Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Les hedge funds sont-ils dans une bulle prête à éclater ?

A l'instar de la faillite du fonds Amaranth, d'autres hedge funds pourraient subir le contrecoup du retournement des prix et se retrouver dans le pétrin, affirme Jim Rogers, co-fondateur du célèbre fonds Quantum.
Publicité

(l'écho) L'auteur du célèbre best-seller «L'investisseur aventurier» ne tire pas de conclusion, mais prévient tout de même que d'autres fonds spéculatifs pourraient suivre l'exemple d'Amaranth et le cas plus récent de Red Kite Management. Mais combien de fonds seront affectés ? et quand ? reste une question sans réponse

Le flop d'Amaranth

Pour rappel, Amaranth s'est effondré en septembre après avoir enregistré une perte record de 6,6 milliards $ en raison de spéculations infructueuses sur les prix du gaz naturel.

Le hedge fund Red Kite a perdu pour sa part 30% en janvier de cette année, en raison de mauvais paris sur les prix du zinc et du cuivre.

Ces 2 fonds avaient misé sur une hausse continue des cours de ces matières premières et ont subi le dur contrecoup du retournement de ce marché depuis mai.

Chute des prix du cuivre et du zinc

Les investisseurs ont pris peur en raison du ralentissement économique américain et de signes de faiblesse de la demande chinoise. Les prix du cuivre ont chuté de 39% depuis mai 2006 et les cours du pétrole se sont repliés de 25% depuis leur record en juillet. L'indice Rogers International Commodity, qui a plus que doublé sur les cinq dernières années, a lui glissé de 11% ces six derniers mois.

Beaucoup d'analystes et d'économistes prévoient que les prix des matières premières devraient remonter en raison de la demande croissante des pays en voie de développement en Asie. Mais, si l'on en juge par la déconvenue du fonds Red Kite, le moment n'est peut-être pas encore venu de revenir sur ces placements.

Danger des hedge funds

«Il y a trop d'argent investi dans les hedge funds - l'encours actuel atteint 1.300 milliards $ - et ceux -ci paient des prix trop élevés et recourent trop à l'endettement», indique l'auteur du célèbre livre 'L'Investisseur aventurier'.

En outre la taille des hedge funds est en relation avec la taille des marchés. Plus le marché est grand, plus il faut prendre une position importante. Or vu la taille importante des marchés de matières premières, les hedge funds s'exposent par leurs grandes positions à de plus grands risques.

Evolution des prix

Jim Rogers a estimé début janvier que les cours du pétrole pourraient grimper jusqu'à 100 dollars le baril.

David Lilley, un partenaire du fonds spéculatif, avait annoncé le 20 janvier que les prix du cuivre devraient remonter de concert avec l'industrie et la demande de logements en Chine et aux Etats-Unis. Or les prix du cuivre ont chuté de 4,6% pour rejoindre leur plus bas niveau depuis mars.

Deutsche Bank et JP Morgan sont quant à eux divisés sur le prix du nickel. Le cours du nickel a doublé en sept mois pour atteindre les 37.400 USD la tonne lundi. Va-t-il poursuivre sa folle ascension ? Rien n'est moins sûr pour JP Morgan qui prévient que ce métal retombera 40% plus bas. A l'inverse, Deutsche Bank vient de relever ses estimations de prix moyen de 31.000 à 31.500 USD par tonne pour 2007.

Conclusion

La faillite d'Amaranth n'avait pas réussi à déstabiliser le marché en septembre, en raison du faible niveau d'endettement du fonds comparé à celui de LTCM en 1998. Toutefois, les fonds spéculatifs sont caractérisés par l'opacité de leur politique de gestion. Certains peuvent donc réserver de mauvaises surprises sur les marchés. Or je sais, affirme Jim Rogers, que lorsque certains de ces hedge funds commencent à s'effondrer, cette tendance va avoir d'énormes ramifications.

Jennifer Nille

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés