Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

30% de transactions en plus sur le marché résidentiel

Depuis six mois, le marché immobilier explose littéralement, tant en nombre de transactions qu’en termes de prix. Une situation qui va de pair avec dérégulation et spéculation.
©BELGAIMAGE

Le baromètre immobilier de la Fédération du Notariat (Fednot) vient de tomber. Et il confirme toutes nos prévisions: sur les six premiers mois de l’année 2021, le nombre de transactions immobilières a augmenté de plus de 30% par rapport à la même période en 2020. "Compte tenu des confinements successifs de 2020, la comparaison avec 2019 semble plus indiquée: la hausse atteint alors encore +17% si on compare avec la même période il y a deux ans", tempère le notaire Renaud Grégoire.

+20%
de transactions
Par rapport aux 6 premiers mois de 2019 (semestre de référence), le nombre de transactions a augmenté de près de +20% en Wallonie.

La Wallonie sous pression

Si comparaison n’est pas raison, la surchauffe actuelle dépasse l’entendement; et aussi la capacité du marché à absorber - sur le volet de l’offre de seconde main comme de première - la demande actuelle et future. D’autant que cette hausse d’activité frappe l’ensemble du pays. Par rapport aux 6 premiers mois de 2019, le nombre de transactions a explosé de près de +20% en Wallonie. En Flandre, l’augmentation est de +16% et à Bruxelles, de +9%.

"Depuis que le baromètre immobilier de Fednot existe  - il a été lancé en 2007 -, c’est tout simplement la première fois que l’activité sur le marché est aussi élevée en Belgique durant le premier semestre d’une année", constate le notaire Grégoire.

"Depuis 2007, l'activité sur le marché n'a jamais été aussi élevée durant le premier semestre de l'année".
Renaud Grégoire
Notaire

La surchauffe et le manque d’offres à prix abordable sont aujourd’hui tels que les candidats à l’achat et les investisseurs se replient sur le marché des terrains à bâtir. Selon les notaires, le résultat est déjà sensible dans les chiffres et l’augmentation plus forte que sur l’ensemble des autres types de biens soumis à acte notarié.

"Pour 300.000 boules, t’as plus rien!"

Les prix ont connu une augmentation moins prononcée. Mais celui de la maison belge (73% des transactions enregistrées) a néanmoins augmenté de +4,5% sur 6 mois, pour dépasser largement en moyenne les 300.000 euros charges comprises (289.500 sans les charges). En prenant en compte l'inflation, cela représente encore une hausse de +3,2%, soit 9.000 euros en plus, pondère Fednot.

À l’inverse de l’activité, cette augmentation des prix est surtout portée par la Flandre. Le prix moyen d’une maison ordinaire y a augmenté de +5% alors que les hausses sont moins marquées en Wallonie (+3%) et à Bruxelles (+1,6%).

Sur le segment de l’appartement, même topo, avec de nouveaux records dans les trois régions. Le prix moyen au niveau national est désormais de 254.267 euros, soit une augmentation de +4% sur les six premiers mois de l’année. À Bruxelles, pour la première fois, ce prix moyen dépasse les 280.000 euros, soit largement plus de 300.000 euros frais compris.

Sur les 5 dernières années, c’est encore et toujours la capitale qui a connu la plus forte hausse du prix moyen. Et la pénurie annoncée par endroit sur le marché de l’appartement neuf annonce une nouvelle surchauffe sur celui de la seconde main.

+25% sur 5 ans

Longtemps boudée par les acheteurs belges, la verte province luxembourgeoise enregistre la plus forte hausse de prix du pays pour l’instant. En 5 ans, le prix moyen d’une maison y a augmenté de +27%. "Compte tenu de l’inflation, il faut désormais y débourser 35.000 euros de plus en moyenne pour devenir propriétaire", analyse le porte-parole de notaire.be. Le Brabant wallon n’est pas en reste, avec une hausse quinquennale de +25% et des prix absolus qui dépassent largement, frais compris, la barre des 400.000 euros pour une habitation ordinaire.

Sur le segment de l’appartement, c’est dans la capitale que les valeurs explosent sur 5 ans, avec une hausse moyenne de +23% sur le marché secondaire (appartements à la revente).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés