Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

La pension libre complémentaire pour salariés: intéressant?

La pension libre complémentaire pour travailleurs salariés n’est accessible qu’à ceux qui n’ont pas de pension complémentaire ou si elle est faible.
©Vincent Dubois

Pour qui?

Tout le monde n’a pas la chance de travailler dans une entreprise qui propose une assurance groupe à ses travailleurs. C’est pourquoi le deuxième pilier a été étendu avec ce qu’on appelle la "pension libre complémentaire pour travailleurs salariés (PLCS)". Cette formule n’est accessible qu’à ceux qui n’ont pas de pension complémentaire ou si elle est faible.

Qui fait les versements?

La PLCS est entièrement financée par des cotisations du travailleur lui-même, qui décide aussi auprès de quel assureur ou quel fonds de pension il veut constituer sa pension complémentaire. L’employeur doit uniquement retenir les cotisations de la rémunération nette du travailleur et les verser dans le plan de pension que le travailleur a choisi. "L’initiative appartient donc totalement au travailleur, confirme Kristiaan Andries, conseiller juridique auprès du secrétariat social SD Worx. Il choisit lui-même le plan de pension et le montant qu’il veut verser. Avec la restriction que les cotisations sont limitées à 3% de la rémunération brute annuelle et d’office plafonnées à 1.600 euros par an" Attention! Si un travailleur a déjà épargné il y a deux ans via un autre employeur pour une pension complémentaire, ce montant est déduit du maximum autorisé.

1.600 euros
Les cotisations à la PLCS sont plafonnées
Les cotisations à la PLCS sont limitées à 3% de la rémunération brute annuelle et d’office plafonnées à 1.600 euros par an.

Quelles sont les règles d’imposition?

Les cotisations et le versement du capital de la PLCS sont soumis aux mêmes règles que celles de l’assurance groupe. Les cotisations donnent droit au travailleur à une réduction d'impôt de 30%. Il devra aussi payer la taxe sur les primes d’assurance de 4,4% sur chaque versement, sans oublier que les assureurs ou gestionnaires de fonds peuvent compter des frais d’entrée et de gestion. Lors du paiement du capital à l’âge normal de la pension ou en cas de décès, un impôt de 10% est prélevé.

Est-ce intéressant?

Avec la PLCS, le travailleur finance sa pension tout seul. En ce sens, elle est moins intéressante pour le travailleur que l’assurance groupe. "Un travailleur qui doit financer seul sa pension du deuxième pilier a avantage à se tourner directement vers les possibilités du troisième pilier, juge Kristiaan Andries. C'est-à-dire l’épargne-pension et l’épargne à long terme, plus intéressantes du point de vue fiscal." En conclusion, les travailleurs qui n’ont pas d’assurance groupe ont avantage à combler leur panier fiscal de l’épargne-pension et de l’épargne à long terme avant de se constituer une pension complémentaire via la PLCS.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés