Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Haro sur les carry trade en yen

Si le «prétexte» aux prises de bénéfice avait été début mars la brusque correction des actions chinoises, cette fois c'est l'accélération du débouclage des opérations de «carry trades» qui fait piquer du nez les cours boursiers.
Publicité

La tendance se creuse davantage

(l'écho) - La mise entre parenthèse des carry trades sur le yen a fait glisser Tokyo de 3,34%. La déprime nippone s'est propagée aux autres places d'Asie-Pacifique. L'indice Hang Seng a clôturé en repli de 4%. Taïpei a chuté de 3,74%, Séoul de 2,71%, et Sydney de 2,29%. Quant à Shanghai, dont le plongeon de près de 9% le 27 février avait sonné le début de la tempête boursière mondiale, il a terminé en recul de 1,63%;

Carry trade en cause

La sévère correction entamée la semaine dernière sur les marchés mondiaux est apparemment entrée dans une nouvelle phase car nombreux sont les investisseurs, qui pratiquaient le carry trade, en particulier sur le yen, à battre en retraite et liquider leurs positions. Les opérations de carry trade enregistrent déjà des pertes de plus de 3%

Carry trade, mode d'emploi

Le carry trade consiste à emprunter de l'argent là où les taux d'intérêt sont bas pour le placer dans des actifs disposant d'un rendement plus généreux, n'est «jouable» qu'à la condition que la devise à faible rendement, en l'occurence le yen, continue à se déprécier.

Or, le yen a enregistré sur les 5 dernières séances la plus forte appréciation face à l'euro (+ 4,8%) et au dollar (+ 4%) au cours des cinq dernières séances.

Carry trade en bout de course

Le retour de flamme promet d'être particulièrement douloureux pour les «carry trades» faisant intervenir la devise japonaise.

Car la devise nippone, malgré son appréciation depuis 5 jours, reste encore sous-évaluée de près de 25% face au billet vert et de près de 50% face à la monnaie unique. La tournure actuelle des événements n'est pas vraiment source de sérénité pour les carry traders.

La volatilité des marchés boursiers devrait s'amplifier

L'on sait qu'historiquement ces carry trades tendent à corriger lorsque ils apparaissent être suréévalués de plus de 20% en termes de parité de pouvoir d'achat.»

A fin 2005, en août 2002 et en novembre 1990, à chaque fois que ce seuil psychologique des 20% fut franchi, il ne fallut pas plus de six mois pour que la correction prenne corps. Et le mouvement de repli est souvent assez brutal: l'épisode 1992 s'est soldé par des pertes de 30% en l'espace de 12 mois. Après plusieurs années bénéfiques, il est donc prévisible que le carry trade va continuer à se «dégonfler», avec à la clef pas mal de volatilité sur les marchés boursiers.

L.C.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés