Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Bons d'état belges attractifs sur le marché secondaire

Depuis plusieurs semaines, les taux d'intérêt ne cessent de grimper un peu partout dans le monde. Chez nous, le rendement de l'OLO à 10 ans (Obligation Linéaire Obligatie) évoluait hier aux alentours de 4,67%. Il s'agit de son plus haut niveau depuis novembre 2002.

(l'écho) Dans la foulée de cette orientation haussière des taux, les banques viennent de relever les taux de leurs bons de caisse. Chez Fortis par exemple, celui à un an s'élève désormais à 4,05% et celui à 3 ans à 4,10%. Du côté des bons d'Etat, on n'est pas en reste. Lors de la dernière émission qui s'est déroulée à la fin du mois de mai, le papier à 3 ans offrait un taux facial de 3,80%. Tous ces chiffres s'entendent bien sûr bruts, c'est-à-dire qu'ils ne tiennent pas compte du précompte mobilier dû à l'administration des impôts et qui est de 15%. Si l'on applique ce précompte, ces rendements baissent respectivement à 3,4425%, 3,485% et 3,23%.

Chute des cours obligataires

Ces rendements sont les plus élevés que l'on connaisse depuis plusieurs années. Ils ont de quoi, on l'imagine, réjouir l'épargnant. Mais, pour peu que celui-ci scrute davantage ce que les marchés peuvent lui offrir de mieux, il peut parfois trouver des occasions plus «généreuses» encore.

Conséquence de la hausse des taux, les bons d'Etat émis ces dernières années ont subi une baisse de leurs cours sur le marché secondaire - le marché sur lequel sont traités les bons après leur lancement. Emis la plupart du temps à 100%, ces produits, que l'on retrouve cotés sur Euronext Bruxelles, affichent généralement des cours bien en deçà de 100% à l'heure actuelle. Du coup, leur rendement attendu a explosé.

Prenons comme exemple le bon d'Etat (code 974) lancé en 2005, venant à échéance le 4 septembre 2010 et offrant un coupon brut de 2,6%.

Vendredi dernier, son cours avait touché en Bourse un plancher de 93,81%, un niveau qui se compare avec un prix de 100,50% lors de son émission. Cela veut dire que, pour une souscription d'un montant de 10.000 euros de bons d'Etat (payée 10.050 euros dans notre cas en raison du prix d'émission) en 2005, la valeur «intrinsèque» de cet investissement a fondu à présent à 9.381 euros. Mais que l'épargnant qui a suivi cette opération se rassure. Son investissement remontera à 100% de sa valeur nominale à l'échéance, en septembre 2010, à 10.000 euros.

Pour un investisseur en quête de placement, ce bon d'Etat, comme d'autres, peut constituer une opportunité. Car, grâce à son cours «bradé», son rendement total à l'échéance s'élèvera grosso modo à 13,6% net, soit à près de 4,5% net en moyenne par an durant 3 ans. Comment parvenons-nous à cette performance? Le calcul d'un rendement à l'échéance relève d'une formule sophistiquée. Mais pour faciliter la compréhension, nous proposons de procéder simplement.

Rendement en hausse

L'investisseur qui a acheté ce bon d'Etat à 93,81%, et pour lequel il a donc payé 9.381 euros, sait qu'il en obtiendra 10.000 euros à l'échéance, en septembre 2010. Ce qui représente une plus-value de 619 euros. A ce gain, il convient d'ajouter le coupon annuel (221 euros soit 2,21% net sur 10.000 euros, ou 2,36% sur 9.381 euros) qu'il percevra durant trois années, et qui s'élèvera à 663 euros nets. Au total, à l'échéance de trois ans, cet investissement aura ainsi rapporté à son détenteur un gain de 1.282 euros. Dans le même temps, un bon de caisse de 10.000 euros procurera 1.045 euros nets (3 x 348,5 euros). Soit 18,5% de moins qu'un placement en bon d'Etat.

Précisons que l'achat d'emprunts d'Etat sur le marché secondaire entraînera des frais, de même que leur conservation par les banques, qui raboteront quelque peu les gains réalisés. En outre, celui qui acquiert des bons d'Etat avant le détachement du coupon annuel paiera au vendeur ce qu'on appelle les «intérêts courus». Des intérêts qu'il récupérera bien entendu intégralement lors du paiement par l'Etat des coupons.

Marc Collet

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés