"Je ne pense pas encore à ma pension. Ce n'est pas bien, je sais!" (Philippe Close)

©Tim Dirven

Questions d'argent | 47 ans/Bourgmestre de Bruxelles (depuis juillet 2017)/ Membre du Parti Socialiste (PS)/ Il a étudié le droit à l’ULB/Il soutient le tourisme comme étant un secteur important de développement économique pour la Capitale/Passionné de rugby

Comment vous déplacez-vous en ville? Avez-vous déjà utilisé les trottinettes électriques de la Région?
Je me déplace beaucoup à pied, ou en tram et en métro si je dois aller au Heysel. J’utilise parfois ma voiture, mais ce n’est pas la règle. Je me suis mis à la trottinette électrique il y a dix jours. Je trouve ça pas mal, sauf en montée. Il faut pousser et c’est assez fatiguant. En descente, la trottinette ne freine pas très fort. D’ailleurs, en descendant le Mont des Arts, j’ai dû sauter de la trottinette au feu rouge! Je trouve ça quand même un peu cher, même si c’est ludique, pratique et rapide. Il faut aussi encore trouver une solution pour le rangement sur le trottoir.

Selon vous, manger local et de saison, est-ce compliqué quand on habite Bruxelles?
Cela l’est de moins en moins! Je suis très fier de nos initiatives, comme l’Atelier des Tanneurs par exemple. Le marché des Tanneurs dans le centre-ville ne désemplit pas, c’est un circuit court avec des légumes bios dans un bâtiment du CPAS. J’ai une autre bonne adresse à partager: le BioShop de la rue des Chartreux. Ce sont deux endroits qui prouvent que bio et pouvoir d’achat sont conciliables.

"Je donne 25 euros tous les mois depuis des années à Amnesty International. J’ai un jour été abordé par un recruteur dans la rue. Je trouve que c’est important dans une ville comme Bruxelles, qui est aussi une capitale de la liberté d’expression avec toutes les manifestations qui s’y tiennent." ©Tim Dirven

S’il y avait un endroit au monde où vous pourriez aller en dépensant sans compter, où iriez-vous?
Je rêve d’aller en Nouvelle-Zélande avec ma famille car je suis fan de rugby. J’ai d’ailleurs des ballons dans mon bureau. Les Néo-Zélandais ont deux passions extraordinaires qui me donnent envie de découvrir leur pays: le rugby et la voile. Je pense aussi que depuis la Belgique, il n’y a pas plus loin que la Nouvelle-Zélande.

Qu’avez-vous déjà entrepris pour préparer votre pension?
Je cotise pour le troisième pilier, l’épargne-pension exonérable fiscalement, c’est tout! Je ne pense pas encore à ma pension. Ce n’est pas bien, je sais!

"Si vous n’avez pas les moyens d’acheter, attendez et mettez de côté! Comme bourgmestre, je vois le nombre de familles qui sont tombées dans le surendettement. En tant que fils et frère de banquier, je sais aussi combien le crédit à la consommation peut être dangereux."
Le conseil

Quel est le pire achat que vous ayez fait?
La machine à pain. On est toujours enthousiastes à l’idée de faire son pain soi-même. Mais à mon avis, sur ebay, c’est l’objet le plus revendu! Je connais peu de gens qui ont tenu plus de six mois avec leur machine à pain. Finalement, je pense qu’aller chez le boulanger, c’est mieux.

Si vous étiez plus jeune, de quel statut professionnel rêveriez-vous: indépendant, salarié, fonctionnaire?
Je viens d’une famille d’indépendants et je suis toujours très admiratif de mon père et de mes frères qui tous les mois doivent trouver leurs ressources. Dans le monde politique, on est salarié avec un CDD. Je suis le seul salarié de la famille et cette situation me convient plutôt bien. Je ne pourrais pas être indépendant.

Quelles sont les choses indispensables à votre qualité de vie?
La musique qui va très fort! J’écoute beaucoup de musique et je suis un grand fan de métal! Mais je n’ai plus le temps d’aller à des concerts. Comme je ne sais pas jouer de musique j’ai créé un festival de musique rock, le Brussels Summer Festival. J’ai aussi la chance de travailler à côté de l’Ancienne Belgique. Au dernier concert où j’ai été, deux groupes de métal absolument mythiques jouaient: Anthrax et Slayer. Mon dernier achat en ligne, c’est d’ailleurs un tapis de sol pour la batterie de mon fils à l’effigie d’un groupe de heavy metal.

Quel est l’objet dont vous ne pourriez pas vous passer?
Ma collection de figurines rock qui est dans mon bureau et dont ma femme ne veut absolument pas à la maison. Ce sont des petites figurines miniatures représentant les légendes du rock. Elle trouve ça horrible et moi, passionnant. Je les cherche sur internet ou je fouine dans les magasins spécialisés. Comme toutes les collections, elle a une valeur sentimentale, assez ridicule, je le reconnais, mais qui me va très bien.

Enfant, receviez-vous de l’argent de poche? À quoi le dépensiez-vous?
Ce n’est pas bien, mais j’ai fumé énormément de l’âge de 13 ans jusqu’à mes 42 ans. J’ai arrêté depuis 5 ans, mais à l’époque, je fumais jusqu’à trois paquets de cigarettes par jour. Tout mon argent passait là-dedans. Je n’ose pas faire le calcul de ce que j’ai pu dépenser.

En cinq chiffres

8

"C’est la place de troisième ligne centre en rugby que j’ai occupée pendant les 15 années de ma carrière de rugbyman."

13

"Mon chiffre fétiche, sans raison particulière."

46

"L’âge auquel je suis devenu le plus jeune bourgmestre de l’histoire de Bruxelles."

5.000€

"Mon salaire net de bourgmestre. On me le demande souvent et j’ai l’habitude de le donner, par pure transparence."

25

"Je donne 25 euros tous les mois depuis des années à Amnesty International. J’ai un jour été abordé par un recruteur dans la rue. Je trouve que c’est important dans une ville comme Bruxelles, qui est aussi une capitale de la liberté d’expression avec toutes les manifestations qui s’y tiennent."

 

Publicité
Publicité

Echo Connect