Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Airbnb identifie mieux les logements "télétravail friendly"

Les logements Airbnb sont de plus en plus recherchés pour du télétravail dans un cadre agréable. Quels sont les droits et obligations des travailleurs?
Publicité
La durée des séjours réservés via Airbnb augmente et les recherches ciblent davantage les critères liés au télétravail. ©AFP

Aujourd’hui, plus de la moitié des nuitées réservées sur la plateforme Airbnb le sont pour une période d’au moins une semaine, contre 38% voici deux ans. Et les clients qui surfent pour réserver un long séjour filtrent davantage certains critères: les équipements wifi, l’acceptation des animaux de compagnie et les équipements de cuisine. Un signe qui ne trompe pas.

Des millions de personnes ne sont plus dépendantes d’un lieu de travail ni d’horaires fixes, constate la plateforme qui entend mieux répondre aux besoins de ceux qui souhaitent travailler depuis un lieu de villégiature. Certaines annonces précisent d’ailleurs déjà que le poste peut être occupé en home-office. La connexion wifi de qualité est évidemment un "must-have".

+ de 50%
Les réservation de longs séjours
Plus de la moitié des nuitées réservées sur Airbnb le sont pour plus d'une semaine, contre 38% avant le Covid. Les clients filtrent davantage le critère "équipement wifi".

"Le télétravail depuis une résidence secondaire ou un autre lieu de villégiature séduit en effet de plus en plus de travailleurs, car il offre de nombreux avantages. Il favorise grandement la déconnexion immédiate entre ou après ses heures de travail", constate Dorine Storz, conseillère juridique au groupe RH Liantis.

Airbnb qui, en juillet 2020, avait publié sur son site un communiqué intitulé "Comment rendre votre logement confortable pour le télétravail?", va dorénavant fournir des informations vérifiées sur la vitesse d’Internet des logements proposés à la location. De leur côté, les hôtes pourront tester et confirmer la connexion Internet de leur hébergement dans l’application de l’entreprise et pourront se couvrir contre les dommages causés par les animaux de compagnie.

L'occasion de rappeler les droits et obligations du télétravailleur, a fortiori s'il travaille ailleurs que dans sa résidence habituelle. Le point avec Dorine Storz.

A-t-on forcément le droit de travailler depuis sa résidence secondaire ou son lieu de villégiature?

Le télétravail depuis un lieu de villégiature n’est pas un droit. L’employeur est libre d’accepter l'adresse à partir de laquelle le télétravail est possible et d’accepter ou non le télétravail depuis une seconde résidence ou une location (à l’étranger). Dans la pratique, si on reste en Belgique avec une bonne connexion internet, cela pose rarement problème.

"Le télétravail depuis un lieu de villégiature n'est pas un droit."
Dorine Storz
Conseiller juridique (Liantis)

Doit-on avertir son supérieur hiérarchique ou son employeur si on télétravaille dans sa résidence secondaire?

Le travailleur doit avertir l’employeur pour qu'il puisse vérifier une série de points, en plus de donner son accord sur le lieu de télétravail.

Quid des horaires et de la disponibilité du travailleur?

Le travailleur peut organiser ses prestations comme il l’entend. Il doit effectuer le nombre d’heures de travail prévues dans son horaire sans respecter strictement cet horaire. S’il interrompt son temps de travail pour une visite médicale ou autre, il rattrapera ce temps perdu plus tard dans la journée, en dehors de son horaire de travail normal, sans que cela soit considéré comme des heures supplémentaires.

L’employeur peut évidemment conclure des accords avec le travailleur au sujet des heures pendant lesquelles le travail doit être fourni et fixer des règles d’accessibilité et de disponibilité. À défaut, le travailleur peut déplacer sa journée de travail vers les heures matinales ou des heures plus tardives si cela lui convient mieux.

Quid en cas d’accident du travail?

Un accident survenu au télétravailleur est présumé, jusqu’à preuve contraire, survenu pendant l’exécution du contrat de travail. Pour bénéficier de cette présomption légale, le télétravailleur doit toutefois pouvoir prouver qu’il avait l’autorisation de télétravailler. À défaut, il devra démontrer que l’accident est survenu au cours de l’exécution de son contrat de travail et par le fait de cette exécution.

Il est donc prudent de consigner par écrit le ou les lieux de télétravail et les horaires de travail. La présomption légale pourra alors s’appliquer aisément.

À défaut d’autorisation de l’employeur quant au télétravail dans une résidence secondaire ou un lieu de villégiature à l’étranger, le domicile habituel est considéré comme la localisation officielle.

La prudence impose également à l’employeur de contacter l’assureur accidents du travail afin de s’assurer que sa police d’assurance couvre le télétravailleur ainsi que le télétravail à l’étranger.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés