mon argent

Difficile de battre le Bel 20, même pour un gestionnaire de fonds

©Filip Ysenbaert

Il n’est pas simple de composer un portefeuille d’actions belges susceptible de faire mieux que le Bel 20, y compris lorsqu’on est un investisseur professionnel. Ces trois dernières années, seule une minorité d’entre eux ont réussi ce tour de force.

Ceux qui ne souhaitent pas sélectionner eux-mêmes des actions belges dans lesquelles investir et préfèrent confier ce travail à un professionnel peuvent le faire de deux manières. La première consiste à choisir un tracker, un fonds passif (ou indiciel) qui se limite à répliquer un indice boursier. Dans le cas d’actions belges, l’indice de référence est le Bel20, qui reprend les 20 principales actions cotées du pays. Sur la Bourse de Bruxelles, on ne trouve toutefois qu’un seul fonds indiciel coté répliquant le Bel 20: le Lyxor Bel 20 TR UCITS ETF.

L’autre option consiste à choisir un fonds qui investit dans des actions belges et dont le gestionnaire s’est fixé comme objectif de faire mieux que l’indice phare de la cote bruxelloise. Mais ceux qui optent pour cette formule doivent savoir que cet objectif n’est pas toujours atteint.

Comment les fonds d'actions belges se sont-ils comportés en 2019?

L’année 2019 fut un excellent cru pour les marchés d’actions. L’indice Bel 20 Return, qui tient compte des dividendes distribués, a enregistré un rendement de 25,1%. Le rendement du tracker Lyxor Bel 20 TR UCITS ETF est légèrement inférieur à l’indice étant donné qu’il facture des frais. Son rendement se monte à 24,5% si l’on considère que les dividendes (bruts) distribués en 2019 ont été réinvestis dans le fonds par l’investisseur. Dans la pratique, c’est rarement le cas.
Il faut également tenir compte du précompte mobilier auquel les dividendes sont soumis. Le rendement net est donc légèrement inférieur au chiffre annoncé de 24,5%.

De leur côté, les onze investisseurs professionnels ayant fait la course contre le Bel 20 ont obtenu en moyenne un rendement de 24,9%. Leurs fonds s’en tirent donc un peu mieux que le tracker. Tout comme dans le cas du fonds indiciel, le rendement tient compte des frais annuels imputés par le fonds, mais pas des droits d’entrée ni des frais de courtage. Pour comparer les fonds, nous nous sommes basés sur la variante de capitalisation, qui ne distribue pas de dividendes mais les réinvestit dans le fonds.

En 2019, les premiers de classe étaient deux fonds gérés par KBC Asset Management.

Parmi les onze fonds, six font mieux que le tracker. Les meilleurs élèves de la classe sont deux fonds gérés par KBC Asset Management. KBC Equity Flanders a gagné 33,5% et KBC Equity Belgium affiche un rendement de 32,5%. "Parmi nos principaux facteurs de succès, nous pouvons citer notre surpondération dans Barco, Galapagos et argenx", explique le gestionnaire Bart Daenekindt. Ces actions ont augmenté respectivement de 123, 132 et 69%. Selon Bart Daenekindt, D’Ieteren (+92%) et, au cours du second semestre, Euronav (+78%) ont également contribué à ce résultat. Enfin, le gestionnaire cite ses positions dans l’immobilier, à savoir Montea (+43%) et WDP (+44%).

Les résultats quasi identiques des deux fonds KBC indiquent qu’ils ne sont pas très différents l’un de l’autre. "Il est logique que nos deux fonds bénéficient de nos meilleures idées, même s’il existe des différences, explique le gestionnaire. Dans KBC Equity Fund Flanders, nous poussons plus loin le segment des PME. Dans ce fonds, nous prenons des positions limitées dans des microcaps ayant affiché d’excellents résultats les années précédentes."

Degroof Petercam fait également mieux que le tracker Bel 20 avec son fonds d’actions belges. DPAM Capital B Equities Belgium a réalisé un rendement de 27,4%. Ici aussi, le gestionnaire souligne la contribution de Galapagos, Barco et Euronav. "Euronav a profité de la nouvelle législation IMO. Depuis le 1er janvier 2020, les navires sont obligés soit d’utiliser du carburant à faible teneur en soufre soit d’installer un système de filtration. Euronav a opté pour le carburant moins polluant, ce qui lui a permis de profiter des taux de fret plus élevés au cours du quatrième trimestre, où de nombreux navires ont été mis hors circuit pour s’équiper de filtres", explique le gestionnaire Dirk Pattyn.

24,9%
rendement
Les onze investisseurs professionnels ayant fait la course contre le Bel20 ont obtenu en moyenne un rendement de 24,9% en 2019. Leurs fonds s’en tirent donc un peu mieux que le tracker.

Dans le bas du classement pour 2019, on trouve le fonds d’actions belges d’Argenta, dont le rendement ne dépasse pas 14,6%. Le gestionnaire explique sa contre-performance non pas par la sélection des secteurs, mais par quelques choix malheureux au sein des secteurs. "Nous suivons une ligne stricte pour nos investissements. Nous choisissons des entreprises dont le modèle opérationnel est stable et qui a fait ses preuves, et qui sont par ailleurs sous-évaluées. Par exemple, nous nous sommes montrés trop prudents envers Galapagos. Les bénéfices de l’entreprise sont encore relativement bas par rapport aux investissements, mais l’action s’est bien comportée en bourse. Par contre, notre principale position – UCB – est restée quasiment stable en 2019. Nous avons également décidé de limiter à 4% notre position dans AB InBev suite au ralentissement de la croissance de l’entreprise, alors que le groupe représente plus de 10% du Bel20", justifie le gestionnaire. L’action a grimpé de 28% en 2019.

Selon le gestionnaire, les entreprises traditionnellement de qualité ont connu une hausse boursière plutôt limitée. "Cette situation contraste totalement avec les autres bourses d’actions, où une sélection comparable aurait généré de belles plus-values en 2019", poursuit-il.

Le gestionnaire de patrimoine gantois Value Square – qui était encore premier de classe l’an dernier – a dû se contenter d’un rendement de 20,1%, soit moins que le tracker. "Nous gérons notre fonds sur la base d’une approche value. Nous prenons également des positions tranchées. Seuls 22,7% du fonds sont alignés sur le Bel 20 et notre fonds ne compte que sept entreprises reprises dans l’indice. Fin 2019, nous étions très liquides, avec 9,2% de cash", explique Patrick Millecam.

Ducal Equity Belgium, un nouveau venu dans cette catégorie, fait également moins bien que le Bel 20, avec un rendement de 17,5%. Le fonds, géré par Anphiko Asset Management à partir d’Anvers et de Luxembourg, pratique lui aussi une approche value. "Les acteurs value affichent depuis quelque temps – y compris en 2019 – de moins bons résultats que les actions de croissance. Nous ne détenions qu’une part limitée dans des champions comme Galapagos et argenx", explique le gestionnaire Philippe Gueibe.

©Mediafin


Comment les fonds ont-ils performé ces trois dernières années?

L’année 2019 n’a pas été la seule à constituer un vrai défi pour les investisseurs s’étant fixé comme objectif de battre le Bel 20. Ce ne fut déjà pas une sinécure en 2017 et 2018. Les dix fonds affichant un historique de trois ans ont réalisé un rendement moyen de 3,7% par an, contre 5,6% pour le Bel 20.

Déjà en 2017 et 2018, battre le Bel20 n’a pas été une sinécure pour les gestionnaires de fonds.

Les raisons sous-jacentes à ces faibles performances relèvent en grande partie de la structure même du Bel 20, un indice très concentré dont les cinq principales positions représentent plus de la moitié du panier d’actions. Lorsque les poids lourds affichent de maigres prestations, il est crucial de réduire leur poids dans le fonds. Cette stratégie s’est avérée indispensable pour faire mieux que l’indice en 2018, une mauvaise année pour les grandes actions comme AB InBev, KBC et ING. Le fonds Value Square Equity Belgium a restreint le poids de ces trois actions à 7%, contre 33% dans l’indice, ce qui lui a permis de limiter les pertes au cours de la mauvaise année boursière 2018. Cette année-là, moins de la moitié des fonds ont réussi à battre le Bel 20.

A l’inverse, lorsque les poids lourds se portent bien, il est important de les surpondérer, tout en respectant les règles strictes qui régissent les fonds et qui peuvent ici représenter un handicap. En effet, un fonds ne peut jamais investir plus de 10% de ses actifs dans une seule valeur. De plus, les actions dont la pondération est supérieure à 5% ne peuvent représenter ensemble plus de 40% du portefeuille. Dans le Bel 20, les plus grandes capitalisations constituent au maximum 12% de l’indice lors des révisions annuelles. Dans le courant de l’année, ces proportions peuvent augmenter si ces actions affichent de bons résultats.

Guide Actions 2020

Comment s'armer contre les taux négatifs

+ Zoom sur 50 actions belges

Consultez ici le PDF du magazine du 18/1/2020

En 2017, de nombreux gestionnaires se sont heurtés aux limites de ces règles de diversification. Les trois poids lourds ING, KBC et Engie ont obtenu de bons résultats, mais les gestionnaires n’ont pas pu en profiter pleinement. Résultat: aucun fonds n’a réussi à faire mieux que le Bel 20.

Plus la période d’évaluation des résultats des fonds est longue, plus l’impact des poids lourds s’estompe. Sur une période de 10 ans, les huit fonds affichant un historique suffisamment long enregistrent un rendement annuel moyen de 8,4%, soit mieux que les 7,6% du Bel 20. De ces huit fonds, sept fonds font mieux que l’indice.

A quoi les gestionnaires s’attendent-ils pour 2020?

"Après une excellente année 2019, nous sommes prudemment optimistes pour 2020, nous confie Christophe d’Audiffret, gestionnaire du fonds BNP Paribas Belgium Equity. Nous sommes conscients que les résultats des entreprises devront prendre le relais des stimuli monétaires pour justifier les valorisations actuelles", explique-t-il. Le gestionnaire indique qu’il privilégie de ce fait les entreprises dont les résultats ne dépendent pas de la conjoncture économique. "Nous surpondérons les entreprises du secteur des soins de santé par le truchement de deux sociétés de biotechnologie: argenx et Galapagos. Nous augmentons également le poids du secteur immobilier, essentiellement via des entreprises actives dans des segments en croissance, comme les maisons de repos (Aedifica), la logistique (VGP) et les entrepôts (Shurgard). Dans le secteur des télécoms, nous misons sur Orange Belgium, qui peut profiter de l’ouverture du réseau câblé", explique Christophe d’Audiffret.

Après une excellente année 2019, nous sommes prudemment optimistes pour 2020.
Christophe d’Audiffret
Gestionnaire du fonds BNP Paribas Belgium Equity

Pour 2020, le gestionnaire de DPAM, Dirk Pattyn, mise sur Euronav et CFE. "Les résultats de CFE se sont retrouvés sous pression en 2019 à cause du long entretien d’un de ses navires et de la fin d’un cycle d’investissement. Les investissements de ces dernières années devraient commencer à contribuer aux résultats en 2020", explique-t-il.

KBC Asset Management compte maintenir son cap en 2020 et continuera à privilégier les petites et moyennes entreprises. "Nous restons convaincus qu’au cours des années à venir, ces entreprises surclasseront leurs grandes sœurs", peut-on entendre. Chez Argenta également, aucun changement en vue: "Les principales positions de notre portefeuille sont UCB, Umicore, Lotus Bakeries, Tessenderlo et Ahold Delhaize", conclut le gestionnaire.

©Mediafin


Percevez des revenus annuels grâce à vos fonds

Ceux qui décident d’investir dans un fonds ont généralement le choix entre une variante de capitalisation et une variante de distribution. Alors que la première catégorie réinvestit les dividendes perçus dans le fonds, la seconde les distribue aux investisseurs. Le fonds redistribue ainsi une ou deux fois par an les dividendes payés par les entreprises du portefeuille.

Le tableau reprend plusieurs fonds avec leur rendement brut du dividende pour 2019. Pour l’an dernier, il oscillait entre 1,5 et 2,5%. Attention: il s’agit de rendements bruts, dont il faut donc déduire le précompte mobilier de 30% (retenu à la source). L’avantage des fonds de distribution, c’est qu’ils ne sont pas soumis à la taxe boursière. Ceux qui optent pour la variante de capitalisation doivent s’acquitter d’une taxe boursière de 1,32% (plafonnée à 4.000 euros) lors de la revente de leur fonds.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect