Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

La place Luxembourgeoise n'a plus de désavantage par rapport à sa concurrente helvétique

Selon François Pauly, patron de la Banque Oppenheim à Luxembourg, le Grand-duché commence à attirer des grandes fortunes de l'étranger.

L'écho: Dans quelle mesure l'environnement du private banking a-t-il changé au Luxembourg suite à l'introduction de la directive européenne sur l'épargne?

L'environnement fiscal est devenu plus clair. Le Luxembourg n'a plus de désavantage par rapport à son concurrent suisse.

Mais la relation avec la presse internationale est toujours aussi difficile. Elle ne perçoit pas forcément les changements qui se produisent au Luxembourg.

Je lis par exemple régulièrement dans la presse allemande que le fisc allemand aurait accès aux comptes ouverts à l'étranger par ses résidents. Le secret bancaire n'est pourtant pas si facilement levé chez nous. C'est tout au plus le cas lors d'une commission rogatoire. Mais même dans ce cas, le comportement visé doit être considéré comme un délit à la fois dans le pays concerné directement et au Luxembourg.

L'écho: Le Luxembourg est-il devenu attractif pour des étrangers souhaitant transférer leur résidence dans le pays?

Le nouveau dispositif légal, qui se caractérise par une retenue à la source de 10% et l'exemption fiscale des plus-values réalisées après six mois, va dans ce sens.

Il existe des personnes qui choisissent le Luxembourg comme lieu de résidence, et cela pas seulement pour des raisons purement fiscales. Il s'agit de personnes qui connaissent le Luxembourg, qui proviennent souvent d'une des régions l'entourant, qui aiment bien la vie dans la nature et qui n'ont pas forcément besoin de la vue sur le mont Blanc pour être heureuses.

Non. Les directives européennes ont contribué à éliminer les différences entre les différents pays de l'Union européenne. Les mêmes conditions s'appliquent à tous, qu'il s'agisse de la Suisse, du Liechtenstein, des îles de la Manche ou de Monaco.

Si quelque chose devait changer au dispositif en place, la position de départ sera la même pour tous.

Je me demande par ailleurs si le secret bancaire ne fait pas partie des droits privés de chaque personne. Est-ce un acte public quand un quinquagénaire règle sa succession avec un "vingtagénaire" tant qu'il respecte les règles en place?

L'écho: Mais le secret bancaire n'est pas sans problèmes?

Il faudra biensûr continuer à pouvoir exclure de son champ d'application des problèmes tels que ceux qui sont par exemple liés au financement des attentats du 11 septembre 2001.

Au Luxembourg, il y a eu très peu de problèmes dans ce sens. Mais l'Europe ne doit pas non plus devenir le continent qui n'accepte plus certaines fortunes.

L'écho: La place financière grand-ducale compte aujourd'hui plus de 150 banques. Qu'en adviendrait-il si le secret bancaire cessait d'exister?

Le secret bancaire est indéniablement un des éléments qui constituent l'attractivité de la place. Porter son argent chez le banquier signifie avoir confiance.

Dans le cas du Luxembourg, le capital confiance des clients est énorme. La place a une bonne réputation et se caractérise par une grande stabilité.

Les clients du Luxembourg viennent pour la plupart de l'extérieur et ne s'y déplacent pas tous les jours. Ils ont mis beaucoup de temps à nouer des relations de confiance.

Si le secret bancaire devait tomber, et s'il existait des alternatives au Luxembourg, la confiance dans l'avenir de la place de beaucoup de clients aurait probablement tendance à diminuer.

On n'a qu'à voir ce qui se passe actuellement à Singapour. L'état en question dispose du secret bancaire et n'a pas connu de crise majeure ces dernières 30 années. J'ignore si l'argent ne tendrait pas à s'orienter dans cette direction. Mais le même risque existe pour la Suisse. Pour cette raison, il est important que les banques luxembourgeoises diversifient leur clientèle et développent de nouveaux produits. Il faudra par ailleurs éviter des scandales au Luxembourg. Cela ne ferait que des jaloux!

L'écho: Un client privé doit-il aujourd'hui disposer d'une structure patrimoniale en Asie?

Si la motivation relève d'aspects purement juridiques, ce n'est pas le cas. Si l'Asie constitue par contre la destination de ses investissements, la réponse est oui.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés