulement.

Bien qu'il recèle assurément des avantages sur le plan fiscal, le fait d'anticiper le paiement des primes d'assurance de solde restant dû comporte également un inconvénient ? de poids. Imaginez-vous que vous décédiez l'année suivante. C'est de l'argent purement et simplement jeté par les fenêtres! La prime unique n'est donc intéressante que pour ceux qui restent en vie jusqu'à l'échéance du crédit. Mais vous ne savez jamais à l'avance si vous vivrez aussi longtemps?

Optez pour la prime variable

Si vous optez pour cette formule, la prime de risque varie chaque année. Lors de la première moitié de la durée du crédit, elle augmente légèrement: puisque vous vieillissez chaque année, votre risque de décès augmente. Vers la fin du crédit, le capital de solde restant dû diminue brutalement, ce qui va à son tour entraîner une diminution des primes.

Avec ce système, vous payez chaque année exactement la prime nécessaire pour garantir le solde impayé de cette année. Si vous décédez pendant la durée de crédit, le capital décès sera versé et vous ne devrez plus payer de primes par la suite. Vous n'avez anticipé aucun paiement et vous n'avez donc rien payé de trop si vous décédez après quelques mois.

ou ... la prime annuelle constante

Il existe une troisième possibilité: vous payez une prime annuelle constante pendant deux tiers de la durée du crédit. Cela correspond, pour un emprunt traditionnel à 20 ans, à 13 ans. Pour les emprunts à 25 ans, qui ont beaucoup gagné en popularité ces dernières années, la prime constante sera à payer pendant 16 ans.

Nouvelle alternative via l'épargne-pension

KBC, Swiss Life et Fortis, notamment, ont mis sur le marché des produits destinés à financer une assurance de solde restant dû via le régime fiscal de l'épargne-pension.

Chez KBC, lorsque l'achat d'une habitation est prévu, la banque puise dans les réserves constituées dans le cadre de l'épargne-pension pour financer les primes annuelles de l'assurance de solde restant dû.

Ensuite, le client pourra continuer à épargner sur le contrat de pension existant mais, dans ce cas, pour la constitution d'un capital pension complémentaire.

Cette formule a cependant un inconvénient: d'un point de vue financier, les assurances de solde restant dû de la KBC font partie des plus chères du marché!

Swiss Life vous permet en revanche de payer les primes annuelles constantes habituelles (pendant 13 ans) par le biais de l'assurance-pension. L'inconvénient de ce système est qu'il vous empêche pendant 13 ans d'?uvrer pour votre pension par le biais d'une assurance-pension déductible.

Cette formule offre un avantage fiscal supplémentaire. En effet, les versements effectués en faveur d'une assurance-pension ne sont pas soumis à la taxe d'assurance de 1,1%, alors que c'est le cas des primes d'une assurance de solde restant dû «classique».

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés