interview

Florence Blaimont: "J'ai acheté des actions Apple à 18 ans parce que j'aimais beaucoup Steve Jobs"

©Kristof Vadino

35 ans/CEO du réseau d’entrepreneuses Wowo Community (Wonderful Women) qui compte 500 membres et 80.000 femmes impactées chaque semaine sur les réseaux sociaux/Diplômée de l’Ichec à 21 ans/A débuté sa carrière chez E & Y et a travaillé ensuite chez Beiersdorf/A exercé le métier de coach pendant plusieurs années/Passionnée de marketing et de business models/Veut pousser les entrepreneuses à oser plus, à se rémunérer davantage et à s’épanouir personnellement et professionnellement

Quel est le comportement lié à l’argent qui vous insupporte?

Que certaines femmes entrepreneuses ne se rémunèrent pas. Tout travail mérite salaire. S’il n’y a pas assez d’argent qui rentre pour se rémunérer, c’est qu’il y a un problème dans le business model ou le plan financier. Ce qu’on remarque souvent, c’est que les entrepreneuses paient tout le monde avant elles-mêmes. Or, si elles n’arrivent pas à se rémunérer, leur motivation diminue à long terme.

Êtes-vous plutôt cigale ou fourmi?

Je suis une vraie fourmi. J’ai malheureusement eu un divorce très compliqué qui m’a mise KO financièrement. Je ne suis jamais à découvert et j’ai une épargne-pension.

Dépensez-vous sans compter pour certaines choses?

Non, je sais où est la limite. Je ne suis pas matérialiste. Je préfère les moments de bonheur aux objets. Je suis prête à payer pour la qualité dans l’alimentation. J’achète du bio, mais toujours en comptant.

En cinq chiffres
  • 17.837 €: "Le revenu annuel moyen des entrepreneuses en Belgique. Elles se rémunèrent 20% de moins que les hommes (selon l’étude de Women In Business)."
  • 1.048 €: "La moitié des mamans solos vivent sous le seuil de pauvreté, soit avec 1.048 euros par mois."
  • 62%: "Le pourcentage des femmes qui travaillent en Flandre (53% en Wallonie, 50% en Région bruxelloise), selon le baromètre bruxellois 2017 du 1819."
  • 3,1%: "Le taux d’entrepreneuses en Belgique. C’est le plus faible d’Europe, selon l’étude Amway International 2017."
  • 8: "Huit femmes belges sur dix rêvent d’entreprendre, pour leur épanouissement personnel, selon la même étude."

Je mets le prix pour un vêtement éthique ou pour un produit fabriqué par une WoWo. J’achète par exemple mon pot de chocolat chez Eugène. Il coûte 8 euros, mais il est d’une qualité et d’une saveur exceptionnelles.

Quelle est la dépense que vous regrettez le plus?

Le jour de mon mariage. Cela représente énormément d’argent, qui correspond à une dépense mais en rien à un investissement. Cet argent pourrait servir à une œuvre. On peut avoir un tout aussi bon moment entre amis autour d’un spaghetti bolognaise. Cela ne changera rien à la profondeur de l’engagement pris ce jour-là.

Quels biens ou services sont trop chers selon vous?

Les activités parascolaires dans les écoles. Dans l’école de mon fils, c’est 150 euros par enfant, par activité et par semestre. Je trouve que c’est trop cher, surtout si on a trois enfants…

Faites-vous des achats en ligne?

Je ne fais que ça, sauf pour la nourriture. J’achète mes chaussures et mes vêtements en ligne, notamment sur Ladress by Simone. Je le fais pour gagner du temps et parce que c’est pratique, mais c’est aussi pour des questions d’argent.

"Une femme qui met sa carrière entre parenthèses doit prévoir une compensation pour sa pension de la part de son conjoint qui continue à travailler".
Le conseil

C’est "malheureusement" souvent moins cher et plus rapide d’acheter en ligne.

Comparez-vous avant d’acheter?

Je ne compare jamais les prix, je ne suis pas à la recherche des bons plans, cela prend trop de temps.

Comment sélectionnez-vous vos fournisseurs télécoms, énergie?

Pour ça, je cherche à obtenir les informations d’une seule source très limitée. Je trouve un expert dans ce domaine et je lui demande conseil.

Avez-vous déjà connu des soucis financiers?

Oui. Quand mon ex-mari a quitté le domicile, j’ai dû continuer à payer l’emprunt hypothécaire seule alors que je gagnais à cette époque moins de 900 euros par mois. J’ai dû piocher dans mes économies et prendre deux autres jobs sur le côté.

"On y trouve des cartes de visites. Diane Von Fürstenberg m’a donné la sienne avec son numéro personnel, je la garde comme un trésor. De mon côté, je ne distribue pas de cartes de visite, j’en ai une seule et je demande à mon interlocuteur de la prendre en photo, afin d’être plus efficace et eco-friendly. J’ai toujours du cash, des notes de frais, ma carte de membre à la salle de sport. Et ma carte de fidélité Picard, qui sauve la vie aux mamans pressées ou solos." ©Kristof Vadino

J’ai fait de l’intérim management, ce qui m’a offert l’opportunité de prester une mission au Beci. Cela m’a aidé à remonter la pente, mais ce n’était pas suffisant. Heureusement que j’avais des économies. Et puis j’ai repris le réseau WoWo.

Investissez-vous?

Oui, dans l’immobilier et les actions. J’ai acheté des actions Apple à 18 ans parce que j’aimais beaucoup Steve Jobs. C’est l’action que je préfère. Je n’achète que ce qui fait sens pour moi. Mais bien sûr j’investis dans ma société, du temps et de l’énergie. Même si je m’octroie un salaire tout à fait correct, je travaille sans relâche pour contribuer à créer des success stories avec nos entrepreneuses du réseau WoWo Community.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect