Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Désintérêt soudain pour le Marché Libre et Alternext

Alors qu'en 2006, le Marché Libre était en grande vogue et que les cours bondissaient d'une dizaine de pourcents, ce segment de marché, connaît le calme plat. Pourquoi ce délaissement ?
Publicité
  • La faillite d'une des sociétés cotées sur le marché libre, ZNJ, a probablement refroidi les esprits et fait craindre un effet boule de neige.
  • Le manque de liquidité de certaines valeurs. Certaines entreprises n'ont apporté que 10% de leur capital en bourse. Comme les cours reculent, les petits investisseurs hésitent à vendre.
  • Le manque de communication des entreprises. La cristallerie Val St Lambert qui communiquait fort bien après son introduction en décembre 2005, n'a plus rien divulgué depuis mai dernier.

Vincent Weghsteen van Weghsteen & Driege, la maison de bourse qui introduit les PME sur le Marché Libre se montre pourtant rassurant. 'Les investisseurs attendent probablement la publication des résultats annuels avant d'effectuer des transactions. L'intérêt pour de nouvelles introductions reste important. Il y a d'ailleurs 4 nouvelles introductions en préparation actuellement.

Apathie des cours

En raison du désintérêt pour le Marché Libre et Alternext, les cours évoluent beaucoup moins qu'avant lorsqu'une nouvelle était diffusée.

Le cours de Proximedia n'a pas grimpé malgré l'annonce de plans d'extension. Propharex, le constructeur de mini-labo pharmaceutiques, a vu son cours inchangé après avoir annoncé le rachat du français Favre Cosmetics.

A l'inverse, l'imprimerie Evadix n'a pas été sanctionnée par le marché après avoir annoncé un certain nombre de licenciements.

Par contre la mise en garde sur bénéfice lancée par le confectionneur de cartes géographiques, De Rouck Geomatics, en octobre dernier a fait chuté le cours en conséquence. Celui-ci se trouvait 36 % plus haut.

Conclusion

Tant Patrick Nollet de L'Investisseur que Gert De Mesure (analyste indépendant) entrevoient des opportunités dans le désintérêt actuel pour ces marchés. Mieux vaut acheter après l'introduction en bourse', déclare De Mesure. Car le battage médiatique lors de l'introduction a tendance à trop pousser le cours en avant, ce qui augmente le risque de payer trop. Ensuite, les jeunes sociétés connaissent un temps mort, ce qui constitue alors le bon moment pour acheter.

'Ces marchés comportent des actions bon marché et de qualité, rajoute Patrick Nollet. 'Certaines poussent comme des choux, ont un solide management et paient même déjà un dividende (notamment OTC).

Certaines sociétés pourraient améliorer leur score autrement. C'est le cas de Team International Marketing, un nom inconnu pour beaucoup. Et qui cache en fait la marque des produits électroménagers Kalorik. Si la direction avait choisi le nom Kalorik pour attirer le public, l'action ne serait peut-être pas aujourd'hui lanterne rouge, en tant qu'une des actions les moins négociées sur le Marché Libre.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés