Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Au moins 40% d'économies de chauffage grâce aux pellets

Alors que les prix du gaz et du mazout décollent, celui du sac de pellets reste relativement stable. Combien coûte un investissement dans un poêle à pellets?
Publicité
©Shutterstock

Avec le retour de l’automne, les soirées sont de plus en plus fraîches. Cependant, vu la hausse constante des prix des combustibles fossiles, vous hésitez probablement à allumer le chauffage. Si c’est le cas, mais que vous avez quand même un peu de mal à supporter une température crue, c’est qu’il est peut-être temps d’investir dans un poêle à pellets.

Surtout que ce combustible a la réputation d’être écologique - il est renouvelable tandis que son bilan carbone est neutre - et bon marché. D’ailleurs, son prix est resté relativement stable durant ces dix dernières années, contrairement au gaz et au mazout.

Bien sûr, ceux qui veulent faire des économies sur leur budget chauffage peuvent aussi choisir d’investir dans un poêle à bois (l’évolution du prix de la stère de bois est également limitée, NDLR).

Cependant, le poêle à pellets a divers atouts qui permettent, selon les cas, de faire des économies supplémentaires. En effet, il a la particularité d’être programmable. Il peut donc, par exemple, se mettre en route une heure avant le réveil ou lorsque la température baisse en dessous d’un certain niveau.

Le poêle à pellet est également réglable, c’est-à-dire que la température est modulable à tout moment, ce qui évite la sensation de surchauffe parfois ressentie avec un poêle à bois.

En outre, de plus en plus de modèles sont désormais pilotables à distance via une application pour smartphone, ce qui rend leur utilisation toujours plus confortable. D'ailleurs, contrairement au poêle bois, l’alimentation en combustible est automatique.

Combien ça coûte?

Convaincu? Si oui, ne vous précipitez pas sur une offre bon marché de la grande distribution (à moins de 1.000 euros). "Nos prix sont un peu plus élevés que ceux des enseignes de bricolage, mais ils se justifient, car nous offrons un service après-vente, un suivi des pièces et un service technique sur toute la Belgique", indique Joël Penasse, le gérant de la société Cheminées Liégeois, un magasin spécialisé en poêlerie à Wavre.

De fait, dans le réseau professionnel, le prix des poêles à pellets varie entre 1.690 et 5.770 euros (HTVA) selon la puissance de l’appareil (qui doit être choisie en fonction du volume de la pièce à chauffer) et des finitions. "Mais c’est surtout l’esthétique qui va faire le plus de mal à votre portefeuille, pas la technique", explique-t-il.

"C’est surtout l’esthétique du poêle à pellets qui va faire le plus de mal à votre portefeuille, pas la technique."
Joël Penasse
Gérant de la société Cheminées Liégeois de Wavre

À moins d’être bon bricoleur, il faut y ajouter les frais d’installation par un professionnel agréé qui tournent autour des 300 euros (HTVA), voire le double en fonction de la complexité des travaux à entreprendre. Par exemple, si l’habitation n’est pas équipée d’une cheminée, il faudra faire un percement extérieur pour permettre l’évacuation des fumées.

Et qui dit cheminée dit travaux d’entretien annuels! "Le poêle doit être démonté et nettoyé par un professionnel au mois une fois par an. Cette opération revient à environ 168 euros (HTVA) et ne comprend pas le ramonage de la cheminée.

Combustibles

La quantité de pellets à prévoir pour une semaine ou un mois est difficile à définir, car elle dépend d’une série de paramètres, dont la température désirée, la taille de l’espace à chauffer, la température extérieure et le niveau d’isolation de la maison.

Mais dans les grandes lignes, avec un sac de pellets (environ 4,80 euros pour un sac de 15 kilos), l’utilisateur peut se chauffer au moins pendant 13 heures et jusqu’à maximum 40 heures. "Privilégiez un pellet 100% résineux", conseille l'expert. Il est plus performant et moins nocif pour votre poêle à pellets.

Le pellet n’est pas le seul "combustible" du poêle. Il faut aussi tenir compte de l’électricité nécessaire à son allumage et au brûlage des pellets. L’allumage consomme 300 watts durant 5 à 8 minutes, et le brûlage (utilisation du ventilateur comprise) environ 40 watts par heure (0,04 kWh).

Investissement rentable

Placer un poêle à pellets dans la pièce de vie de l’habitation, c’est la garantie de voir baisser la consommation d’une chaudière au gaz ou au mazout. "Vous pouvez tabler sur une économie d'au moins 40% sur votre facture de chauffage", précise Joël Penasse. "Ou évidemment bien plus pour ceux qui s'en servent presque comme chauffage principal."

"Selon les cas, le poêle à pellets se rembourse en 4 à 8 ans, installation, combustibles et entretiens compris."
Joël Penasse
Gérant de la société Cheminées Liégeois de Wavre

"Selon les cas, le poêle à pellets se rembourse en 4 à 8 ans, installation, combustibles et entretiens compris."

Attention, n’attendez pas les premiers grands froids pour vous équiper. Hors période de rush, la livraison et l’installation prennent au total entre deux et quatre semaines.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés