Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Philippe Verdonck: "Il faudrait revoir notre TVA pour permettre aux gens d'avoir une vie plus facile"

Le nouveau patron de Brussels South Charleroi Airport (BSCA), Philippe Verdonck, a répondu à nos questions d'argent.
©Dieter Telemans

Consacrez-vous un budget élevé aux nouvelles technologies? Vous faut-il toujours la dernière technologie de pointe?

Disons que, pour les nouvelles technologies, je suis prêt à mettre de l’argent, mais toujours à la condition qu’elles me soient utiles. Je n’ai pas besoin d’avoir la dernière technologie de pointe, mais, si c’est un besoin professionnel, j’achèterai, oui.

Que pensez-vous de la "honte" qu’ont de plus en plus de gens de prendre l’avion?

Bio Express

54 ans/Né à Anvers/CEO de BSCA depuis mai 2019/Plus de 30 ans d'expérience dans le secteur de l’aviation/Auparavant general manager chez Worldwide Flight Services, il a aussi travaillé pour Jet Airways, Korean Air ou encore American Airlines/Diplômé en études de commerce à Anvers/Passionné de sport, surtout de hockey sur gazon/3 enfants.

C’est vrai qu’il faut réagir face aux problèmes climatiques d’aujourd’hui. Par contre, il est très important que les gens aient une meilleure connaissance des choses dans cette "honte de voler". Il faut savoir que l’avion est notamment moins polluant que ce que certaines personnes pensent ou s’obstinent à faire croire. Au niveau mondial de CO2, pour l’aviation, on est à 2 voire 3% de la pollution mondiale, donc nous ne sommes pas vraiment l’élément le plus polluant. Et je reste persuadé que les gens aiment voyager et continueront à prendre l’avion.

Êtes-vous adepte de voyages, de destinations originales?

Dans le cadre de mes études et de mon métier, j’ai eu l’occasion de voyager énormément, dans le monde entier, à deux ou trois pays près. Aujourd’hui, je prends plutôt des vacances pour me reposer, mais j’essaie quand même de faire découvrir ce monde que j’ai pu voir à mes enfants. J’ai beaucoup aimé l’Amérique du Sud, certaines parties de l’Asie, et les Caraïbes sont particulièrement relaxantes.

Estimez-vous important d’être aidé par ses parents pour se lancer dans la vie?

Indéniablement, c’est un grand plus. J’espère pouvoir aider mes trois enfants pour les lancer dans la vie comme il faut. Mais j’essaie de leur inculquer la valeur de l’argent depuis leur plus jeune âge et le fait qu’il est essentiel de travailler de manière assez assidue pour atteindre un objectif.

Je pense qu’on observe que la génération actuelle est bien plus gâtée que l’ancienne génération. Ils n’ont pas toujours cette notion de l’argent. Gagner de l’argent n’est pas forcément facile; le flamber est par contre très simple. Mon message, surtout pour ceux qui aiment dépenser, c’est de le faire pour des choses dont ils ont besoin plutôt que pour plaire aux autres.

Accepteriez-vous le principe d’une carrière qui, à partir d’un certain âge, deviendrait horizontale? Faire carrière jusqu’au bout est-il pour vous indispensable?

Je pense que le principe d’une carrière horizontale peut être possible, il faut laisser le choix à chacun de décider. Beaucoup de facteurs peuvent influencer ce choix, mais, personnellement, je trouve qu’il n’y a pas de mal à aller dans une carrière jusqu’au bout. En ce qui me concerne, oui, je continuerai.

Y a-t-il des comportements ou des sujets relatifs à l’argent qui vous insupportent?

Le gaspillage, quel qu’il soit, et l’obsolescence programmée, qui fait qu’on achète quelque chose qui s’éteint automatiquement après un laps de temps et oblige les gens à racheter des choses qui fonctionnaient auparavant pendant des années...

Trouvez-vous certains prix et tarifs excessifs en Belgique?

"Mon portefeuille est assez simple, je n’ai pas de cartes de fidélité, elles sont dans une application sur mon téléphone. Il contient plutôt les cartes standard: cartes de banque, permis de conduire, carte d’identité, un peu de cash car la loi nous oblige à avoir tout de même un peu d’argent en poche. C’est tout, il sert vraiment pour un emploi quotidien" ©Dieter Telemans

Oui, le carburant, par moments, est quand même très excessif. Quand on compare avec les autres pays européens, nos abonnements de téléphonie, internet ou la télévision sont aussi excessivement chers. Les prix les moins chers en Belgique sont absolument hors norme par rapport aux prix les plus chers, par exemple, en France. Il y a aussi quelque chose que je ne suis pas le seul à penser: notre TVA. Elle est un peu trop haute, on devrait la revoir pour pouvoir permettre aux gens d’avoir une plus grande accessibilité aux matières premières (gaz, électricité, etc.) et à la nourriture.

Lorsque vous avez commencé à gagner votre vie, que rêviez-vous de pouvoir vous acheter?

Une Porsche356, que je n’ai d’ailleurs toujours pas achetée. Sans doute qu’avec l’âge, je suis devenu plus sage, mais ce n’est pas dit qu’elle ne va pas arriver… (rires)

Fréquentez-vous les restaurants étoilés?

Oui, de temps en temps. Je suis quelqu’un qui apprécie les bons repas raffinés avec des produits de qualité et un bon verre de vin pour l’accompagner. Mais, d’un autre côté, je peux aussi me faire plaisir dans une bonne brasserie, et même de temps en temps dans un bon vieux fast-food! (rires)

En 5 chiffres

  • 2000: "L’année de mon mariage… Et le code postal de ma ville, Anvers!"
  • 1965: "L’année de ma naissance, le moment où je suis arrivé sur Terre est important pour moi (rires)."
  • 3: "Le nombre de mes enfants, qui a aussi son importance! J’ai deux filles et un garçon."
  • 911: "C’est une voiture mythique."
  • 8: "Le numéro que j’ai toujours eu sur mon maillot, dans tous les sports que je faisais. Pas forcément porte-bonheur, mais c’est un numéro que j’ai eu depuis tout petit et j’y ai donc toujours été attaché.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés