Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Les Belges plus riches... mais aussi plus endettés

Le bas de laine des particuliers belges continue de grossir. Fin de l'année dernière, leur patrimoine financier s'élevait à 792,7 milliards d'euros. Record battu!
Publicité

(l'écho) Déduction faite de leurs engagements (crédit shypothécaires et autres crédits), la richesse nette des Belges se montait à 643,4 milliards d'euros. La Banque nationale de Belgique (BNB), qui publie ces chiffres, observe que le quatrième trimestre a vu les actifs financiers détenus par les Belges croître de 7,5 milliards par rapport au trimestre précédent.

Ce sont surtout les produits d'assurances ainsi que les comptes à vue et à terme qui ont été sollicités.

Les produits d'assurances ont augmenté de 17 milliards pour se situer à 192 milliards à l'heure actuelle. De nombreuses familles prennent des assurances-vie pour bénéficier d'une pension supplémentaire à l'âge de la retraite. En outre, de plus en plus d'entreprises proposent à leurs employés une assurance-groupe comme pension extra-légale.

Les placements en actions cotées de même que les Sicav ont également progressé mais dans une moindre mesure.

En revanche, les Belges ont eu tendance à se défaire de leur portefeuille de titres à revenu fixe (obligations, bons de caisse). D'une année à l'autre, la richesse des Belges s'est toutefois tassée. Fin 2005, leur patrimoine net s'élevait encore à 653,5 milliards d'euros. Mais à cette époque, ils étaient moins endettés qu'aujourd'hui (136 contre 149,3 milliards d'euros). Cette augmentation de l'endettement s'explique principalement par l'augmentation des prêts hypothécaires, qui représentent environ 3/4 de la dette totale. Les familles empruntent plus étant donné la croissance des prix de l'immobilier. Selon le bureau d'études Stadim, le prix des habitations serait actuellement surévalué de 20%.

D'une année à l'autre toujours, deux différences notables sont à observer. D'une part, le niveau des montants déposés sur des comptes à vue et à terme a considérablement fondu, passant de 81,9 à 66,7 milliards d'euros. D'autre part, les titres à revenus fixes font de moins en moins recette.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés