Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

5 conseils d'une architecte pour une rénovation réussie

Après une rénovation, votre maison aura une nouvelle vie pendant environ 30 ans. À condition, bien sûr, que vous vous en occupiez correctement. L'ingénieure architecte Silvia De Nolf nous livre ses recommandations.
Depuis le début de l'année 2021, l'option démolition-reconstruction est plus intéressante sur le plan financier qu'une simple rénovation. ©Wouter Van Vooren

Masquer un mur humide avec des plaques de plâtre, installer une nouvelle cuisine et changer le revêtement de sol: la maison a peut-être l'air d'avoir pris un bon coup de jeune, mais ce n'est rien d'autre qu'une apparence. "Avec ce genre d'interventions, vous ne faites que perpétuer le vieillissement de votre habitation. En revanche, avec une bonne rénovation, votre maison répondra à nouveau aux normes actuelles et conservera ses qualités pendant les 30 prochaines années", déclare Silvia De Nolf, ingénieure architecte et conseillère au service d'études de la Netwerk Architecten Vlaanderen (NAV), l'Union flamande des architectes. "En règle générale, une maison doit être rénovée après 30 ans." Il est alors temps de répondre aux 5 questions suivantes:

1. Mieux vaut-il rénover ou démolir et reconstruire?

La première question est de savoir si une rénovation a encore un sens. Ou préférez-vous opter pour une démolition-reconstruction? Depuis le début de l'année 2021, cette option est plus intéressante sur le plan financier. "Un certain nombre de critères jouent un rôle dans cette décision, comme la stabilité du bâtiment et les problèmes structurels de la construction tels que l'humidité. La présence d'amiante entraînera également des coûts supplémentaires importants", précise l'architecte.

Guide Immobilier

  • 6 manières de financer votre rénovation
  • Quand démolir devient plus intéressant que rénover
  • Les rénovations qui nécessitent un permis d'urbanisme

Le Guide Immobilier, ce samedi 20/2, gratuit avec L'Echo. Consultez ici un aperçu du magazine.

2. La rénovation peut-elle se faire par étapes?

Dans le cas d'une rénovation complète, tous les travaux seront effectués en une seule fois. Mais pour beaucoup, il sera plus facile – financièrement – de procéder par étapes. "Ce n'est pas parce que vous établissez un plan d'action que vous êtes obligé d'en respecter l'ordre", ajoute Silvia De Nolf. Si vous faites placer une isolation extérieure, vous pouvez commencer par rénover la cuisine et la salle de bains, par exemple. Mais cela ne serait pas possible si une isolation intérieure était également requise. Vous pouvez également choisir de rendre le rez-de-chaussée et le premier étage habitables et ne vous occuper du toit que plus tard.
"La plupart du temps, il n'est pas possible de continuer à vivre dans le bien pendant les rénovations. Et même si c'est envisageable, cela représente souvent une lourde charge mentale pour une famille", prévient l'architecte. "Vous devez vivre dans la poussière, le bruit et un espace de vie restreint."

3. Quel plan d'action envisager?

Une fois votre décision de rénover prise, vous devez élaborer un plan d'action pour avoir une idée de ce qui vous attend. Par exemple, de nombreuses personnes installent des panneaux solaires sur un toit en mauvais état. D'autres rénovent leur toit et leurs fenêtres sans tenir compte du fait que les raccords des fenêtres et le débord de toit doivent être adaptés à l'isolation ultérieure des murs extérieurs. "Les propriétaires frappent souvent à notre porte avec des souhaits clairs sur l'aspect intérieur de l'habitation, mais ce n'est pas la bonne façon de procéder. Nous devons prendre du recul et d'abord analyser l'enveloppe extérieure", soutient Silvia De Nolf. "La valeur ajoutée d'un architecte est qu'il ou elle voit la situation dans son ensemble et prend en compte non seulement l'énergie, par exemple, mais aussi la qualité de vie et la lumière."
Dans un tel plan d'action, vous devez suivre les étapes suivantes:

  • Qu'en est-il de la structure du bâti?
    Y a-t-il des fissures? Qu'en est-il de la stabilité des fondations et de l'état des façades?
  • Y a-t-il des problèmes de physique du bâtiment?
    Pensez à l'humidité ou à la moisissure. Provient-elle d'une humidité ascendante, de la pluie sur la façade, d'une mauvaise ventilation ou de fuites?
  • Le volet énergétique de l'immeuble est-il déjà conforme aux normes actuelles?
    "Certaines personnes pensent – à tort – installer des panneaux solaires alors que l'isolation et la ventilation ne sont pas encore en ordre", note Silvia De Nolf. "Lors de la rénovation de monuments ou de bâtiments situés dans un site protégé, il est beaucoup plus difficile d'effectuer des rénovations liées à l'énergie. Vouloir poser une isolation à l'extérieur de la façade ne sera pas envisageable."
  • Quel est le confort requis?
    Ce n'est que dans cette dernière phase que vous pouvez penser à l'aménagement, par exemple, de la salle de bains et de la cuisine.

4. Quid de la gestion de l'eau à l'intérieur et à l'extérieur de l'habitation?

Les étés belges sont de plus en plus secs. Une rénovation est le moment idéal pour réfléchir à sa consommation d'eau. Lors de la construction/rénovation d'une habitation unifamiliale d'une superficie supérieure à 40 mètres carrés, la pose d'une citerne d'eau de pluie est obligatoire. "L'utilisation de l'eau de pluie se limite encore trop souvent à un robinet à l'extérieur. Cependant, l'eau de pluie est parfaite aussi pour tirer la chasse d'eau dans les toilettes, laver votre linge en machine et disposer d'un robinet au-dessus de l'évier dans le garage", explique l'architecte.

Par ailleurs, de plus en plus de villes et de communes n'autorisent les toits plats qu'en combinaison avec un "toit vert". Cette obligation existe par exemple à Anvers, poursuit Silvia De Nolf. Grâce à sa végétation de mousses, de plantes grasses et d'herbes, une toiture végétale retient l'eau de pluie plus longtemps, ce qui ralentit son écoulement dans les égouts.

5. Une isolation acoustique est-elle nécessaire?

"Des normes acoustiques sont en vigueur depuis 2008. Dans le cas d'une rénovation pour laquelle une autorisation est requise, les parties nouvelles doivent être isolées sur le plan acoustique. Cette obligation ne s'applique pas aux parties qui sont maintenues", précise Silvia De Nolf. L'isolation acoustique d'un mur commun peut par exemple être réalisée en installant un second mur ou en ajoutant du matériau isolant que l'on recouvre de plaques de plâtre.

Le saviez-vous?

De plus en plus de villes et de communes n'autorisent les toits plats qu'en combinaison avec un "toit vert".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés