Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

L'assurance ambulatoire, la cerise sur le gâteau des avantages extra-légaux

Une couverture "frais ambulatoire" permet de couvrir des dépenses qui échappent à l'assurance hospitalisation. Les employeurs en proposent de plus en plus souvent, selon Vanbreda Risk & Benefits.
©Photo News / Natacha d'Ydewalle

Si l'assurance hospitalisation est un "must" en termes d'avantages extra-légaux, la couverture complémentaire des frais ambulatoires est la cerise sur le gâteau. De fait, selon des chiffres d'Assuralia, près de 20% des dépenses totales de santé en 2018 étaient finalement à la charge du patient. Plus de deux tiers de ces dépenses étaient des frais ambulatoires. En analysant leurs propres chiffres, Vanbreda Risk & Benefits a constaté "qu’un adulte rentre en moyenne 360 euros par an de frais éligibles au remboursement par le biais d’un plan complémentaire couvrant les frais ambulatoires. Pour les enfants, c’est environ la moitié". Près d’un quart concerne des frais de consultations ou de prestations auprès de médecins. Un autre quart est consacré aux frais pharmaceutiques et parapharmaceutiques.

Vanbreda Risk & Benefits a constaté un glissement des hospitalisations vers les soins ambulatoires. Les traitements, les opérations et les examens sont de plus en plus souvent proposés en ambulatoire, alors qu’ils étaient auparavant effectués à l’hôpital. Ils échappent de facto à la couverture de l'assurance hospitalisation. "Les traitements, interventions et examens sans hospitalisation ont un impact financier pour le patient", explique Evelyne Lauwers, Deputy Director Health Care Consultancy chez Vanbreda Risk & Benefits. "Mais, en même temps, les gens vont aussi plus rapidement chez le psychologue, le diététicien, le podologue ou l’orthophoniste, par exemple. De même et sans surprise, la demande de vaccinations va probablement augmenter."

"Les gens vont plus rapidement chez le psychologue, le diététicien, le podologue ou l’orthophoniste, par exemple. De même et sans surprise, la demande de vaccinations va probablement augmenter."
Evelyne Lauwers
Vanbreda Risk & Benefits

Pour répondre à cette évolution, les employeurs proposent de plus en plus souvent une couverture supplémentaire. "En 2011, un employeur sur sept avait souscrit un plan ambulatoire pour ses travailleurs. En dix ans, nous constatons que ce chiffre a plus que doublé pour atteindre 34% en 2021", poursuit l'entreprise.

Couverture maximale

"Notre analyse du type de couverture ambulatoire montre que le choix se porte de plus en plus sur un paquet ambulatoire complet incluant une intervention dans les frais optiques et dentaires", poursuit Evelyne Lauwers. "Alors qu’en 2011, un tel paquet représentait encore environ la moitié des plans ambulatoires existants dans notre portefeuille, cette part est passée à plus de 75% en 2021. Ces chiffres montrent qu’un plan ambulatoire est devenu plus qu’une option coûteuse. De nombreux employeurs réussissent, grâce à cette couverture, à offrir une réelle valeur ajoutée à leurs travailleurs."

Les frais dentaires représentent 25,5 % des frais ambulatoires totaux chez les adultes et 30 % chez les enfants. Ils figurent en tête de liste des frais qui seraient encore souvent à la charge du patient sans un plan ambulatoire. Chez les adultes, près de deux tiers de ces frais peuvent être attribués aux prothèses (fixes et amovibles). Chez les enfants, l'orthodontie représente 85% des frais dentaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés