Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les trackers, à mi-chemin entre fonds et actions...

Des actions-reflets pour prendre pied de manière diversifiée en Bourse.

(Netto/Tijd) - Qui croit en l'efficience des marchés se doit d'investir dans des fonds indiciels. Les trackers ou actions-reflets (en anglais, exchange traded funds - ETF) sont des fonds de placement cotés en bourse qui suivent l'évolution d'un indice. Ils n'ont pas la prétention de surperformer le marché. Ils sont en conséquence moins chers que les fonds de placement gérés activement.

 

Plus faibles coûtsde transaction

 

Les trackers ou exchange traded funds sont des fonds de placement cotés qui reproduisent un indice. Ils suivent fidèlement l'évolution de cours de leur indice sous-jacent. Les trackers combinent les avantages d'un fonds de placement à ceux d'une action. Tout comme dans le cas d'un fonds ordinaire, l'investisseur peut, à partir d'une mise limitée, acquérir un portefeuille diversifié, composé par exemple de toutes les actions du DJ Euro Stoxx 50. La similarité avec les actions se situe dans la cotation en bourse, qui leur permet d'être négociés à tout moment de la séance.

Atout supplémentaire des trackers: leur coût. Le ratio de coûts total - un ratio qui regroupe tous les frais récurrents d'un fonds de placement - se situe pour la plupart des trackers entre 0,1 et 0,3%. Pour les fonds de placement, il est généralement supérieur à 1%. Contrairement aux trackers, les fonds de placement ont pour but de surclasser leur indice de référence, ce qui exige une gestion intensive des actifs.

 

gestion moins active, plus porteuse?

 

Les actions-reflets mettent donc en lumière l'opposition entre gestion active et gestion passive. Les fonds de placement gérés activement ont pour ambition de surperformer leur indice de référence. En adoptant des positions actives, par exemple au travers de l'attribution d'une plus grande pondération de certaines actions par rapport à l'indice, ces fonds entendent surpasser le marché. Les fonds gérés passivement ou fonds indiciels croient pour leur part à l'efficience des marchés financiers. Ces fonds ont dès lors pour seule ambition d'égaler le marché et non de le battre.

De nombreuses études ont démontré que les fonds indiciels signent généralement une performance supérieure à celle des fonds gérés activement. Une étude américaine conduite au cours des 20 dernières années a conclu que 85% des fonds gérés activement se sont moins bien portés que l'indice S&P 500.

 

Des trackers sur les matières premières aussi

 

Même si vous ne croyez pas à l'efficience des marchés financiers, les trackers méritent leur place dans votre portefeuille. Ces derniers mois, de nombreux trackers sur les indices de matières premières ont été lancés aux états-Unis. En Europe, peu de trackers de ce type sont actuellement disponibles. Ceci s'explique par le fait que le tracker doit également acheter les valeurs sous-jacentes de l'indice. Or, sur le marché des matières premières, ce n'est possible qu'au travers de futures. Toutefois, la réglementation européenne ne permet pas encore d'enregistrer ce type de produits. Aux états-Unis en revanche, la législation est nettement moins sévère, ce qui explique l'abondance des trackers sur indices de matières premières. Notons enfin que le marché se voit aujourd'hui inondé d'actions-reflets sur obligations et l'immobilier

 

Une demande exponentielle

 

Cette extension de la gamme de trackers explique l'engouement actuel des investisseurs pour ce type de produits. Depuis début 2000, le patrimoine investi en ETF a été multiplié par dix à l'échelle mondiale. Ce marché n'en reste pas moins relativement étroit. Actuellement, au niveau mondial, il existe 527 trackers, pour un patrimoine investi total de près de 400 milliards d'euros, soit un peu plus de 3% du marché total des fonds de placement.

Les états-Unis se taillent évidemment la part du lion du marché des ETF. Cependant, cette prédominance américaine s'explique aussi par le fait que ce marché existe depuis plus longtemps outre-Atlantique. C'est en effet en 1993 que les états-Unis ont vu naître le premier tracker: le SPDR, reflet de l'indice américain le plus représentatif, S&P 500. Parmi les trackers populaires aux états-Unis, citons le Diamond, qui suit l'évolution du Dow Jones, et le Cube (QQQ), copie conforme du Nasdaq.

 

L'Europe suit avec retard

 

Euronext a ouvert l'année suivante le segment de marché Nexttrack, qui abrite actuellement 114 actions-reflets. Euronext Bruxelles compte un seul tracker: le Bel 20 Master Unit, émis par Lyxor International Asset Management.

Les principaux émetteurs de trackers sont Barclays Global Investors et State Street Global Advisors. Ces institutions ont une part de marché respective de 49 et 19% au niveau mondial.

Compte tenu de la diversité des émetteurs, il arrive que des trackers d'un même indice soient cotés sur la même bourse. Il est également possible qu'une même institution financière choisisse de coter le même tracker sur différentes bourses, de manière à faciliter son accès à l'investisseur.

La liquidité du tracker dépend dans une importante mesure de celle du produit sous-jacent. Si vous décidez d'acheter ou de vendre un tracker sur l'indice DJ Euro Stoxx 50, votre opération sera évidemment exécutée très facilement, car les actions sous-jacentes s'échangent dans d'importants volumes.

Si vous achetez un tracker sur un produit moins liquide, le risque existe en revanche que sa négociabilité soit inférieure. Pour chaque tracker, deux teneurs de marché doivent cependant garantir la liquidité des produits sur le marché.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés