Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Gare au rendement négatif pour votre branche 21

La FSMA rappelle qu'en cette période de taux très bas, il n'est pas exclu que les propriétaires d'une assurance-vie de branche 21 subissent des pertes en capital.
©Photo News

Une assurance épargne, appelée aussi "branche 21", est une assurance-vie avec un rendement garanti. Vos versements rapportent donc chaque année un intérêt fixe. Si votre compagnie d’assurance réalise suffisamment de bénéfices, vous pouvez espérer toucher en plus une participation bénéficiaire qui, elle, n'est pas garantie. Cependant, les participations bénéficiaires qui sont versées le sont à titre définitif.

Dans le contexte persistant de taux anormalement bas, les rendements garantis offerts par les assureurs sont souvent proches de zéro, voire nuls. Or, chaque versement effectué bénéficie du taux garanti en vigueur, et cela pour toute la durée du contrat.

Pertes en capital

"Il se peut que le rendement d’une telle assurance de la branche 21 soit négatif en raison du prélèvement de frais de gestion par exemple."
La FSMA

La FSMA, l'autorité des marchés financiers, a rappelé au public qu'il existait dès lors des risques de perte en capital. "De nombreux produits portent un taux d’intérêt garanti de 0%. Leur rendement dépend donc entièrement de la participation bénéficiaire non garantie. Si le contrat ne prévoit pas de participation bénéficiaire, si les résultats de l’assureur ne lui permettent pas d’en octroyer une, ou si le montant de cette participation bénéficiaire est trop faible pour compenser les coûts, il se peut que le rendement d’une telle assurance de la branche 21 soit négatif en raison du prélèvement de frais de gestion par exemple."

En clair, les primes investies risquent de ne pas être totalement remboursées à l'échéance ou en cas de rachat.

Il est dès lors important, rappelle la FSMA, "de ne pas se laisser guider uniquement par des promesses de garantie en capital ou de préservation du capital. Le consommateur doit prendre le temps de s’intéresser à la durée de garantie du taux, au niveau de ce dernier et à l'impact des coûts sur le rendement, voire sur le capital. Il s’agit en outre de tenir compte de l’impact potentiel de taxes et autres prélèvements".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés