Le fonctionnement des marchés boursiers

Pour bien investir, il ne suffit pas de choisir une action et de passer un ordre d'achat. Maîtriser le fonctionnement de la Bourse, savoir quels types d'ordres existent et sur quel marché une action se négocie peut également participer à accroître le rendement de votre portefeuille.

La plupart des actions se négocient sur Eurolist. Les plus de 135 entreprises que ce marché abrite doivent satisfaire à des critères stricts, comme la publication de résultats détaillés tous les six mois.

Les actions de l'Eurolist peuvent s'échanger sur le segment continu ou sur le fixing. Les plus grandes entreprises comme Colruyt ou Deceuninck, s'échangent généralement sur le segment continu. Comme l'indique son nom, les échanges s'organisent en continu pendant les heures d'ouverture de la bourse: de 9 h à 17 h 40. Les entreprises plus petites, comme Spadel, sont souvent cotées sur le marché du fixing. Sur celui-ci, les cours se forment seulement deux fois par jour: à 103 et à 16 heures. Le cours peut varier par 'fixing' d'au maximum 10% par rapport au précédent.

Sur le marché du fixing s'échangent également les strips VVPR (Verminderde Voorheffing -précompte réduit). Si vous proposez les actions avec leurs strips, vous paierez seulement 15% au lieu de 25% de précompte mobilier sur les dividendes.

Les entreprises cotées sur le segment récemment créé de l'Alternext ont globalement les mêmes obligations que celles d'Eurolist. Elles peuvent cependant appliquer la comptabilité belge. Elles ne doivent pas, comme les sociétés abritées sur l'Eurolist, adopter les normes comptables internationales IFRS. Les sociétés les plus négociées sur Alternext le sont en continu. Les moins liquides voient leur cours se former une seule fois par jour, à 15 h 30.

Le Marché libre n'est pas réglementé. Il abrite seulement des actions plus petites, comme Val Saint Lambert. Ces petites sociétés sont seulement contraintes de présenter leurs comptes annuels à la Banque nationale de Belgique. Il est évident que ces actions sont associées à un risque plus grand. La formation de cours a lieu à 15 heures.

Ordre sans limite: Si vous passez ce type d'ordre, vous achetez ou vendez au prix du marché. Pour les actions les plus liquides, ce n'est pas un problème car un seul ordre ne peut pas influencer le cours dans une trop importante mesure. Avec les plus petites actions, vous risquez en revanche de payer trop cher car il est possible que le premier prix vendeur des actions dans le carnet d'ordres soit quelques pour-cent plus élevé que le dernier cours. L'avantage est que cet ordre a priorité sur tous les autres.

Ordre à limite: Avec cet ordre, vous donnez le prix maximal que vous êtes disposé à payer pour acheter le titre ou le minimum que vous souhaitez recevoir pour sa vente. Pour les plus petites actions, cet ordre est recommandé. Cependant, le risque existe que la transaction n'ait jamais lieu, surtout si la limite est très éloignée du dernier cours.

Ordre avec stop-loss: Avec cet ordre, vous donnez une limite, par exemple 30 euros. Si l'action baisse sous 30 euros, un ordre automatique de vente sera exécuté. Il vous permet de limiter les pertes. L'incertitude par rapport au prix que vous obtiendrez peut être évitée en plaçant un ordre à stop limite. Dans ce cas, vous donnez deux limites, par exemple 30 et 28 euros. Si le cours se replie sous 30 euros, un ordre automatique de vente sera passé mais il ne sera exécuté que si vous en obtenez 28 euros ou davantage.

Ordre iceberg: Avec cet ordre, vous montrez seulement une partie de la quantité d'actions que vous souhaitez vendre dans le carnet d'ordres. Le reste est invisible par les autres investisseurs. L'ordre iceberg convient parfaitement aux actions peu liquides ou aux très gros investisseurs, parce qu'ils ne déstabilisent pas le marché. De nombreux courtiers n'autorisent cependant pas ce type d'ordre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect