Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Là où le soleil se lève, les valorisations prennent de l'éclat

Invesco estime que la correction sur les marchés asiatiques a créé des opportunités. Qu'il faut saisir maintenant.

Depuis la dernière crise des marchés financiers en Asie en 1997, les standards de "corporate governance" en place et les pratiques managériales ont considérablement changé en Asie. Dans le bon sens du terme s'entend! "Il y a dix ans, alors que j'envisageais de prendre position dans Samsung Electronics en Corée, c'était comme si je plaçais mon argent au noir. Aujourd'hui, je reçois un tas d'informations sur les entreprises asiatiques, parfois sans que je le demande", explique Ian Hargreaves, gestionnaire chez Invesco Asset Management, qui fait partie des spécialistes de la région du groupe.

Cet exemple allant dans le sens d'une plus grande transparence, caractéristique d'une région qui a énormément évolué ces dix dernières années, rend la place plus attrayante encore. Pourquoi? Simplement parce que les récentes péripéties boursières de mai et juin ont fait reculer la plupart des cours des actions asiatiques de l'ordre de 15 à 20 %. "Faire une comparaison avec la crise de 1997 (ndlr: des pratiques bancaires peu "évoluées" faisaient fuir de nombreux investisseurs) ne serait pas approprié! A moins qu'on ne croie dans un revers de l'économie au niveau mondial, il n'y a pas péril en la demeure", note Ian Hargreaves.

Or cette situation ne risque pas de se produire de sitôt. Il est vrai que la remontée des taux d'intérêt aux Etats-Unis a fait naître quelques craintes. "Cependant, au niveau des exportations à partir de l'Asie, le tableau d'ensemble reste bon", note Hargreaves. Les entreprises asiatiques se trouvent dans une situation solide d'un point de vue structurel et les perspectives de revenus restent favorables. "Aujourd'hui les entreprises se donnent des objectifs en termes de bénéfices à réaliser avant même de décider d'un investissement. Dans le passé, c'était l'inverse. Elles investissaient pour générer des bénéfices", note Hargreaves.

Changement aussi au niveau de l'endettement, où les entreprises de la région sont revenues de niveaux qui atteignaient les 200% dans certains cas. "Alors que le rapport de l'endettement par rapport aux capitaux employés a diminué, la profitabilité a augmenté, ce qui est le signe d'un marché sain", explique le gestionnaire d'Invesco.

"Les valorisations d'aujourd'hui reflètent d'une façon réaliste les risques encourus, ce qui n'était pas le cas en début d'année", poursuit-il. Entre janvier et mars de l'année en cours, les marchés ont bondi de 10%. "Cette situation n'était pas tenable à terme", note Hargreaves.

La confiance d'Invesco dans la région sur le long terme se vérifie au niveau du comportement des investisseurs "qui ont retiré peu d'argent", note Olivier Brouwers, responsable commercial chez Invesco. "La plupart des investisseurs pensent que l'Asie reste une région attractive, même si, à court terme, certains hésitent", indique Hargreaves. En pratique, cela signifie qu'Invesco se réoriente, au niveau de son principal fonds, le Invesco Asian Equity Fund, vers des valeurs plus sûres telles que les sociétés actives dans le péage de routes plutôt que de continuer à miser sur des secteurs sensibles comme les technologies.

Sur les dix dernières années, le fonds a battu l'indice MSCI ex-Japan, se situant de façon ininterrompue dans les deux premiers quartiles du secteur. Une situation qui fait qu'au 21 juin, le fonds, qui a connu une performance de 150% en 10 ans, affichait un return positif de 2,85% sur l'année alors que celui de l'indice précité s'établissait à -4%. Invesco continue à miser sur le potentiel que la région offre aux investisseurs.

Les valorisations des entreprises évoluent actuellement autour de 11 fois les bénéfices estimés. Elles font en sorte que le "dividend yield" reste, avec 3% en 2006, au-dessus de la moyenne globale qui se situe selon Invesco à hauteur de 2,5%. Même topo pour 2007: le taux estimé dans la région se situera à hauteur de 3,3 % alors qu'il sera de 2,7% pour le monde.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés