Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Indépendant : pensez à l'EIP pour votre pension

Les indépendants en société ont la possibilité de conclure un Engagement individuel de pension (EIP) en plus de la Pension libre complémentaire pour les indépendants (PLCI).
©BELGAIMAGE

La différence fondamentale entre ces produits, c’est que dans la PLCI, c’est l’indépendant qui paie les primes, alors que dans l’EIP, elles sont payées par sa société. En ce sens, un EIP est souvent décrit comme une assurance groupe pour indépendants. "Comme c’est la société qui paie les primes, elles entrent dans un autre régime fiscal avantageux", indique Dries de Moor, director extended products & services chez Acerta.

De quoi s’agit-il ?

→ Dans le classement des outils fiscalement avantageux pour se constituer une pension, l’EIP est devancé par la PLCI, mais il est plus intéressant que l’épargne-pension et l’épargne à long terme. Cela vient entre autres du fait que les primes de l’EIP peuvent être déduites des frais professionnels en impôt des sociétés. Les dirigeants d’entreprise ont donc avantage à profiter au maximum des avantages de la PLCI et de faire ensuite des versements dans le cadre de l’EIP.

→ Une taxe de 4,4% est prélevée sur chaque prime versée par la société.

→ En principe, il n’y a pas de plafond à la prime qui peut être versée dans l’EIP pour autant que l’indépendant respecte la règle des 80%. Cette règle veut que la somme de la pension légale et de la pension complémentaire n’excède pas 80% des revenus de la dernière année "normale". Les autres formes de pension complémentaire, comme la PLCI, sont également prises en compte dans ce calcul. Si le plafond des 80% est dépassé, les primes versées pour l’EIP ne sont pas déductibles.

→ Les dirigeants d’entreprise peuvent effectuer des versements de rattrapage via le système de back-service, lequel permet de prendre en compte les années antérieures d’activité au sein de la société avant l’instauration d’un EIP et même jusqu’à 10 années passées auparavant dans une autre entreprise. "Les primes de rattrapage sont par ailleurs déductibles au titre de frais professionnels", précise Dries De Moor.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés