Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les prix du Brent retrouvent des sommets.

Le dossier nucléaire iranien, auquel s'ajoute celui des tirs de missiles nord-coréens, et la permanence de la menace terroriste continuent de susciter des craintes pour l'approvisionnement mondial en pétrole.

(l'echo) Après une hausse de plusieurs jours d'affilée, les cours du pétrole ont atteint un niveau record mercredi à New York, avant de se replier légèrement hier. Le WTI pour livraison août a atteint au cours de la séance de mercredi un plus haut historique de 75,40 USD le baril. Hier, en fin d'après-midi, il évoluait à 74,5 USD. A Londres, les prix sont restés confinés sous leur niveau record enregistré début mai (75,6 USD). Il n'empêche qu'avant de clôturer à 73,3 USD jeudi, les cours avaient titillé la barre des 74 USD.

Une fois encore, les raisons de la remontée des cours sont multiples. Elles sont notamment géopolitiques. Le dossier nucléaire iranien, auquel s'ajoute celui des tirs de missiles nord-coréens, et la permanence de la menace terroriste continuent de susciter des craintes pour l'approvisionnement mondial en pétrole. Les raisons sont aussi techniques. La plupart des pays producteurs pompent à plein régime. Seule l'Arabie Saoudite dispose de capacités non utilisées. Et enfin, les motifs sont aussi spéculatifs. Les fonds d'investissement qui sont actifs sur les marchés du pétrole contribuent à amplifier le mouvement de hausse des cours.

A l'heure où la croissance soutenue des économies dans le monde entraîne un nette hausse de la demande, les cours devraient désormais rester fermes. D'autant que la saison des ouragans va débuter sur le continent américain. Selon un sondage réalisé par «Bloomberg» auprès de 28 analystes, le prix moyen du WTI pour 2006 devrait s'élever à 67,25 USD, soit 9,25 USD de plus que lors des prévisions faites en janvier dernier.

M.C.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés