Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Grégory Laurent: "Le livre est l'un des produits culturels les plus avantageux"

Le commissaire de la Foire du Livre de Bruxelles a répondu à nos questions d'argent.

Dès votre première édition en tant que Commissaire de la Foire du livre, vous avez décidé d’instaurer la gratuité d’accès de la manifestation. Pourquoi?

Payer un ticket d’entrée pour ensuite acheter des livres était un frein pour les visiteurs. Mon modèle de démocratisation et d’accès à la culture s’inspire des grands musées gratuits de Londres, où le lieu culturel devient un endroit de rencontre aussi. J’ai imaginé un modèle économique où la gratuité rapporterait plus finalement qu’un modèle payant puisque l’augmentation de visiteurs ramène plus d’exposants.

Que pensez-vous du prix du livre?

C’est l’un des produits culturels les plus avantageux, qui offre toutes les gammes de prix. Il y a toujours la possibilité d’offrir un beau cadeau, un objet qui se collectionne, qui se prête et s’échange. Si on compare le temps passé à lire un livre et le prix qu’on y met par rapport à une place de cinéma, en fait le livre est souvent plus intéressant!

Vous êtes plutôt livre papier ou liseuse électronique?

Clairement livre papier! J’ai besoin d’écrire encore à la main. J’ai des livres qui traînent comme on laisse traîner une bouteille d’eau, j’ai besoin de les voir au fond d’un sac et d’en avoir dans chaque pièce. J’aime bien que les livres aient vécu, que les pages soient cornées, tournées, c’est tout ça qui fait la magie d’un livre. Même son odeur!

Bio express

Né à Gand en 1983/ A étudié les sciences politiques et les arts du spectacle vivant à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)/ Comédien diplômé du Conservatoire royal de Bruxelles/ Commissaire de la Foire du livre de Bruxelles depuis 2015/ Va reprendre le service culture de l’ULB.

Dans l’espoir de réaliser l’une ou l’autre économie, achetez-vous souvent sur internet?

Pas du tout, et jamais de livres! Je n’achète pas sur Amazon, je préfère acheter dans des commerces de quartier.

Avez-vous trouvé un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle?

C’est une vraie question, car l’événementiel est très chronophage. Je cherche la parfaite osmose entre les deux. Moi, j’ai clairement pris la décision que ma vie de famille est une priorité. Toute profession, pour être efficace, doit privilégier la personne et ce qu’elle peut développer dans sa vie privée.

Chaque livre est un ami, une réflexion, un miroir. Constituez-vous une bibliothèque importante qui vous donne des perspectives différentes!

Vous avez fait vos débuts dans le milieu théâtral. Vous dépensez beaucoup en sorties?

Oui, même si pour l’instant, avec la Foire, c’est plus compliqué! Je fais beaucoup de musées avec mes enfants. J’apprécie autant les événements diurnes que nocturnes, les cafés avec un espace culture, tout comme les lieux culturels plus emblématiques comme les théâtres. Je pense que la culture et l’art s’immiscent partout. Dès que l’on quitte son chez-soi, on est déjà dans une sortie culturelle.

Achetez-vous des objets d’art?

"C’est un cadeau de ma compagne. J’ai beaucoup de tickets de transports en commun, de cinéma, de sorties avec mes enfants, et toujours un sparadrap!"

Je ne suis pas suffisamment riche pour acheter ce que je voudrais acquérir, mais j’aimerais bien! Par contre, je vis dans une famille d’artistes, qui peint, dessine, écrit. J’ai accès à un formidable patrimoine et à une collection d’œuvres d’art que je prends plaisir à exposer chez moi.

Avez-vous un souvenir du pire achat que vous ayez jamais effectué?

Avec ma compagne, on venait d’emménager dans notre premier appartement, dans les Galeries Royales Saint-Hubert. Pour fêter ça, on avait une bonne bouteille de vin, mais pas de tire-bouchon. Je suis sorti en acheter un dans le seul magasin ouvert, une échoppe à souvenirs dans la rue des Bouchers. Il s’est cassé tout de suite et on n’a jamais pu ouvrir la bouteille!

Y a-t-il un objet, même sans valeur, que vous ne vendriez jamais?

Toutes mes lettres manuscrites, mes échanges épistolaires, tous mes carnets!

C’est quoi, pour vous, être riche?

C’est avoir un jardin, une parcelle à soi, où le reste du monde ne vous dérange pas.

En 5 chiffres
  • 2001: "L’année de mon entrée à l’université, et du 11 septembre, qui est un point de basculement dans le monde."
  • 8: "Mon chiffre porte-bonheur."
  • 21: "La naissance de mon dernier enfant, le 21 janvier."
  • 4: "Le nombre de pièces de théâtre que j’ai écrites, et je compte bien continuer!"
  • 6: "Le nombre moyen de cafés que je bois par jour…"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés