Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Ce qui change pour les panneaux photovoltaïques en 2021

Bruxelles diminue l’octroi de certificats verts pour les nouvelles installations photovoltaïques. La Flandre adopte un nouveau système de tarification. En Wallonie, ce sera le statu quo.
Publicité
©Kees van de Veen

Le 1er octobre 2020, le tarif prosumer wallon est entré en vigueur: les propriétaires de panneaux photovoltaïques doivent payer une redevance annuelle forfaitaire (en moyenne 450 euros) afin de participer financièrement à l’utilisation réelle du réseau. Cela signifie-t-il qu’il est déjà trop tard pour obtenir un retour rapide sur investissement? Pas vraiment. En effet, les Wallons ne devront pas tout de suite passer à la caisse, le gouvernement régional compensant cette année ainsi qu’en 2021 100% du coût de ce tarif prosumer auprès des gestionnaires du réseau de distribution.

Le tarif prosumer ne deviendra donc réel qu’en 2022. Et encore, en partie seulement, car la Région wallonne continuera à financer cette redevance à concurrence de 54% en 2022 et en 2023. Ce n’est qu’en 2024 qu’elle sera à 100% à charge des prosumers wallons.

Pour y échapper, le prosumer aura intérêt à augmenter son autoconsommation d’électricité. En effet, de base, le tarif prosumer correspond à un forfait fixé par le gestionnaire de réseau, qui varie en fonction de la puissance électrique de l’installation photovoltaïque et se base sur une autoconsommation de 37,76% de l’électricité produite.

Si un prosumer estime pouvoir autoconsommer davantage, alors il aura plutôt intérêt à demander un tarif prosumer proportionnel ou réel. Cependant, le calcul de ce tarif nécessite l’installation d’un compteur double flux, qui mesurera l’électricité injectée et prélevée sur le réseau.

À ce propos, le gouvernement a prévu deux primes afin d’encourager l’autoconsommation d’énergie. La première prime concerne justement l’installation de compteurs double flux. D'un montant de 152 euros (HTVA), elle couvre le coût de placement d’un compteur double flux, octroyé au client résidentiel par l’intermédiaire de son gestionnaire de réseau de distribution. "Cette prime sera octroyée jusqu’au 31 décembre 2023 dans les limites des budgets disponibles de la Région wallonne", explique Ores.

La seconde prime a trait à l’installation d’équipements de mesurage et de pilotage. Tout client résidentiel qui en fait la demande avant le 31 décembre 2020 peut bénéficier de la prime, qui correspond à 40% du coût des équipements, avec un maximum de 400 euros par client.

À l’heure d’écrire ces lignes (le 27 novembre, NDLR), le service public de Wallonie en charge de l’Énergie précisait que cette prime serait prochainement mise en place, les textes légaux étant en cours d’adoption. "Après l’entrée en vigueur de ces textes, le SPW Énergie communiquera davantage d’informations, notamment à propos des modalités pratiques."

Rendement wallon

Peu importe ces changements, installer des panneaux photovoltaïques reste un investissement rentable, grâce notamment à la chute vertigineuse des prix au cours des dernières années. Sachant que les panneaux photovoltaïques produisent de manière optimale pendant une durée de 25 à 30 ans et qu’il est conseillé de remplacer l’onduleur des panneaux au bout de 12 ans environ (soit un coût à prévoir de 700 euros), Engie estimait, en janvier 2020, que le rendement annuel d’une installation moyenne en Wallonie se chiffrait à environ 9% et que l’investissement était remboursé en 8 ans.

Cependant, la simulation d’Engie prenait en compte l’éventualité d’un tarif prosumer à partir de cette année. Cela signifie que le retour sur investissement pourrait être bien plus rapide que prévu, et le rendement plus élevé, vu que l’économie réalisée en 2020 doit désormais se chiffrer à 900 euros au lieu de 600 euros.

Rendement bruxellois

En Région bruxelloise, Engie estimait que le rendement annuel d’une installation se chiffrait à environ 10% et que l’investissement était remboursé en à peine 5 ans. Cependant, cette estimation tenait compte d’une réduction annoncée des certificats verts (CV) à partir d’avril 2020 (environ 650 euros par an pendant 10 ans). Sauf que cette diminution des CV a été repoussée au 1er janvier 2021, et qu'elle ne concerne que les nouvelles installations.

Pour rappel, lorsqu’un particulier installe des panneaux solaires, il devient producteur d’électricité verte et, à ce titre, il a droit à des CV qu’il peut revendre sur le marché de l’énergie (ce qui lui permet d’amortir son investissement encore plus rapidement).

Autrement dit, le Bruxellois qui souhaite investir dans une installation photovoltaïque a intérêt à le faire avant l’année prochaine.

Rendement flamand

Côté flamand, Engie évoquait en début d’année un amortissement en 10 ans, avec un rendement annuel estimé à 8%. Si vous habitez en Flandre et que vous souhaitez bénéficier du système actuel pendant encore 15 ans (à savoir le mécanisme de compensation du compteur qui tourne à l’envers, couplé à un tarif prosumer), votre installation doit être antérieure au 1er janvier 2021.

À partir de cette date, la Flandre adoptera un nouveau système de tarification avec pour conséquence une disparition du compteur qui tourne à l’envers. "Aujourd’hui, l’index du compteur augmente lorsque de l’électricité est prélevée sur le réseau", détaille un expert d’Engie. "Par contre, l’index diminue lorsqu’on injecte sur le réseau l’électricité excédentaire produite par les panneaux (celle qui n’est pas autoconsommée). Ce ne sera plus le cas en 2021."

De fait, l’électricité non consommée et injectée sur le réseau fera l’objet d’une indemnisation, mais à un prix moins intéressant que l’électricité prélevée sur le réseau. Autrement dit, ce changement de tarif entraînera une diminution de la rentabilité des installations des ménages qui ont une faible autoconsommation.

Cependant, afin de maintenir une durée d’amortissement de 10 ans, la Flandre introduira une nouvelle prime de 1.500 euros à partir de l’année prochaine. Mais, d’après les calculs d’Engie, si vous avez l’occasion d’investir en 2020, le rendement de vos panneaux sera plus intéressant. Et cela, peu importe la Région où vous habitez.

EXEMPLE

"Ma facture d’électricité s’élève en moyenne à 60 euros/mois. Cela vaut-il quand même la peine d’installer des panneaux photovoltaïques?"
La réponse varie, selon Philippe Delaisse, consultant en transition énergétique et bas carbone. "Tout dépend des facteurs suivants: la date du dernier renouvellement de votre contrat (prix très bas durant ces derniers mois), le type de contrat (fixe ou variable), sa durée (1, 2, 3 ou 5 ans), ainsi que les perspectives d’évolution de votre consommation électrique (par exemple, avez-vous l’intention d’acheter un véhicule électrique ou de placer une pompe à chaleur?). Selon la réponse donnée à ces critères, installer des panneaux photovoltaïques sera plus ou moins rentable, mais sera rentable quoi qu’il en soit."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés