mon argent

Gianni Tabbone: "Si le train était gratuit, la situation serait encore pire"

©Frédéric Pauwels / HUMA

Marié, père de 3 enfants / Vit à Grâce-Hollogne / Employé de banque / Usager quotidien du rail entre Liège et Bruxelles depuis 1998 / A créé en 2001 un forum et ensuite un site web destinés à recueillir les témoignages des navetteurs / Crée en 2012 l’ASBL Navetteurs.be (information et défense des droits des usagers des transports en commun, principalement de la SNCB) dont il est président et porte-parole / Candidat (cdH) aux législatives de mai dernier, mais n’a pas été élu.

Pourquoi ce combat pour la cause du rail vous motive autant?

Ce qui me motive à persévérer — alors que nous sommes bénévoles — ce sont les avancées qu’on a pu obtenir, notamment en matière d’informations (en temps réel) pour les passagers. Alors certes, ce n’est pas encore parfait, mais si nous ne sommes pas toujours entendus, nous sommes en tout cas écoutés et en mesure de faire avancer certains dossiers.

Les transports en commun sont-ils trop chers? Devraient-ils être gratuits?

Non! Prenons en compte le coût global d’une voiture (achat, entretiens, assurances, carburant, parking, etc.). En comparaison, le prix du train reste dérisoire. Deux tiers du prix du billet sont pris en charge par l’État, le tiers payant permet aux travailleurs de voyager "gratuitement". Certains voyageurs doivent encore payer leur billet, mais ceux qui ont des difficultés bénéficient de tarifs réduits ou de la gratuité. Certes, l’offre doit être améliorée, notamment dans les régions rurales. Mais aujourd’hui, on n’arrive déjà pas à entretenir correctement le matériel, les infrastructures et à investir suffisamment. Avec la gratuité, ce serait encore pire.

En chiffres

 

1998: "L’année où j’ai obtenu mon diplôme et mon premier contrat de travail. Je suis toujours chez le même employeur."

21: "Cela fait 21 ans que je fais la navette entre Liège et Bruxelles."

2006: "L’année où l’Italie a remporté sa 4e Coupe du monde de football, face à la France."

2019: "L’année où je me suis présenté pour la première fois (et sans doute pas la dernière) sur une liste électorale."

2.600: "Le nombre de voix que j’ai obtenues lors des élections fédérales de mai 2019."

 

Comment gérez-vous votre mobilité?

J’ai une voiture de société — mais pas de carte de carburant, ce qui est un frein à l’utilisation — couplée à un abonnement de train. Et pour l’instant, je bénéficie d’un parking gratuit à la gare. Je ferais volontiers ces 2,8 km à vélo mais je n’ai pas de solution sécurisée pour le laisser à la gare. En outre, comme j’ai trois enfants, je dois parfois pouvoir démarrer rapidement en rentrant, pour aller les chercher à l’école, aux activités sportives, etc.

Sur quelles dépenses feriez-vous des économies si vous y étiez contraint?

Les loisirs, les restaurants — j’adore manger et faire de bons restos — et les vacances. Nous partons en général en hôtel all in et nous avons la chance de pouvoir profiter d’une maison familiale en Sicile où nous allons en voiture et en bateau.

Faites-vous des gestes pour la planète?

Je prends le train depuis 18 ans. Nous privilégions les circuits courts et les achats en supermarché bio (fruits, viande). C’est un peu plus cher, mais la qualité est supérieure. Nous avons remplacé notre vieille chaudière par une chaudière à condensation et un congélateur de ma grand-mère qui fonctionnait encore parfaitement par un nouveau peu énergivore. Nous avons investi dans des panneaux photovoltaïques et équipé tous les luminaires de LED. Nous faisons la chasse aux lampes qui restent allumées et sensibilisons les enfants.

Avez-vous fait des jobs d’étudiant?

Plein! J’ai été serveur dans un resto, vendeur dans un magasin de jouets, caissier dans un supermarché, glacier ambulant et même ouvrier dans la construction. Sans conteste le boulot le plus dur, mais le plus enrichissant. J’ai compris qu’il fallait que je fasse des études.

"Méfiez-vous des offres boursières trop alléchantes et privilégiez les placements de bon père de famille. Dans le contexte actuel de faiblesse des taux, plutôt l'immobilier que le compte d'épargne…"

Des comportements liés à l’argent qui vous irritent?

Les stars bling-bling qui affichent leur train de vie luxueux. Qu’ils vivent ainsi c’est une chose, qu’ils s’exposent en est une autre. Je trouve cela indécent.

Suivez-vous vos finances personnelles de près?

Au début, j’étais très motivé, je faisais même des budgets. Même si je suis comptable, c’est ma femme qui gère les paiements et l’administratif. J’y jette un œil de temps en temps, mais je ne suis pas sûr de savoir combien on paie pour l’électricité…

Vous souvenez-vous de votre premier salaire?

Plus ou moins 40.000 francs belges (environ 1.000 euros) en tant qu’employé de banque. J’ai tout dépensé en vêtements et chaussures.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect