Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

(Télé)travail: comment s'organise le retour au bureau?

Les employeurs pointent les limites du télétravail. Les employés redoutent de perdre en flexibilité et en liberté. La réorganisation du travail est en chantier.
Le télétravail n'est pas la seule option pour offrir davantage de flexibilité. La majorité des employeurs sont ouverts à des solutions alternatives. ©Photo News

Avec la mise en œuvre de la deuxième phase du plan été, le retour à la normale va s’accélérer dans les entreprises, même si le télétravail reste fortement recommandé.

Selon une enquête de ManpowerGroup auprès de 318 employeurs en Belgique, 37% des employeurs belges demanderont à leurs travailleurs de revenir au bureau à temps plein d'ici à la fin de l’année.
27% favoriseront un modèle hybride privilégiant le télétravail
19% privilégieront un modèle hybride axé sur le travail au bureau.
13% maintiendront le télétravail à temps plein.
4% sont encore indécis.

37%
des employeurs
Plus d'un employeur belge sur trois demandera à ses collaborateurs de revenir au bureau à temps plein d'ici à la fin 2021.

75% des employeurs exigeront qu’au moins 50% de leur personnel soit progressivement présent sur le lieu de travail à temps plein ou la plupart du temps, compte tenu du type de fonctions qu’ils occupent.

Les RH vont cependant devoir faire preuve de créativité pour définir les nouveaux modes d’organisation. L’enquête confirme en effet que le télétravail a montré ses limites et met en évidence certaines réserves des employeurs. Selon eux, le télétravail a pesé sur le bien-être des employés (25%), sur la productivité (23%), mais également sur la collaboration (19%) et la culture d’entreprise (11%).

Pourtant, les entreprises devront répondre aux nouvelles priorités et attentes des travailleurs en termes de flexibilité (d'autant qu'elles ont, pour la plupart, d'énormes difficultés à pourvoir les postes vacants).

"Donner des réponses aux attentes des travailleurs est crucial alors que 83% des employeurs belges éprouvent des difficultés à remplir les postes vacants."
Philippe Lacroix
Managing Director de ManpowerGroup BeLux

Pour les travailleurs, c'est très clair, les questions de santé arrivent en tête. En outre, si 9 sur 10 jugent essentiel de conserver leur emploi, l’inquiétude de perdre les libertés gagnées avec le télétravail est bien réelle. 80% veulent un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et privée à l’avenir et 43% estiment que la pandémie a sonné le glas du traditionnel "9h-17h".

Flexibilité: le télétravail n'est pas la seule option

Le télétravail n’est toutefois pas la seule option pour instaurer davantage de flexibilité. Et les employeurs se montrent ouverts aux alternatives proposées, note Manpower.
42% disent vouloir proposer un mix entre le travail à distance et le travail au bureau
40% préconisent des horaires flexibles en début et fin de journée
39% s’orientent vers des heures flexibles ou condensées
28% offrent le choix entre divers lieux de travail
22% proposent des partages de fonction.
Seuls 16% des employeurs n'ont pas l'intention d’offrir des options de flexibilité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés