Les prix du pétrole soutenus par les violences au Nigeria

Les cours du brut se sont retrouvés sous tension à la veille d'un week-end important pour le Nigeria alors que les électeurs se rendaient aux urnes samedi à l'occasion du premier tour de l'élection présidentielle.

(l'écho/afp) - Le dossier iranien continue de peser sur les marchés de l'énergie. Selon Phil Flynn, analyste chez Alaron trading, les cours étaient soutenus "par les craintes de regain de violences au Nigeria après les élections". Le Nigeria, premier producteur de pétrole brut d'Afrique et sixième exportateur mondial, est en proie à la violence depuis de longs mois et sa production est amputée de centaines de milliers de barils. En effet, quelque 500.000 barils par jour manqueraient actuellement à l'appel.

Compte tenu des tensions politiques qui règnent sur son sol, les marchés pétroliers suivront les conditions et le résultat du scrutin avec attention. «Nous sommes inquiets dans l'attente de l'élection au Nigeria», déclare Kevin Blemkin, analyste chez Man Financial. Le dossier nucléaire iranien appelle également à la vigilance alors qu'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique publié en début de semaine indique que les autorités du pays ont commencé à enrichir de l'uranium sur le site de Natanz.

Cours du pétrole soutenus

Jeudi, les cours avaient baissé sur un marché alors rassuré par les perspectives d'approvisionnements en essence. Le baril de Brent a perdu vendredi 0,42% à 66,28 USD vers 18 heures à Londres. Les prix du pétrole progressaient légèrement lundi à l'ouverture du marché new-yorkais, soutenus par les craintes de violences au Nigeria après les élections présidentielles du week-end dernier. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin progressait de 24 cents à 64,35 dollars vers 13H00 GMT.

Forte demande de pétrole

Par ailleurs, "la solidité des marchés boursiers asiatiques semble indiquer que l'économie asiatique ne va pas ralentir à court terme et cela signifie que la demande de pétrole devrait rester forte", a estimé M. Flynn La Bourse de Shanghaï a bondi lundi de 3,53%, établissant un nouveau record de clôture.Enfin, les investisseurs surveillaient la situation des stocks américains d'essence, qui ont fondu de de 30,2 millions de barils depuis début février, soit 13,3%, focalisant l'attention du marché depuis quelques semaines. La semaine dernière, les investisseurs avaient été rassurés par le retour à la normale du fonctionnement des raffineries américaines, après une série d'incidents et de pannes au cours des dernières semaines.

Places financières

Les places financières sont reparties à la hausse vendredi et l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a clôturé à de nouveaux plus hauts de six ans, après avoir subi des prises de bénéfice la veille. «Les quatre dernières semaines ont vu les marchés actions progresser d'une manière très marquée, c'est assez surprenant quand on se souvient des mouvements de panique observés il y a deux mois. Les inquiétudes semblent vraiment derrière nous», constate Michael O'Sullivan, stratège chez State Global Markets. Les rumeurs de fusions-acquisitions ont une nouvelle fois dominé la cote. Le titre Société générale a décollé de 7,74% à 156,09 euros suite à une rumeur de rachat par Unicredit. Certains opérateurs ont avancé que des discussions préliminaires avaient été engagées mais la Société générale a tout démenti.

Publicité
Publicité

Echo Connect