Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Comment rendre votre piscine plus écologique?

Vous souhaitez nager à domicile sans compromettre l'aspect "durable" de votre habitat? Ce n'est pas impossible, voici quelques pistes!
©Pieter Van Eenoge

De nombreux Belges profitent chaque année de leur piscine privée durant les mois d’été. Depuis le début de la crise sanitaire, les habitudes de vacances ont totalement changé. Le covid semble avoir poussé les Belges à rester dans leur jardin pour passer des "vacances de rêve". Selon le Groupement des entreprises générales de construction de piscines en Belgique, 3.690 nouvelles piscines privées ont été construites en 2020.

Mais comment limiter l’impact environnemental de ce grand bassin?

1/ Chauffage

Pour chauffer votre piscine de façon écologique, il existe plusieurs options. Mais tout dépend si vous disposez ou non de panneaux solaires.

"Dans certains volets, il existe des lames solaires qui captent les rayons du soleil et chauffent aussi l'eau."
Bavo Nachtergaele
Manager chez Willy Naessens Swimming Pools

Si vous avez effectivement des panneaux solaires, "alors installez une pompe à chaleur, conseille Bavo Nachtergaele, manager chez Willy Naessens Swimming Pools, car une pompe à chaleur est alimentée par de l'électricité. On peut alors chauffer la piscine directement avec l’énergie que l’on produit."

Pour consommer le moins d'énergie possible, "pensez à installer un volet, cela permettra de maintenir la chaleur dans la piscine. Si vous n'en installez pas, cela revient à chauffer une maison avec les fenêtres ouvertes, ça a peu de sens. En outre, dans certains volets, il existe des lames solaires qui captent les rayons du soleil et chauffent aussi l'eau. Dans ce cas-là, on chauffe la piscine facilement et de façon écologique, jusqu’à 28 degrés quand il y a du soleil", détaille le spécialiste.

Les prix d'une pompe à chaleur et d'un volet varient en fonction du volume de la piscine, mais pour une taille moyenne de 40 m², comptez environ 5.000 euros pour la pompe et 10.000 euros pour le volet, soit 15.000 euros au total.

5.000
euros
C'est le prix d'une pompe à chaleur pour une piscine moyenne de 40m².

Si vous n'avez pas de panneaux solaires, pour rester écologique, Bavo Nachtergaele conseille de "chauffer la piscine avec l'installation de chauffage de votre habitation grâce à un échangeur entre l’installation de la piscine et l’installation du chauffage". Le coût est d'environ 2.500 euros. "Mais alors on a besoin de mazout ou de gaz", prévient-il.

"Si l'installation des panneaux solaires, de la pompe à chaleur et du volet est plus chère que de raccorder l'installation du chauffage de la piscine à celui de votre maison, à l'usage, c'est nettement moins cher. Cela ne coûte presque rien", conclut le manager de Willy Naessens Swimming Pools.

2/ Filtrage

Un filtre est indispensable pour profiter d’une piscine propre et d’une eau claire. Pour éviter le chlore et opter pour un traitement respectueux de la nature, la meilleure solution reste l’oxygène actif. Celui-ci est, comme son nom l’indique, composé uniquement d’oxygène, ce qui le rend totalement naturel. L’inconvénient est que l’oxygène actif coûte beaucoup plus cher que le chlore. De plus, cette méthode perd son effet rapidement et surtout dans les eaux dépassant les 28 degrés.

Vous pouvez également favoriser le traitement de votre piscine au sel plutôt qu’aux produits chimiques. L’électrolyseur que vous placez sur le filtre de votre piscine permet alors de transformer les pastilles de sel en chlore naturel. L’inconvénient est que l’électrolyseur est onéreux et impacte le pH de l’eau. Il faut donc surveiller le taux de pH régulièrement.

3/ Hivernage

S’il vous arrive souvent de devoir ajouter de l’eau dans votre piscine, installez une bâche qui évitera l'évaporation de l'eau lorsqu'elle n'est pas utilisée.

Si vous êtes dans l’incapacité de prévoir et contrer le gel, optez plutôt pour un hivernage passif.

Au lieu de vider votre piscine chaque année avant l’hiver, vous pouvez opter pour un hivernage passif ou actif. Ces deux méthodes permettent de conserver tout ou une partie de votre eau et ainsi d’éviter de remplir des dizaines de mètres cubes d'eau chaque année.

  • Hivernage passif: l’objectif principal est de conserver l’eau de sa piscine d’une année à l’autre. Le principe est de stopper la filtration, de baisser le niveau de l’eau à 10 cm en dessous des buses de refoulement, d’isoler les canalisations, de vider les circuits de filtration pour ensuite recouvrir votre bassin. Ainsi, votre eau devrait rester limpide et propre tout au long de l’hiver. Cette méthode doit être effectuée lorsque la température est égale ou inférieure à 12 degrés.
  • Hivernage actif: ici, le principe est de ne pas stopper la piscine en hiver. Si vous optez pour ce type d’hivernage, vous devrez augmenter le niveau d’eau au maximum, continuer à nettoyer et activer le système de filtration deux heures par jour ou de manière continue en cas de forte période de gel. Cette méthode demande beaucoup plus de travail que l’hivernage passif puisque vous devrez vous occuper de votre piscine tout au long de l’hiver.

Notez qu’un hivernage actif est conseillé pour les piscines se situant plus au sud, dans des régions moins sujettes au gel et où l’hiver est plus doux. Si vous êtes dans l’incapacité de prévoir et contrer le gel, optez plutôt pour un hivernage passif. En effet, le gel peut faire de gros dégâts matériels et financiers s’il n’est pas anticipé.

4/ Bassin naturel

À la différence d’une piscine classique, les bassins naturels se divisent en deux parties: une zone de baignade et une zone de filtration moins profonde occupée par des plantes. Tout ce dont vous aurez besoin est d’une petite pompe permettant l’acheminement de l’eau vers la zone filtrante pour lui permettre d’être oxygénée. Notez que certains types de plantes favorisent l’épuration de votre eau, notamment les jacinthes d’eau, la menthe aquatique et les élodées.

Une piscine naturelle est plus chère à l'achat et à l'usage qu'une piscine classique, car elle demande plus de travail.

Faire le choix d’une piscine naturelle vous permet d’utiliser moins d’eau puisqu’il ne faut pas la changer et de consommer moins d’énergie étant donné que vous n’avez plus besoin de filtre ou de système de chauffage, excepté la petite pompe.

Mais notez qu'une piscine naturelle est plus chère à l'achat et à l'usage qu'une piscine classique, car elle demande plus de travail: les plantes, le deuxième bassin, le lagunage... autant d'éléments qui font grimper la facture. "En moyenne, pour une petite piscine, comptez 45.000 euros", prévient Charles-Henri Herbay, CEO d'Aquatic Design.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés