Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Pétrole, or et autres matières premières

Avec la sensible progression des prix des matières premières ces dernières années, cette catégorie d'actifs a fait son apparition dans de nombreux portefeuilles de petits investisseurs. Les possibilités d'investir dans les matières premières sont très nombreuses.

Le pétrole est de loin la matière première la plus négociée au monde. Il existe deux références pour l'or noir. À Londres, c'est le prix en dollar pour un baril de pétrole Brent brut provenant de la mer du Nord. À New York, c'est le prix du baril West Texas Intermediate qui représente la norme. Les cours pétroliers dépendent dans une importante mesure de l'offre et de la demande, mais surtout de la quantité de pétrole que l'Organisation des pays exportateurs de Pétrole (l'Opep) décide d'extraire.

L'or et l'argent sont les principaux métaux précieux. Suivent le platine et le palladium. Le marché aurifère londonien est déterminant pour le reste du monde. Le fixing de l'après-midi à 15 h est particulièrement important parce que ce prix influence les contrats des mines, des banques centrales et des grands investisseurs. L'or se négocie en dollar par once troy (31,1035 grammes). Un kilo d'or contient 32,15 onces troy. Le négoce d'argent est nettement plus étroit et s'organise surtout sur le New York Commodity Exchange (Comex).

Plus de 90% des négoces internationaux en métaux non ferreux ont lieu sur le London Metal Exchange (LME). Ce marché conserve les statistiques relatives aux stocks mondiaux. La publication d'une hausse ou d'une diminution des réserves est très importante pour les cours, qui sont libellés en dollar par tonne métrique.

Le négoce des matières premières agricoles s'organise sur des dizaines de marchés différents. Ainsi Chicago est-il la référence pour le prix des céréales, et la Malaisie est un incontournable pour l'huile de palme. Le café est le contrat le plus négocié. La disponibilité des sortes d'arabica et de robusta sont importantes pour les contrats liés au café.

Si vous voulez investir en matières premières, vous pouvez toujours acheter des kilos de sucre ou de café, ou des litres d'huile de palme... Mais il est évident que ce n'est pas la meilleure solution. Seuls l'argent et l'or sont parfois achetés "physiquement", en lingots et sous forme de pièces.

Il est cependant beaucoup plus facile d'investir dans les matières premières au travers d'un compte-titres. Certains courtiers en ligne, comme Keytrade Bank ou Cortal Consors, proposent des futures sur différentes matières premières. Ces outils permettent de prendre les mêmes positions que des investisseurs professionnels mais hélas, ils exposent aux mêmes risques. Il existe également des 'trackers', qui permettent de suivre, à partir d'une mise modeste, l'évolution d'une certaine matière première. Récemment, le marché a aussi vu l'apparition des turbos d'ABN Amro. Ces produits permettent de miser avec un effet de levier sur l'évolution de certains cours de matières premières ou indices de matières premières. L'indice des matières premières le plus connu est le CRB du Commodity Research Bureau.

Les méthodes décrites sont très risquées. La manière la plus simple d'investir est d'acheter des actions actives dans le secteur comme les groupes miniers, les producteurs pétroliers, les sociétés de raffinage ou les groupes actifs dans les plantations, comme le Belge Sipef. Les sociétés paient en effet généralement un dividende et génèrent un cash-flow qu'elles peuvent à nouveau investir. Le lingot d'or ne fournit pas de coupon et ne génère pas de cash-flows. Il ressort de toutes les études que les sociétés actives dans les matières premières rapportent davantage sur le long terme que les matières premières à proprement parler.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés