Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

5 actions à privilégier

Bart Taillaert, gestionnaire de fonds chez SG Private Banking, a sélectionné 5 valeurs prometteuses pour les mois à venir.
Publicité
  • Adidas - confiance et ambition :en 2008, le fabricant allemand de vêtements de sport devrait récolter les fruits des efforts de marketing consentis autour des grandes manifestations sportives (J.0., Coupe du Monde de Football). Le groupe œuvre aussi à son expansion dans les pays émergents. Reebok, racheté en 2005, se porte très bien en Asie, mais rencontre des difficultés outre-Atlantique. La direction a récemment relevé les prévisions de bénéfice de cette filiale pour 2008. La situation serait donc en passe de s'améliorer. Adidas entend réaliser en 2009 une marge bénéficiaire opérationnelle de 11%, contre 9,2% en 2007. La barre est placée haut, mais ces objectifs témoignent de la confiance et de l'ambition du groupe.
  • BMW - généreux payeur de dividende : la valorisation du constructeur automobile n'est pas celle d'un fabricant de produits de luxe. Son rapport cours/bénéfice attendu de 7,4 pour 2008 est attrayant. En relevant son dividende de 54% (à 1,06 euro), BMW se forge une image de générosité. Malgré la faiblesse du marché de l'automobile, la vigueur de l'euro et des matières premières, la direction prévoit pour 2008 de nouveaux volumes record et un bénéfice récurrent supérieur.
  • Vinci - couplage à l'inflation : le groupe français articule ses activités autour de cinq divisions : construction, routes, concessions, énergie et immobilier. Les concessions (autoroutes, parkings) représentent 17% du chiffre d'affaires et 60% du bénéfice opérationnel. Ces activités sont peu cycliques et assez prévisibles, car elles reposent sur des contrats à long terme. Son couplage à l'inflation permet à Vinci d'augmenter périodiquement les tarifs des péages. Combiné à une augmentation du trafic, cela nourrit la progression du bénéfice. Les autres activités (80% du chiffre d'affaires et 40% du bénéfice opérationnel) ont un caractère cyclique et sont moins prévisibles.
  • DSM - augmentations de prix : le management de DSM a relevé les prévisions pour le premier trimestre 2008: un bénéfice (EBIT) en hausse de 20%. Sa position de marché solide l'autorise en effet à augmenter ses prix. Initialement, le groupe tablait sur une évolution stable de son bénéfice. Le bon début d'année est surtout attribuable à la division Nutrition (42% du chiffre d'affaires) mais les autres départements se sont bien comportés. Valorisation intéressante: cours/bénéfice attendu de 8,5 pour 2008 et rendement de dividende de 3,9%.
  • Dexia - bases pour l'avenir : le cours de Dexia est volatil et sa valorisation est faible, alors que le groupe escompte une croissance de son bénéfice et de son dividende de 10% pour les prochaines années. La cause de cette divergence: FSA, rehausseur de crédit et filiale à 100% de Dexia. Les normes comptables la contraignent à valoriser les instruments financiers à leur valeur de marché. À moins que la contrepartie soit en défaut de paiement, ces fluctuations sont un phénomène temporaire. Vu la situation de marché, FSA peut souscrire de nouveaux contrats à des conditions avantageuses, ce qui est prometteur pour l'avenir.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés