Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

ING mise sur la croissance de la « Grande Chine »

Le fonds « Greater China » investit dans des actions cotées en Chine, à Hong Kong et Taïwan.

(l'écho) - L'Asie n'a pas été épargnée par les turbulences boursières au premier trimestre. L'indice MSCI des actions asiatiques, hors Japon, a perdu 13 %, soit sa plus mauvaise performance depuis le trimestre achevé fin septembre 2002. La chute a été plus sévère en Chine où l'indice composite de la Bourse de Shanghai a perdu plus de 34 % au premier trimestre. L'indice est en baisse de 41 % depuis son plus haut atteint en octobre dernier. Entre juin 2005 et octobre, l'indice avait, il est vrai, été multiplié par six. A Hong Kong, l'indice Hang Seng a perdu 18 % sur le trimestre, sa plus mauvaise performance depuis plus de six ans.

Ces mauvaises performances n'empêchent pas ING Investment Management (ING IM) de se montrer positif sur les perspectives à long terme en Chine, notamment suite à la croissance spectaculaire de son urbanisation : le taux d'urbanisation augmente de 1 % chaque année et devrait atteindre 55 % d'ici 2020. « Plus de 220 millions de personnes quitteront les zones rurales pour les zones urbaines dans les quinze prochaines années, souligne Wouter Demeulenaere, vice-directeur de la division vente et produits d'investissements d'ING Belgique.

Cette migration crée une demande significative dans le domaine des matériaux de base, de l'énergie, de l'immobilier et des biens de consommation ». La consommation, qui représente 38 % de la croissance chinoise, devrait continuer à profiter de la hausse du niveau des revenus, du taux d'épargne élevé et de facteurs démographiques favorables alors que les dépenses de la génération « baby boom » atteindront des sommets dans la décennie à venir.

L'appréciation de la monnaie chinoise par rapport au dollar est un facteur de soutien supplémentaire à la consommation et au secteur de l'immobilier tandis que les Jeux Olympique de Pékin profitent aux secteurs du tourisme et de l'infrastructure.

De plus, selon ING IM, l'inflation devrait rester sous contrôle à 5,5 % cette année. Du côté des entreprises, ING IM table sur une croissance bénéficiaire comprise entre 15 % et 20 % par an, grâce à la croissance de la consommation et la hausse des investissements, attendues en hausse de 20 à 30 % par an.

«Greater China »

Pour profiter de ces perspectives, ING IM a développé ING (L) Invest Greater China, une sicav qui investit dans des actions de la région Chine-Taïwan-Hong Kong. « Cette région constitue un seul et même bloc économique ayant la même langue et la même culture, explique Pieter Hendriks, responsable des solutions d'investissements en Asie pour ING IM Asie Pacifique. L'avantage d'approcher la Chine en investissant dans « Greater China » est de diversifier le risque : Taïwan a ainsi gagné plus de 2 % cette année ».

Par rapport à son indice de référence, l'indice MSCI Golden Dragon, le fonds Greater China surpondère Hong Kong et le cash tandis que la Chine et Taïwan ont un poids plus faible. Par secteur, le fonds surpondère les financières, les industrielles, les services aux collectivités et la construction ainsi que le cash tandis que les télécommunications et les biens de consommations durables ont un poids équivalent. Par contre, le fonds sous-pondère l'énergie, la consommation non durable et surtout les technologiques « en raison des sociétés IT taïwanaises, fortement dépendantes de la demande US ».

Dans le top 5 des positions du fonds, figurent la société chinoise de télécoms China Mobile (qui pèse 9 %), Cheung Kong Holdings (5,5 %) une société de Hong Kong active dans les finances, CLP Holdings (4,7 %), une société de services aux collectivités à Hong Kong, China Overseas (4 %), une société chinoise active dans les finances, et Far Eastern text (4 %), une entreprise industrielle de Taïwan.

Sur les cinq dernières années, le fonds Greater China affiche un rendement de 25 % en dollars. Sur cette période, le dollar a perdu 32 % face à l'euro…

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés