mon argent

Plus de pouvoir d'achat pour les travailleurs en 2019

©Eleni Debo

En 2019, la dernière phase du tax shift entrera en vigueur avec trois mesures qui soutiennent le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent.

Avec le tax shift, lancé en 2015, le gouvernement Michel voulait réaliser un glissement de l’impôt sur le travail vers d’autres formes d’impôt. En 2019, la dernière phase de ce vaste plan entrera en vigueur, avec trois nouvelles mesures. Pour calculer les nouveaux plafonds et l’avantage exact de ces nouvelles mesures, il faut attendre la publication de l’indice des prix de décembre. Les montants mentionnés ci-dessous sont dès lors calculés sur le dernier indice connu.

1. Bonus fiscal à l’emploi plus élevé

Le bonus à l’emploi est une mesure qui soutient les plus bas revenus: les travailleurs touchent plus en net au départ d’une rémunération brute inchangée. Comment? Le bonus social à l’emploi entraîne une diminution des cotisations personnelles de sécurité sociale. Celui qui a droit au bonus social à l’emploi reçoit en plus un avantage fiscal: le bonus fiscal à l’emploi. Le pourcentage de ce dernier est une nouvelle fois augmenté, ce qui fait passer l’avantage maximum de 670 à 800 euros.

Votre argent en 2019
Ce samedi 15/12, gratuit avec L'Echo

Toutes les nouvelles mesures qui impacteront vos finances personnelles en 2019.

"Le bonus maximum à l’emploi concerne les travailleurs qui ont une rémunération mensuelle brute de 1.641 euros maximum. Par cette mesure, ils verront leur rémunération nette augmenter chaque mois de 11 euros en 2019", indique Jef Wellens, fiscaliste chez Wolters Kluwer.

2. Taux d’imposition de 40% élargi

Dans le calcul de l’impôt, le revenu est coupé en tranches. Plus la tranche de revenu est élevée, plus élevé sera aussi le taux d’imposition. Les taux qui s’appliquent aux différentes tranches sont 25, 40, 45 et 50%. Lors du calcul de l’impôt sur les revenus que vous gagnerez en 2019, une plus grande partie sera imposée à 40 au lieu de 45%. Concrètement, la tranche de vos revenus de 2018 taxée à 40% va de 12.990 à 22.290 euros, alors qu’en 2019, elle ira de 12.990 euros à 22.920 euros. Sans tenir compte des centimes additionnels communaux, cela peut rapporter jusqu’à 31,5 euros.

3. Une seule quotité exemptée d’impôt pour tout le monde

La quotité exemptée d’impôt est la partie du revenu qui échappe à l’impôt. Par le passé, le niveau de cette quotité variait selon le niveau des revenus. À partir de 2019, ce que vous gagnerez en dessous de 8.680 euros ne sera plus imposé. Pour tout le monde. "La quotité exemptée d’impôt augmente ainsi de 1.250 euros au maximum, ce qui augmente en principe le pouvoir d’achat de 334 euros par an en moyenne. Pour celui qui a des enfants ou d’autres personnes à charge, l’avantage fiscal est encore plus grand. Pour un isolé avec deux enfants, il se chiffre ainsi à 535 euros", a calculé Jef Wellens.

Nouveautés pour votre déclaration fiscale
Exonération de dividendes: à demander explicitement

Pour vous inciter à épargner via un livret d’épargne, les premiers intérêts engrangés sont exonérés d’impôt depuis belle lurette. Mais depuis le 1er janvier 2018, l’exonération des premiers 1.880 euros d’intérêt a été divisée par deux. Concrètement, cela signifie que vous devez payer 15% d’impôt sur les intérêts qui dépassent la première tranche de 960 euros, que ce soit sur un seul compte d’épargne ou plusieurs.

En compensation de cette réduction, une nouvelle exonération d’impôt vient s’appliquer sur la première tranche de 640 euros de dividendes que vous percevez. Certes, vous ne l’avez pas constaté au moment où vous avez perçu vos dividendes, car votre banque a toujours retenu la totalité du précompte mobilier. "La nouvelle exonération d’impôt doit être demandée dans la déclaration fiscale de l’année suivante. Vous pouvez récupérer de la sorte un maximum de 192 euros, explique Jef Wellens, fiscaliste chez Wolters Kluwer. Pour les dividendes encaissés en 2019, l’exonération d’impôt portera sur un montant de dividende de 800 euros."

Nouvel avantage fiscal en cas d’adoption

Les parents qui ont finalisé une procédure d’adoption en 2018 peuvent récupérer une partie des frais qu’ils ont engagés via leur déclaration fiscale. Que la procédure ait été finalisée ou arrêtée anticipativement n’a pas d’importance, pour autant que cette procédure ait été menée via un service d’adoption agréé.

"Cet avantage fiscal est révolutionnaire, car on peut prendre en compte dans la déclaration fiscale de 2019 les dépenses d’une adoption consenties depuis 2013", signale Jef Wellens.

La réduction d’impôt s’élève à 20% des frais exposés, avec une déduction maximale de 6.150 euros par procédure d’adoption. Ce maximum correspond à une dépense globale d’adoption de 30.750 euros. Pour les couples mariés ou en cohabitation légale, le plafond vaut pour les deux partenaires ensemble.

Réduction d’impôt pour l’assurance défense en justice

Le gouvernement veut promouvoir l’assurance défense en justice en la rendant avantageuse sur le plan fiscal. Une telle assurance vous aide à faire valoir vos droits en cas de litige juridique et prend en charge les frais de votre défense (avocats et expertises). L’assurance défense en justice est souvent une couverture supplémentaire d’une assurance auto, incendie ou familiale, mais elle ne couvre alors que les litiges liés à cette assurance. Pas un litige de construction ou un divorce par exemple.

Une alternative est de conclure une assurance défense en justice générale auprès d’une compagnie d’assurance spécialisée. Dans ces polices, les garanties assurées sont plus larges et les plafonds souvent plus élevés. C’est la prime de ce type d’assurance spécialisée que vous pourrez désormais reprendre dans votre déclaration fiscale. L’avantage fiscal sera égal à 40% de la prime payée. À concurrence de 300 euros de prime au maximum.

Publicité
Publicité

Echo Connect