Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Qui dit rendement supérieur dit aussi risque plus important...

En échange des rendements supérieurs a priori proposés par les actions, il faut accepter un accroissement du risque. N'investissez en actions que des sommes dont vous n'avez pas besoin dans l'immédiat!
Publicité

(l'écho) Une entreprise qui veut se développer doit investir. Et pour investir, il lui faut de l'argent. Pour attirer du capital externe, l'entreprise peut recourir à différentes pistes. Par exemple, les dettes sous la forme d'obligations. Ces obligations sont pourvues d'une durée fixe. Non seulement l'entreprise devra les rembourser à l'échéance, mais elle est tenue, en outre, de verser un intérêt (coupon) annuel aux créanciers durant la durée de vie de l'obligation. Une autre manière pour l'entreprise d'attirer des fonds est d'émettre des actions. Une action est un titre qui représente une fraction des fonds propres de l'entreprise. Ainsi, c'est en réalité aux actionnaires qu'appartient la société. Pour l'entreprise, les actions présentent, par rapport aux obligations, l'avantage de ne pas devoir être remboursées. L'entreprise peut décider de distribuer une partie de son bénéfice annuel aux actionnaires sous la forme de dividendes.

La Bourse permet à un actionnaire de vendre son investissement (ses actions) au moment de son choix. à condition bien entendu qu'il se trouve au marché secondaire un acheteur disposé à reprendre cette action au prix demandé. Si l'on multiplie la valeur d'une action par le nombre d'actions émises par l'entreprise, on obtient la capitalisation boursière ou la valeur de marché totale de cette dernière.

Aucun investisseur n'a le pouvoir de prédire correctement, pour chaque action, si son cours va grimper ou baisser au fil des prochains mois. Il suffit de demander à deux experts boursiers à quel cours et quand il convient d'acheter une action déterminée, et vous obtiendrez deux réponses différentes. Seul le marché a raison et en tant qu'individu, vous n'avez aucune prise sur lui. Faut-il en déduire que la Bourse est un casino et que vous ne pouvez aucunement y intervenir de manière rationnelle? Non, quand même pas.

Les analystes financiers recourent à plusieurs méthodes pour déterminer la valeur correcte (fair value) d'une entreprise. La méthode la plus connue est sans conteste le Dividend Discount Model, qui calcule la valeur actuelle de tous les dividendes futurs qu'une entreprise distribuera à ses actionnaires. Ces dividendes futurs sont évalués sur la base des perspectives de croissance bénéficiaire de l'entreprise. Les analystes se fondent alors sur cette valeur correcte pour se former une opinion sur l'entreprise et peuvent dès lors vérifier si leur estimation est supérieure au cours actuel de l'action. Si c'est le cas, ils donneront généralement un conseil d'achat pour cette action. Dans l'hypothèse contraire, ils émettront plutôt une recommandation de vente. Les ratios boursiers peuvent aussi renseigner sur la cherté d'une action. Le plus connu de ces ratios est le rapport cours/bénéfice (P/E), qui divise le cours d'une action par le bénéfice par action réalisé par l'entreprise. Plus le P/E est élevé, plus l'action est chère. Ne comparez entre eux que les P/E d'entreprises actives dans le même secteurs d'activité. Et penchez-vous aussi sur les P/E historiques de l'entreprise pour savoir dans quelle mesure la valorisation actuelle de l'action s'écarte de sa valorisation moyenne passée.

Pas que l'analyse fondamentale

Outre l'analyse fondamentale d'une action, on peut tenir compte de quelques règles boursières générales qui peuvent aider à limiter les déboires. Tout d'abord, n'investissez que dans les entreprises que vous connaissez. Ne basez jamais l'achat d'une action sur des rumeurs ou sur des histoires que l'on vous a racontées, mais procédez vous-même à l'analyse. Ensuite, ne vous laissez pas guider par vos propres émotions. L'achat ou la vente d'une action ne peut jamais être une réaction émotionnelle. Ne vous laissez jamais entraîner non plus par les vagues émotionnelles du marché. Lorsque les investisseurs se montrent tous euphoriques à l'égard des actions, comme lors de la bulle technologique en 1999, soyez sur vos gardes. Et lorsque tout le monde est pessimiste, cherchez les opportunités.

Enfin le dernier conseil, sans doute le plus important : n'investissez en actions que l'argent dont vous n'avez pas un besoin immédiat. Soyez bien conscient que les actions suivent un parcours chahuté et qu'elles s'accompagnent d'une grande part de risque.

Ceux qui se constituent un portefeuille diversifié d'actions en vue du long terme n'ont pas grand-chose à craindre: à longue échéance, les actions affichent un meilleur return qu'un placement à rendement fixe, quel qu'il soit. à long terme, les actions atteignent un return de 8% par an, alors que les investisseurs en obligations doivent se contenter d'un rendement annuel de 4 à 5 %.

Peter Van Maldeghem (Netto/Tijd)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés